AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782020659215
227 pages
Éditeur : Seuil (07/01/2005)
3.44/5   43 notes
Résumé :
Ainsi que les présente son auteur, voici des petites chroniques dilettantes et disparates où il est question du temps et de la vitesse, des îles et de la mélancolie... mais aussi des chats, des tortues et des Chinois.
Denis Grozdanovitch offre lui-même, à coup sûr, un bel exemple de dilettantisme puisqu'il oublie bien souvent de rassembler ses notes !

Aujourd'hui cependant, il nous livre quelques-uns des textes tirés des carnets rédigés tout au... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Corboland78
  28 mars 2012
Ancien joueur de tennis de haut niveau Denis Grozdanovitch s'est reconverti dans l'écriture et ce Petit traité de désinvolture fût son premier livre paru en 2002. Un recueil d'une trentaine de textes courts et disparates à première vue mais à travers lesquels court en fil rouge une apologie de la nonchalance et des petits bonheurs quotidiens. Tous les textes ne sont pas réussis, l'auteur abuse des parenthèses et des « bourrasques de vent et de pluie » mais l'ex-sportif nous surprend par sa culture et ses nombreuses lectures quand il émaille son propos d'idées ou de fragments puisés chez Nietzsche, Proust ou Borges, les taoïstes ou chez des auteurs plus obscurs.
Dans La mort de Perdita chat parisien, on voit plus qu'on ne lit ses souvenirs sur ce chat. La situation est banale pour qui possède un chat mais elle est décrite avec beaucoup d'amour. Avec Titi c'est l'humour qui permet à l'écrivain de nous parler avec pudeur de sa grand-mère en fin de vie. Quant au Satyre du cimetière tout en retenue et non dit, il nous laisse néanmoins clairement entendre que l'auteur a failli de peu passer à la casserole d'un jardinier de Corfou !
Un livre ou le bon et le moins bon se côtoient mais nous n'en retiendrons que le bon car on devine que ce Grozda a du potentiel et qu'il doit être un compagnon de route jubilatoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
keisha
  29 février 2012
Recueil de chroniques plus brèves que dans le livre précédent, mais tout aussi agréables à découvrir, même si j'ai tendance à donner raison à Dominique, qui, en commentaire d'un billet précédent, déplorait ce que j'appellerais la delermisation de l'auteur. Cependant certaines sont suffisamment longues pour qu'on puisse prendre le temps de s'en délecter.

Ma foi, gagnée par la désinvolture et l'envie de profiter des bonheurs simples de la vie, je me contenterai de recopier la présentation de la première page:
"Où il est question du dilettantisme et de la désinvolture, du temps et de la vitesse, des îles et du bonheur, du sport et de la mélancolie... mais aussi des chats, des tortues et des Chinois."

Un auteur qui circule en vélomoteur dans Paris tout en philosophant ne saurait être totalement mauvais...

Lien : http://en-lisant-en-voyagean..
Commenter  J’apprécie          53
Noelie
  04 mars 2013
Une écriture ciselée, jouissive, pour un pur exercice de style et d'esprit.
Commenter  J’apprécie          20
Shaba
  30 septembre 2020
somptueux
Commenter  J’apprécie          00
valeriepascual
  27 juin 2011
http://www.tulisquoi.net/le-rendez-vous-de-valerie-avec-paroles-d%E2%80%99encre-5/comment-page-1#comment-2734
mon avis sur le site de Tulisquoi.
Lien : http://twitter.com/#!/aubonr..
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
aleatoirealeatoire   27 août 2012
Ce n'était pourtant qu'un simple chat, me direz-vous ! Oui, bien sûr. Mais n'est-ce pas précisément la muette fragilité du lien qui nous rattache à nos compagnons animaux, qui fait que lorsqu'il se rompt, nous nous sentons touchés au plus secret du coeur ; d'une curieuse façon en vérité, toute différente mais pas moins vive qu'avec les humains ? Et puis ce sentiment puissant, soudain, d'être en prise directe, sans artifice consolateur, avec la matière même du néant ! de nous sentir investis d'une extravagante et dérisoire mission : sauver de l'immense oubli une mince, évanescente, identité féline !...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Corboland78Corboland78   28 mars 2012
Pourquoi sommes-nous donc à ce point gagnés par le bien être dès que nous abordons et séjournons, ne fût-ce que pour quelques heures, dans les îles ? Ossip Mandelstam déclare, dans Le Sceau égyptien, que c’est parce qu’il ne s’y ouvre que des chemins courts et limités qui n’offrent plus « l’infini de leur liberté négative » ! Il est vrai que nous n’y sommes plus perpétuellement tenaillés par l’anxiété des choix comme c’est le cas aux différents carrefours du monde !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
natfrommarsnatfrommars   13 mars 2016
Cette prédilection proclamée pour la vie solitaire pourrait bien n’être qu’une forme secrète et dissimulée de romantisme impénitent, esthétique et désespéré… Le refuge têtu d’une dignité et d’une fierté qui ne veulent en rien céder devant les compromissions imposées par la médiocrité communautaire, fussent-elles récompensées par une douce chaleur conviviale (A propos de Leautaud).
Commenter  J’apprécie          10
camvanocamvano   22 janvier 2020
J'ai toujours aimé les êtres originaux, bizarres, chimériques, singuliers. Ils sont pour moi le charme de la vie, autant qu'en sont l'horreur les gens qui ressemblent à tout le monde. J'aime leur fantaisie, leur folie. (...) Ils ont encore pour me plaire qu'ils sont souvent très bons, bien qu'étant presque toujours très pauvres. N'est-ce pas curieux cette assemblage si fréquent de l'originalité et de la bonté, alors que les gens qui se ressemblent par milliers sont dans leur médiocrité, en général si égoïstes et si malfaisants ? (...) S'habiller à sa guise, agir et vivre de même, sans souci des sots qui s'étonnent ou qui se moquent, c'est encore, dans un petit domaine le signe d'un esprit libre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
camvanocamvano   22 janvier 2020
Un ciel rose bonbon, à peine supportable à vrai dire, déploie son délayage de peinture à l'eau puéril au-dessus de la mer... Laquelle, pour son compte, s'est brusquement foncée d'un vert sombre menaçant - le vert profond et glauque de l'oubli, ce lent poison insidieux qui, jusqu'au creux des meilleures heures de notre vie, vient, malgré tout, distiller son amertume dans nos coeurs et qui confère à la fois une telle futilité et un tel prix à nos "chers souvenirs"... Ces futurs chers souvenirs que ce soir même, sous la lampe, telle une anxieuse fourmi zélée courant éperdument sur la page, ma petite plume chercher coûte que coûte à rassembler...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Denis Grozdanovitch (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Denis Grozdanovitch
L'académicien Erik Orsenna publie «Géopolitique du moustique», chez Fayard, dans lequel il entraîne les lecteurs dans un grand voyage pour tenter de mieux comprendre la terre et la mondialisation. À ses côtés, René de Obaldia, de l'Académie française, évoque la sortie de son ouvrage «Perles de vie», publié chez Grasset, un recueil de pensées et de citations. Cinq grands noms du théâtre - François Morel, Jean Rochefort, François Berléand, Bernard Murat et Michel Bouquet - rendent hommage à son oeuvre. La biologiste Emmanuelle Pouydebat publie «L'Intelligence animale», chez Odile Jacob, tandis que Denis Grozdanovitch fait paraître «Le Génie de la bêtise», chez Grasset. L'émission propose également un entretien, enregistré aux Etats-Unis, avec la romancière américaine Toni Morrison, prix Nobel de littérature en 1993.
+ Lire la suite
autres livres classés : pleine conscienceVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
613 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre