AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Stanislas Gros (Traducteur)
ISBN : 2756011207
Éditeur : Delcourt (13/03/2008)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 27 notes)
Résumé :
Le portrait de Dorian Gray est l'unique roman d'Oscar Wilde. Il est publié dans sa version définitive en avril 1891. Sa parution déchaîna les passions et heurta de front la prude société victorienne qui ne vit dans ce conte fantastique et philosophique que l'immoralité du héros. C'est pourtant cette variante du mythe de Faust qui fera le succès d'Oscar Wilde (1854-1900).
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
ninosairosse
  04 novembre 2016
"Le seul moyen de se libérer d'une tentation, c'est d'y céder. Résistez et votre âme se rendra malade de se languir ce qu'elle s'interdit"
Oscar Wilde.
C'est tout ce que j'avais retenu du film, que j'avais enregistré sur une cassette VHS .... Hélas, l'enregistrement s'était arrêté juste avant la fin !!! :-(
Mais la citation m'était restée bien...ancrée, voire bien encrée car souvent je l'ai recopiée sur des correspondances, et bien en craie car elle est affichée sur mon ardoise dans la cuisine !!! On va dire que j'ai dû être un adepte de cette philosophie, qu'un jour il faut faire des choix, si l'on ne veut pas sombrer dans la frustration ! de là à suivre nos moindres impulsions !???
Vu la perversité des propos et des actes, ces Dandis se sont surement inspirés du Marquis de Sade, alors Ames sensibles s'abstenir ... Bravo à S. Gros d'avoir su nous restituer les fondamentaux d'une oeuvre d'art; pour l'artiste, la pensée et le langage sont les instruments d'un art, le vice et la vertu en sont les matériaux... Merci de nous avoir rendu cet art ...accessible , grâce à votre scénario sobre et concis.
Et comme disait Oscar: " Alors que les critiques diffèrent, l'artiste est en accord avec lui-même. Nous pouvons pardonner à un homme d'avoir fait une chose utile aussi longtemps qu'il ne l'admire pas. La seule excuse d'avoir fait une chose inutile est de l'admirer intensément. Tout art est tout à fait inutile".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          600
Syl
  04 juin 2014
Stanislas Gros a repris l'histoire d'Oscar Wilde, "Le portrait de Dorian Gray".
Conformément au roman, il met en scène un jeune homme terriblement narcissique qui se laisse influencer par Lord Harry, un dandy cynique.
Leur première rencontre se fait dans l'atelier de Sir Basil Hallward où celui-ci s'extasie devant son tableau. Tant de beauté, de jeunesse et d'intelligence chez Dorian ! Dans une supplique, il fait promettre à Lord Harry de ne pas le débaucher… mais la tentation pour le diabolique Harry est bien trop belle ! le chat a trouvé une souris.
"Écoutez, Harry, Dorian Gray est mon ami le plus cher. Il est d'une nature simple et belle. Ne l'abîmez pas. N'essayez pas de l'influencer… Ne m'enlevez pas la personne qui donne à mon art le charme qui est le sien !"
"Réalisez votre jeunesse tant qu'il est encore temps…" Dorian s'ennuie d'une vie qui lui semble trop étriquée, trop sage. Les conseils et les paroles hédonistes de ce gentleman le séduisent et réveillent en lui sa part sombre. Égocentrisme, désirs, plaisirs… et c'est en regardant son portrait qu'il prend conscience que cette représentation restera toujours jeune, alors que lui vieillira et perdra sa beauté. Il serait prêt à pactiser avec le diable et lui offrir son âme s'il lui promettait la jeunesse éternelle…
Le scénario suit l'histoire du roman et raconte comment le tableau se transforme et s'enlaidit chaque jour en fonction de l'immoralité de Dorian, qui s'enlise dans les vices et la cruauté. Homme dénué de scrupule et d'émotion, il séduit les femmes et les répudie, outrage l'innocence, fréquente les bas-fonds, les fumeries d'opium, organise des bacchanales, des sacrifices, et, dans sa folie, va jusqu'à tuer son meilleur ami.
"Prince charmant" est son surnom…
Le temps a martelé le portrait avec tous les outrages. Lorsque Dorian va l'observer, à l'abri des regards, seul, il est fasciné par la transformation. Mais que se passerait-il s'il donnait à sa vie un peu plus de morale ?
