AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266145428
Éditeur : Pocket (01/04/2001)

Note moyenne : 3.49/5 (sur 135 notes)
Résumé :
Il avait toutes les cartes en main pour devenir l'un de ces riches associés sans états d'âme qui font prospérer les gros cabinets juridiques de Washington. Une prise d'otages commise par un S.D.F. désespéré va totalement bouleverser sa vie…
Le mettre face à la réalité de ces milliers d'exclus que personne n'écoute.
Faire voler en éclats son existence de jeune avocat d'affaires ambitieux et talentueux.
Et l'entraîner dans un bras de fer à hauts r... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
llamy89
  24 août 2017
Mon tout premier Grisham : embarquement immédiat !
Tout a basculé dans cette salle de réunion, en haut d'une tour, avec tout le staff du cabinet d'avocats influent où Michaël Brock officie. L'homme qui les a pris en otage, brandit une arme et veut être entendu ! Une équipe d'intervention ne lui en laissera que peu le temps, faisant feu avant qu'on ne réalise que l'arme du SDF était factice.
L'homme voulait une tribune pour mettre en lumière un drame, que l'on enquête sur les marchands de sommeil, particulièrement sur la mort d'une jeune femme et de ses enfants expulsés, obligés de vivre dans une voiture.
Choqué, Michaël va remettre en question toute sa vie de confort et d'argent, son couple avec la belle Claire, médecin. Il va s'interroger sur son choix de carrière : avocat OUI mais pourquoi ? Il va tout plaquer, chercher son chemin et redonner un sens à sa vie.
Ici, John Grisham nous dépeint une Amérique à deux vitesses, celle de la réussite, de l'argent qu'il oppose à cette misère extrême. Quelle réponse la société peut-elle apporter ? Est-il possible de gagner la bataille du pot de terre contre le pot de fer ?
L'histoire est captivante, on se prend à y croire. Oui, il y a des hommes qui croient en leur métier, leur mission d'aider leur prochain. La réussite sociale et l'appât du gain ne sont donc pas toujours le moteur des hommes.
C'est un excellent thriller qui m'a donné l'envie de découvrir la longue liste de best-sellers écrits et adaptés à l'écran de John Grisham !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
uaeroffat
  02 octobre 2018
Le roman date de 1998. Il a donc plus de vingt ans ; il n'en reste pas moins d'actualité. Une fois de plus, le célèbre romancier nous plonge dans le monde des avocats américains. La profession, de ce côté de l'Atlantique, diffère largement de la conception que nous pouvons en avoir en France. Extrêmement nombreux, les avocats des États-Unis sont pour la plupart des hommes d'affaires, quitte à ne jamais plaider. Les quelque 800 “lawyers” du cabinet Drake & Sweeney travaillent 80 heures par semaine, espérant un jour devenir “associés” et gagner plus d'un million de dollars par an.
La Loi du plus faible débute par une scène spectaculaire de prise d'otages. Un SDF noir parvient à enfermer une douzaine d'avocats du cabinet dans une salle de réunion, et à leur faire prendre conscience de ce qu'il a subi, jeté à la rue suite à une expulsion musclée organisée frauduleusement par l'un des avocats de Drake & Sweeney. Parmi les otages, Michael Brock ignore tout de ces malversations. Échappant de peu au tir d'un sniper de la police qui abat le preneur d'otages, il va soudain prendre conscience de l'absence de sens de sa carrière… et devenir un “avocat des pauvres”.
Grisham nous emmène alors dans un suspense bien mené, Me Brock tentant de rendre justice aux déshérités expulsés illégalement, engageant un bras de fer risqué avec son ancien employeur, tout en intervenant pour restaurer les droits de ceux qu'il a désormais vocation à aider. C'est documenté, précis, conduit avec un sens du scénario devenu la marque de fabrique de l'auteur. Au passage, nous apprenons moult choses sur la société américaine, y compris… les prix, salaires, tarifs, tant les Américains s'attachent toujours à chiffrer ce qu'ils évoquent. Exemple : un avocat comme Michael Brock facture son temps 300 dollars de l'heure (il y a près de vingt ans !), y compris pour un déjeuner avec un collègue pour discuter du dossier d'un client (deux intervenants plus… le prix du repas).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Audrey9205
  01 janvier 2017
C'est le premier roman de John Grisham que je lis ; des critiques élogieuses et des thrillers juridique, un genre que je ne connaissais pas. Une bonne surprise, néanmoins je pense que d'autres livres de lui sont meilleurs.
Michael est un avocat ambitieux au sein d'un grand cabinet prestigieux. A 32 ans, il gagne énormément d'argent et a toutes les chances de devenir associé. Mais un jour, tout bascule : un SDF vient au cabinet les braquer, et leur explique son désarroi. Tué avant d'avoir pu faire quoi que ce soit, cet épisode tragique va faire réfléchir Michael sur ceux auxquels personne ne pense : les miséreux sans habitat. Il va décider de changer sa vie et de se consacrer à ces personnes ; d'autant plus que son cabinet a une part de responsabilité dans l'expulsion de personnes précaires...
La plume est très agréable, habile, et nous tient en haleine. Même si le dénouement est évident, on prend plaisir à voir les changement de Michael malgré l'incompréhension de ses proches, focalisés sur l'argent et le statut social.
Nul doute que je lirais d'autres livres de cet auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Missnefer13500
  28 avril 2015

Est ce que quand certains évènements de la vie vous bousculent, et que vous pensez avoir échappé à la mort , vous remettez toute votre existence en question ?
En réalité on y songe tous , mais combien sommes nous à aller jusqu'au bout ?
Michael avocat talentueux , promis à un brillant avenir (fortune, belle femme, bonne situation ) va en 30 jours tout jeter aux orties
Comment dans une Amérique où les jeunes gens sont formatés à sacrifier (temporairement ) vie de famille pour plus tard
" A quarante ans j'aurais un million en fonds communs de placement.. A cinquante, j'aurais 10 millions de dollars et salut la compagnie"
"On nous avait enseigné à être productif; plus notre réussite serait éclatante, plus la société d'une manière ou d'une autre, en tirerait profit. Se fixer des objectifs, travailler dur, être droit, devenir prospère"
Un jeune avocat va se réconcilier avec des valeurs idéalistes, enfin ce que l'on peut présumer de ses motivations , revirement existentiel, point de départ du roman.
Il m'a plutôt semblé que tout s'est imbriqué, assez rapidement cependant : l'agression, son couple qui se délite, circonstances , bonnes rencontres ...
Toutefois c'est un roman assez angoissant et poignant, bien sur tout semble bien loin de chez nous ,mais c'est effrayant quand même de voir les droits des personnes, bafoués, d'être confrontés à leur réalité quotidienne : lutte pour obtenir un ticket d'alimentation, lutte pour se voir son salaire versé , lutte pour trouver une petite place dans des centres juste une nuit etc..Tant et si bien que tous ces aléas favorisent encore plus leur exclusion, et augmente la difficulté à sortir la tête de l'eau. Et le tout dans l'indifférence générale de la société, qui ne voit là qu'un ramassis de bons à rien et de délinquants.
L'auteur sait s'y prendre pour nous entrainer dans les méandres juridiques et malgré la technicité des termes, ce roman est facile à lire.
Grisham comme de toujours sait bien poser se personnages et ses toiles de fond.
Ici le monde de la misère, la rue , le monde des SDF et celui de la richesse , des nantis, ces avocats aux salaires mirobolants .
Il aborde un problème de société très sérieux, que nous connaissons aussi ( lié à la délinquance, chômage,toxicomanie, clivage racial) , les moyens mis en place pour y remédier ( remédier un bien grand mot) : charité, ou et la prise en charge par l'état .
Le tout d'un point de vue très Américain bien sur, un roman qui date un peu mais reste totalement d'actualité.
Ce roman nous fait prendre conscience de nos chances, et nous fait culpabiliser un peu,
le tout est un très bon thriller, une petite course contre la montre , comme tous les autres romans de cet auteur.
La fin est peut être "too much" ( je songe à Arthur, quoique tout le monde possède une conscience , non? donc rien n'est impossible)
Très addictif , drôle parfois, émouvant. Avec certains personnages fascinants comme Mordecai. Un duo de choc, noir / blanc, luttant ensemble pour les droits des plus faibles
Pas un coup de coeur toutefois comme pour le couloir de la mort

Lien : http://missneferlectures.ekl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Aline1102
  29 mars 2011
Les amateurs de la Firme, comme je le suis moi-même, vont se retrouver en terrain connu grâce à quelques petits éléments, tels que la salle à manger "spéciale associés" et les photocopieurs à code d'identification. La ressemblance s'arrête là.
Ce roman de Grisham offre avant tout une belle leçon de vie. Michael, à qui tout réussi, élevé dans le culte de la réussite sociale, se rend compte que tout cela ne compte pas et peut être perdu très vite. Pour tranquiliser sa conscience, il n'hésite pas à laisser tomber une carrière qui lui assurait des revenus équivalant à près d'un million de dollars par an (une fois qu'il serait passé associé).
Bien documenté, Grisham fait prendre conscience du drame vécu par ceux qui vivent à la rue, ignorés et rejetés par tous. Emouvant et trépidant, La loi du plus faible est bien plus qu'un polar et mérite vraiment d'être lu.
Commenter  J’apprécie          42
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
shousounshousoun   05 mai 2014
"Votre clientèle sera composé d’un mélange de salariés, de familles avec enfants, de déficients mentaux et d’anciens combattants. Un tiers de ceux qui remplissent les conditions requises obtiennent le logement social auquel ils ont droit. Depuis quinze ans, deux millions et demi de ces logements sociaux ont été supprimés et les programmes financés par l’Etat ont diminué de soixante-dix pour cent. Pas étonnant qu’il y ait tant de gens à la rue. Les gouvernements équilibrent leur budget sur le dos des pauvres." (p. 158)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
shousounshousoun   05 mai 2014
« Comme dans la plupart des grands cabinets d’avocats, la première année chez Drake et Sweeney ressemblait à des travaux forcés. Je travaillais quinze heures par jour, six jours par semaine. Je ne voyais Claire que le dimanche avant de retourner le soir au bureau. Nous avions décidé de nous marier pour être plus souvent ensemble ; nous pourrions au moins partager un lit, même si nous y passions le plus clair du temps à dormir.
Nous avons eu un grand mariage et une courte lune de miel ; une fois nos désirs assouvis, je me suis remis au travail au rythme de quatre-vingt-dix heures par semaine. Dès le troisième mois de notre vie conjugale, nous avons laissé dix-huit jours s’écouler sans avoir de relations sexuelles. Claire les avait comptés.
Les premiers mois, elle le prit bien, mais une femme négligée finit par se lasser. Je la comprenais, mais chez Drake et Sweeney un jeune collaborateur ne se plaint pas… » (p . 28)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
jwpackjwpack   03 avril 2012
Abraham est entré. Un petit bonhomme tout en nerfs d’une quarantaine d’années ; on reconnaissait d’emblée un avocat ayant à cœur le bien public. Juif, barbe noire et lunettes à monture d’écaille, blazer froissé, pantalon tire-bouchonné et chaussures crasseuses ; il était baigné de l’aura de ceux qui essaient de sauver le monde.
Commenter  J’apprécie          00
emi13emi13   12 août 2016
Claire avait retrouvé son mode de vie habituel où horaire , repas et mari passaient au second plan. Elle avait appelé dans l'après-midi , quelques mots entre deux cours. Elle ne savait pas quand elle rentrerait , certainement très tard : quand au diner , c'était chacun pour soi.
Commenter  J’apprécie          00
emi13emi13   12 août 2016
Arthur n'aurait pas d'autre occasion d'adresser des reproches à uns morte. Quand le procès aurait lieu , ni Arthur ni aucun avocat sain d'esprit n'oserait insinuer devant le jury que Lontae Burton était en partie responsable de la mort de ses enfants.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de John Grisham (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Grisham
Extrait de "Le Cas Fitzgerald" de John Grisham lu par François Tavares. Editions Audiolib. Parution le 13 février 2019.
Pour en savoir plus : https://www.audiolib.fr/livre-audio/le-cas-fitzgerald-9782367628387
autres livres classés : thriller juridiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La dernière récolte de John Grisham

En quelle année se déroule cette histoire ?

1932
1942
1952
1962

11 questions
13 lecteurs ont répondu
Thème : La Dernière Récolte de John GrishamCréer un quiz sur ce livre
.. ..