AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253000388
Éditeur : Le Livre de Poche (26/02/1974)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 78 notes)
Résumé :
Neuf personnages s'embarquent pour un tour du monde en bateau. Une femme vieillissante qui, par peur de lasser l'homme qu'elle aime, risque de le perdre. Un homme de quarante ans qui découvre, à la suite d'un infarctus, qu'il ne supporte plus son métier, ni sa femme ni ses cinq enfants. Un garçon de vingt ans qui fuit Paris et le luxe familial pour aller chercher au loin des raisons de vivre : La Part des choses, c'est la vie de tous ces individus qui, sortis de leu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
nelly76
  09 juillet 2018
C'est avec plaisir que j'ai retrouvé Benoîte Groult dans ce roman de 1972.
Le début de ce roman m'a semblé fastidieux, dû sans doute à l'écriture bien spéciale de B.Groult :des phrases longues,très bien construites,une vraie recherche dans la syntaxe et le vocabulaire,puis petit à petit,je suis "entree" dans ce roman très psychologique, en fait.
Neuf personnages ,pour diverses raisons vont embarquer sur un yacht de luxe et faire le tour du monde.Quatre couples et un garçon de vingt ans vont être disséquėspar l'auteur,dans la description de certain comportement face à des situations bien précises.Un regard sans concession sur son couple ,malgré le luxe qui les entoure certaines vérités ne sont pas toujours bonnes à dire.J'ai beaucoup aimé l'analyse subtile de B.Groult,même si le début à été pour moi laborieux. Ce roman se lit calmement et le temps qui nous sépare de ce livre(1972),l'analyse faite par l'auteur sur les générations (lorsqu'elle parle du rôle de la femme et de ses filles)est vraiment d'actualité et c'est ce qui m'a "scotchée ",et j'aurai presque tendance à dire que nous avons régressé, mais ce constat n'engage que moi!
C'était une "sacrée visionnaire" cette Benoîte Groult !!
Pour les amoureux de la "belle ecriture" à recommander.⭐⭐⭐⭐
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Lenora
  01 juin 2013
Au fil de la lecture, je me suis rendu compte que la quatrième de couverture ne répondait pas aux attentes qu'elle laissait sous-entendre.
L'histoire porte bien sur neuf personnages, naviguant sur le Moana, à travers le monde. Bien que l'expression soit un tantinet exagérée : en réalité, ils ne font que longer un itinéraire qui se trouve particulièrement être dans le sud : la France, la Grèce, le Yémen, l'Inde, l'Australie, la Nouvelle-Calédonie et Tahiti. Je m'attendais, de plus, à vivre une histoire entre des personnages qui étaient inconnus à eux-mêmes, avec des relations qui se construiraient petit à petit. Mais non. A vrai dire, nous avons là des couples qui entretiennent des amitiés plus ou moins proches. Même le personnage "d'un garçon de vingt ans qui fuit Paris et le luxe familial", n'est autre que le fils de la propriétaire du bateau et n'apparaitra que pour une vingtaine de pages.
Personnellement, si je me suis décidée à lire un tel roman, c'est parce que je m'attendais à affronter des personnes blessées profondément par des histoires fortes, mais finalement, nous n'avons que des "héros" qui se plaignent d'une vie manquée ou d'une fuite de l'âge. La fraicheur du voyage et la réalité des pays, sont les seuls véritables intérêts de "La Part des choses" qui s'avère être plus un voyage établissant un bilan, qu'une aventure où des réponses seront trouvées.
Les personnages sont donc peu attachants, voire pas du tout. La lecture est parfois assez lourde face à de très longues phrases qui peuvent s'étendre sur une demi-page. Les promesses annoncées ne sont pas accomplies, et le peu de conclusion intéressante n'apparaît que tardivement. Je vais me répéter, mais le seul point qui ne me déçoive pas totalement est le dépaysement qu'offre le roman dans ce voyage. Ainsi que les parties "le cahier de Gallia", représentatives du personnage de Marion, qui offrent de temps en temps une beauté des mots et des réflexions intérieures attirantes.
Je ne pense pas que ce roman soit mauvais en lui-même, mais ce qui fait qu'on a du mal à s'attacher à lui est la déception qu'il offre après tant d'attente. Et c'est fort dommage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Annamine
  23 février 2016
Dommage de lire un livre en ayant déjà des attentes... Il vaut mieux se laisser porter et voir où il nous emmène. Ici, belle écriture de femme intelligente des années 70. Plus qu' un roman à proprement parler, un portrait de la superficialité, des failles de la classe "aisée" de ces années là. Dans les rapports humains et dans leur vision étriquée du monde. Car leur voyage autour de la terre ne les ouvre pas au monde et aux êtres humains qu' ils sont amenés à rencontrer. Or, voyageant sur les océans, les personnages ont tout le temps de la réflexion. Ce voyage aurait pu ( et du) être initiatique; ce qu' il n' a été pour aucun personnage.
Retour au point de départ pour la narratrice, sa chère Bretagne. Elle aura au moins réussi à "sauver" son couple et à se satisfaire de joies simples.
Et puis chez Groult, bien sûr, le recul nécessaire pour, justement, faire "la part des choses". Elle sait manier l' humour aussi, et trouver des expressions finement ciselées qui font mouche.
Commenter  J’apprécie          60
dannso
  28 juillet 2019
Roman intéressant, mais très "daté". Il y a cependant quelques réflexions intéressantes sur les rapports humains.
Mais pour la bretonne que je suis, le dernier chapitre très fluide compense les lourdeurs existantes dans le récit du voyage: il m'a réconciliée avec l'auteur.
Commenter  J’apprécie          40
Sirius1
  15 août 2014
Je n'ai pas accroché à ce livre. Trop de personnages différents, trop peu de profondeur.. je ne l'ai pas fini...
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
nelly76nelly76   09 juillet 2018
Le guide indien les avait mis en garde dès leur arrivée :
《 Si vous commencez à donner un bonbon ou même un sou ,vous êtes perdus.Ils sont cinq cent mille mendiants ici:Ils vous mettraient en pièce. 》
Mais comme il faisait nuit et qu'on ne voyait pas d'autre enfant alentour,Alex glissa cinq roupies à la petite fille qui s'en empara comme une pie,les fit disparaître sous ses linges,puis s'assit par terre pour les regarder gravir la passerelle.Le Moana resplendissant de tous ses hublots éclairés ,image presque intolérable du luxe.L'occident dispensait là ses banals bienfaits ,de l'autre côté de cette passerelle qui séparait deux mondes: quarante mètres de luxe sur douze,avec un salon climatisé ,un maître d'hôtel qui attendait pour servir une dernière collation et un lit moelleux préparé pour chaque corps.Des alcools leur offrirent l'evasion;des pilules leur assurèrent un bon sommeil.Le spectacle de la misère les avait mis à plat.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
nelly76nelly76   09 juillet 2018
Sur la table de la cuisine ,la pêche est étalée. Les etrilles bavent de colère et les araignées grafouillent et farfouillent pour tenter de gravir la face Nord de l'évier.L'homme et la femme contemplent le fruit de leurs efforts et éprouvent le sentiment enfantin et grisant d'avoir arraché du fond des mers la pitance de toute la famille.
Tout à l'heure, douchės, savonnės, rhabillés, ils vont redevenir un monsieur et une dame comme les autres ,les amis de l'invitée .N'était ce petit relent de goėmon au bout des doigts qui résiste à tous les parfums et qui leur rappelle que demain matin ,ensemble ,ils recommenceront.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
LenoraLenora   28 mai 2013
C'est pour toutes ces raisons que, l'âge venant, on se met à préférer les promesses de l'aube aux sortilèges de la nuit. Tout soit qui tombait rendait Marion triste. Rien que ce verbe : "tomber" ! Le soir lui semblait une journée vieillie, comme elle-même, bientôt finie, et elle subissait le départ de la lumière du jour comme celui de sa jeunesse. Mais chaque matin elle se levait toute neuve, oubliant les mélancolies de la veille. Elle s’émerveillait que la vie eût ce pouvoir tout simple.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
nelly76nelly76   09 juillet 2018
Kerviniec
《 Et tout à coup cette joie dont je ne peux rien dire sinon qu'elle est insensée. Mais il faut l'accepter comme insensée, admettre que tout bonheur ne peut être qu'insensė mais le vivre intensément. 》
Ionesco
Tout en griffant la terre pour y faire pénétrer du fumier dessėchė, désodorisė et concentré en emballage plastique ,Marion surveillait du coin de l'oeil trois eschscholtzias orange qui tremblaient au vent.C'etaient les derniers de son jardin.Elle aimait les eschscholtzias pour leur feuillage gracile,leur couleur ardente et pour cette orthographe invraisemblable aussi.Depuis longtemps elle cherchait à en surprendre un au moment où il se ferme le soir ,moment si court que les pétales devaient sûrement bouger à vue d'oeil. Le tout était de les prendre sur le fait :ils se ferment une heure avant le coucher du soleil.Meme coupés et relégués dans une chambre au nord,ils sont renseignés sur l'heure à laquelle le soleil se couche.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LenoraLenora   01 juin 2013
Je commence à croire que les psychiatres sont des êtres nuisibles, reprit Iris. S'ils ne nous avaient pas donné des complexes à nous, à force de vouloir les éviter à nos enfants, on aurait continué tranquillement à les fesser, à les dresser, à refuser de les comprendre. C'est ça, éduquer, non ? Comment peut-on réussir une éducation quand on n'est jamais sûr d'avoir raison ? Résultat, mon fils est un raté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Benoîte Groult (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Benoîte Groult
Une autre femme révoltée. le dernier projet d'écrivaine de la journaliste, romancière, Benoîte Groult était de publier son « Journal d'Irlande ». Préfacé par sa propre fille, Blandine de Caunes, aux éditions Grasset et Fasquelle, le texte de cette militante, grande figure du féminisme, retrace les 23 étés bercés par la mer, la pêche, les amis et les amours? Un récit aux allures de formidable leçon d'énergie.
autres livres classés : romanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2113 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre