AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Bonheur_Lecture


Bonheur_Lecture
  13 avril 2014
Agnès Grossmann est une journaliste qui écrit des documentaires pour la télévision, notamment pour la célèbre émission de France 2 « Faîtes entrer l'accuser ». Bizarrement, Agnès Grossmann a une peur bleue des tueurs en série et c'est pour cela qu'elle cherche à en savoir plus sur eux, pour surmonter cette peur. Je trouve cela vraiment courageux.

Dans ce livre, Agnès Grossmann va nous parler des tueurs en série dont tout le monde a entendu parler, même si cela n'est pas de notre époque. En commençant par Patrice Allègre, puis Marc Dutroux, en passant par le couple sordide de Michel Fourniret et Monique Olivier, mais encore Guy Georges, Fr ancis Heaulmes, ainsi que l'effroyable Emile Louis (dont j'avais une peur bleue aussi étant petite), pour finir par Thierry Paulin et Mamadou Traore. Elle va nous raconter leur enfance, toutes plus tristes les unes que les autres. Mais avant d'entrer dans le vif du sujet, elle revient sur le triste sort de leurs victimes, celles qui ont eu le malheur de se trouver au mauvais endroit, au mauvais moment comme on dit. Cela m'a vraiment fait froid dans le dos.

En me procurant ce livre, j'avais des craintes. J'avais peur que l'on trouve des excuses à ces hommes, ces fauves, ces vampires, qui ont faim de sang, qui ont besoin de tuer pour exister. Mais la quatrième de couverture m'a rassuré et je me suis lancée. Parce que moi qui suis curieuse, j'avais aussi envie de comprendre pourquoi, pourquoi ce sont devenus des monstres.

Grâce à ce livre, j'ai beaucoup appris sur les différentes personnalités. Sur différents termes que peuvent utiliser les psychiatres ou les psychologues. Mais aussi sur l'enfance. Ce qu'un manque, que ce soit affectif ou autre, dans l'enfance, pouvait marquer à un point que j'étais loin d'imaginer. Tous les criminels qu'Agnès Grossmann évoque dans son livre ont eu, de manières différentes, une enfance difficile : des parents alcooliques, des enfants violés, des parents absents, des abandons, des parents violents entre eux ou sur leurs enfants, des préférences…

Mais ne généralisons pas ! Beaucoup d'enfants ont eu une enfance difficile, et pourtant, ils ne se sont pas tous transformer en tueur, violeur et tout ce qui va avec ! Et heureusement dirais-je ! Alors, pourquoi ces personnes qui ont ce point en commun sont-ils devenus des diables en personne ?

Ce que je retire de cette lecture, c'est que l'enfance ne fait pas tout. Serge Bornstein, neuropsychiatre, nous informe que, selon lui, la personnalité d'un enfant se fait de sa naissance jusqu'à l'âge de ses quatre ans. Mais pour moi, l'avenir ne se trace pas ici. Chacun est libre de mener sa vie comme il le désire par la suite. Et dans cette enquête d'Agnès Grossmann, je me rends compte de cela. Je pense donc que tous ces prédateurs ont choisi le crime pour exister, pour se sentir enfin supérieur, eux qui ont un sentiment d'infériorité, qui n'est pas qu'une impression, dans cette société.

Je vous laisserai donc le soin de vous faire votre propre idée en lisant ce livre et je termine cette critique en ayant, comme je l'ai eu tout au long de ma lecture, une énorme pensée aux victimes ainsi qu'à leurs familles. Pour que jamais cela ne recommence, il faut parler, au risque de choquer, chose qu'Agnès Grossmann a eu le courage de faire ici.
Commenter  J’apprécie          60



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Ont apprécié cette critique (4)voir plus