AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Johan-Frédérik Hel-Guedj (Traducteur)
EAN : 9782221113073
400 pages
Robert Laffont (20/05/2009)
3.4/5   188 notes
Résumé :

Fraîchement diplômé en droit de l'université de Yale, Kyle McAvoy est destiné à un grand avenir. Ce beau et brillant fils d'avocat cache pourtant un sombre secret qui, s'il venait à être exposé au grand jour, pourrait ruiner non seulement sa future carrière mais aussi sa vie. Lorsque des hommes lui font savoir qu'ils sont en possession d'une vidéo l'impliquant dans un viol collectif commis cinq ans plus tôt après une soirée étudiante arrosée, Kyle n'a pas d'... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
3,4

sur 188 notes
5
2 avis
4
6 avis
3
8 avis
2
4 avis
1
2 avis

J'avais lu une cinquantaine de pages quand j'ai lu quelques critiques peu élogieuses.

Effronté comme toujours j'ai décidé de faire ma propre opinion.

Je ne l'ai pas regretté. John Grisham sait raconter une histoire de façon à ce qu'elle soit captivante. J'ai appris des choses incroyables mais je ne serais pas surpris qu'elles se passent comme ça dans certaines grosses firmes d'avocats.

Il m'a tenu en haleine jusqu'au bout. Meme si l'histoire se terminait d'une façon à laquelle nous ne sommes pas habitué c'est une conclusion non seulement plausible mais qui se retrouve certainement parfois dans la réalité.

Il pourrait même y avoir une suite

Commenter  J’apprécie          262

Sur les vingt-trois publiés, l'infiltré est le treizième bouquin que je lis de Grisham, toujours avec autant de plaisir.

Cethomme a un don. Ce don c'est la simplicité. Ici pas d'esbroufe, pas

d'écriture alambiquée, on écrit clairement, l'important c'est le lecteur

et pas l'ego du romancier, on en a pour son argent.

Donc dans un style sans ambage Grisham nous raconte cette histoire de chantage,

chantage d'autant plus facile que le personnage principal, Kyle a

vingt-cinq ans, est fragile, tout frais émoulu de l'école, à peine

diplômé et que des âmes mal intentionnées ont décidé de casser, de

briser son devenir, si ce n'est son avenir.

Kyle a les défauts de sajeunesse : pas besoin d'aide et surtout pas de papa. Mon père avait

raison disait Guitry, c'était à une autre époque, aujourd'hui qu'en

est-il ? Il faudra bien, cependant, qu'il y vienne et les choses

prendront une autre direction. Auparavant, Kyle, jouera à l'apprenti

espion, l'apprenti sorcier, embarquera un ex copain de fac dans sa

mouise, et, par ricochet et malgré ses avertissements, constatera

l'assassinat d'un autre ex copain de fac.

Oh, il est intelligent le bougre, il sort de Yale, ce n'est pas rien et il trouvera des appuis, de

l'aide, mais un peu tard, d'autant, qu'en face, l'ennemi est

redoutable.

Ici pas de plaidoirie, une analyse sans fioriture et sans faux-fuyant des campus américains et des gros cabinets d'avocats.

La bétise, ce soi-disant viol, dénoncé par une marie-couche-toi-là

repentie, classé par la police de Pittsburg est vite oubliée par les

participants. C'est là que Grisham pointe son doigt, non Messieurs, vous

avez tort alors mouchez-vous ! C'est trop facile de dire : oui nous

étions jeunes et ne savions pas ce que nous faisions. Drogue, sexe,

alcool, voyons c'est excusable et bien non ! Portez votre sac et

réfléchissez!

Autre aspect de son analyse, les grands cabinets

d'avocats. A la sortie des études, ils embauchent des jeunes à tour de

bras, qu'ils pressurent comme des citrons, offrant des salaires

mirobolants (200.000 $/an !) pour s'en servir de chauffeurs ou de

manutentionnaires, qu'ils sortent de Yale ou de Harvard !

Ludlum dans son Une invitation pour Matlock

dans les années 70, avait, de façon féroce, dénoncé les campus

universitaires américains et pointé, outre ce qui précède, la

manipulation politique et la tournure désastreuse proposée à toute cette

jeunesse dorée. Grisham enfonce le clou, d'autant que l'adversaire

n'est pas forcément celui que l'on croit.

Ce livre laisse sans répit,

l'intrigue monte en puissance avec justesse et intérêt croissants. Un

seul reproche, Grisham, laisse son lecteur sur sa faim de par sa

conclusion hâtive.

Une confirmation d'un talent d'écrivain qui n'écrit pas avec un préservatif sur sa plume (Frédéric Dard dixit).

