AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur L'enfance des criminels (9)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  

Ajouter une critique
Tostaky61
  08 juillet 2014
Faut-il chercher le crime dans la jeunesse du criminel ? tel est la question. Viol, inceste, violence conjugale, alcoolisme, abandon, famille d'accueil, autant de point communs qui pourraient suffire à expliquer le crime... Dans l'analyse que nous livre l'auteur de ce document, pas de justification, pas d'apitoiement, de l'horreur... et de l'incompréhension. Ce qui fait peur, par delà les faits, c'est la responsabilité de notre société avant tout, car le point commun entre tous ces criminels, c'est que les institutions sont passé à côté et ont une responsabilité immense dans ces drames... Famille, Ecole, Justice, Police, Médecine... Un document à lire absolument ...
Commenter  J’apprécie          71
Hekahm
  27 septembre 2015
Captivée par les affaires criminelles, on ne peut pas dire que j'ai appris grand chose. Globalement, ma pensée rejoint celle de Philippe Herbelot, psychologue, expert près de la cour de Reims : "Il faut aussi rendre au sujet sa part de responsabilité et de libre arbitre." Une enfance malheureuse ne peut, et ne doit, pas tout excuser... même si elle reste incontestablement un terrain fertile à la délinquance dans son sens le plus large.

Globalement ici on retrouve une enfance et un cadre familial grossièrement similaire : un enfant non-désiré, l'alcoolisme d'un ou des parents, l'absence d'éducation, le rejet, la violence et une haine, conscience ou inconsciente, voire inavouée, de la mère ou à l'inverse un amour démesuré, inadéquat quasiment incestueux.

Une question reste en suspens ... Et leurs gamins à ces criminels, que sont-ils devenus eux ? Après avoir grandi dans ces environnements malsains, après avoir été, parfois, les témoins de l'horreur et de l'indicible ?

Pour finir, petit coup de gueule : ce livre est "dédié" "A tous ceux qui font des enfants". Alors faut-il absolument avoir des enfants pour les aimer et vouloir les protéger ? Faut-il nécessairement être parent pour s'intéresser à l'éducation des générations à venir ? Croyez-vous vraiment que les parents désintéressés par leurs propres enfants vont lire ce livre et prendre conscience, soudainement, qu'il est primordial d'éduquer correctement, de donner affection et amour aux enfants, si on ne veut pas qu'ils dérivent ? Non, parce que dans tous ces portraits, je n'ai pas vu de parents aimants et protecteurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
Bonheur_Lecture
  13 avril 2014
Agnès Grossmann est une journaliste qui écrit des documentaires pour la télévision, notamment pour la célèbre émission de France 2 « Faîtes entrer l'accuser ». Bizarrement, Agnès Grossmann a une peur bleue des tueurs en série et c'est pour cela qu'elle cherche à en savoir plus sur eux, pour surmonter cette peur. Je trouve cela vraiment courageux.

Dans ce livre, Agnès Grossmann va nous parler des tueurs en série dont tout le monde a entendu parler, même si cela n'est pas de notre époque. En commençant par Patrice Allègre, puis Marc Dutroux, en passant par le couple sordide de Michel Fourniret et Monique Olivier, mais encore Guy Georges, Fr ancis Heaulmes, ainsi que l'effroyable Emile Louis (dont j'avais une peur bleue aussi étant petite), pour finir par Thierry Paulin et Mamadou Traore. Elle va nous raconter leur enfance, toutes plus tristes les unes que les autres. Mais avant d'entrer dans le vif du sujet, elle revient sur le triste sort de leurs victimes, celles qui ont eu le malheur de se trouver au mauvais endroit, au mauvais moment comme on dit. Cela m'a vraiment fait froid dans le dos.

En me procurant ce livre, j'avais des craintes. J'avais peur que l'on trouve des excuses à ces hommes, ces fauves, ces vampires, qui ont faim de sang, qui ont besoin de tuer pour exister. Mais la quatrième de couverture m'a rassuré et je me suis lancée. Parce que moi qui suis curieuse, j'avais aussi envie de comprendre pourquoi, pourquoi ce sont devenus des monstres.

Grâce à ce livre, j'ai beaucoup appris sur les différentes personnalités. Sur différents termes que peuvent utiliser les psychiatres ou les psychologues. Mais aussi sur l'enfance. Ce qu'un manque, que ce soit affectif ou autre, dans l'enfance, pouvait marquer à un point que j'étais loin d'imaginer. Tous les criminels qu'Agnès Grossmann évoque dans son livre ont eu, de manières différentes, une enfance difficile : des parents alcooliques, des enfants violés, des parents absents, des abandons, des parents violents entre eux ou sur leurs enfants, des préférences…

Mais ne généralisons pas ! Beaucoup d'enfants ont eu une enfance difficile, et pourtant, ils ne se sont pas tous transformer en tueur, violeur et tout ce qui va avec ! Et heureusement dirais-je ! Alors, pourquoi ces personnes qui ont ce point en commun sont-ils devenus des diables en personne ?

Ce que je retire de cette lecture, c'est que l'enfance ne fait pas tout. Serge Bornstein, neuropsychiatre, nous informe que, selon lui, la personnalité d'un enfant se fait de sa naissance jusqu'à l'âge de ses quatre ans. Mais pour moi, l'avenir ne se trace pas ici. Chacun est libre de mener sa vie comme il le désire par la suite. Et dans cette enquête d'Agnès Grossmann, je me rends compte de cela. Je pense donc que tous ces prédateurs ont choisi le crime pour exister, pour se sentir enfin supérieur, eux qui ont un sentiment d'infériorité, qui n'est pas qu'une impression, dans cette société.

Je vous laisserai donc le soin de vous faire votre propre idée en lisant ce livre et je termine cette critique en ayant, comme je l'ai eu tout au long de ma lecture, une énorme pensée aux victimes ainsi qu'à leurs familles. Pour que jamais cela ne recommence, il faut parler, au risque de choquer, chose qu'Agnès Grossmann a eu le courage de faire ici.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
lalibrovore
  15 février 2015
Toujours dans le cadre de mes études, j'ai acheté et lu ce livre.
Je n'ai pas été déçu, sans pour autant relativiser les comportements de ces meurtriers, on les comprend un peu mieux.
On comprend qu'il n'y a pas de prédisposition au meurtre, seulement des dispositions relative au climat familiale et sociale durant l'enfance.
cependant, je n'en ai pas appris plus que ça sur les tueurs en particulier, et je suis un peu déçue par le caractère catalogue du livre.

Je conseille si on s'intéresse aux criminels, ou aux traumatisme de l'enfance, cependant, préférez peut-être des livres de Bourgoin qui sont nettement plus poussés sur ce sujet.
Commenter  J’apprécie          40
Cassy
  26 août 2014
Agnès Grossmann, journaliste, notamment pour l'émission Faites entrer l'accusé, a voulu dédier un ouvrage à l'enfance de célèbres tueurs en série francophones. le but n'est absolument pas de leur trouver une excuse, encore moins de pardonner l'impardonnable. Non, elle veut montrer que l'enfance est déterminante pour notre devenir.

Chaque chapitre est consacré à un serial killer. On y retrouve les (tristement) célébrissimes Marc Dutroux, Michel Fourniret ou encore Emile Louis. La journaliste nous rappelle ce qu'ils ont fait et nous les suivons chronologiquement, du premier meurtre à l'arrestation. Ensuite, elle revient sur leur enfance, de la naissance jusqu'au premier meurtre.

J'ai trouvé la globalité de l'ouvrage intéressante. C'est presque gênant de dire que j'ai été fascinée par leur histoire hors du commun. Pas que je les soutienne, bien au contraire ! Disons que leur comportement nous échappe. Ce sont des personnes conscientes de leurs actes, en clair, ce ne sont pas des malades mentaux. Alors comment quelqu'un de « normal » peut basculer dans cet enfer ? On trouve quelques éléments qui pourraient y répondre (sans pardonner, je le répète !) dans leur passé. Et à vrai dire, je ne souhaiterais ces enfances à personne. Quand un enfant vit sans amour, que ses parents déversent leur haine dessus, les battent ou qu'il subisse un abus sexuel, cela crée forcément un déséquilibre. de là à ce que ça mène à devenir psychopathe, c'est heureusement rare tout de même.

J'ai apprécié cette lecture qui offre une vision des choses différente et qui est agrémentée de questions/réponses avec des psychiatres qui ont examiné certains des tueurs mentionnés.
Lien : http://romansurcanape.fr/l-e..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
leinavaleski
  08 février 2015
Pour comprendre pourquoi j'ai acheté ce livre, il faut savoir que j'aime les histoires de tueurs en série dans lesquelles il y a souvent des questions de psychologie derrière que je trouve très intéressantes. La plupart du temps, on peut revenir à leur enfance, certes ça n'excuse rien et ça n'explique pas tout mais ça donne une part d'explication. Heureusement, tous ceux qui ont eu une enfance horrible ne deviennent pas des tueurs en série mais c'est un point en commun à ceux qu'on connaît. Si on peut en tirer une « leçon », c'est qu'on aurait peut-être pu éviter des drames. Pour donne un exemple, ces criminels n'ont tout simplement pas été aimés dans leur enfance et certains ont été placés en famille d'accueil, famille à qui on demande de ne pas s'attacher aux enfants qu'on leur confie (c'est dit dans le livre je crois et c'est quelque chose que j'ai vérifié en réel). Comme écrit dans le livre, on ne peut pas tout expliquer avec les traumatismes de l'enfance et encore moins tout prévoir, mais on peut essayer de comprendre pour éviter autant qu'on peut que des enfants deviennent de monstrueux criminels.


Francis Heaulme (Benoit Peyrucq)
Chaque chapitre commence par nous relater les faits. On resitue donc le personnage et on est sûr d'oublier toute compassion quand on lira le passage sur l'enfance. Car même si on ne peut que reconnaître que ces hommes ont eu des enfances au mieux compliqués, au pire abominables, on ne peut pas passer à côté de l'horreur des meurtres qu'ils ont commis et leurs réactions face à leurs actes. Certains ne feront même pas semblant de regretter quoi que ce soit, et parfois ils ne comprennent même pas ce qui les fait agir ainsi. On termine le chapitre par la condamnation, ce qui rassure plus ou moins. Car ce sont des événements qui ont eu lieu pas loin de chez nous (même de chez moi pour certains) et contrairement à ce qui se passe avec les séries américaines (comme Esprits Criminels, que j'adore), on ne peut pas se dire « ça n'arrivera jamais ici ». Ce livre, c'est « l'horreur juste à côté de chez soi », non seulement à cause des crimes mais aussi à cause des complices. Entre ceux qui savent et ceux qui aident les criminels, il y a de quoi s'inquiéter ! Mais c'est aussi parfois les forces de l'ordre qui ont mal fait leur travail et quelque part, c'est encore plus effrayant que tout le reste…


A la fin du livre, des interviews de médecins permettent d'approfondir l'idée d'influence de l'enfance sur le comportement de l'adulte, les points de vue divergent et on peut ainsi se faire sa propre idée. de manière générale, les histoires sont documentées (par des rapports, des témoignages,…) et c'est très intéressant quand on veut connaitre les raisons qui peuvent pousser les gens à tuer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Rodin_Marcel
  08 septembre 2015
Grossmann Agnès – "L'enfance des criminels" – Points Crime, 2014 (ISBN 978-2-258-09842-8)

Il convient de lire ce livre avec beaucoup de circonspection, car il est écrit par une journaliste, avec le travers "sensationnaliste" usuel chez ces gens-là, et avec ce vocabulaire dramatico-ridicule qui leur est propre. Dans cet ouvrage, ces tendances journalistiques sont encore aggravées par le recours à cette psychologie à cent sous la tonne, tellement répandue aujourd'hui dans le grand public, tout particulièrement chez les journaleuses qui en tartinent des colonnes et des pages entières dans les magazines dits "féminins".

L'intérêt de cet ouvrage réside dans la compilation de quelques affaires criminelles particulièrement affreuses qui survinrent dans les années 1980-2000, à savoir les crimes commis par Patrice Allègre (agissements de 1989 à 1997), Marc Dutroux (agissements de 1983 à 1996), Michel Fourniret (agissements de 1987 à 2003), Guy Georges (agissements de 1981 à 1998), Francis Heaulme (agissements de 1984 à 1992), Émile Louis (agissements de 1981 à 1992), Thierry Paulin (agissements de 1984 à 1987), Mamadou Traoré (agissements en 1996).

En marge de cette lecture, trois enseignements s'imposent :
- primo, on retrouve les informations essentielles sur ces affaires dans les articles de Wikipedia, si bien que l'utilité d'un tel livre est tout relatif,
- secondo les affaires criminelles courantes réelles (voir aussi le livre de von Schirach) n'ont rien à voir avec les horreurs insensées que les auteurs actuels de romans policiers s'échinent à inventer…
La troisième remarque n'est qu'un lieu commun, hélas : ces affaires démontrent une fois de plus combien un milieu familial et social délétère peut mener à des catastrophes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Pat0212
  14 mai 2018


Agnès Grossmann est une journaliste de l'émission Faites entrer l'accusé. Dans son enfance elle avait la phobie, non pas des monstres comme beaucoup de petits, mais des assassins. le sujet l'a toujours intéressée et il en est sorti cette enquête très documentée sur l'enfance des grands tueurs qui ont occupé le devant de la scène médiatique il y a quelques années. Elle n'évoque pas leur triste enfance pour les disculper, mais pour montrer que malgré leurs actes horribles, ils sont et restent des êtres humains.

Chaque chapitre a la même structure: Tout d'abord un rappel détaillé des crimes commis puis le récit de la vie du personnage, en insistant surtout sur son enfance. Les récits sont très documentés et s'appuient sur les rapports des experts psychiatres et psychologues chargés des expertises. le témoignage des policiers ou gendarmes est rare et l'accent n'est pas du tout mis sur l'enquête et la façon dont elle s'est déroulée. Les criminels qui font l'objet du livre sont: Patrice Alègre, Marc Dutroux, Michel Fourniret et sa femme Monique Olivier, Guy Georges, Francis Heaulmes, Emile Louis, Thierry Paulin et Mamadou Traoré.

Du fait de la structure de ces récits et de leurs nombreux points communs, il se dégage un sentiment d'horreur et de dégout. Ces criminels nous sont présentés de façon très brute dans des récits qui suivent la même structure, cela accentue à mon avis le sentiment de répulsion que ces hommes nous inspirent. Ici la forme suit le fond et on est bien conscient qu'on se situe dans un document et pas dans un polar qui suscite un plaisir de lecture. Ce document suscite au contraire une certaine lassitude, on a l'impression d'une liste sans fin de violences et de crimes tous plus abominables les uns que les autres. Cette façon de lier le fond et la forme est très originale à mon sens.

Voici quelques points communs qui lient ces assassins: Ils s'en prennent presque exclusivement à des femmes, plutôt jeunes et jolie, la seule exception étant Tierry Paulin qui a tué des femmes âgées (plus de septante et un an), ils sont très violents (en particulier Mamadou Traoré) et prennent plaisir à la souffrance de leurs victimes. Ils sont un compte à régler avec leur mère et en tuant, ils assassinent un substitut de celle-ci. Quant à leur enfance, elle est marquée par le déséquilibre, l'abandon ou le rejet de la part de la mère. Certains adorent leur mère comme Francis Heaulmes, mais ils ne reçoivent pas d'elle l'affection qu'ils en attendent. Heaulmes vit dans le déni de ce rejet. Il présente sa mère comme une sainte adorée lors de son procès et quand le président du tribunal lui dit d'arrêter de se faire du cinéma et d'ouvrir les yeux sur le fait que sa mère ne l'aimait pas et le négligeait totalement dans son enfance, le choc est tellement rude, que cet homme qui n'a jamais manifesté le moindre sentiment pour ses victimes va s'évanouir.L'enfance de tous ces hommes sera faite de rupture, de rejet et d'insécurité matérielle ou affective, ils souffriront aussi souvent des violences que leur père infligeait à leur mère ou aux enfants. Ils ne peuvent se construire dans ce climat, mais Agnès Grossmann insiste bien sur le fait qu'aucun n'a été reconnu comme malade psychiatrique qui serait irresponsable de ses actes, ils sont des psychopathes, ce qui n'est pas une maladie mais un trait de caractère.

Le livre se termine avec les interwiews de deux des experts qui ont examiné ces criminels pour la justice. Ils nous éclairent sur le fonctionnement particulier de ces tueurs. Ce document est vraiment intéressant.



Lien : https://patpolar48361071.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
babichon
  13 novembre 2014
je l'ai d'abord feuilleté pour ensuite le lire en entier!! Dans la ligne d'esprit criminel et fidèle a l'émission de son auteur, c'est un livre documentaire qui retrace l'histoire principal des criminels, dans un premier lieu, puis leur enfance.
J'ai été absorbée par se livre .... et j'ai aussi un peu peur dans les parking depuis!!!
Commenter  J’apprécie          00
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
297 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre