AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782246822066
208 pages
Grasset (06/01/2021)
3/5   8 notes
Résumé :
« Bien que lecteur et joueur de balles assidu dès mon plus jeune âge, j’ai fini par découvrir que le jeu d’échecs surpassait tous les autres en raison du pouvoir qu’il a de nous plonger au plus profond du rêve. Dans ce livre, je raconte comment, dans ma jeunesse, après avoir échappé de justesse au danger de l’enfermement mental qu’il peut aussi induire, j’ai fini par apprendre à m’en servir comme d’un moyen très sûr de traverser les périodes difficiles de l’existen... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
jmb33320
  11 février 2021
"Dans "Homo ludens », l'historien néerlandais Johan Huizinga a récemment fourni une quantité de preuves qui suggèrent que c'est le jeu, et non le travail, qui fut à l'origine de la culture humaine et que l'activité la plus sérieuse de l'homme relevait du domaine de l'imagination. Il démontre que ce sont les rites, la mimésis, les sports, les jeux et le théâtre qui ont détaché l'homme de sa stricte animalité."
Denis Grozdanovitch sait de quoi il parle lorsqu'il aborde, très sérieusement dans cet ouvrage, les problématiques des jeux, et plus particulièrement celles des échecs.
Faut-il rappeler qu'il a été dans sa jeunesse un joueur de tennis reconnu ? Et s'il continue à pratiquer un jeu de balle appellé "courte paume" (j'ignorais tout de ce jeu), il a été également un joueur d'échec passionné, au point de s'en sevrer volontairement pour éviter de tomber dans un excès qui aurait pu lui être dommageable...
Un échiquier, pour lui, est un espace mental capable d'annihiler tout ce qui lui est extérieur. Les joueurs sont alors comme saisis d'une transe. Et ce jeu lui apportait tant de plaisir qu'il a craint un moment une addiction pouvant mener à des troubles mentaux.
Visiblement, s'il ne pratique plus, ou très peu, les échecs, il continue toutefois à suivre de près les informations internationales échiquéennes. Et j'ai appris, par exemple, que la première joueuse devenue grand maître international en 1991 est née en 1976 en Hongrie. Elle s'appelle Judit Polgár. Apparemment la récente série "Le jeu de la dame", que j'ai regardé avec plaisir, devance de plusieurs décennies la réalité !
Si Denis Grozdanovitch est toujours aussi plaisant à lire, il me faut tout de même préciser qu'une partie de cet essai, consacrée à une tentative de théoriser un univers de jeu d'échecs infini et imprévisible, m'a un peu perdu !
J'étais en terrain mieux balisé dans les pages consacrées aux règles et rituels du jeu et à celles évoquant brillamment deux romans : "Le joueur d'échecs" de Stefan Zweig et "La défense Loujine" de Vladimir Nabokov.
Je suis toutefois, comme à chaque fois avec cet auteur, admiratif de son écriture, si légère et pourtant substantielle. Comment ne pas être amusé quand, pour sauver l'ENA, accusé d'être éloigné des réalités du terrain, Grozdanovitch suggère l'addition d'un cursus Pétanque, histoire de revenir sur terre ?
#Lavierêvéedujoueurdéchecs #NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          341
Tempsdelecture
  25 février 2021
L'une des séries qui m'ait le plus marquée en cette année 2020, c'est cette fameuse le jeu de la dame, The queen's gambit, qui a bénéficié de l'expertise de Grand Maître International de Garry Kasparov. Soyons honnête, je n'entrevoie absolument rien aux échecs, j'ai bien eu l'idée d'apprendre, étant plus jeune, mais je n'ai définitivement jamais eu la patience ni l'envie non plus. Mais cette série m'a littéralement fascinée, au moins autant qu'Anya Taylor-Joy, l'actrice principale, qui est juste parfaite dans son rôle tout comme les acteurs qui gravitent autour d'elle. C'est d'ailleurs grâce à cette série que je me suis lancée dans ce roman, on a les motivations qu'on peut !
Ce n'est pas un roman, cet ouvrage s'aventure entre l'essai et un assemblage de considérations quelquefois biographiques, historiques et bien souvent philosophiques. Je me demandais sous quel angle l'auteur allait aborder sa passion. Et j'espérais surtout ne pas tomber dans une espèce de bouillie narrative indigeste sur les avantages et les inconvénients de la défense sicilienne – le seul mouvement que j'ai retenu de The Queen's Gambit. C'est une chose de regarder une fiction, bien construite au demeurant, c'en est une autre de lire des chapitres consacrés aux avantages des différentes stratégies d'ouverture. Mais je m'égare. Qu'est-ce donc ce récit sinon une somme de réflexions personnelles sur le jeu. À la manière du maître Kasparov et de sa publication intitulée La vie est une partie d'échecs, publiée quelque treize années plus tôt.
Le monde des échecs est un univers bien à part, replié sur lui-même, qui nécessite de nombreux éclaircissements pour que le profane dans mon genre ne s'y perde pas. Cela tombe plutôt bien car l'échéquiste Denis Grozdanovitch n'en est pas avare comme il ne lésine pas sur des anecdotes tirées de son expérience de joueur d'échecs expérimenté et avisé. On y apprend, par exemple, que les Yougoslaves furent un temps parmi les meilleurs joueurs du monde, moi qui justement pensais que 99% de ses Grands Maîtres étaient soviétiques. Il y a bien sûr de nombreuses digressions techniques, la plupart que j'ai trouvées non seulement utiles mais aussi intéressantes. Rien de trop abscons pour la lectrice totalement novice que j'ai été, Grozdanovitch prend soin de garder, dans ces moments-là une approche assez pédagogique, qui devient captivante. C'est ainsi que l'on apprend ce que sont les blitz, les pousseurs de bois tout comme le principe de ces parties « à l'aveugle » : le joueur d'échecs a apparemment assez de talent et d'imagination pour à mettre du piment dans sa vie de joueur en mettant au point toutes sortes de façon de jouer, et j'imagine, de s'améliorer.
Ce que j'ai préféré, ce sont les anecdotes tout à personnelles sur ce jeu qui se pour beaucoup comme une passion brûlante, une folie, une manie sans fin aucune, immodérée. Sans oublier les digressions sur ces légendes du jeu, qui ont un caractère tout à fait singulier. Denis Grozdanovitch m'a littéralement transmis cette adoration dont les GMI, les Grands Maîtres Internationaux, font l'objet dans cette société à part, et qui s'apparente à de la vénération au sein de leur société de joueurs. Ces grands hommes, et Kasparov davantage encore par la position politique qui est la sienne, sont dotés de pouvoirs presque magiques, de par leurs exceptionnelles capacités d'analyse, de calcul mental, de stratège hors du commun, d'une célérité remarquable, qui leur confère une place au-dessus de tous. J'ai beaucoup apprécié ce passage sur le champion letton Mikhaïl Tal doté d'une hypermnésie incroyable, et sa faculté à se souvenir de l'intégralité des parties jouées, qui a battu le champion de l'époque le soviétique Mikhaïl Botvinnik. J'ai été également été passionnée par ces quelques lignes sur les enfants prodiges joueurs d'échecs, dont fait partie un des rares noms français qui apparaît dans ce livre, Maxime Vachier-Lagrave.
Tant que le texte tourne autour du jeu en lui-même, de son histoire, de ses joueurs, de ses petites manies, le texte demeure relativement intéressant. Cependant, dès que l'auteur s'aventure sur des terrains un peu plus mouvants, tels que celui de la psychanalyse, des comparaisons et généralisations sur l'attitude du joueur d'échecs face à l'homme en société, je trouve alors que son intérêt est un peu plus discutable.
J'ai fait un grand bond sur ma chaise quand Denis Grozdanovitch avoue que ce qu'il appelle « les jeux vidéo, des jeux d'argent, du poker en ligne, des nombreux jeux de rôle » ne représente pour lui qu'une simple volonté de s'échapper d'une réalité glauque et sans intérêt, il faut l'exprimer franchement : outre le fait que cela relève d'une suffisance absolue, je crois que par méconnaissance ou volontairement il sous-estime largement la capacité de réflexion, et de calcul, que demandent certains jeux, notamment les jeux de rôle ou d'autres jeux vidéos. Et puis il me semble bon de rappeler que si les échecs se démocratisent c'est grâce notamment aux jeux en ligne mais peut-être c'est la démocratisation des échecs qui d'évidence pose problème. Dommage également que le sujet des femmes ne s'étale que sur quelques pages à peine, apparemment le sujet est aussi peu important qu'il est vite survolé, avec sa petite pointe de paternalisme agaçant : les femmes ne peuvent être que de douces choses, sans la moindre once d'agressivité, dont le jeu ne peut être différent que celui d'un homme.
On a bien compris que l'auteur avait été champion de tennis, de squash, fin joueur d'échec et grand amoureux de littérature et de philosophie. Il le martèle pendant des phrases et de toutes les façons possibles. J'ai été épuisée au bout d'une soixantaine de pages par cette grandiloquence dans le propos et le contenu. Vous l'aurez compris, j'ai été très agacée à quelques reprises, même je n'en oublie pas pour autant les pages qui permettent de relativement dépasser cet agacement, des pages sur les GMI, en l'occurrence, sur habitudes de cette société de joueurs d'échecs, les quelques anecdotes personnelles de l'auteur. Ce qui m'amène, finalement, à envisager de me tourner vers l'ouvrage de Kasparov, car si on croit le résumé, Grozdanovitch s'est visiblement largement inspiré de son ouvrage, et que Kasparov, outre le fait qu'il soit GMI, possède une véritable aura en tant qu'opposant ouvertement déclaré au régime de Vladimir Poutine. Pour finir, je vous ai choisi un extrait qui vous parlera, peut-être, davantage.

Lien : https://tempsdelectureblog.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (1)
LeMonde   12 avril 2021
L’écrivain, ancien champion de tennis et de squash, est un homme discrètement libre et heureux. Il consacre son nouveau livre au jeu d’échecs et à ses joueurs, en praticien fasciné.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
TempsdelectureTempsdelecture   25 février 2021
J’ai souvent pensé, et cela depuis mes premiers pas dans le dédale magique des soixante-quatre cases, que les figurines de bois stylisées qui peuplent les recoins les plus mystérieux de l’échiquier – en y évoluant avec grâce ou maladresse selon les les compétences et l’inspiration de leurs manipulateurs – n’étaient autres que des succédanés de marionnettes, qu’à l’instar des dieux, comme le dit Montaigne, nous « agitons à toutes mains » nous aussi, pour nous donner la merveilleuse illusion de régner sur un petit peuple, füt-il le plus fantasmatique et le plus dérisoire qui soit.

Il est d’ailleurs fascinant d’observer, au sein d’un cercle d’échecs, la concentration intense – plus encore que celle requise par un travail délicat – qui accapare le moindre joueur. Il est facile d’en conclure que se joue là quelque dramaturgie d’essence sacrée.

(Michel Ross, qui fut un excellent joueur, nous dit dans un de ses ouvrages: « On entre dans le jeu d’échecs comme on entre en Religion. Pour le joueur d’échecs, la partie d’échecs c’est l’office, la messe, le défilé du 1er Mai, le dépôt de gerbe au Monument aux Morts. C’est un drame sacré »)

Cette dramaturgie échappe la plupart du temps à ceux qui en sont les acteurs et la théorie freudienne de la sublimation paraît s’y vérifier pleinement, car la pulsion libidinale pure semble s’y absorber toute entière. J’ai pu constater en effet, à de multiples reprises, que si la plus belle fille du monde ou le plus gracieux éphèbe faisait irruption au beau milieu d’une assemblée de joueurs attablées, il était bien rare que l’un d’eux ne fasse plus que de lui jeter un regard distrait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Denis Grozdanovitch (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Denis Grozdanovitch
L'académicien Erik Orsenna publie «Géopolitique du moustique», chez Fayard, dans lequel il entraîne les lecteurs dans un grand voyage pour tenter de mieux comprendre la terre et la mondialisation. À ses côtés, René de Obaldia, de l'Académie française, évoque la sortie de son ouvrage «Perles de vie», publié chez Grasset, un recueil de pensées et de citations. Cinq grands noms du théâtre - François Morel, Jean Rochefort, François Berléand, Bernard Murat et Michel Bouquet - rendent hommage à son oeuvre. La biologiste Emmanuelle Pouydebat publie «L'Intelligence animale», chez Odile Jacob, tandis que Denis Grozdanovitch fait paraître «Le Génie de la bêtise», chez Grasset. L'émission propose également un entretien, enregistré aux Etats-Unis, avec la romancière américaine Toni Morrison, prix Nobel de littérature en 1993.
+ Lire la suite
autres livres classés : échecsVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Le prince et la couturière

De quelle couleur est la première robe que Francès fait pour le prince ?

Noire
Orange
Bleue
Rouge

8 questions
15 lecteurs ont répondu
Thème : Le Prince et la Couturière de Jen WangCréer un quiz sur ce livre