AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Véronique Grisseaux (Autre) Winoc (Autre)Amélie Causse (Autre)Emilien Varela de Casa (Autre)
EAN : 9782818986356
80 pages
Bamboo Edition (03/11/2021)
3.89/5   131 notes
Résumé :
« Enfin, après tant d’années d’impatience domptée, je vais savoir pourquoi elle s’emballait à ce point pour cacher le secret que renfermaient ces dix tiroirs. Ma grand-mère les nommait ses renferme-mémoire. »

À la mort de Rita, surnommée « l’Abuela », sa petite-fille hérite de l’intrigante commode qui avait jadis nourri toute sa curiosité et son imagination enfantines. Le temps d’une nuit, ouvrant ses dix tiroirs, elle découvre les secrets qui ont sce... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (39) Voir plus Ajouter une critique
3,89

sur 131 notes
5
16 avis
4
15 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
0 avis

cascasimir
  22 avril 2022
" Piensa en mi:
Si vous avez un chagrin profond, pensez à moi.
Si tienes un hondo penar, piensa en mí.
Si tu as envie de pleurer, pense à moi.
Si tienes ganas de llorar, piensa en mí."

La narratrice ( Olivia Ruiz? " Je me sentais porteuse d'un devoir de mémoire!) a découvert des secrets dans la commode aux tiroirs de couleurs, après la mort de Rita, l'abuela ( la grand-mère)..
"Maman, un secret, c'est fait pour être tu, c'est son essence même. le révéler, c'est rompre son existence, le faire partir en fumée".

Un premier secret : Rita en compagnie de ses soeurs, a traversé la frontière pour fuir la guerre civile, en Espagne... Les 3 soeurs ne reverront jamais leurs parents!

Une plongée émouvante dans l'intimité d'une famille mutique, comme... dans beaucoup de familles: l'exil, la traversée des Pyrénées à pied et le rejet des habitants de Narbonne!

Dans chacun des tiroirs, des objets-souvenirs (une médaille de baptême, un foulard bleu, des poèmes et des photos jaunies par le Temps! Et des graines de mûrier que l'on plante, à chaque naissance...)

A l'adolescence, Rita la rebelle va vivre une belle histoire d'amour...tragique, mais inoubliable qui marquera sa Vie et celle des générations futures à jamais.

"Prends ma vie, je n'en veux pas du tout
Quitarme la vida, no la quiero para nada,
Ça ne me sert à rien sans toi.
Para nada me sirve sín tí.
Pense à moi quand tu souffres, quand tu pleures,
Piensa en mí cuando sufras, cuando llores." Luz Casal.

"Qu'est-ce qu'un souffle de vie
Que es un soplo la vida
Que vingt ans ce n'est rien
Que veinte años no es nada
Pour un doux souvenir que je pleure à nouveau
A un dulce recuerdo que lloro otra vez"
Volver ( Revenir ) Carlos Gardel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1017
Winter-
  22 décembre 2021
Une histoire familiale de l'Espagne de Franco à la France de nos jours. Un récit prenant plein de délicatesse et de beauté qui s'égraine au fur et à mesure que les tiroirs de cette fameuse commode s'ouvrent et qu'apparaissent les photos, les souvenirs, tout ce qui fait un beau livre.
Ici l'histoire d'un exil, celle d'un déchirement mais aussi celle d'un amour indescriptible. Celle, romancée, de la famille espagnole d'Olivia Ruiz, de ses circonvolutions et de ses drames : et de leurs transmissions de génération en génération.
Une jeune fille hérite de la commode aux secrets de sa grand-mère - cette femme extraordinaire qui, fuyant le Franquisme, s'est réinventée ailleurs, en France - va enfin, en ouvrant les tiroirs, ôter le voile de son histoire, pour y trouver sa place.
Cette adaptation est à lire sans modération. On a l'impression de faire partie de la famille.
Commenter  J’apprécie          390
bilodoh
  16 février 2022
Une version graphique d'un roman biographique à succès.

En héritage de sa grand-mère, une jeune femme a reçu une commode aux tiroirs de couleur. C'est un meuble spécial puisque chaque tiroir recèle un morceau de l'histoire familiale, une histoire tragique remplie de drames et de secrets. Par exemple, le premier tiroir parle de l'enfance espagnole de la grand-mère, une petite fille heureuse jusqu'à ce que la guerre civile l'envoie en France avec ses soeurs, des réfugiées parmi des dizaines de milliers d'autres. Un déracinement qui sera aggravé par la mort de leurs parents. Les tiroirs suivants la verront devenir adulte, avec des amours et d'autres décès.

Je ne peux comparer l'oeuvre au roman original que je n'ai pas lu. Dans l'ensemble, j'ai bien aimé l'émotion des dessins qui me semblent plutôt réussis. Par contre, comme on passe rapidement d'un événement à l'autre, j'ai un peu l'impression d'être restée sur ma faim.
De plus, si au départ on est dans l'Histoire avec les bouleversements de la Guerre civile espagnole, tout lien avec l'actualité cesse par la suite. Pas de souvenirs de la Seconde Guerre mondiale ni des décennies suivantes, tout le roman est centré sur la vie personnelle de la grand-mère et ses soeurs (avec un dernier dernier tiroir pour le grand-père et sa nouvelle amoureuse…).

