AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de fanfanouche24


fanfanouche24
  05 avril 2021
Comme tant de lecteurs, j'ai été enthousiaste et marquée par le texte avant-gardiste, « Ainsi soit-elle « de Benoîte Groult, bréviaire …féministe, lu dans les années 80... !

Quelle ne fut pas ma surprise d'apprendre par les commentaires d' Olivia de Lamberterie l'origine de la naissance ce « Journal": Paul Guimard, qui encouragea Benoîte à écrire ce journal à 4 mains., afin qu'elle prenne confiance ; nous apprenons ainsi avec stupéfaction que Benoîte Groult était maladivement timide et réservée… manquait d'assurance , ne songeait pas à écrire , et encore moins à être publiée!
Encouragement généreux de Paul Guimard vis-à-vis de sa compagne, surtout que l'on sent qu'écrire lui aussi ce journal n'est pas un exercice habituel, ni qu'il affectionne particulièrement...

Une lecture plaisante , touchante, drôle nous plongeant dans les années 50…dans des milieux aisés et intellectuels… mondanités nombreuses, mais aussi fantaisie, humour, indépendance de vie , de pensée de Paul et de Benoîte…originaux facétieux…même si , en dépit d'un amour certain, lumineux…la « guerre des sexes » n'est jamais loin… Voyages , leurs moments d'intimité dans leur maison de Valmondois où Benoîte se prend de passion pour la botanique et le jardinage, le côté pratique du quotidien pour lequel Paul n'est pas doué, la vie commune d'un couple avec ses aléas…

Ils se racontent, parlent de la vie, de leurs lectures, leurs métiers, leurs différences et parfois divergences … et puis il y a aussi les discussions autour de la fidélité, la jalousie… j'allais omettre le rôle, et pas des moindres. Celui de « mère » de Benoîte pour ses deux petites filles, enfants du premier mariage avec Pierre de Caunes, Blandine et Lison, etc. Ses deux filles qu'elle aime infiniment tout comme Paul Guimard, qui s'occupe d'elles, les voit grandir... [Lison et Blandine sont en adoration devant leur beau-père ]
[** la fin du Journal s'achève sur l'attente de leur et en enfant..."Constance" qui naîtra en 1953]

*** Curieusement, contrairement à mes idées en débutant cette lecture, j'ai finalement plus apprécié le style et les propos de Paul Guimard, à la fois très détaché , caustique et lucide sur leur milieu social privilégié et la " comédie humaine" les entourant, à laquelle ils participaient... J'ai ri, entre autres pour son "refus d'idolâtrie'" envers son ami Mitterrand, quant au pélèrinage à la Roche de Solutré à laquelle il n'a aucune envie de participer. Au bout de trois années d'insistance du Président... Paul Guimard finit par trouver une" excuse" des plus malicieuses pour échapper à la "corvée" et au "sacro-saint rituel" !!

L'amour perce mais avec retenue, toujours… le journal semble aider Benoîte à exprimer par écrit des émotions, des convictions, des réactions parfois emportées sur les différences entre les femmes et les hommes…qu'elle ne parvient pas à dire de vive voix…. Paul Guimard constate parfois qu'il lui est plus facile de connaître sa femme par son journal… … car tous les deux, Paul comme Benoîte restent en dépit de leurs complicités ,de leurs désaccords, de leurs discussions, leur mauvaise foi , souvent… restent extrêmement pudiques.

Avec ce journal s'installe un jeu de lectures réciproque, assez drôle, parfois à la dérobée car l'un est trop curieux de ce que pense, et transcris l'autre d'un quotidien amoureux, commun ! … de « quotidien » , ce journal à 4 mains subit une certaine lassitude réciproque et ne devient que « mensuel » en 1952, encore plus rarement en 1953, puisque ce journal s'achèvera en mars...

Je retiens parmi les passages retenus un portrait fort touchant de Benoîte par Paul :
» 21 octobre [1952]
Je viens de feuilleter un petit agenda qui traîne sur mon bureau: Hermès 2e trimestre 1948.
Extraordinaire sensation. Avec soin, comme toujours, Benoîte y a consigné les événements quotidiens. (...)
Et cela me paraît subitement incroyable que Benoîte, il y a quatre ans, ait vécu cette vie sans moi, ait fait des enfants, pleuré pour le départ d'un homme et invité les Guimard à dîner.
Les Guimard sont devenus Guimard, lequel est devenu Paul (...)
Je connais assez mal les réactions de Benoîte vis-à-vis de son passé, des deux hommes qu'elle a aimés au point de les épouser, de sa vie sans cesse en mouvement. Je la crois capable de songer à tout cela très calmement tant elle possède à un point inégalable la faculté de vivre dans le présent.
(p. 224)”

Après ce « Journal amoureux »…envie peut-être ultérieurement de lire le texte de sa fille, Blandine de Caunes « La mère morte », comme pour percevoir d'autres facettes de cette femme de conviction et d'engagements, dévorant la vie…

***[mardi 6 avril 2021] Dans la suite de cette lecture, j'ai éprouvé également une vive curiosité pour Paul Guimard, son parcours et ses écrits...Je suis ravie d'avoir fait cette démarche car j'ai ainsi découvert son essai sur Giraudoux : "Giraudoux ? tiens !" [Grasset], souhaitant "dépoussiérer" cet écrivain trop méconnu à son goût. J'ai regardé et écouté d'anciennes archives de l'INA... Je suis tombée sous le charme de la malice , l'élégance et l'intelligence caustique de cet homme...

.




Commenter  J’apprécie          432



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (42)voir plus