Stanislas Gros a su retranscrire fidèlement la tragique dégénérescence de Dorian et représenter tous les personnages. Dans les coins des pages de droite, il a dessiné la métamorphose du portrait et lorsqu'on les fait tourner, il se met en mouvement en montrant le processus de décrépitude ; de l'aube de sa jeunesse au crépuscule de sa vie. On découvre également une petite fantaisie personnelle qu'il a insérée à l'histoire ; un célèbre personnage de fiction… Sherlock Holmes… C'est peut-être un clin d'oeil à l'époque ou à l'amitié De Wilde pour Doyle.
Si j'ai aimé la loyauté de l'album envers l'oeuvre d'Oscar Wilde, j'ai un peu moins apprécié les graphismes. Ce dernier avis est affaire de goûts car il faut avouer que le rendu a de belles qualités, dans le dynamisme mondain du XIXème siècle et l'ambiance fantastique du roman.
L'auteur a voulu dans ses illustrations mettre quelques références picturales, littéraires, philosophiques et cinématographiques. On en a pleinement conscience lorsqu'on découvre dans la dernière page ses arrangements. Et on se dit… ah, oui !
Ce fut une belle découverte et je ne manquerai pas de la conseiller.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
melusine1701
  19 mai 2011
la bande-dessinée suit fidèlement le roman De Wilde. Découvrant sa propre beauté sur le portrait que Basil Hallward a fait de lui, Dorian Gray fait le voeu que le portrait vieillisse et porte les stigmates de son péché pendant qu'il gardera son apparence jeune, belle et pure. Mais cette bande-dessinée est un objet-livre complet. L'intérieur de la couverture décline le thème du miroir déformant, en reproduisant sur une double page inversée la préface d'Oscar Wilde qui se termine ainsi: “Tout art est parfaitement inutile”. Dorian Gray, blond, enfantin, est exactement comme Wilde le décrit. J'ai tout particulièrement aimé les manières dont est affublé lord Henry, dandy jusqu'au bout des ongles. Mais le tour de force que réalise cette bande-dessinée, c'est de mettre en image ce portrait: jamais Wilde ne le décrit. Il a donc fallu donner corps à cette mystérieuse image et surtout trouver un moyen de représenter cette “impression de cruauté” et de vice qui apparaît sans que le portrait ne change et sans qu'e l'on sache exactement en quoi elle consiste. de même, Wilde reste très allusif sur la vie de débauche à laquelle se livre Dorian Gray. C'est là que la bande-dessinée a pu prendre toute son ampleur: si le roman est support favorable aux digressions artistiques et philosophique, le roman graphique les laisse dans la suggestion pour se concentrer sur l'image et sur l'action. Ainsi, le scénariste imagine en détail toutes les rencontres sulfureuses et tous les vices de Dorian Gray, les raconte sur une double page qui se conclut, inévitablement, par une case consacrée au portrait un peu plus décrépi qu'à la page précédente. Dans ce flou laissé par Wilde, il développe une succession de petites narrations, tout en respectant l'esprit décadent et raffiné De Wilde, mais en faisant appel à toutes sorte d'influences parallèles: on retrouvera donc Baudelaire, Millais et son Ophélie, les préraphaélites, Huysmans, Laclos… L'on découvre ainsi Dorian Gray dans les fumeries d'opium, se glissant dans le lit de femmes vertueuses, organisant des cérémonies macabres ou poussant de jeunes hommes au suicide. Grâce à la mise en image, la bande-dessinée souligne le raffinement du héros et va toujours plus loin dans l'horreur, qu'elle montre au lieu de suggérer. Omniprésent aussi, ce thème du miroir: c'est sur le narcissisme de Dorian Gray que notre scénariste a mis l'accent: cherchez bien, dans beaucoup de case un reflet révèle un angle de vue nouveau.
Superbe bande-dessinée. Un véritable chef d'oeuvre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AliceFee
  26 avril 2011
•Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Dorian Gray?
"Il est de ces classiques dont on a entendu parler toute sa vie mais jamais eu l'occasion de lire. Ma meilleure amie m'avait dit de ne pas l'acheter, qu'elle l'avait chez elle et se chargerait de faire les présentations mais un jour, je suis tombé sur lui au détour d'une allée et vous savez ce que c'est, je n'ai pas pu résister, malgré une couverture fort peu attractive selon moi."
•Dites-nous en un peu plus sur son histoire...