Une lecture agréable, sans plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          341
MassLunar
  26 décembre 2021
Adaptation directe du premier roman d'Olivia Ruiz, La Commode aux tiroirs de couleurs est un sympathique album signé Winoc et Amélie Grissaux (dont c'est la première bd !) au dessin ainsi que Veronique Grisseaux pour la réadaptation du scénario.
Le roman d'Olivia Ruiz s'était avéré plutôt plaisant : une chronique familiale autour d'une générations de femmes fortes, une écriture légère et musicale animée par les sons de l'Espagne. Sans être d'une transcendance totale, Olivia Ruiz a écrit un roman touchant et enlevé sur ses origines, le passé de sa famille et le combat de son abuela. C'est typiquement du pain bénie pour le label Grand Angle qui apprécie particulièrement ce type d'intrigue basée sur la famille et les générations, des intrigues humains sans exagérations, des tranches de vies reposant sur le fil de l'émotion.
Assez séduisante dans l'ensemble, cette bande dessinée possède un style très solaire qui colle à cette ambiance de chaude mélancolie qu'Olivia Ruiz avait imposé dans son livre. le tout se lit facilement au rythme des émotions et sentiments que dégage ce petit album porté par une colorisation lumineuse. Que nous soyons lecteur ou pas de l'oeuvre original , nous nous attachons rapidement à Rita, la vaillante Abuela qui, en compagnie de ses soeurs, a traversé la frontière pour fuir les phalangistes. Les portraits intimes basés sur l'immigration sont plutôt fréquents dans la littérature ou dans le neuvième art. En soi, le sujet abordé par Olivia Ruiz, ici la retirada vécu par les espagnols est des plus classiques ce qui n'empêche pas cette histoire personnelle de demeurer attachante, notamment grâce au point de vue de Rita, une femme forte qui donnera naissance à une génération tout affirmée.
En restant calqué sur le point de vue de Rita, nous avons cependant l'impression que la bd occulte un peu les personnages gravitant autour de cette dernière. Adaptation oblige, l'intrigue réduite dans cette version graphique peut paraître un petit peu lisse par moments, notamment en raison de personnages secondaires traités rapidement et qui donne l'impression de posséder une brève importance. Pour jolie et gracieuse que cette adaptation soit, votre humble chroniqueur n'est pas certain qu'elle demeure mémorable mais cela rentre aussi dans le domaine des bd Grand Angles qui proposent de jolies histoires humaines sans tomber dans des intrigues forcément impactant.
Notons toutefois la qualité du dessin d'Amélie Causse dont le dessin des personnages ressemble à celui de Carole Maurel, une dessinatrice dont le travail remarquable allie un style à la fois léger et dramatique. J'en profite pour vous conseiller l'excellent Collaboration Horizontale de cette scénariste et dessinatrice. Toujours est t-il que nous souhaitons bonne continuation à Amélie Causse pour la qualité de cette première oeuvre en bd.
Adaptation directe du premier roman d'Olivia Ruiz, La Commode aux tiroirs de couleurs est un sympathique album signé Winoc et Amélie Grissaux (dont c'est la première bd !) au dessin ainsi que Veronique Grisseaux pour la réadaptation du scénario.
Le roman d'Olivia Ruiz s'était avéré plutôt plaisant : une chronique familiale autour d'une générations de femmes fortes, une écriture légère et musicale animée par les sons de l'Espagne. Sans être d'une transcendance totale, Olivia Ruiz a écrit un roman touchant et enlevé sur ses origines, le passé de sa famille et le combat de son abuela. C'est typiquement du pain bénie pour le label Grand Angle qui apprécie particulièrement ce type d'intrigue basée sur la famille et les générations, des intrigues humains sans exagérations, des tranches de vies reposant sur le fil de l'émotion.
Assez séduisante dans l'ensemble, cette bande dessinée possède un style très solaire qui colle à cette ambiance de chaude mélancolie qu'Olivia Ruiz avait imposé dans son livre. le tout se lit facilement au rythme des émotions et sentiments que dégage ce petit album porté par une colorisation lumineuse. Que nous soyons lecteur ou pas de l'oeuvre original , nous nous attachons rapidement à Rita, la vaillante Abuela qui, en compagnie de ses soeurs, a traversé la frontière pour fuir les phalangistes. Les portraits intimes basés sur l'immigration sont plutôt fréquents dans la littérature ou dans le neuvième art. En soi, le sujet abordé par Olivia Ruiz, ici la retirada vécu par les espagnols est des plus classiques ce qui n'empêche pas cette histoire personnelle de demeurer attachante, notamment grâce au point de vue de Rita, une femme forte qui donnera naissance à une génération tout affirmée.
En restant calqué sur le point de vue de Rita, nous avons cependant l'impression que la bd occulte un peu les personnages gravitant autour de cette dernière. Adaptation oblige, l'intrigue réduite dans cette version graphique peut paraître un petit peu lisse par moments, notamment en raison de personnages secondaires traités rapidement et qui donne l'impression de posséder une brève importance. Pour jolie et gracieuse que cette adaptation soit, votre humble chroniqueur n'est pas certain qu'elle demeure mémorable mais cela rentre aussi dans le domaine des bd Grand Angles qui proposent de jolies histoires humaines sans tomber dans des intrigues forcément impactant.
Notons toutefois la qualité du dessin d'Amélie Causse dont le dessin des personnages ressemble à celui de Carole Maurel, une dessinatrice dont le travail remarquable allie un style à la fois léger et dramatique. J'en profite pour vous conseiller l'excellent Collaboration Horizontale de cette scénariste et dessinatrice. Toujours est t-il que nous souhaitons bonne continuation à Amélie Causse pour la qualité de cette première oeuvre en bd.
Cette version bd de la Commode aux tiroirs de couleurs ne sera peut-être pas un souvenir impérissable. Son intrigue sans réelles surprises et le sous-traitement de ses personnages secondaires peinent à relever ce titre qui demeure cependant une jolie et forte histoire auréolé par un style solaire, une héroine remarquable et un agréable flots de sentiments.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Sarahfolledelecture
  08 novembre 2021
Parce que j'ai pu découvrir l'album avant sa sortie officielle, parce ce que ce roman est un petit bijou et parce que son adaptation graphique est vraiment une réussite, je ne pouvais pas vous laisser passer la journée sans vous faire découvrir ce coup de coeur.
De superbes graphismes, très réalistes, qui nous content l'exil de Rita qui fuit la guerre civile Espagnole. Débarquée très jeune en France avec ses deux soeurs, Rita va mener un parcours semé de péripéties, de rencontres et de drames.
C'est en léguant à sa petite fille Nina une commode aux tiroirs colorés, qu'elle va dévoiler son histoire et ses secrets. Nina, en ouvrant tiroirs après tiroirs, va comprendre, s'émouvoir, pleurer, sourire… Son Abuela chérie était une sacrée nana ! Ce roman poignant est un très bel hommage aux femmes.
J'ai reçu cette BD pour un partenariat avec les éditions Grand Angle que je remercie mille fois de ce beau cadeau ! J'admire vraiment le travail réalisé pour cet album par les auteurs et dessinateurs.
La narration par l'image est vraiment passionnante, j'aime de plus en plus les romans graphiques ! Quel plaisir de mettre un visage sur les personnages de ce beau roman. Les planches transpirent la poésie !
Je rêverai de voir cette histoire au cinéma… Qui sait ?
Un livre à découvrir sans plus attendre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100


