AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Johan-Frédérik Hel-Guedj (Traducteur)
ISBN : 2221125487
Éditeur : Robert Laffont (12/05/2011)

Note moyenne : 3.96/5 (sur 138 notes)
Résumé :
Un innocent va être exécuté, seul un assassin peut le sauver...

Donté Drumm, jeune Afro-Américain de vingt-sept ans, n'a plus que quelques jours à vivre. Après huit années passées dans le couloir de la mort, il va être exécuté pour un crime qu'il n'a pas commis. Ce n'est pas lui qui a enlevé, violé et tué une pom-pom girl de son lycée de Sloan, au Texas : des aveux lui ont été extorqùés par des policiers racistes et son procès a été une pure mascarad... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (29) Voir plus Ajouter une critique
ladesiderienne
  01 décembre 2016
Ce roman est un brûlant plaidoyer contre la peine de mort toujours en vigueur notamment dans certains états des Etats-Unis. L'auteur nous y décortique tous les rouages de la justice américaine.
Slone, Texas, Robbie Flak est un avocat qui aime les défis. Il se bat en ce moment afin qu'un délai supplémentaire soit accordé pour l'application de la peine capitale concernant son client, Donté Drumm. Ce jeune homme de couleur, est enfermé depuis 9 ans dans les couloirs de la mort pour le viol et l'assassinat de Nicole une lycéenne blanche, en 1998. Le corps de la victime n'ayant jamais été retrouvé, en l'absence de preuve irréfutable, l'avocat est persuadé que les aveux de Donté ont été extorqués par les flics qui l'ont interrogé à l'époque et qu'il y a eu faux témoignage. Le compte à rebours est commencé car l'exécution doit avoir lieu dans quelques jours.
A des centaines de kilomètres de là, dans le Kansas, un homme atteint d'un cancer en phase terminal, demande à parler au révérend Keith Schroeder. Multi-récidiviste dans des affaires de viol, actuellement en liberté conditionnelle, Travis Boyette se prétend être le véritable meurtrier de Nicole et dit savoir où se trouve le cadavre de la jeune fille. Totalement ignorant de "l'affaire Drumm", Keith fait des recherches et découvre avec stupeur qu'un innocent va être condamné à mort s'il n'intervient pas. Une véritable course contre la montre va alors commencer.
Cela fait très longtemps que je n'avais pas lu d'ouvrages de John Grisham. J'ai pu apprécier la précision de son style et son souci du détail. le roman est très dense mais il reste poignant, tout particulièrement lorsque l'auteur décrit les sentiments de la mère du jeune accusé au cours de la longue détention de son fils, son courage et sa dignité pendant et après sa condamnation à mort. Il est impossible de rester de marbre face à une telle erreur judiciaire. John Grisham nous dépeint une Amérique où les problèmes raciaux sont encore très présents et où on peut douter de l'impartialité de la police et de la justice, si étroitement liées à la politique. C'est bien sûr avant tout une démonstration magistrale de la non-légitimité de la peine capitale.
Malgré certaines longueurs ressenties dans la multitude de détails (mon esprit étant un peu imperméable à la complexité du système judiciaire américain), j'ai quand même apprécié ce thriller juridique auquel j'accorde un 15/20.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
manue14
  30 août 2015
La première partie « le crime » nous expose les faits et nous plonge vraiment dans le quotidien des derniers jours d'un condamné à mort.
Le thème est assez sensible mais John Grisham, avec l'histoire de ce jeune homme, ne nous laisse pas indifférent.
Les personnages sont vivants, sensibles et au final on ne peut pas rester insensible à l'histoire de cet homme qui est dans le couloir de la mort et qui attend son heure.
Ce qui m'a un petit peu dérangée c'est qu'il y a un peu trop de personnages d'un coup. Je me suis parfois trompée dans les noms surtout ceux des divers avocats ou enquêteurs…
Les sentiments sont peu approfondis, j'aurais bien aimé que l'auteur nous évoque plus ceux du pasteur mais aussi ceux du condamné à mort. Et là ce n'est pas le cas…
Pour ce qui est des descriptions c'est un peu la même chose, je ne suis pas arrivée à m'imaginer les personnages ou les lieux. Pourtant malgré ces manques on ressent vraiment l'atmosphère pesante et l'envie de sortir cet homme de ce couloir.
Ce qui m'a manqué aussi c'est d'avoir des points de vue concernant le condamné à mort. J'aurais vraiment aimé lire ce qu'il pouvait vivre au quotidien et ce n'est pas vraiment le cas. Il n'y a que quelques petits passages et ce n'est pas assez quand on sait qu'il a tout de même passé des années dans ce couloir de la mort.
La fin de cette première partie est intrigante et on sent vraiment que la prochaine partie va être importante.
Cette deuxième partie, « le châtiment » porte assez bien son nom.
J'ai trouvé cette partie vraiment prenante, mais en même temps dure et très, peut-être trop, réaliste.
On nous relate les dernières heures d'un condamné à mort et de tous les gens autour que ce soit ceux qui le soutiennent, ceux qui le rabaissent mais aussi ceux qui veulent faire changer les choses.
Ce qui est assez déstabilisant c'est que l'on assiste vraiment heure par heure et parfois même minute par minute.
Par contre je pense que j'aurais mis les heures plus en évidence (à part et en chiffres) pour donner un effet plus dramatique et montrer au lecteur les minutes qui s'écoulent et comment certaines peuvent être longues surtout pour un condamné à mort.
Certains passages sont plus durs que d'autres et on ressent assez facilement la détresse des personnages mais aussi leurs ressentis vis-à-vis de tout ce qu'ils vivent.
John Grisham arrive avec peu de descriptions à créer une ambiance concernant certains lieux importants et à nous montrer l'atmosphère parfois pesante qui règne dans certains passages.
Cette lueur d'espoir omniprésente donne une dimension réaliste mais aussi surprenante à l'histoire.
La fin de cette partie est vraiment triste, on ressent complètement l'amour de cette mère pour son fils et ce huis-clos mère-enfant, réunis malgré tout, est très touchant et émouvant.
J'ai parfois eu des frissons et envie de pleurer en lisant cette partie.
Dans cette dernière partie « La disculpation », John Grisham veut vraiment montrer au lecteur les erreurs du système juridique.
L'auteur décrit en peu de mots la machination qui se met en route, souvent trop rapidement quand un homme semble coupable. Il nous explique les failles et les manigances de cet Etat réputé insensible et qui n'hésite pas à envoyer un homme dans le couloir de la mort.
Tout au long du roman tous les personnages ou presque sont bien mis en avant et l'auteur n'en oublie aucun. On y retrouve tous les types de proagonistes et c'est assez intéressant de voir l'évolution de chacun d'entre eux.
Au final un seul personnage, Donté Drumm, aura suffi à faire changer certaines personnes et peut-être, même sûrement selon moi, faire évoluer les mentalités.
Même si ce roman reste une fiction l'auteur veut dénoncer la politique du Texas, un Etat où la peine de mort est très présente et où je pense les abus sont trop fréquents.
La fin du roman est intéressante et nous montre que malgré tout, les mentalités et surtout la justice ne sont peut-être pas prêtes à totalement changer.
En résumé c'est un roman assez dur, qui m'a fait parfois avoir des frissons, parfois avoir peur. Je pense qu'il devrait être lu par beaucoup de personne pour enfin prendre conscience du système juridique du Texas, un système trop peu connu…
Lien : http://fais-moi-peur.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
MissSherlock
  21 septembre 2012
De temps en temps j'aime lire un bon polar, c'est un genre que j'affectionne particulièrement parce que j'aime me prendre pour Sherlock ou Hercule !
Outre Doyle et Christie , John Grisham fait partie de mes auteurs de livres policiers favoris. A la différence des trois pré-cités, Grisham aime dénoncer l'imperfection du système judiciaire et écrit des romans à charge qui prennent parfois des allures de pamphlet.
Avec La Confession, l'écrivain ne change pas ses habitudes et s'attaque à la peine de mort, la partialité raciale, la corruption politique, l'incompétence des services de police et la violence de la machine judiciaire.