"Le portrait de Dorian Gray parut en 1890 et fut immédiatement jugé immoral. Il nous raconte l'histoire d'un jeune dandy naïf, tout au moins au départ, qui fait le voeu insensé de ne jamais vieillir et de garder sa jeunesse pendant que son portrait peint reflèterait l'état réel de son âme."
•Mais que s'est-il exactement passé entre vous?
"Grande amatrice de classiques, j'étais toute à ma joie de me plonger dans ce livre. Malheureusement, et malgré toute ma bonne volonté, je dois avouer que je n'ai pas accroché. Je suis triste de dire que je n'ai pas apprécié un livre que tant de personnes aiment mais c'est pourtant vrai. J'adore toujours la plume acérée d'Oscar Wilde mais si ça ne tenait qu'à moi, je supprimais des passages entiers de blabla. Je ne suis pas une fan des livres où il peut ne rien se passer pendant des dizaines de pages et c'est bien le cas ici où la première altération du tableau n'arrive qu'après la page 130... Beaucoup trop long pour moi."
•Et comment cela s'est-il fini?
"J'ai peur de devoir avouer que j'ai refermé ce livre avec autant de plaisir que j'en avais eu à l'ouvrir, et de façon tout à fait définitive. J'ai de plus enchaîné par le visionnage de la dernière adaptation de l'oeuvre qui semble n'avoir conservé du livre que le peu d'éléments lui permettant encore d'user du titre de Dorian Gray et qui, malgré des acteurs que j'adore, ne m'a pas plus convaincu que le livre."
Lien : http://booksaremywonderland...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Laurany
  01 février 2016
Une bande dessinée qui met en image le roman du même nom avec justesse et originalité.
L'intrigue me semble respecter celle du roman même si la lecture du roman m'est assez lointaine. En effet, Basil (peintre) présente son modèle, Dorian Gray à l'une de ses connaissances : Lord Henry Wotton. Ce dernier est un homme cynique qui voit dans les plaisirs la seule raison d'être de l'homme... Les valeurs et le respect d'autrui passent alors ensuite voire sont inexistants dans son existence. Basil aimerait éviter la rencontre de Dorian avec Henry car ce dernier pourrait bien amener le jeune homme à la débauche... c'est ce qui arrivera... Dorian va changer peu à peu de visage. Toute l'originalité de l'intrigue se trouve dans le souhait de Dorian de toujours rester jeune comme la peinture que Basil a fait de lui. Malgré les années qui passent et les péchés consommés par Dorian, il restera jeune mais c'est sa peinture qui prendra peu à peu les traces de ses expériences.
Le scénariste a d'ailleurs su montrer le vieillissement de Dorian Gray par le biais d'un folioscope... en effet, en tournant rapidement les pages de la bande dessinée et en regardant en bas à droite, le lecteur assiste au vieillissement et à l'enlaidissement de Dorian. Une touche fascinante qui rend la bande dessinée d'autant plus intéressante !
Bref, une bande dessinée à découvrir et que je recommande au niveau du lycée voire au niveau de la 3e.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
ninosairosseninosairosse   04 novembre 2016
J'adore les médisances quand elles concernent les autres, mais celles qui me concernent ne m'intéressent pas. Elles n'ont pas le charme de la nouveauté.

p44
Commenter  J’apprécie          250
ninosairosseninosairosse   04 novembre 2016
...Il est vrai que de nos jours, tout se paye trop cher: la véritable tragédie des pauvres, c'est qu'ils ne peuvent se payer que la vertu. Les beaux péchés, comme les beaux objets, sont le privilège des riches.

p23
Commenter  J’apprécie          80
SylSyl   04 juin 2014
"Écoutez, Harry, Dorian Gray est mon ami le plus cher. Il est d’une nature simple et belle. Ne l’abîmez pas. N’essayez pas de l’influencer… Ne m’enlevez pas la personne qui donne à mon art le charme qui est le sien !"
Commenter  J’apprécie          20
Neko57Neko57   16 mai 2015
Oui, ce tableau est beau...
Et il le restera éternellement, tandis que moi, je vais devenir vieux et laid...Si seulement ce pouvait être le contraire...
Pour cela je donnerai mon âme!
Commenter  J’apprécie          20
SylSyl   04 juin 2014
"Réalisez votre jeunesse tant qu’il est encore temps…"
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Stanislas Gros (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stanislas Gros
Interview de Stanislas Gros au sujet du Portrait de Dorian Gray.
autres livres classés : bande dessinéeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3337 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre