AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
3,87

sur 189 notes
5
20 avis
4
24 avis
3
7 avis
2
1 avis
1
0 avis
cascasimir
  22 avril 2022
" Piensa en mi:
Si vous avez un chagrin profond, pensez à moi.
Si tienes un hondo penar, piensa en mí.
Si tu as envie de pleurer, pense à moi.
Si tienes ganas de llorar, piensa en mí."


La narratrice ( Olivia Ruiz? " Je me sentais porteuse d'un devoir de mémoire!) a découvert des secrets dans la commode aux tiroirs de couleurs, après la mort de Rita, l'abuela ( la grand-mère)..
"Maman, un secret, c'est fait pour être tu, c'est son essence même. le révéler, c'est rompre son existence, le faire partir en fumée".


Un premier secret : Rita en compagnie de ses soeurs, a traversé la frontière pour fuir la guerre civile, en Espagne... Les 3 soeurs ne reverront jamais leurs parents!


Une plongée émouvante dans l'intimité d'une famille mutique, comme... dans beaucoup de familles: l'exil, la traversée des Pyrénées à pied et le rejet des habitants de Narbonne!


Dans chacun des tiroirs, des objets-souvenirs (une médaille de baptême, un foulard bleu, des poèmes et des photos jaunies par le Temps! Et des graines de mûrier que l'on plante, à chaque naissance...)


A l'adolescence, Rita la rebelle va vivre une belle histoire d'amour...tragique, mais inoubliable qui marquera sa Vie et celle des générations futures à jamais.


"Prends ma vie, je n'en veux pas du tout
Quitarme la vida, no la quiero para nada,
Ça ne me sert à rien sans toi.
Para nada me sirve sín tí.
Pense à moi quand tu souffres, quand tu pleures,
Piensa en mí cuando sufras, cuando llores." Luz Casal.


"Qu'est-ce qu'un souffle de vie
Que es un soplo la vida
Que vingt ans ce n'est rien
Que veinte años no es nada
Pour un doux souvenir que je pleure à nouveau
A un dulce recuerdo que lloro otra vez"
Volver ( Revenir ) Carlos Gardel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1037
LydiaB
  21 mai 2022
Je n'ai pas lu le roman d'Olivia Ruiz mais je peux vous assurer que je vais très vite réparer cet oubli. Car à la lecture de ce bel album, j'ai eu l'estomac noué, la gorge serrée, les larmes aux yeux… et je ne pense pas que cela vienne des allergies au pollen !

À la mort de sa grand-père, une jeune femme hérite de sa commode, la fameuse commode aux dix tiroirs colorés que personne n'avait le droit d'ouvrir. Elle découvre ainsi son histoire et celle de sa famille sur fond de guerre civile.

J'ai tout aimé dans cette BD ! Les dessins, les couleurs, le texte… Et cette histoire résonne particulièrement en moi car j'ai également des racines espagnoles du côté de mon grand-père maternel et des interrogations qui, malheureusement, resteront sans réponse…

Lien : https://promenadesculturelle..
Commenter  J’apprécie          586
Erik_
  21 juin 2022
Olivia Ruiz en plus d'être une remarquable chanteuse a écrit également d'excellents livres comme la commode aux tiroirs de couleurs. C'est en effet un roman d'amour qui dresse le portrait de 4 générations en mêlant les secrets de famille et les tourments de l'histoire notamment la guerre d'Espagne.

J'ai beaucoup aimé cette fresque familiale qui est par moment assez poignante. Il est vrai que la vie nous réserve parfois de bonnes et de mauvaises choses en fonction de notre destin individuel.

Le thème central est celui du déracinement. Malheureusement, l'actualité récente nous rappelle que certains peuples peuvent fuir leur patrie pour de bonnes raisons. Il faut alors recommencer à vivre et à reconstruire avec courage ce qui n'est pas facile sans les attaches du passé.

On va suivre plusieurs femmes à caractère de la dictature franquiste à nos jours. Il y aura plusieurs étapes clés qui sont comme autant de souvenirs tirés d'un tiroir de la fameuse commode qu'une grand-mère qui vient de mourir a léguée à sa petite fille.

Le graphisme est assez accessible avec des couleurs assez chaleureuses. Je regrette juste quelques ressemblances entre certains personnages ce qui provoquent un peu de confusion.

Au final, nous avons un album de bonne qualité avec une adaptation de roman très bien retranscrite sur le format de la BD ce qui permet à un public qui ne lit jamais de livre (dont je fais partie) de pouvoir bénéficier d'une belle histoire qui nous touche en plein coeur.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          571
elea2022
  31 octobre 2022
J'ai fait une incursion de loisir dans cette BD sur mon lieu de vacances : j'en ai aimé le graphisme, mais le contenu, la narration, m'ont déçue. Précisons que je n'ai pas lu le roman dont est tirée cette adaptation.

La guerre d'Espagne, c'est un sujet que je connais bien, et dans un premier temps, il est abordé de manière vivante et intéressante. La recherche d'une autre vie à Barcelone, alors même que les parents reprennent leur lutte politique, puis les nouveaux déboires et la nécessité d'émigrer en France, ou plutôt de faire partir leurs filles. C'est de là, me semble-t-il, que le train déraille : si les événements politiques sont encore évoqués, avec les maquisards aux mains coupées par les troupes franquistes, l'héritage politique et social de Rita est rapidement évacué. Se peut-il que la jeune femme n'ait jamais cherché à savoir ce qu'étaient devenus Jaime et Angélita, par exemple ? On croit comprendre qu'ils ont été déportés au camp de Gurs dès l'arrivée en France, ce n'est pas rien. Lorsqu'elles arrivent dans l'immeuble du quartier des Gitans à Narbonne, il me semble qu'ils y avait un beau contexte à représenter, mais finalement, on s'en fiche, on ne s'intéresse qu'au nombril de Rita.

Car Rita, la grand-mère ("Abuela") de Nina, la jeune femme qui a hérité de la commode aux tiroirs de couleur à la mort de cette dernière, confie à sa petite-fille ses chagrins intimes et secrets de famille. Mais quels secrets au juste ? Son ascendance espagnole qui aurait été jusque-là inconnue, et qui plus est, anti-franquiste ? Ou la naissance de sa fille Calli d'un autre père qu'André, qui l'a adoptée ? Rita a vécu une parenthèse enchantée avec Rafael, militant espagnol comme sa mère Pépita, parenthèse qui a tourné à la tragédie après la mort du jeune homme. Je ne peux trop dévoiler l'histoire, mais l'attitude égoïste et inconséquente de Rita lorsqu'elle se rend en Espagne, abandonnant sa fille avec moult auto-justification, m'a rebutée. Je n'ai pas aimé cette vision hystérique "des femmes", forcément colorées, chaleureuses et "pleines de vie". Cela m'a un peu laissée de marbre.

Et puis, comme quelqu'un l'a écrit, le dernier chapitre, cette quête d'une appétissante prostituée de moins de 30 ans pour Papi (rappelez-moi - l'homme qui a rendu sa chère grand-mère malheureuse à force de rétention affective ? - c'est beau la solidarité féminine !) qui à 82 ans, vous comprenez, a encore des appétits... m'a coupé la chique. L'impression globale que je conserve, en lisant que la jeune femme (l'héritière de la commode de sa grand-mère) se vante d'être "bienveillante et manipulatrice" comme sa grand-mère, ne jette pas le meilleur jour sur l'oeuvre et cet héritage culturel de femme espagnole et fière de l'être. Je serais injuste de condamner le roman d'Olivia Ruiz, mais je n'en tenterai pas la lecture, ce n'est pas pour moi. Je mets trois étoiles pour le graphisme, qui est quand même beau et soigné, le choix des couleurs, la vision de cette France historique, conservant quelques échos étouffés du bruit et de la fureur des prémisses de la Seconde Guerre mondiale, avec les luttes acharnées des Républicains en Espagne, et la terrible répression sous Franco.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5610


Winter-
  22 décembre 2021
Une histoire familiale de l'Espagne de Franco à la France de nos jours. Un récit prenant plein de délicatesse et de beauté qui s'égraine au fur et à mesure que les tiroirs de cette fameuse commode s'ouvrent et qu'apparaissent les photos, les souvenirs, tout ce qui fait un beau livre.

Ici l'histoire d'un exil, celle d'un déchirement mais aussi celle d'un amour indescriptible. Celle, romancée, de la famille espagnole d'Olivia Ruiz, de ses circonvolutions et de ses drames : et de leurs transmissions de génération en génération.

Une jeune fille hérite de la commode aux secrets de sa grand-mère - cette femme extraordinaire qui, fuyant le Franquisme, s'est réinventée ailleurs, en France - va enfin, en ouvrant les tiroirs, ôter le voile de son histoire, pour y trouver sa place.

Cette adaptation est à lire sans modération. On a l'impression de faire partie de la famille.
Commenter  J’apprécie          430
Roggy
  18 novembre 2022
« Les générations qui suivent celles des exilés transportent une part de l'histoire de leurs ancêtres »

Le roman d'Olivia Ruiz est avant tout un hommage aux exilés et à la différence.
La commode aux tiroirs de couleurs n'est pas un roman autobiographique mais la romancière française a décidé de donner de la voix à des personnages de fiction qui partagent l'histoire de ses ancêtres afin de retracer de manière indirecte les histoires que ses aïeux n'ont jamais eu la force de lui raconter.

Olivia Ruiz a compris qu'écrire signifie faire un geste ultime de déminage intérieur, comme l'opération de la dernière chance, préparée avec une infinie conscience du besoin d'exorciser l'héritage qu'elle porte.

« Assassiner le silence et découdre les bouches », ses propres mots résonnent dans l'adaptation très réussie de ce roman graphique qui illustre une triste page de l'histoire du peuple espagnol, de ses « retirantes » qui ont connu le déracinement et traversé tant de difficultés et ont dû affronter la méfiance et l'hostilité de leur pays d'accueil.

Le rythme est soutenu par une structure qui attise la curiosité et qui nous renvoie peut-être à nos propres tiroirs personnels.
Ils enferment des souvenirs, des destins heureux ou tragiques marqués par la quête de la liberté.



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
bilodoh
  16 février 2022
Une version graphique d'un roman biographique à succès.

En héritage de sa grand-mère, une jeune femme a reçu une commode aux tiroirs de couleur. C'est un meuble spécial puisque chaque tiroir recèle un morceau de l'histoire familiale, une histoire tragique remplie de drames et de secrets. Par exemple, le premier tiroir parle de l'enfance espagnole de la grand-mère, une petite fille heureuse jusqu'à ce que la guerre civile l'envoie en France avec ses soeurs, des réfugiées parmi des dizaines de milliers d'autres. Un déracinement qui sera aggravé par la mort de leurs parents. Les tiroirs suivants la verront devenir adulte, avec des amours et d'autres décès.

Je ne peux comparer l'oeuvre au roman original que je n'ai pas lu. Dans l'ensemble, j'ai bien aimé l'émotion des dessins qui me semblent plutôt réussis. Par contre, comme on passe rapidement d'un événement à l'autre, j'ai un peu l'impression d'être restée sur ma faim.

De plus, si au départ on est dans l'Histoire avec les bouleversements de la Guerre civile espagnole, tout lien avec l'actualité cesse par la suite. Pas de souvenirs de la Seconde Guerre mondiale ni des décennies suivantes, tout le roman est centré sur la vie personnelle de la grand-mère et ses soeurs (avec un dernier dernier tiroir pour le grand-père et sa nouvelle amoureuse…).

Une lecture agréable, sans plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          351
Ambere
  30 septembre 2022
Hier je suis encore allée faire une Razzia à la mediatheque et dans mon butin se trouve cette merveille qu'est l'adaptation du roman d'Olivia Ruiz, la commode aux tiroirs de couleurs.

Je n'ai pas encore lu le livre mais ce roman graphique me faisait de l'oeil et je suis bien heureuse d'avoir craqué.

Qu'il est magnifique ! Comment en si peu de pages, avec ces superbes dessins et textes cette chouette équipe est arrivée à faire passer tellement d'émotions!!

C'est la première fois que je lis un tel roman et je ne savais pas à quoi m'attendre... J'ai pris un plaisir immense à découvrir l'histoire de Rita , de sa vie d'enfant en Espagne, sa fuite vers la Catalogne puis la France, pour fuir la répression franquiste... Au travers de dessins et de textes si justes... Qu'ils m'ont arraché plusieurs fois des larmes.

Petite fille et arrière petite fille moi-même d'immigrés, cette histoire résonne particulièrement en moi et je sais un peu au travers des récits de ma famille la douleur de quitter les siens, et l'immense difficulté d'intégration en France...

Résumé : "Lorsque le temps d'une nuit, une commode se transforme en machine à remonter le temps et qu'Olivia Ruiz ouvre chacun de ses tiroirs, on voyage de l'Espagne à Marseille, dans une famille aussi colorée qu'elle et c'est un pur plaisir !"

Bonne lecture 💙
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Sarahfolledelecture
  08 novembre 2021
Parce que j'ai pu découvrir l'album avant sa sortie officielle, parce ce que ce roman est un petit bijou et parce que son adaptation graphique est vraiment une réussite, je ne pouvais pas vous laisser passer la journée sans vous faire découvrir ce coup de coeur.

De superbes graphismes, très réalistes, qui nous content l'exil de Rita qui fuit la guerre civile Espagnole. Débarquée très jeune en France avec ses deux soeurs, Rita va mener un parcours semé de péripéties, de rencontres et de drames.
C'est en léguant à sa petite fille Nina une commode aux tiroirs colorés, qu'elle va dévoiler son histoire et ses secrets. Nina, en ouvrant tiroirs après tiroirs, va comprendre, s'émouvoir, pleurer, sourire… Son Abuela chérie était une sacrée nana ! Ce roman poignant est un très bel hommage aux femmes.

J'ai reçu cette BD pour un partenariat avec les éditions Grand Angle que je remercie mille fois de ce beau cadeau ! J'admire vraiment le travail réalisé pour cet album par les auteurs et dessinateurs.

La narration par l'image est vraiment passionnante, j'aime de plus en plus les romans graphiques ! Quel plaisir de mettre un visage sur les personnages de ce beau roman. Les planches transpirent la poésie !

Je rêverai de voir cette histoire au cinéma… Qui sait ?

Un livre à découvrir sans plus attendre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
orbe
  29 octobre 2021
Destin de femmes.

À partir des lettres confiées, une jeune femme retrace, sur quatre générations, le parcours des femmes de sa famille.

Fuyant la dictature espagnole, Rita et ses deux soeurs ainées arrivent en France où la présence d'un oncle contribue à leur sortie rapide des camps de réfugiés.

Logées dans le quartier gitan de Narbonne, elles vont travailler à la tâche pour survivre et lier leur vie à ce quartier.

À sa majorité, Rita les quitte pour s'installer à Toulouse où elle espère s'intégrer totalement, mais la vie en a décidé autrement...

J'ai beaucoup aimé cette bande dessinée qui évoque la reconstruction d'une cellule familiale forte à partir des femmes.

Elle évoque tout d'abord la guerre d'Espagne et l'arrivée des familles des combattants dans le sud de la France avec le racisme et l'exclusion.

Ce sera cependant aussi leur force de pouvoir se retrouver et de compter les uns sur les autres, au-delà des liens de sang, notamment dans les moments difficiles.

Si les péripéties et les drames sont nombreux, l'héroïne tente d'aller de l'avant en permanence afin de sauver sa famille et ses valeurs.

Mon passage préféré est "Le sac de graines" avec l'association entre les naissances et la plantation d'un arbre, ce qui permet d'installer ses racines.

Les dessins sont réussis avec des colorations douces qui évoque les teintes sépia et une certaine nostalgie. le scénario accompagne efficacement ces trajectoires de femmes.
Lien : https://www.nouveautes-jeune..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100







Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4630 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre