AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2848782021
Éditeur : In Octavo (03/11/2014)

Note moyenne : 4/5 (sur 3 notes)
Résumé :
« Les Liégeois, savent-ils vraiment qui est Liège ? Tu sais, ce sont les Liégeois euxmêmes qui ont détruit son fleuron, la cathédrale. Ce sont eux qui ont bouché les bras de la Meuse, transformé Liège l insulaire en Liège la vallée. Ce sont eux qui ont enfoncé dans ses côtes et jusque dans son coeur des autoroutes de béton, pour soi-disant y faire pénétrer le progrès. Et ce gros rocher ridicule, fontaine immonde, qu ils ont planté juste à côté de l ancienne cathédra... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Francedewepion
  10 février 2015
Une nuit pour découvrir et aimer Liège.
Lorsqu'il est arrivé à Liège, Etienne, étudiant français, n'y a retrouvé ni l'esprit latin, ni les descriptions que Brel en faisait. Il est plutôt déçu par cette ville sombre.
Après avoir décidé de rompre avec son amie, il quitte leur studio et descend au coeur de la ville où il se promène sans but précis. Dans un estaminet du Carré (quartier emblématique de l'animation estudiantine), il rencontre un groupe d'étudiants mené par Bubu. Tout au long de cette nuit de fête de 15 août en Outremeuse (quartier populaire situé de l'autre côté de la Meuse), ils vont lui faire découvrir Liège et son esprit qui est à la fois convivial, festif et frondeur. Au petit matin, Etienne verra la ville d'un autre oeil et pourra également se recentrer sur sa propre vie.
Voici un livre bien écrit. On est plongé dans le Liège estudiantin, festif et populaire ; en pleine "guindaille" quoi !
Mes seules petites remarques négatives :
- la Meuse est bien un fleuve et non une rivière
- la bière blonde qui coule à flot lors de ces festivités s'appelle et s'écrit PILS et non PILLS
Mais ce ne sont que des détails.
Enfin, je vais vous avouer pourquoi j'ai choisi ce livre dans la liste de Masse Critique : j'ai épousé il y plus de 2 décennies un Liégeois, sa famille y habite toujours et l'une de mes filles y est étudiante et y vit la semaine. C'est donc ma ville de coeur. Nous y retournons régulièrement rien que pour l'ambiance conviviale qui nous manque ailleurs. J'avais envie de lire comment l'auteur allait écrire son amour pour la Cité ardente. Et je n'ai pas été déçue !
Merci donc à Babelio et aux Editions In Octavo pour cette découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          161
Marcellina
  12 février 2015
Liège, subtile maîtresse,
Qui se donne dans l'ivresse
Mais ici, point de batailles,
Juste un chemin de guindaille.
Carolo, parisien ou normand,
Un, cinq ou dix ans,
Soit à jamais un ignorant,
Soit pour toujours son amant.
De la bière au pecket,
Du pecket au gobelet,
Du Carré à Tchantchès,
Des boulets à la bière.
Rien de tel qu'une virée
Quand la blonde bien tirée
Baigne les couilles du Toré
Pour de la Belle s'imprégner.
Un duel à la bière,
Dieu qu'ils sont fiers.
La main sur le coeur
Ils éclusent leur honneur.
Et buvant, et chantant,
Nos philosophes titubant
Saouls de bière et de bruit,
Vont jusqu'au bout de la nuit
Haut les coeurs les p'tits gars,
De réponses, il n'y en a pas !
Le grand amour, pourquoi pas
Et aussi, une belle gueule de bois ;-)
Et voilà, c'est fait, une nouvelle guindaille sur Liège, ça faisait longtemps ;-)
Que de souvenirs, que d'images évoquées par ce petit roman plein de poésie et de tendresse. On y retrouve les lieux mythiques des guindailles, les lieux historiques et touristiques et surtout, l'ambiance très particulière d'une ville qui aime ses étudiants et les nourrit, de bière et de boulets sauce lapin !
Une toute belle découverte donc qui me laisse un peu nostalgique des années d'unif comme on dit par chez nous :-)
Et pour vous, mes amis, qui ne connaissez pas notre beau pays, vous vous demandez mais pourquoi Liège ?
Voici ma réponse :
« Leuven nous a chassés et
La Neuve est froide et sans âme ;
Bruxelles, par trop pétée ;
Namur, une bourgeoise inachevée ;
Mons, jovial en manque de facultés ;
Ne reste alors que Liège,
Ardente, vivante et pétillante :-) »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          113
Vexiana
  23 février 2015
Je tiens avant tout à remercier Babélio et les éditions In Octavo pour cet ouvrage que j'ai reçu dans le cadre de l'opération Masse Critique. J'ai eu la très bonne surprise de découvrir un petit mot manuscrit sur la page de garde qui m'a vraiment fait plaisir.
En bonne liégeoise pure-souche, j'avais sélectionné ce livre en me disant que ça devrait être sympa de lire un livre qui se passe dans les rues, les cafés, sur les places et les ponts que je connais, que je fréquente.
Effectivement, c'est amusant de voir le personnage principal, un Français du Sud en quête de lui-même, parcourir et découvrir les rues de ma ville. J'ai eu beaucoup de plaisir à l'imaginer descendre telle rue, entrer dans tel café, admirer le tel édifice…
Mais pour moi, malheureusement, le plaisir c'est arrêté là… Historienne, très attachée à ma cité, je connais déjà par coeur les arguments qu'avancent les compagnons de route de notre héros. Donc, fatalement, je me suis un peu ennuyée.
De plus la moindre petite erreur saute directement aux yeux : de la bière qui est la reine du 15 août en Outremeuse??? Une princesse, une dauphine, peut-être mais la reine du 15 août c'est le péket ! Puis tel café qui n'est pas vraiment sur la place citée…Bon, je sais, ce sont des détails mais ce sont ces petites choses qui ont écorché ma lecture de ce livre plus philosophique qu'il n'y parait.
Et je suis également restée un peu dubitative sur le choix des prénoms féminins…vous allez dire que je pinaille mais il y a, je crois, deux noms de jeunes-filles sur tout le livre : Janike et Marieke… Bon, je vis à Liège depuis plus de 30 ans, j'y ai fait mes études, mes guindailles, j'y ai fréquenté des tas de gens mais des prénoms comme ça, je n'en ai croisé qu'à Bruxelles et en Flandres.
Je vais arrêter ici au risque de faire croire que je n'ai pas du tout apprécié ce roman.
Je le conseille, au contraire, à tous ceux et celles qui veulent découvrir la très ardente cité de Liège, son histoire, ses cafés, son 15 août, son carré, son ambiance festive inégalée, ses étudiants en guindaille, son péket et tout ce qui fait que cette ville, malgré son aspect froid et gris peut offrir de générosité, de chaleur, d'amitié. Je mets cependant les liégeois en garde, certains détails, bien précis, feront un peu grincer vos dents.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
FrancedewepionFrancedewepion   10 février 2015
Liège, Lidge comme on dit, ce n'est pas une ville que tu visites le jour. Ce n'est même pas une ville dans laquelle tu déambules la nuit; à moins d'être saoul. Je vais te dire, Liège est laide le jour. Il y a bien des jolis coins, mais si tu veux l'aimer vraiment, la posséder toute entière dans ta paume pour mieux pouvoir l'embrasser, il faut la vivre la nuit. Et de la bonne Jupiler ou un bon verre de pékèt, comme guide, c'est ce qu'il y a de mieux. Paris est une putain qui s'offre à ceux qui payent. Mais Liège, Liège, ahah… Liège, elle ne se donne pas. C'est une demoiselle, avec de l'expérience. Une demoiselle libre, farouche qui ne cède pas devant quelques billets. Elle est réservée à quelques-uns. A ceux qui savent prendre le temps de lui faire la cour. A ceux qui font l'effort. Et là, là, mon vieux, là c'est le paradis. L'alcool et les filles en plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
FrancedewepionFrancedewepion   10 février 2015
Ainsi l'Outremeuse n'était pas la seule île que nous avions. Il y en avait plusieurs autres. Imagines donc Etienne, Liège insulaire. Que ça devait être beau. La Meuse et Liège étaient liées, imbriquées l'une dans l'autre. Enlacées sous le ciel étoilé, elles faisaient l'amour sous les fenêtres du Prince Eveque. Mais sur les bras du fleuve, majestueux et sensuels, l'homme industrieux a fait couler du béton et bitume. Ils sont devenus des routes, larges, puantes, sur lesquelles nous piétinons d'impatience, pissons de joie et vomissons nos surplus de bière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
MarcellinaMarcellina   11 février 2015
Le Belge est un fêtard exceptionnel. Un épicurien. User sans abuser n'est pas sa maxime préférée. Le Belge, il abuse des bonnes choses. La Bière. Mais aussi la gastronomie. Et qu'on ne vienne pas me ressortir le traditionnel frites et moules. Il n'y a pas que cela dans la vie. Et dans la grande famille belge, il me semble que le Liégeois excelle.
Commenter  J’apprécie          60
MarcellinaMarcellina   11 février 2015
Il pourrait aller jusqu'à la Meuse, la regarder ténébreuse et plate, serpenter nonchalamment en silence au milieu de la ville et se perdre quelque part entre maintenant et demain. Il y jetterait ses idées noires et les laisserait couler bien profond dans le lit boueux.
Commenter  J’apprécie          80
MarcellinaMarcellina   12 février 2015
... Ah bien sûr, il y a aussi des vieux cons. Ceux-là, je ne les supporte pas. Ils râlent sur tout. Ils pinaillent sur le coût de la course, sur le confort du taxi, sur les jeunes qui ne respectent rien. Mais les vieux gentils ont une tendresse, une douceur qui se ressent dans tous leurs gestes, toutes leurs paroles. En leur compagnie, j'ai souvent l'impression d'être un chat en boule flatté par une main douce et fripée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
autres livres classés : liegeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Marseille, son soleil, sa mer, ses écrivains connus

Né à Corfou, cet écrivain évoque son enfance marseillaise dans Le Livre de ma mère. Son nom ?

Elie Cohen
Albert Cohen
Leonard Cohen

10 questions
268 lecteurs ont répondu
Thèmes : provence , littérature régionale , marseilleCréer un quiz sur ce livre