AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Carole Delporte (Traducteur)
EAN : 9782709628891
417 pages
Éditeur : J.-C. Lattès (14/11/2007)

Note moyenne : 4.04/5 (sur 150 notes)
Résumé :
Si le chien est le meilleur ami de l'homme, il peut parfois être le pire. C'est ce que vont découvrir John et Jenny Grogan, quand ils décident d'acheter un labrador peu de temps après leur mariage, afin de tester leurs capacités parentales. D'adorable petite boule de poils, Marley se transforme en un mastodonte de quarante-cinq kilos, qui détruit tout sur son passage, dévore quantité de nourriture et d'objets en tout genre, et témoigne d'une affection aussi débordan... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (39) Voir plus Ajouter une critique
darkmoon
  18 novembre 2013
Impossible d'avoir un avis objectif sur ce roman. le sujet canin a toujours divisé le monde en deux : ceux qui ne voient pas l'intérêt d'avoir un chien, voire les exècrent carrément, et ceux qui les adorent (parfois un peu trop...). Il y a de grandes chances pour que les premiers vivent cette expérience comme une torture. Tandis que les seconds risquent fort de tomber dans le piège mélodramatique tendu par l'auteur. Je fais partie de la deuxième catégorie et assume parfaitement le fait d'avoir versé une larme à la fin. J'ai été agréablement surprise par la tournure que prend assez rapidement l'histoire. En effet, alors que l'on s'attend à une énième comédie canine dont la seule originalité serait centrée sur le chien, il s'avère en réalité que c'est la vie de toute la famille qui est le réel sujet. Et le roman est loin d'être la succession de gags qu'on s'imagine. de plus, les gags présents ici n'ont rien d'envahissant, et sont extraordinairement bien employés ! Il m'est arrivé plusieurs fois de rire de la voracité et de l'énergie de Marley. Ce chien est une vraie terreur, d'où un grand nombre de passages à mourir de rire! On est embarqué sans le vouloir et c'est un vrai régal.
Marley et moi se révèle bien plus subtile qu'il n'y parait et est plutôt drôle. Cette autobiographie parle de vérité que ce soit sur la lassitude du couple, du mariage, de l'immaturité, tout ce qui peut constituer un couple et le conformisme américain avec tous les clichés habituels mais justement ici on décide d'aller un peu plus loin et de ne pas faire une comédie canine pleine de facilité et d‘idioties. le tout fonctionne, c'est rythmé, touchant, intelligent et l'humour n'a rien de lourd. le divertissement est des plus agréables. Certes, c'est inévitablement prévisible, le pathos n'est pas loin et la morale sous-jacente sur l'éducation d'un animal de compagnie et 'comment réussir sa vie' pourrait agacer mais le couple que forme John et Jenny Grogan est tellement attachant qu'on ne peut que succomber. En plus, j'ai vraiment apprécié le côté pas exceptionnel du tout. Car la vie c'est également beaucoup de banalité, mais une banalité essentielle. Je pense que cette histoire est avant tout une histoire sur la naissance d'une famille et toutes les difficultés qui en découlent, où il faut faire conjuguer priorité du jour et ambitions individuelles. le chien Marley incarne cette dualité dans le regard des protagonistes, puis incarne la coexistence dans celui des enfants grandissants. Très banal, et très réussi. Bon, il ne faut pas non plus s'attendre à une étude sociologique sur les relations homme/femme, le roman reste léger même s'il réussit, ô grande surprise, à nous arracher des larmes en fin de parcours. Et oui on passe du rire aux larmes sans l'avoir vu venir. Au final, peu importe la dimension et l'étendue du scénario, ce sont de toute façon les sentiments qui dominent ici. Et après tout, c'est ce qu'on demande d'un bouquin : de l'émotion.
"Donnez-lui votre coeur et il vous donnera le sien", disait John Grogan. Je crois que cette phrase résume fort bien cette oeuvre profonde, humaine, émouvante et marrante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          241
Pixie-Flore
  12 juin 2013
A la fois drôle et touchant, John Grogan réussi parfaitement à retracer la relation que crée un maître affectueux attentionné et patient avec un animal plein d'entrain. Ce témoignage autobiographique permet de se rendre compte de tout ce qu'engendre l'adoption d'un nouveau compagnon à quatre pattes. L'auteur met en garde les lecteurs de toutes les responsabilités, de tous les inconvénients que peut entraîner la prise d'un chien. Mais il leur montre également toute la joie, le réconfort que celui-ci peut apporter avec toute la peine que cela peut signifier en cas de décès.
Au final, c'est une belle histoire d'amour que nous présente John Grogan, une histoire d'amour qui a du chien.
Commenter  J’apprécie          254
iz43
  03 janvier 2017
Je suis passée par tous les états d'âmes avec ce roman-témoignage. J'ai même fini le livre en larmes.
Nous suivons les aventures d'un jeune couple Jenny et John Grogan alors qu'ils adoptent un jeune chiot labrador sur un coup de coeur. Alors qu'ils sont sur le départ de la maison d'élevage, un monstre de chien surgit de la forêt, énorme tornade. C'était le père ! Cela laissait présager la suite. Effectivement le chiot grandit très vite et atteint le poids respectable de 44 kg. Il devient aussi incontrôlable, insupportable et infernal. J'ai ri de beaucoup de situations mais si ça avait été mon chien, j'aurais vraiment piqué des crises de nerfs ! Comme lorsque Marley entraîne la table en fer forgé à laquelle il est attaché à la terrasse d'un café pour aller renifler un caniche. Ou alors lorsqu'il passe à travers les portes vitrées ou qu'il a peur de l'orage ou lorsqu'il bave de partout. Mais au fur et à mesure du récit, j'ai vu le profond attachement de Marley envers ses maîtres et inversement. La loyauté et l'affection qui unissent le chien et ses maîtres sont magnifiques.
J'ai beaucoup apprécié cette lecture. Je la recommande à ceux qui aiment les chiens et ceux qui comme moi ne sont pas vraiment motivés à l'idée de prendre un chien à la maison. Ils changeront peut être d'avis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
fleya
  24 juillet 2017
Une claque! Voilà l'effet de surprise que j'ai eu venant de ce livre!
Je pensais lire un roman "gnangnan", mal écrit, kitsch , lourdaud ...
Finalement, "Marley et moi" est un véritable bijou. Une ode à l'amour de nos amis à 4 pattes. J'ai moi même un chien "horrible", un vrai chien bêtise à qui je ne peux m'empêcher tous les jours de lui faire des reproches au point d'en arriver parfois à être injuste... et bien, croyez le ou non... ce livre a complètement changé ma façon d'agir avec mon chien... c'est difficile qu'un livre arrive à avoir autant d'impact sur nos vies. Mais ça l'a été pour moi! Il n'y a pas une page où j'ai eu un sourire, un chapitre où j'ai éclaté de rire, un paragraphe où je n'ai pu m'empêcher de faire la comparaison.
Un livre tendre, profond, drôle et à la fois émouvant.
Beaucoup de gens autour de moi ont vu le film. Ce n'est pas mon cas. Ce livre est une véritable réussite remplie d'une bonne bouffée d'air où l'auteur a réussi son pari... rendre Marley immortel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          157
Errant
  05 septembre 2018
Je ne peux émettre un avis un tant soit peu “objectif” sur ce livre. Car j'aime les chiens, j'en ai plusieurs et j'ai vécu beaucoup de situations avec eux, bonnes comme moins agréables. Pas étonnant donc que j'ai avalé ce roman comme une bonne bouffe, pas gastronomique, mais tellement savoureuse! J'ai retrouvé là ce que tous “propriétaires” de chiens (quelle expression déplorable...) ont sans doute éprouvé lors de ce compagnonnage: incrédulité, joie, déception, fou rire, étonnement, etc,etc. Mais outre l'histoire du chien, ce livre retrace également l'évolution d'un couple et d'une famille, sujet également bien traité, avec un peu moins d'humour peut-être, mais de façon aussi intéressante. Bref un incontournable pour aime vraiment les chiens. Je suis passé par toute la gamme des émotions et ce fut un très agréable moment de lecture, malgré les larmes de la fin....
Commenter  J’apprécie          120

Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
HellowSubmarineHellowSubmarine   17 juillet 2011
Etait-il possible qu'un chien -en particulier un chien aussi déluré que le nôtre - pût montrer aux hommes les choses qui comptaient vraiment dans la vie ? Je crois que oui. Loyauté. Courage. Dévotion. Simplicité. Joie. Et les choses qui ne comptaient pas, aussi. Un chien n'avait pas besoin de belles voitures, de grandes maisons ou de vêtements griffés. Les symboles de prestige ne signifiaient rien pour lui. Un simple bâton lui suffisait. Un chien jugeait les autres non pas en fonction de leur couleur, de leurs croyances ou de leur statut social, mais simplement en fonction de ce qu'ils étaient vraiment. Un chien se moquait de savoir si vous étiez pauvre ou riche, cultivé ou illettré, intelligent ou borné. Donnez-lui votre coeur et il vous donnera le sien. C'est aussi simple que cela et pourtant, nous, humains, si sages et si sophistiqués, avons toujours eu du mal à comprendre ce qui est vraiment important.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
Pixie-FlorePixie-Flore   08 juin 2013
Ce jour-là, je compris qu'en Amérique l'accouchement sans douleur était un luxe et non une nécessité. Pour ceux qui pouvaient se le permettre et avaient une bonne assurance maladie - comme nous - l'hôpital proposait une péridurale, qui permettait d'anesthésier la zone lombaire par injection de corticoïde directement dans le système nerveux. Après quatre heures de travail, un anesthésiste intervint. Il introduisit une fine aiguille dans la colonne vertébrale de Jenny et lui posa un cathéter, de façon à diffuser le produit anesthésiant le temps nécessaire. En quelques minutes, Jenny fut soulagée de la douleur et se détendit. Les femmes mexicaines des chambres voisines n'eurent pas cette chance. Elles accouchaient à l'ancienne, et leurs cris continuaient par moments de déchirer l'air.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
iz43iz43   03 janvier 2017
"Non" était devenu notre mot favori. Nous utilisions les ordres de base - assis, couché, pas bouger - avec un succès très relatif. Marley était jeune et fougueux. Il avait la capacité de concentration d'une algue et la volatilité de la nitroglycérine. Il était si excité que la moindre diversion entraînait chez lui une réaction à la fois imprévisible et hors de toutes proportions. Nous comprimes seulement beaucoup plus tard que notre chien présentait tous les signes que l'on retrouvait chez des milliers de jeunes enfants scolarisés. Notre chiot souffrait de ce qu'on appelle en termes médicaux un désordre hyperactif avec déficit de l'attention.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Pixie-FlorePixie-Flore   11 juin 2013
Les enfants étaient des indicateurs temporels impossibles à ignorer. Ils marquaient l'écoulement inexorable de l’existence et leur présence donnait un sens à ce qui aurait été autrement une infinité de minutes, d'heures, de jours, d'années.
Commenter  J’apprécie          100
HellowSubmarineHellowSubmarine   17 juillet 2011
Dans l'obscurité solitaire, je pouvais presque sentir la finitude de la vie et, au-delà, sa préciosité. Nous la tenions pour acquise, mais elle était fragile, précaire, incertaine, capable de se briser à tout instant sans prévenir. Et je me rappelai ce qui devait être évident mais qui ne l'était pas - que chaque jour, chaque heure, chaque minute était digne d'être chéri.
Commenter  J’apprécie          60

autres livres classés : labradorVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Marley et moi : mon histoire d'amour avec le pire chien du monde

Quel était le prénom du premier chien de John ?

Saint Shon
Saint Shaun
Saint Shaunn
Saint Shone

11 questions
6 lecteurs ont répondu
Thème : Marley et moi : Mon histoire d'amour avec le pire chien du monde de John GroganCréer un quiz sur ce livre

.. ..