AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2259223109
Éditeur : Plon (07/11/2013)

Note moyenne : 3.73/5 (sur 219 notes)
Résumé :
Stéphane De Groodt est un adepte du jeu de mots et du calembour, s’inscrivant dans la ligne de Raymond Devos. Dans ses chroniques sur RTL (« A la bonne heure »), il présente un courrier imaginaire des auditeurs, sur un ton burlesques et décalé. Par exemple : « Je m’appelle Martine. J’ai 82 ans et deux caniches, en plus d’avoir Alzheimer et deux caniches. Mais j’ai encore une excellente mémoire pour une femme de 2 ans qui doit s’occuper de 82 caniches… ». Sur Canal +... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (46) Voir plus Ajouter une critique
Domichel
  16 juillet 2014
Ce type est fou !
Fou de calembours, de contresens, de blagues à deux balles, de coqs à l'âne et autres aphorismes, pourvu que ce soit déjanté, drôle et même à l'occasion (et elle se présente souvent) hilarant !
« Si vous ne savez pas je vais vous le dire et si vous le savez déjà, écoutez moi quand même. »
C'est en gros, en large et en travers, l'introduction de chacune des chroniques que ce diable de belge à l'accent français nous propose dans ce recueil de récits et nouvelles sur tout et n'importe quoi, diffusées hebdomadairement sur Canal + pendant un ou deux ans, et aussi sur RTL.
« Voyages en absurdie » de Stéphane de Groodt est un florilège de bons mots, de calembours à tiroirs, de références à l'actualité et de clins d'oeil à l'histoire, ou le contraire. Il me faut remonter loin dans mes lectures pour être pris de fous-rires aussi explosifs, intempestifs et inextinguibles, car si le trait est volontairement grossi, l'accumulation de jeux de mots me ramène aux chroniques foutraques de Pierre Dac et Francis Blanche, des Branquignols, de Raymond Devos et de Pierre Desproges. Car cet auteur/acteur est fait du même métal que ces auteurs disparus qui, savaient manier le verbe comme l'épée de bois et la plaisanterie facile comme l'écu…
Humoriste est vraiment le mot qui vient à l'esprit quand on lit ou que l'on écoute cet homme, à une époque ou tant de tristes sires se complaisent dans la satire, la vulgarité, la grossièreté et l'attaque basse et sournoise pour faire rire les sots qui les écoutent. Et pourtant combien de ceux-ci se font appeler humoristes alors qu'il ne sont même pas drôles et encore moins comiques.
Avec Stéphane de Groodt, jamais de méchanceté, de facilité dans le verbe, il faut quelquefois relire deux ou trois fois un passage pour “rompre l'os et sucer la substantifique moelle” comme disait l'un de ses ancêtres, j'ai nommé Rabelais.
Bravo Monsieur pour ces exercices de style qui font du bien au coeur et à l'âme alors que dans le même temps, ils provoquent des crampes, des spasmes et autres asphyxies de rire.
Bravo et Merci.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3311
zabeth55
  06 janvier 2015
Quel florilège de bons mots ; ça fuse, ça crépite, presque à chaque ligne ; ça jongle avec les mots comme dans les chansons de Boby Lapointe.
Un livre à ne pas lire d'une traite mais à déguster par chapitre. Ils sont courts ces chapitres, mais plus savoureux les uns que les autres.
De plus, en lisant, on imagine la tête de Stéphane de Groodt et on entend sa voix, et ça rajoute encore au charme.
C'est bien simple j'adore
Commenter  J’apprécie          400
olivberne
  23 avril 2014
Ce livre a connu un succès remarquable et surprenant en librairie, un peu moins sur Babélio où ne sommes pas si nombreux à l'avoir lu et critiqué. Et pourtant, tous ceux qui aiment les jeux de mots, les textes alambiqués et farfelus, et qui rient devant leur écran comme moi le dimanche sans tout comprendre devraient lire ces chroniques loufoques et déjantées, qui forcent un peu le mot à le recherche de la figure de style comique, quitte à tirer sur la corde.
On rit en lisant, on relit pour se demander si on n'a pas oublié une facétie, on s'amuse, on voyage, on s'imagine devant chaque personnage de ces voyages en absurdie.
Tout est absurde mais comique, dans la lignée de tant d'auteurs qui ont compris qu'on pouvait faire des mots des amis, pas seulement pour la poésie mais aussi pour se faire du bien.
Commenter  J’apprécie          280
Syl
  26 janvier 2014
C'est un carnet de voyages en absurdie. le pays est extravagant car les chemins sont fous, tortueux. Mais ne vous trompez pas ! rien est illogique, tout est sensé, les jeux de mots fleurissent le paysage et le célèbrent. Même si les voies sont caillouteuses, pleines de billevesées et de calembours, qu'il est bénaise de s'y promener !
Stéphane de Groodt est acteur et humoriste Belge. Il a été aussi pilote de course !
Depuis 2012, il est un zébulon dans l'émission de Maïtena Biraben le dimanche sur Canal+. Sa chronique "Retour vers le futur" retrace des portraits de célébrités, de manière joyeusement décalée, déjantée, comme l'était l'humour de Raymond Devos et celui de Boby Lapointe.
Ce rendez-vous du dimanche, je ne le manque jamais. Il est un petit délice avec mon café. Je demande alors silence autour de moi, je maîtrise mon souffle, je monte un peu plus le son, je me détends et j'attends l'épreuve sportive. Oui… j'apparente cette écoute à du sport. Il faut être attentif et ne pas en laisser échapper !!! Pour ceux qui ne connaissent pas, je précise : ne pas laisser échapper les calembredaines du sieur de Groodt qui s'enchaînent comme des sauts de puces, énergiques, rapides et périlleux. Donc, j'en oublie de respirer, j'évite de rire et j'essaie de ne pas baver (bouche béate et béante). Mes oreilles frissonnent de contentement, c'est fin, sinueux, intelligent, rusé, imagé, drolatique. Il faut rendre à César ce qui est à César, ce travail, de Groodt le partage avec son ami Christophe Debacq.
Dans ce recueil, nous avons cinquante chroniques-portraits qui racontent le monde politique, artistique, sportif, "people"…
Nous entamons le périple avec Albert II et Elisabeth II. Je me souviens de ce jour, l'invitée était Nabilla, auteur de "Allô ! Non, mais allô quoi ! T'es une fille, t'as pas d'shampooing ?…", elle était perdue, elle ne comprenait rien. Ou alors, elle surjouait son rôle.
Voici le début :
"Vous le savez peut-être, et si vous ne le savez pas je vais vous le dire, ça vous évitera d'ignorer, mais Albert II, roi de Belgique, qui sans vouloir prêter la Flandre à la critique rend plus belge la vie, est né le 6 juin !
Eh oui, quelle drôle D-day !…
Etant moi-même de confession belge par la mère de mon frère et bruxellois par mon père, mon fisc et mon saint-esprit, il était tout naturel, ou Paturel si je m'étais appelé Sabine, que je parte à la rencontre de Sa Majesté, enfin ma majesté, ou même papajesté – comme c'est un mâle – afin d'user, comme tout bon sujet, de mon verbe pour faire des compliments à ce roi qui règne sur le pas pays qui est le mien.
A peine arrivé à mon point de départ, sans bouger de chez moi quoi, je pris la direction du Palais, où un garde royal un peu gelé m'informa que le roi, sa femme et le p'tit prince étaient justement partis chez moi ! N'ayant plus le temps de serrer la pince de Monseigneur je m'en retournai Anvers et contre tous non sans lui transmettre mes hommages et intérêts par sms… oui, j'avais téléchargé "l'appli Birthday"…
Changement de programme donc. Heureusement, connaissant les ficelles du protocole, ayant donc plusieurs cordes à monarques, je me rappelai que la reine Elizabeth, comme ses pieds, célèbrera le 4 juin prochain ses soixante années passées sur le trône ! Un bel hommage à l'Elizabeth fessier… qui avec son insulaire de ne pas y toucher est quand même la descendante du George V. Et si on a la chambre avec ça, elle n'est pas-lasse de répéter qu'elle est surtout la fille de George VI, roi Bègue dont les valets-rient encore de ses discours…"
Et ça continue, encore et encore…
La lecture est comme l'écoute, athlétique. Il est bon de lire un texte par jour pour en apprécier toutes les pirouettes.
C'est un livre à recommander, à offrir, un rappel des Retours vers le futur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Mar-Khe
  06 juillet 2015
De Groodt est un véritable génie dans la manipulation des mots et de l'humour, il jongle avec les sonorités pour en faire des jeux de mots comme un jongleur avec ses balles. Pas une ligne sans que l'on s'amuse de son bon mot, ça fuse dans tous les sens! Et en même temps, ce ne sont pas des jeux de mots pour faire des jeux mots; la critique de la société est bien présente et cette manière de la dénoncer est des plus plaisantes.
Une véritable lecture détente!

Challenge variétés 2015 5/52
Un livre drôle
Commenter  J’apprécie          190
Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
olivberneolivberne   23 avril 2014
Nous embarquons donc dans un taxi, direction Jérusalem qui se trouve à un jet de pierre de là... Le chauffeur, un p'tit fada, Kippour faire le malin n'arrêtait pas de zigzaguer entre les voitures, comme si c'était un Shalom géant, roulait à une telle-à-vive allure qu'après trois minutes nous arrivâmes à destination.

Je profitai alors qu'on soit au pied du mur pour demander à Nicolas [Sarkozy] si je pouvais aborder les questions politiques pendant le repas. Il me dit qu'en Israël, c'est très impoli de mettre Likoud sur la table, et qu'il serait préférable, voire impératif, que je la ferme.
Il avait raison, j'étais à deux doigts de commettre une erreur de genèse.

Pourtant si bref et si-concis d'habitude, je la ferme. Là, je n'avais pas le Shoah. Une fois à table, terre promise, terre due, c'est comme ça qu'on dit là-bas, je reste muet comme une carpe, ou comme un carp'accio dans le cas présent, c'est dire si j'ai l'air fin, et me contente d'acquiescer quand on me dit quelque chose.
Mais comme on ne me dit rien, ben j'acquiesce pas, passant pour un gros bégueule, kibboutz dans son coin!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          261
aria292aria292   27 mai 2014
En tendant l’ouïe Armstrong me répond que, pour redorer son maillot jauni, il aide l’aéronautique en urinant dans le réservoir des Boeing 747. Ce qui leur permet de faire Paris/New York en moins d’une demi-heure. Tout en déplaçant un Airbus de la main droite, il m’explique qu’il tâchera aussi de remporter les 24 Heures du Mans à pied en une matinée, et dans la foulée tentera de battre le record de Felix Baumgartner en sautant de la lune en VTT, sans frein, ni selle… ni VTT. Je lui fais remarquer que c’est peut-être pas la meilleure idée pour lever les soupçons, mais il fait la sourde tête, c’est comme une sourde oreille mais en plus large, et me dit que ça dopant comment on voit les choses
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
SylSyl   26 janvier 2014

"Vous le savez peut-être, et si vous ne le savez pas je vais vous le dire, ça vous évitera d’ignorer, mais Albert II, roi de Belgique, qui sans vouloir prêter la Flandre à la critique rend plus belge la vie, est né le 6 juin !
Eh oui, quelle drôle D-day !…
Etant moi-même de confession belge par la mère de mon frère et bruxellois par mon père, mon fisc et mon saint-esprit, il était tout naturel, ou Paturel si je m’étais appelé Sabine, que je parte à la rencontre de Sa Majesté, enfin ma majesté, ou même papajesté – comme c’est un mâle – afin d’user, comme tout bon sujet, de mon verbe pour faire des compliments à ce roi qui règne sur le pas pays qui est le mien.
A peine arrivé à mon point de départ, sans bouger de chez moi quoi, je pris la direction du Palais, où un garde royal un peu gelé m’informa que le roi, sa femme et le p’tit prince étaient justement partis chez moi ! N’ayant plus le temps de serrer la pince de Monseigneur je m’en retournai Anvers et contre tous non sans lui transmettre mes hommages et intérêts par sms… oui, j’avais téléchargé "l’appli Birthday"…
Changement de programme donc. Heureusement, connaissant les ficelles du protocole, ayant donc plusieurs cordes à monarques, je me rappelai que la reine Elizabeth, comme ses pieds, célèbrera le 4 juin prochain ses soixante années passées sur le trône ! Un bel hommage à l’Elizabeth fessier… qui avec son insulaire de ne pas y toucher est quand même la descendante du George V. Et si on a la chambre avec ça, elle n’est pas-lasse de répéter qu’elle est surtout la fille de George VI, roi Bègue dont les valets-rient encore de ses discours…"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
zabeth55zabeth55   06 janvier 2015
En prenant congé de l’idole des jeunes, qui a super marché Auchan comme à la ville, je me dis que malgré tout, Jauni a encore de beaux jours devant lui, surtout s’il retient la nuit….
Commenter  J’apprécie          392
emmafwemmafw   27 novembre 2013
On m avait dit :" tu verras, en sortant du métro pour trouver Marine, tu prends à droite, puis à droite, puis à droite, puis encore à droite". Le problème avec ce genre de chemins, c'est qu'on se met rapidement à tourner en rond...
Commenter  J’apprécie          270
Videos de Stéphane de Groodt (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stéphane de Groodt
Le Brossareluire de Stéphane De Groodt par Sébastien Brossard
autres livres classés : humourVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14469 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre