AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782757890752
384 pages
Éditeur : Points (07/10/2021)
3.93/5   60 notes
Résumé :
Elles sont trois : Véra, sa fille Nina, sa petite-fille Guili, soudées par les liens du sang et déchirées depuis des décennies par un terrible secret.
Le jour du quatre-vingt-dixième anniversaire de Véra, célébré avec faste au kibboutz, Guili, brûlant de mettre au jour l'histoire de sa famille, décide de tourner un film sur sa grand-mère. C'est ainsi que les trois femmes s'embarquent pour un long voyage vers le passé, dans la Croatie natale et sur les lieux ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
3,93

sur 60 notes
5
8 avis
4
5 avis
3
4 avis
2
3 avis
1
0 avis

Bookycooky
  21 décembre 2020
Grossman dans son dernier livre attaque une histoire de famille complexe.
Touvia, veuf qui vit dans un kibboutz va s'unir à 54 ans, à Vera immigrée yougoslave de dix ans sa cadette, veuve elle aussi. Chacun a un enfant, deux sauvages, un garçon pour le veuf et une fille pour la veuve, les deux ayant été privés d'amour maternel dans leur petite enfance. le garçon, la mère étant gravement malade, et la fille étant abandonnée, le père mort et la mère arrêtée et torturée par la police antistalinienne du maréchal Tito. le garçon va s'éprendre de la fille, "un sphinx" , et de cette union compliquée naîtra notre narratrice "la malheureuse Guilli" ainsi nommée par sa mère . Voilà pour les débuts d'une histoire tragique, où trois femmes et un homme vont souffrir des suites des horreurs de la deuxième guerre mondiale et de ce qui en a suivi.
L'intérêt du récit vient de ce qu'il soit vu et raconté majoritairement à travers l'objectif d'une caméra. Guili filme son père Raphaël, sa grand-mère Vera , son père a filmé sa mère Nina.... Et tout ce monde étale son intime face à cette caméra, dans un "déballage presque obscène." On se croirait chez le psychiatre. le passé est peu à peu récupéré grâce à des vieilles pellicules dont certaines retrouvées dans le grenier de Vera, mais y manque la partie cruciale, ce pan de l'histoire de Vera avant son immigration en Israel, Goli-Otok, qui leur a "pourrit la vie depuis trois foutues générations". Elles y retourneront avec Raphael sur les lieux de ce passé manquant pour boucler le Film , cette fois-ci exclusivement tourné par Guili, ....... Une tâche difficile vu que chacune de ces femmes ont fait de leur souffrance leur fond de capital pour pouvoir continuer à exister, terrifiant, , “Que suis-je, au fond sans ma haine pour Nina? dit Guili parlant de sa mère.....Arriveront-elles à se laver de ce passé en renonçant à leurs souffrances ?
Comme dans son superbe livre "Un cheval entre dans un bar"., Grossman insuffle le malaise chez le lecteur-rice dés le départ. Un malaise qui s'accentue au fur et à mesure qu'on s'enfonce dans l'histoire, la forme narrative l'y aidant. Guili exprime sa propre souffrance à divers moments de son histoire, passant du "je" à "elle", car dit-elle "la première personne souffre trop”. le même procédé sa mère Nina s'en servira aussi pour d'autres fins.
Un livre inspiré de la vraie vie de Eva Panic-Nahir, une femme célèbre et admirée en Yougoslavie, que Grossman rencontra au siècle précédent et qui lui demanda d'écrire son histoire et celle de sa fille. Un texte magistral extrêmement fort sous la plume exceptionnelle de Grossman, avec des ressorts psychologiques complexes très intéressants, "Quand toi et moi, nous vivions ensemble à Jérusalem, être avec toi me protégeait un peu. Comme une sorte de ligne que tu dessinais autour de moi. J'avais une limite. Je savais où se trouvait le vrai, où la lumière finissait et l'obscurité commençait......."
"Qu'y a-t-il à dire quand il n'y a rien à faire."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1046
Dandine
  23 mars 2021
Eva Panic, une revolutionnaire juive yougoslave qui a eu une jeunesse mouvementee, tourmentee, jusqu'a son installation, a un age relativement avance, dans un kibboutz israelien. Danilo Kis (encore lui? Je le rencontre partout. Il me subjugue. Lisez-le, bon sang!) lui avait consacre un documentaire avec le realisateur Aleksandar Mandic: “Goli zivot" (que je n'ai pas vu). Et maintenant David Grossman en fait l'heroine d'un livre. Ou plutot Grossman se sert d'elle et de son histoire, car son livre a plus d'une heroine. Trois en fait. Eva, ici appelee Vera, sa fille Nina, et sa petite-fille Guili.
Trois generations de femmes. Trois revoltees, trois combattantes, chacune a sa maniere. Trois memoires differentes qui cherchent a se comprendre. Trois memoires en guerre, chacune contre une autre, des fois contre les deux autres. Toutes contre une et une contre toutes. Et entre elles un homme, qui les aime toutes, qui essaye de les apaiser.
Trois generations de femmes. En une histoire familiale qui, mutatis mutandis, a l'air de se repeter. Les meres abandonnent leurs filles et les filles couvent longtemps une colere qui devient hargne. Et elles s'eloignent. Mais pour le 90e anniversaire de Vera arrive a l'improviste sa fille Nina, annoncant qu'elle est malade, en phase terminale, et demande a son ancien mari et a sa fille, tous deux cineastes, de recueillir les souvenirs de Vera et ses souvenirs a elle, sinon pour comprendre, au moins pour laisser une trace. Et ils partent ainsi tous quatre pour ce qui avait ete la Yougoslavie.
Trois femmes s'engagent alors dans un periple vers leur passe. Vera, l'ancienne partisane, qui a prefere abandonner sa fille et etre emprisonnee trois ans dans le camp de travaux forces pour femmes de Goli Otok plutot que de signer un papier noircissant la memoire de son mari assassine par les sbires de Tito. Nina qui s'est jetee par defi dans des lits d'hommes qui la meprisent et l'avilissent avant de tout lacher et se clauster dans une ile perdue dans le grand nord. Guili, qui a du mal a s'attacher et ne veut surtout pas enfanter de peur de reiterer l'histoire, la “tradition" familiale de l'abandon.
C'est un periple vers l'inconnu. Vers les memoires blessees, estropiees, des trois femmes. Pour devoiler une certaine verite? Les actes etouffes qui ont provoque l'incomprehension, l'eloignement? Plutot pour comprendre les blessures, qui ont engendre des silences, qui ont a leur tour engendre de nouvelles blessures. A qui la faute? Mais y a-t-il faute? Un trop grand amour, l'exasperation de l'amour a amene cette famille non seulement a l'aversion mais jusqu'a la haine, avec toute sa ferocite. le voyage vers les rivages ou tout a eclos peut-il aboutir a l'expiation? Au rachat? Au pardon?
Grossman n'est pas un optimiste aveugle, mais il croit encore, against all odds, a la possibilite de redemption. Et il nous offre ici, en fin de compte, non seulement de remarquables portraits de femmes, mais surtout de belles histoires d'amour, de belles histoires sur les differentes – et controversiales – facettes que peut prendre l'amour. C'est un bon cru de Grossman. Partant d'une biographie reelle, se cachant derriere une biographie reelle, il ecrit un roman, il nous livre un recit emouvant, sur l'universelle enigme de l'amour et de ses avatars.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          667
Archie
  15 décembre 2020
J'étais curieux de lire un roman de David Grossman. Cet écrivain et intellectuel de gauche israélien avait obtenu, il y a une dizaine d'années, le prix Médicis étranger pour son livre Une femme fuyant l'annonce, écrit après qu'il eut perdu un fils de vingt ans, mort au combat.
Dans La vie joue avec moi, il explore les séquelles psychologiques frappant en cascade la famille d'une femme ayant survécu à des persécutions et des sévices. Il nous confronte aussi aux situations où l'on nous contraindrait de choisir entre deux solutions insupportables.
A cet effet, David Grossman met en scène trois Israéliennes, en 2008 : Véra, quatre-vingt-dix ans, sa fille Nina, sexagénaire, et la fille de celle-ci, Guili, bientôt quarante ans, à qui l'auteur confie la narration du roman.
Véra est née dans une famille juive de Croatie, un état qui faisait alors partie de la Yougoslavie. Elle vit dans un kibboutz depuis qu'elle a émigré en Israël avec sa fille, il y a plus de quarante ans. Cette femme toute menue est un concentré de vitalité et de dynamisme. C'est aussi une idéaliste inflexible au caractère intransigeant. Sa fille Nina est une femme insaisissable, instable, destructrice et autodestructrice. Elle a mené une vie dissolue, disparaissant et réapparaissant de façon imprévisible. Elle ne s'est jamais occupée de sa fille Guili, ayant mal supporté d'avoir été elle-même abandonnée par sa mère à l'âge de six ans. Guili, qui exerce la profession de cinéaste, est une femme très tourmentée, reprochant, elle aussi, à sa mère de l'avoir laissé tomber toute petite.
Dans la famille, il y a aussi Raphaël, la crème des hommes. Elevé par Véra, qu'il respecte, il est tombé tout jeune déraisonnablement et définitivement amoureux de Nina. Il est le père de Guili, qu'il a élevée et à laquelle il a transmis ses secrets de cinéaste.
Dans l'espoir d'une catharsis qui permettrait aux trois femmes de trouver un équilibre dans leur vie et de nouer entre elles des relations apaisées, tous les quatre partent à la recherche du passé de Véra. Une équipée filmée par Guili, en Croatie dans le village natal de sa grand-mère, puis sur l'île de Goli Otok, un ancien goulag voulu par le maréchal Tito, où elle était restée prisonnière pendant près de trois ans, à la fin des années quarante.
Petit rappel historique. Maître tout puissant de la République fédérative populaire de Yougoslavie de 1945 à sa mort en 1980, le futur maréchal Tito adhère au Parti communiste yougoslave en 1920, il en est nommé secrétaire général par Staline dans les années trente. Il participe à la résistance contre l'Allemagne nazie et prend le pouvoir à la fin de la guerre. En 1948, Tito rompt avec l'URSS, noue des relations avec l'Occident, mais fidèle aux méthodes de son ex-mentor, il crée le camp de Goli Otok pour enfermer ses opposants, et parmi eux les communistes restés staliniens.
Un livre pénible à lire. Les secrets annoncés ne sont pas vraiment des secrets, dans cette fiction très inspirée de la vie d'une authentique résistante yougoslave installée en Israël, Eva Panić Nahir, que l'auteur a rencontrée à plusieurs reprises. La narration de Guili traîne en longueur et s'encombre de considérations personnelles brouillonnes et tourmentées. « Normal, » me direz-vous, « Guili est une femme tourmentée, vous l'avez dit vous-même ». Oui, mais n'empêche que le texte est parfois difficile à suivre, d'autant plus que tout est sinistre dans cette sombre histoire ! Pour compliquer les choses, c'est Véra elle-même qui raconte sa jeunesse, dans un langage censé montrer qu'elle maîtrise mal l'hébreu. Et sa détention au goulag fait l'objet de phrases brutes et sèches que Guili a notées en script, quand elle ne pouvait pas sortir sa caméra.
Une lecture qui manque terriblement de fluidité. Les personnages sont toutefois intéressants, leurs rapports aussi. Peut-être la fiction gagnerait-elle à être adaptée au théâtre.

Lien : http://cavamieuxenlecrivant...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          444
alexb27
  20 novembre 2020
Après Une femme fuyant l'annonce, l'auteur israélien propose un nouveau roman bouleversant, inspiré de la vie de Eva Panic-Nahir, héroïne yougoslave.
Il y a un peu de Sarah Chiche dans ce dernier texte de David Grossman tant dans l'urgence de l'écriture, que dans le propos, où il est question, comme dans Saturne, de famille dysfonctionnelle et des ravages de l'absence. Ce que d'ailleurs ces 2 auteurs narrent à merveille.
Ici, face caméra, 3 femmes racontent et se racontent : Vera, victime du goulag et des camps de Tito. Sa fille Nina née de sa grande passion pour Milosz, marquée par l'abandon de sa mère lors de son emprisonnement. Enfin Guili, issue des amours de Raphaël, fils du second mari de Véra, et de Nina. Élevée exclusivement par son père, elle entretient une relation forte avec celui-ci, une relation professionnelle aussi (elle est la scripte de Raphaël sur tous ses films). Il lui a manqué (il lui manque encore) une présence maternelle.
A l'occasion des 90 ans de Vera, tous décident de partir sur les traces de leur passé et de dérouler le film de leur vie...
Un livre poignant par tant de non-dits et d'amour refoulé.
Un roman passionnant sur la maternité, la maladie, la transmission, porté par une plume virevoltante, haletante, intense.
Un moment fort !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4210
Bellonzo
  20 mars 2021
La vie joue avec moi est un roman d'une rare complexité dans lequel on n'entre pas sans effort. David Grossman est l'un ds écrivains israéliens les plus reconnus, très critique sur son propre pays. Quatre personnages dans ce livre qui explore la transmission, les silences et les secrets au travers de l'Histoire de Véra, 90 ans fêtés au kibboutz, sa fille Nina, sa petite-fille Guili et le père de cette dernière, Raphy. Véra s'et trouvée broyée par le régime de Tito, en lutte contre Staline, et qui aboutira à une fédération yougoslave qui se révélera invivable. Les méthodes du Maréchal n'ont rien à envier à celles d'Oncle Jo. En ces années d'après-guerre la liberté ne se conjuguait guère de ce côté de l'Europe.
C'est à travers le film de Guili et Raphy que nous sont exposées les relations, bien compliquées, entre les trois femmes. Ainsi les deux tiers du livre nous immergent dans les dialogues, nous immergent... et nous noient presque, tant les névroses des trois femmes sont prégnantes et nous débordent. J'ai souffert un peu, ayant souvent des difficultés à bien saisir qui parle, l'osmose de la mère, de la fille et de la petite-fille étant assez éprouvante. J'ai trouvé que le récit manquait quelque peu de limpidité, ce qui ne remet pas en cause la qualité du roman. Disons que La vie joue avec moi n'est pas une récréation.
Mais le souffle de l'Histoire est bien présent, la littérature israélienne y excelle, et la dernière partie du livre, sur une île solitaire de Croatie, une geôle de rochers et de garde-chiourmes, où Véra fut recluse près de trois ans, nous redonne une grande empathie avec Véra, Nina et Guili, et leur "témoin" Raphy. Eva Panic Nahir était une résistante yougoslave qui a inspiré le romancier. Victime du goulag de Tito elle a permis de faire savoir la tragédie de l'après-guerre dans la célèbre poudrière des Balkans.
Guili, la petite-fille, 40 ans. Plus tard, à l'hôtel, j'ai visionné le film et découvert quelque chose: chez elles, toutes les quelques secondes, le globe ocuclaire glisse lentement de sa cachette sous la paupière, apparaît à moitié sur le fond blanc, puis remonte et s'éclipse de nouveau sous la paupière. Je n'ai pas pu me retenir. Je me suis précipitée avec la caméra dans la chambre de Raphy. "Ces deux-là, a-t-il réagi avec un éclat de rire, ne s'autorisent jamais à fermer les yeux, même en plein sommeil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141


critiques presse (5)
FocusLeVif   04 décembre 2020
S'inspirant de la vie de la militante communiste Eva Panic-Nahir, David Grossman met à nu les liens traumatiques de trois générations de femmes.

Lire la critique sur le site : FocusLeVif
LeFigaro   30 octobre 2020
Dans son dernier roman, l’auteur israélien explore de façon magistrale les rapports mère-fille, la question du silence et de la transmission.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
LePoint   27 octobre 2020
Le grand auteur israélien a écrit une saga romanesque, mêlant secrets familiaux et tragédies historiques de la Seconde Guerre mondiale a nos jours.
Lire la critique sur le site : LePoint
LaLibreBelgique   20 octobre 2020
David Grossman raconte comment les grands conflits du monde blessent trois générations de femmes.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
LaCroix   20 octobre 2020
Avec ce roman inspiré d'une histoire vraie, l'écrivain israélien David Grossman explore la sauvagerie de la maternité et enquête sur les goulags de Tito en Yougoslavie.
Lire la critique sur le site : LaCroix
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
BookycookyBookycooky   20 décembre 2020
Qu’est-ce qui fait que deux êtres forment un couple ? Une étincelle ? Un attachement ? Une appartenance ? Un battement de paupières rêveur accompagnant un regard apparemment anodin ? Tout est possible. Mais le plus important : la sensation d’être chez soi.
Commenter  J’apprécie          367
alexb27alexb27   15 novembre 2020
Et, à dix-huit ans, alors qu’elle mesurait désormais un mètre soixante-dix-sept (mon Dieu, songeait-elle en ce temps-là, et si ça n’arrête pas ? Et si elle continue à se prolonger comme une mauvaise blague, et où se situe la ligne rouge pour y mettre fin ?), la jeune fille revint au ministère de l’Intérieur à Haïfa. Cette fois-là, une jeune femme rousse et souriante, qui travaillait là pendant les vacances d’été, l’accueillit et sans difficulté, ni anesthésie, elle amputa Nina de Guili. Et Guili la pria en outre, avec l’humilité d’un vorace incapable de se refréner, s’il était possible, à tout hasard, de laisser le trait d’union, juste comme ça, pour le fun. La jeune fille la questionna : « Que voulez-vous dire ? » Guili énonça d’une voix douce son prénom avec le trait d’union à la fin, comme un appel lancé vers l’inconnu, la jeune femme l’examina de pied en cap et, sans doute dut-elle saisir quelque chose, car elle regarda autour d’elle et murmura que ce n’était pas autorisé, un prénom avec un trait d’union, mais, essayons, advienne que pourra, et si quelqu’un pose la question, nous dirons qu’il s’agit d’une erreur humaine. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
EtsionbouquinaitEtsionbouquinait   11 janvier 2021
Elle s’efforce d’oublier le soleil. Une boule jaune incandescente est suspendue à la verticale de son crâne qui grésille et transpire. Il ne va plus rester une goutte de fluide dans son corps. Son sang s’épaissit et sa circulation se ralentit. Les puces raffoleraient d’un sang pareil. Lorsqu’elle travaillait dans les marais, dès son arrivée ici, des sangsues se collaient à ses jambes, enflaient peu à peu à force de sang, puis se détachaient, grasses et gavées. Certaines femmes essayaient de les manger, Véra aussi, mais leur goût était épouvantable. Ici au moins, aucune trace de sangsues. Mais ce soleil…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ThaelThael   15 novembre 2020
Moi je suis un fétu balloté par le vent. Plus exactement, je suis cet oiseau qui ne touche jamais le sol ? J’ai oublié son nom...
- L’albatros, mais ce n’est qu’une légende, il touche le sol parfois
- Moi si je le touche, c’est pour prendre mon élan afin de m’envoler à nouveau
Commenter  J’apprécie          30
alainmartinezalainmartinez   15 novembre 2020
........notre parentèle profitait de l’occasion pour humer un peu le parfum de l’étranger, je veux dire pépier des Oh my God et autres criailleries américaines chargées d’émotion et puantes d’hypocrisie, et sous toutes effusions, on coulait bien sûr des regards inquisiteurs et on dressait le bilan des rides, de la peau, des cheveux et des yeux. Le bazar habituel.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de David Grossman (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David Grossman
Wajdi Mouawad interprète le rôle du juge Avishai dans le texte de David Grossman, Un cheval entre... .Wajdi Mouawad interprète le rôle du juge Avishai dans le texte de David Grossman, Un cheval dans un bar. Une fiction enregistrée au musée Calvet d'Avignon, à retrouver ici : http://bit.ly/2uiEaiS
autres livres classés : littérature israélienneVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1223 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre