AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782874895531
165 pages
Éditeur : Weyrich (06/06/2019)

Note moyenne : 4.08/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Bibliophile passionné, Stanislas Barberian parcourt la France et la Belgique à la recherche de pièces rares. En visite à Charleroi, au cœur du Pays noir où il est né, il se trouve mêlé à la mort accidentelle d’un juge d’instruction à la réputation sulfureuse. Accidentelle ? Voire… Le bouquiniste met le doigt sur un élément troublant, au grand dam du commissaire chargé de l’enquête et qui goûte fort peu l’intrusion d’un « civil » dans ses affaires.
Persuadé qu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
saigneurdeguerre
  29 juin 2019
L'hiver est là. Glacial ! L'eau de la Sambre ne doit pas dépasser les trois degrés. Quand un corps est repêché, l'enquête conclut rapidement à un accident : un joggeur, glisse le long de l'eau et son coeur ne résiste pas au choc thermique.
Passant par là en compagnie du procureur Oscar Lambermont à qui il est venu acheter des livres de l'éditeur Hetzel, Stanislas Barberian, expert en manuscrits anciens et livres rares, a le regard attiré par un objet jaune flottant à la surface de l'eau. Une fois cet objet repêché, il attire l'attention du procureur sur sa particularité et commence à poser des questions qui intriguent suffisamment Oscar Lambermont que pour qu'il décide de rouvrir l'enquête… Il faut dire que la victime n'est autre que le juge d'instruction Jean-Régis de Chassart…
Alors ? Règlement de comptes voulu par un gredin que le juge a expédié en prison ? Tentative pour faire échouer une enquête du juge ? Ou… une affaire privée, le juge étant connu pour aller voir ce qu'il y a sous les jupes des filles ? Chassart est un chasseur de jupons… Mais est-ce suffisant pour justifier son assassinat ?
Critique :
Un polar comme je les aime : dès le début, après une présentation des protagonistes, nous sommes directement embarqués dans une enquête qui fleure bon le réalisme et qui donne envie d'aller se promener le long de la Sambre. L'auteur décrit assez fidèlement les lieux dont il parle ce qui permet aux personnes qui les connaissent d'être « témoins » des drames qui surviennent dès le début du récit.
Le personnage du libraire spécialiste en livres anciens, Stanislas Barberian, qui est le véritable déclencheur de l'enquête et qui, à plus d'une reprise, la fait progresser est sympathique et bourré d'un tas de qualités qui le rendent attachant.
Voilà un très bon polar qui trouve une fin surprenante, totalement inattendue. La Belgique aurait-elle accouché d'un nouveau Simenon ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          201
Emilyvalentine
  13 janvier 2020
Je rattrape mon retard car je ne pouvais pas laisser ce livre sans critique.
J'ai vraiment aimé ce roman policier d'un autre temps mais d'un temps qui me plaît. le temps où on prend le temps. C'est au gré de l'eau que nous suivons l'enquête sur le meurtre d'un juge d'instruction. La police pense que le juge, assez chaud lapin, est mort accidentellement en tombant dans la Sambre lors de son jogging mais, c'était sans compter sur Stanislas Barberian qui met en lumière les éléments qui vont confirmer le meurtre. Stanislas, bouquiniste, passe sa vie entre Bruxelles ( sa compagne) et Paris (sa librairie). C'est en sa compagnie que nous suivons l'enquête et je vous avoue que nous sommes en agréable compagnie.
Ce roman policier n'a rien d'un thriller au suspens intense mais il a d'autres qualités notamment ses personnages, son décor.
On peste et s'impatiente avec Stanislas et quand on pense détenir la clé du mystère et ben, ké nenni.
Stanislas est truculent, sensible, empathique,...Les personnages secondaires sont dépeints de telle manière qu'on ne peut que les trouver attachants.
J'ai découvert un lieu que je ne connaissais pas et qui m'a donné l'envie de m'y balader. On sent l'amour de l'auteur pour sa région souvent critiquée mais lui, nous en donne une vision positive notamment au travers du métier de batelier.
L'auteur n'a sans doute pas envie d'être comparé mais c'est vrai qu'il m'a fait penser à Simenon. Et j'étais tellement plongée dans un autre temps que ça me faisait drôle d'être dans une réalité contemporaine. Je trouvais anachronique le portable qui sonne alors que, c'était tout à fait normal.
Bref, un vrai moment de plaisir, de dépaysement que je vous conseille de partager et perso, j'en redemande... Vade retro Félicien 😉
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1311

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
saigneurdeguerresaigneurdeguerre   29 juin 2019
Ses questions précises et les liens qu’il réussissait à tisser entre des détails parfois anodins finissaient par former un filet bien serré dans lequel la plupart des coupables venaient s’entortiller, ligotés par leurs propres contradictions.
Commenter  J’apprécie          70
saigneurdeguerresaigneurdeguerre   29 juin 2019
Depuis lors, elle ne travaille plus et s'occupe, comme elle dit, "du ménage". Ce qui ne doit pas la fatiguer beaucoup, car chaque fois que nous l'avons rencontrée chez elle, il y avait une femme de charge à la maison.
Commenter  J’apprécie          30

Lire un extrait
autres livres classés : charleroiVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Français ou Belge ?

Georges Simenon

Francais
Belge

10 questions
344 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature française , littérature belgeCréer un quiz sur ce livre