Commenter  J’apprécie          44

John Ray Grisham né en 1955 dans l'Arkansas est avocat, auteur américain de romans judiciaires et de romans qui décrivent le sud rural des Etats-Unis. Il est surtout connu pour ses livres qui ont été portés à l'écran tels que La Firme (avec Tom Cruise et Gene Hackman), L'Affaire Pélican (avec Julia Roberts) ou encore le Maître du jeu (avec Dustin Hoffman et Gene Hackman) par exemple. l'infiltré et un roman datant de 2009.

Jeune diplômé en droit de l'université de Yale, Kyle McAvoy se prépare un bel avenir, courtisé par de nombreux cabinets d'avocats, il est recruté par l'un des plus grands au monde, basé à New York. Très vite il va déchanter quand de mystérieux inconnus menés par un certain Bernie le contactent, ils sont en possession d'une vidéo qui l'impliquerait dans un viol collectif avec trois autres copains, tournée quand il était encore étudiant. Contre leur silence, ils lui demandent de leur fournir les pièces du dossier ultra-secret concernant le procès en préparation géré par le cabinet d'avocats dont il dépend, un procès lié à la défense militaire et au Pentagone. Kyle qui se préparait à être avocat, se retrouve du jour au lendemain, espion !

Si l'on ne saura jamais vraiment qui sont Bernie et ses hommes détenteurs de la vidéo, on comprend tout de suite qu'ils ne manquent pas de moyens, financiers, technologiques et tout de barda sophistiqué des meilleures agences de surveillance de l'Etat (?). Et notre Kyle, va devoir la jouer fine pour slalomer entre les exigences du maître-chanteur et sauver son honneur et sa réputation, garanties de son avenir d'avocat.

Un roman bien épais et dodu, bien costaud et pour tout dire très réussi.

Le texte est dense, très détaillé, les cinq cents pages sont garanties sans gras et même les digressions ne manquent pas d'intérêt, la longueur du roman attisant l'impatience du lecteur qui se demande bien comment tout cela va finir.

Outre le suspense tenant en haleine, surtout quand l'un des participants de la vidéo se fait assassiner et l'entrée en scène du FBI, le roman nous plonge dans plusieurs thématiques. Bien entendu il y a le monde des avocats et des grands cabinets juridiques américains. La masse de travail réclamée aux collaborateurs, les horaires démentiels, l'implication permanente demandant une force surhumaine pour fournir dossiers et rapports avec comme carotte, des salaires démentiels et un train de vie fabuleux pour ceux qui tiennent le coup. Sur les pratiques de travail de ces cabinets et en particulier sur ce qu'ils facturent à leurs client, on se référera au chapitre 24, un déjeuner entre Kyle et son supérieur hiérarchique, où tout lui est dévoilé. Etourdissant !

Deux autres thèmes sont abordés. La notion de viol, la victime habituée des partouzes étudiantes alcoolisées était-elle consentante ou non ce soir-là ? Autre thème donnant lieu à de nombreuses pages, l'alcoolisme et les cures de désintoxication.

Un roman extrêmement dense, un suspense de bonne tenue et une fin ouverte, assez logique pour coller à la réalité de notre monde. Très bien.

Commenter  J’apprécie          30

Grisham propose un habile polar, qui joue sur les dilemmes d'un jeune avocat fraîchement diplômé, contraint par un groupe inconnu, sur la base d'une vidéo le montrant dans une soirée étudiante bien arrosé ayant mal tourné, à travailler pour une firme juridique pour mieux la trahir et trahir ses clients.

Sur fond de rivalités entre sociétés du monde de la défense prêtes à tout pour remporter des marchés, et en détaillant méticuleusement le fonctionnement des grands cabinets juridiques anglo-saxons, Grisham nous fait partager les angoisses de Kyle McAvoy, qui joue double-jeu, triple jeu, avec son employeur et avec ceux qui le manipulent. Face à toutes les options, McAvoy part perdant. Alors il se creuse les méninges.

Ce roman fait partie des premiers ayant suivi le grand succès de la Firme. On reste dans le domaine juridique, dans les cabinets d'avocats où l'obsession est la facturation du client à l'heure, mais le thriller se fait des plus vifs. Grisham attrape le lecteur, lui explique la situation catastrophique de son héros, cerné de partout, et va comme un magicien enchaîner les rebondissements.

Commenter  J’apprécie          70

Kyle McAvoy, brillant étudiant en droit à la faculté de Yale, est soumis à un dilemme : alors qu'un avenir professionnel radieux s'ouvre à lui, des faux (ou pas) agents du FBI lui ferment d'un coup toutes les portes : il devra intégrer un prestigieux cabinet d'avocats d'affaires de Wall Street afin de leur livrer des secrets dans une tractation opposant deux titans de l'armement et dans laquelle des centaines de milliards de dollars sont en jeu. Adieu le choix, adieu la vie « normale », le roman brosse un tableau assez saisissant de ces juristes qui travaillent cent heures par semaine pour les grands groupes qu'ils facturent jusqu'à huit cents dollars l'heure. Leur obsession est donc de facturer car, de toute façon, ces groupes ont de larges sommes qu'ils doivent épuiser. Tout le monde est donc content.

Kyle ne s'y fait pas et fait bien sûr trainer les infos qu'il pourrait fournir et cherche une porte de sortie en consultant lui-même des confrères et son propre père, avocat de campagne humaniste. Wall Street est donc ce Moloch qui broient les vies au nom du dieu argent. On ne peut que déplorer ce dualisme un peu simpliste et judéo-chrétien : la grande ville, c'est Sodome ou Gomorrhe et la campagne, c'est le bien, un peu cliché de "la Petite Maison dans la Prairie" si ce n'est que Grisham connaît son sujet et intéresse son lecteur justement en lui offrant de consulter les rouages de ce système où l'avocat a paradoxalement l'impression de perdre son temps en le passant au travail de l'aube jusqu'au soir. L'argent qu'il gagne en tant que junior, il n'a pas le temps de le dépenser. Quant à ses commanditaires, ils ne sont qu'une allégorie du capitalisme qui oblige la population à le choisir au-delà de tout jugement.

Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation

Voilà donc à quoi se réduit mon existence. Risquer l’emprisonnement pour viol en Pennsylvanie ou risquer la prison à New York pour vol de secrets. Et pourquoi pas de troisième voie ? Quatre années d’université, trois autres en faculté de droit, sept au total, plutôt couronnées de succès, tout le potentiel du monde, et je vais me transformer en voleur grassement rémunéré. Et il n’avait personne à qui parler.

Commenter  J’apprécie          50

À peu près quatre-vingts pour cent des étudiants de première année se disent attirés par le droit parce qu'ils veulent venir en aide aux autres. À un certain stade, toutefois, généralement au cours de la deuxième année, les choses commencent à changer. Les grands cabinets débarquent sur le campus pour y conduire des entretiens et entamer leurs procédures de sélection. Ils proposent des stages d'été, avec de jolis salaires et la perspective de dix semaines de plaisir et de matchs de base-ball à New-York, Washington ou San-Francisco. Plus important encore, ils détiennent les clefs de carrières lucratives. Au sein de la faculté de droit de Yale, comme dans toutes les universités prestigieuses, un fossé se creuse. Nombre de ceux qui se disaient si séduits par ces rêves vertueux de l'aide aux opprimés renversent subitement la vapeur et se prennent à rêver de leur réussite en première division de la carrière juridique à l'américaine

Commenter  J’apprécie          00

À 11 heures il se félicita car il était maintenant capable de facturer 800 dollars au client rien que pour tourner en voiture.

Commenter  J’apprécie          60

une fois soulagé de ce poids écrasant qui lui pesait sur les épaules, et respirant de nouveau à peu près normalement, Kyle jeta un oeil à sa montre. Il était plus de minuit. Il regarda Wright, enfin, quel que soit le vrai nom de ce type,et il eut envie de sourire, et même de le serrer dans ses bras, tout simplement parce qu'il n'était pas flic à Pittsburgh et ne lui délivrait pas d'acte d'accusation. Il n'y aurait pas d'arrestation, pas de poursuites, pas d'humiliation, et tout cela, pour Kyle, suscitait l'euphorie. Mais en même temps, il avait envie de se ruer de l'autre côté de la table et de lui flanquer son poing dans la figure, avec toute la violence dont il serait capable, de le renverser au sol et de le frapper à coup de pied jusqu'à ce qu'il ne remue plus.

Commenter  J’apprécie          00

Si le client était capable de payer 24 000 dollars pour un travail qui n'avait pas été effectué, alors il était très certainement capable de payer 24 000 dollars de plus.

Commenter  J’apprécie          20

Videos de John Grisham (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Grisham
Extrait du livre audio "Le Cas Nelson Kerr" de John Grisham lu par Patrick Kuban. Parution CD et numérique le 6 juillet 2022.
https://www.audiolib.fr/livre/le-cas-nelson-kerr-9791035408497/
autres livres classés : thriller juridiqueVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus





Quiz Voir plus

La dernière récolte de John Grisham

En quelle année se déroule cette histoire ?

1932
1942
1952
1962

11 questions
22 lecteurs ont répondu
Thème : La dernière récolte de John GrishamCréer un quiz sur ce livre