critiques presse (3)
Bedeo   16 mars 2022
La commode aux tiroirs de couleurs est une BD à lire, une histoire dure mais très belle, ancrée dans une réalité historique. Comment garder en mémoire son passé sans que celui-ci nous écrase ?
Lire la critique sur le site : Bedeo
Sceneario   23 novembre 2021
C’est un réel exploit pour la scénariste d’être parvenue à condenser en un seul album le roman. L’âme des personnages, l’intrigue, la force des sujets abordés ne se sont pas perdus en route. Les dessins sont également très réussis. Ils sont raffinés et d’une grande douceur, baignés de belles couleurs chatoyantes.
Lire la critique sur le site : Sceneario
LigneClaire   08 novembre 2021
Le travail graphique est très élaboré bien que le réalisme soit un peu aplani. L’histoire tient bien sûr parfaitement la route comme le roman. On est dans une chronique à la fois très familiale, humaine, et historique, dramatique, sentimentale. Indépendance, intégration, mémoire, racines, des générations qui savent ce que se battre et souffrir ont voulu dire pour un bonheur rare.
Lire la critique sur le site : LigneClaire
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
Winter-Winter-   22 décembre 2021
Mieux vaut croire au père Noël et souffrir d'apprendre son inexistence que de ne pas goûter au plaisir de la rêverie infinie qu'il engendre.
Commenter  J’apprécie          81
Winter-Winter-   22 décembre 2021
Maman, un secret, c'est fait pour être tu, c'est son essence même. Le révéler, c'est rompre son existence. Le faire partir en fumée. Et là, la vengeance du secret devient terrible.
Commenter  J’apprécie          50
LesvoyagesdelyLesvoyagesdely   06 novembre 2021
J’écrirais encore pour toi, abuela. Pour Nina. Pour le reste de la tribu, pour ceux que le secret gangrène, ceux dont l’âme et l’identité se sont perdues au cours du voyage. Parce que j’ai appris de toi que se construire avec une histoire même riche de blessure, d’épreuves surmontées autant que de miracles accueillis, c’est une chance, et parce qu’une commode bien remplie, ça rend l’imagination des enfants incroyablement fertile.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MdraMdra   03 novembre 2021
Mieux vaut croire au Père Noël et souffrir d'apprendre son inexistence que de ne pas goûter au plaisir de la rêverie infinie qu'il engendre, non?
Commenter  J’apprécie          30
PGillyPGilly   09 décembre 2021
J'ai l'impression d'être un trophée pour lequel on s'est battu, et qu'on oublie ensuite sur l'étagère.
Commenter  J’apprécie          31

Lire un extrait
autres livres classés : guerre civile espagnoleVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1271 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre