AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de montmartin


montmartin
  11 avril 2020
Début octobre 1946, Pete Banning un héros de la guerre, propriétaire d'une plantation de coton, s'éveille, il est temps de tuer, il est un soldat et il a une mission à mener. Il se gare dans une rue tranquille et se dirige vers l'église. Pete pointe son colt sur le pasteur Dexter Bell et presse la détente.

Pourquoi Pete a-t-il fait ça ? Il n'a rien à dire. Il regrette ce qui s'est passé, mais c'était nécessaire. Il refuse d'expliquer son geste.
Pourquoi Pete ne veut-il pas sauver sa peau, pourquoi a-t-il décidé de s'auto détruire.

John Grisham est un vrai narrateur, avec son écriture fluide il nous entraîne dans un thriller judiciaire. le roman composé de trois parties nous raconte un meurtre insensé, le procès qui l'a suivi et les événements qui ont conduit à ce drame.
Tout au long des pages, avec habilité John Grisham nous interroge, sur le crime bien entendu et son origine, mais aussi sur Liza la femme de Pete internée, ses enfants, Joel et Stella, ont interdiction de la voir.
« – C'est quoi, sa maladie ?
- Aucune idée. Être une femme, je suppose. C'est un monde d'hommes, Joel, n'oublie jamais ça. Si un mari influent considère que sa femme est instable, dépressive et que ses hormones lui jouent des tours, il peut la faire enfermer pour un certain temps. »

John Grisham évoque la vie des noirs sur les plantations dans l'état du Mississippi
« Toutefois, en 1938, lyncher un Noir n'était pas considéré comme un meurtre ou un crime dans les États du Sud, et le Mississippi n'échappait pas à la règle. En revanche, un mot de travers à l'adresse d'une Blanche était passible de mort. »

Mais surtout dans des pages terribles de réalisme, le récit rejoint l'Histoire, avec l'enfer de la bataille des Philippines, l'humiliation de la reddition aux Japonais, la marche forcée de cent kilomètres vers un camp de prisonniers.
Les cadavres qui s'amoncellent dans les fossés. Des nuées de mouches qui bourdonnent autour des chairs en putréfaction, rejointes par les cochons et des chiens affamés. La malnutrition, ils sont réduits à manger de l'herbe et des feuilles. La plupart des hommes ont la dysenterie, le sol est couvert d'excréments, de sang, une boue immonde, des asticots de partout. L'eau reste leur principale préoccupation, ils ne transpirent plus, n'urinent plus. Leur salive est une pâte gluante, leur langue qui enfle. L'évasion, la guérilla dans les montagnes.

Peu à peu, avec une certaine roublardise, l'auteur nous entraîne vers une explication évidente avant de nous asséner une fin inattendue, tout ça à cause d'un mensonge.

Commenter  J’apprécie          282



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (28)voir plus