Grisham nous plonge dans une affaire sordide : Donté Drumm, jeune Afro-américain est arrêté et condamné à la peine de mort pour le viol et le meurtre de sa camarade de classe Nicole Yarber. Pendant huit ans, il clame son innocence avec l'aide de son redoutable avocat, Robbie Flak. Tous ses recours sont rejetés par les différentes institutions texanes et il ne lui reste que quelques jours à vivre. Mais à 600 kilomètres de là, le pasteur Keith Schroeder reçoit la visite de Travis Boyette, un délinquant sexuel, qui prétend être le tueur de Nicole. L'homme, atteint d'une tumeur cérébral, souhaite épargner la vie de Donté. Une course contre la montre s'engage pour tenter de sauver la vie de Donté et faire condamner le vrai coupable...
Farouche abolitionniste, John Grisham pointe du doigt les dérives du système judiciaire texan _ un des plus rudes concernant la peine de mort.
Avoir choisi de suivre les derniers jours d'un condamné innocent n'est pas anodin : comment réparer une erreur judiciaire si la victime de cette erreur a été assassinée par l'État sous couvert de Justice ? La Confession est un livre partial mais, étant moi-même opposée à la peine de mort, cela ne m'a pas dérangé le moins du monde.
Ce qu'il décrit dans ce roman est révoltant et scandaleux ! Les collusions entre les procureurs, les juges et les hommes politiques sont à vomir. Les procès sont une mascarade, les médias sont de connivence, les prisonniers sont traités pire que de la merde... le Texas est un État raciste puant dirigé par de fieffés salauds ! En lisant, je me suis sentie aussi écoeurée qu'après avoir vu Présumé Coupable ou Omar m'a tuer.
Comme d'habitude John Grisham ne s'embarrasse pas de fioritures : son style est simple et direct. Ce n'est pas de la grande littérature mais c'est plaisant à lire et son histoire donne à réfléchir.
J'ai seulement regretté quelques longueurs dans la seconde partie du roman et un épilogue un brin "facile".
Malgré tout, La Confession est un livre qui m'a beaucoup plu et que je recommande aux amateurs de Grisham et de chroniques judiciaires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
nefertari83136
  20 mai 2011
Brillant, un vrai Grisham comme il n'en avait pas écrit depuis longtemps.
Un plaidoyer contre la peine de mort et une plogée fascinante dans le système judiciaire du Texas notamment. John Grisham dénonce ici la particularité raciale, l'incompétence d'une certaine justice, la corruption politique et la violence, légale, du système judiciare de l'état.
Commenter  J’apprécie          180
JulyF
  18 février 2013
Procès à charge contre le système judiciaire américain en général et la peine de mort en particulier, la confession est aussi le récit d'une course contre la montre. le pasteur Schroeder réussira-t-il à amener jusqu'à la cour d'appel le criminel Boyette, malgré les interdictions de circuler qui pèsent sur lui, pour convaincre les juges et le gouverneur du Texas que Donté Drumm est innocent ?
On (re)découvre à travers ce roman le poids des préjugés sur les tribunaux américains, l'importance du pathos dans le traitement des affaires criminelles, l'irruption de la télé dans le deuil, mais aussi ces personnages lumineux que Grisham pose comme des jalons d'espoir pour son pays.
Je ne peux bien sûr que vous encourager à le lire en anglais, c'est tellement plus agréable...
Commenter  J’apprécie          100

critiques presse (2)
LesEchos   09 août 2011
[..] l'auteur, l'ancien avocat, membre de l'organisation Innocence Project qui se bat contre la peine de mort et la réhabilitation des innocents condamnés, connaît son sujet. La façon dont il conduit son récit rendrait abolitionniste le plus sanguinaire des républicains.
Lire la critique sur le site : LesEchos
LePoint   21 juillet 2011
Grisham, as du thriller juridique, qui livre ici sa 24e production, ne s'est jamais révélé aussi maître de son art. Il conte avec verve l'iniquité d'un système, dénonce comme en haussant les épaules, marie l'épique, le tragique et l'ordinaire avec son bel art de la narration coutumier
Lire la critique sur le site : LePoint
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
ladesiderienneladesiderienne   22 novembre 2016
- Eprouvez-vous la moindre compassion pour la famille ?
- J'ai été violé quand j'avais huit ans. Je ne me rappelle pas la moindre parole de compassion de qui que ce soit. En fait, personne n'a levé la main pou empêcher la chose. Et la chose s'est perpétuée. Vous avez vu mon casier, pasteur, j'ai fait plusieurs victimes. Je pouvais pas m'en empêcher. Pas sûr que je puisse m'arrêter, encore aujourd'hui. Alors évidemment, la compassion, je vais pas perdre mon temps à ce genre de truc. - Keith secoua la tête, avec une expression de dégoût. - Comprenez-moi bien, pasteur. J'ai beaucoup de regrets. J'aurais préféré ne jamais commettre tous ces actes terribles. J'aurais préféré un million de fois être quelqu'un de normal. Toute ma vie, j'ai eu envie d'arrêter de causer du mal aux autres, disons, de me ranger, de plus aller en prison, de me trouver un boulot, et tout ça. J'ai pas choisi d'être comme je suis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ladesiderienneladesiderienne   25 novembre 2016
- Le système pénal pour les délinquants juvéniles ne fait rien d'autre que de façonner des criminels de carrière. La société veut nous enfermer et jeter la clef, mais la société est trop stupide pour comprendre que nous finirons par sortir. Et quand on sort, c'est pas joli. Tenez, regardez-moi. J'aimerais penser que je n'étais pas un cas désespéré quand je suis entré là-bas, à treize ans. Mais donnez-moi deux années avec rien d'autre que de la violence, de la haine, des raclées, des abus sexuels, et à ma sortie, à quinze ans, la société a forcément eu un souci. Les prisons, c'est de usines à haine, pasteur, et la société en veut toujours plus. Ça ne marche pas comme ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ladesiderienneladesiderienne   29 novembre 2016
- Je vous en prie, ne profanez pas la mémoire de mon fils en répandant davantage de sang. Je ne veux pas que le nom de Donté reste dans les esprits, à Slone, synonyme d'émeutes raciales. Rien de ce que vous ferez ici, dans les rues, n'aidera la communauté noire. La violence engendre plus de violence et, au bout du compte, nous serons perdants. Je vous en prie, rentrez chez vous, et serrez votre mère dans vos bras.
Pour la communauté noire, Donté était déjà une légende. Le courage de sa mère les incita à regagner leur toit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
manue14manue14   30 août 2015
- Ecoutez, pasteur, j’ai commis des actes terribles, mais celui-ci me travaille depuis maintenant des années. Il faut que je parle à quelqu’un, et je n’ai nulle part ailleurs où aller. Si je vous parlais d’un crime épouvantable que j’ai commis il y a de ça un paquet d’années, vous vous sentez capable de ne le raconter à personne ?
Commenter  J’apprécie          80
ladesiderienneladesiderienne   24 novembre 2016
Le juge Henry considérait la foule massée en rangs serrés devant toute la façade du palais de justice. Pas un visage blanc, nulle part, sauf ceux des journalistes. C'était une foule noire en colère. Les Blancs se cachaient, et ne compatissaient pas. Sa ville était scindée en deux, une fracture à laquelle il aurait cru ne jamais assister.
- Dieu nous vienne en aide, marmonna-t-il à mi-voix.
Commenter  J’apprécie          60
Videos de John Grisham (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Grisham
Extrait de "Le Cas Fitzgerald" de John Grisham lu par François Tavares. Editions Audiolib. Parution le 13 février 2019.
Pour en savoir plus : https://www.audiolib.fr/livre-audio/le-cas-fitzgerald-9782367628387
autres livres classés : peine de mortVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "La confession" de John Grisham.

Quand a disparu Nicole ?

en Octobre 1996
en Novembre 1997
en Décembre 1998
en Janvier 1999

10 questions
6 lecteurs ont répondu
Thème : La confession de John GrishamCréer un quiz sur ce livre
.. ..