AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2764622163
Éditeur : Boréal (19/02/2013)

Note moyenne : 3.58/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Il y a des vies qui sont si étonnantes qu’on n’aurait pu les inventer. C’est le cas de celle de Julian Gruda, alias Jules Kryda, alias Roger Binet. Comment, à quatorze ans, un garçon peut-il déjà avoir emprunté autant d’identités? Avoir vécu avec autant de familles différentes sans se faire démasquer? Avoir servi d’agent secret de la Résistance? Comment peut-il avoir grandi à l’orphelinat même s’il a deux mères, au moins? Et surtout, où a-t-il appris à parler la lan... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Hapax
  22 mars 2013
Enfance de guerre, enfance d'errance
Joanna GRUDA, L'enfant qui savait parler la langue des chiens, Boréal, Montréal, 2013 (254 pages).
Ilona FLUTSZTEJN-GRUDA, Quand les grands jouaient à la guerre, Actes Sud Junior, Arles, 1999 (222 pages).
Qui n'a pas, enfant, fille comme garçon, joué à la guerre, cow-boys contre Indiens, terriens contre Martiens, en bref bons contre méchants de toute sorte ? Enfants, les choses sont relativement simples : « pan pan, tu es mort », puis on rentre faire ses devoirs ou prendre la collation. Pour les adultes, elles le sont aussi, mais définitives, l'issue étant au mieux le cimetière, au pis la fosse commune ou la fumée des crématoires.
Voici deux récits de vie qui couvrent à peu de choses près la même période, de 1930 à 1945; dans le premier, l'auteur nous raconte les premières années de son père, dans le second, sa propre enfance. Joanna Gruda étant aussi la fille d'Ilona Flutsztejn, laquelle est par ailleurs la mère de celle-ci. Et j'ai jugé intéressant de présenter ces livres en parallèle, sans tenir compte des presque quinze années qui séparent leur publication.

Couverture de l'édition originale
D'entrée, on retiendra que la guerre qui sert de toile de fond aux deux ouvrages, si elle est bien la Seconde Guerre mondiale, n'est pas celle de l'obscène roman de Jonathan Littell, Les Bienveillantes, de triste renommée et regrettable Goncourt de 2006. Cette guerre à laquelle jouent les grands, pour paraphraser le beau titre choisi par Ilona Flutsztejn-Gruda, constitue un jeu cruel qui vient tout bouleverser, qu'il s'agisse du quotidien ou, pis encore, des familles elles-mêmes. On perd sa maison, ses amis, on doit se cacher, on a faim, on a froid, on se retrouve dans des contrées étranges, la province française et le Paris de la Libération pour le héros du roman, Vilnius, un kolkhoze au fond de l'Ouzbékistan et enfin Moscou, pour la petite Ilona. Cela peut avoir des airs de grandes vacances, c'est surtout, le plus souvent, une grande solitude, à laquelle il faut s'habituer, tout comme aux jeux des grands, tout ça avec la naïveté d'une enfance qui va se perdre.
Le roman de Joanna Gruda est le récit fait, à la première personne, par Julian (le père de celle-ci, rappelons-le), de ses origines familiales, puis de sa vie jusqu'à la fin de la guerre -- sauf l'épiloque qui nous le montre aujourd'hui octogénaire. Toute une histoire, et riche en péripéties, que celle de ce petit Julian, né en 1929, fils d'Emil Demke -- lequel prendra, au fil de ses pérégrinations le nom de Gruda, ce qui veut dire « motte de terre dure et gelée » --, et élevé non pas par ses parents, mais par sa tante paternelle, Fruzia, et l'époux de celle-ci, Hugo Kryda.
Le narré des origines de Julian -- ses nombreux avatars -- et de son éducation m'a plu davantage que celui de ses aventures pendant la guerre, bien que l'auteur réussisse, par son utilisation du présent intemporel, au lieu de l'imparfait ou du passé, à maintenir un bon rythme au récit.
Un détail -- un passage -- m'a toutefois fait tiquer, un travers sans doute du juriste que j'étais, s'agissant du camp de Ravensbrück :
« Les conditions étaient très difficiles. Elle*s'y est retrouvée avec des criminelles, des prostituées, des catholiques, des juives. Et très peu de communistes. »
Travers de rédacteur de lois, car je m'attends devant une énumération, ayant longtemps pratiqué le ejusdem generis, à y retrouver, sauf dans le cas d'un répertoire à la Prévert, comme de bien entendu, une liste d'éléments semblables; d'où ma surprise à l'apposition des mots criminelles et prostituées, d'une part à ceux, d'autre part de catholiques et juives. Et, rejeté dans la phrase suivante, le mot communistes. N'y a-t-il donc aucun communiste juif ou catholique, ni criminel ou prostitué ? Vétilles que tout cela, j'entends bien, mais pas très heureux, à mon avis, comme construction.
Ilona Flutsztejn-Gruda a choisi, à l'usage des ses petits-enfants, un récit essentiellement chronologique « [s]ans rien cacher ni embellir. En retrouvant des détails enfouis dans ma mémoire. ». Qu'elle mène dans une prose d'une grande simplicité et d'une belle vivacité, compte tenu des sombres circonstances de son histoire; jugez de l'incipit, on ne peut mieux faire :
« C'était l'été 1939, le dernier été avant la guerre. Cette guerre qui a bouleversé la vie de millions de gens, sans parler de ceux à qui elle l'a enlevée. J'avais neuf ans. »
Ce fut pour elle une enfance confisquée, en quelque sorte, avec un père souvent absent, une mère qu'elle ne comprenait pas bien, ceux-ci formant un couple qui se défaisait sans qu'elle ne s'en rende bien compte et surtout la découverte d'une identité : être juive; dur apprentissage. On sent l'expérience, à laquelle elle joint, de loin en loin, une brève réflexion morale sur tel événement, qu'elle veut transmettre au lecteur, et sans aucune complaisance, ce qui permet à celui-ci de suivre, sans jamais se lasser, le fil de ces longues années de guerre.
Particulièrement touchante, elle quitte, à la fin du livre, le récit de sa vie, pour nous livrer, en quelques points, le bilan qu'elle en tire, et je ne résiste pas à la tentation de vous en citer quelques uns :
« - Quand le réfrigérateur est vide à la maison et que j'ai l'intention d'aller faire mon marché, la pensée qu'avec ce qui me reste on pourrait nourrir une famille de trois personnes pendant un bon mois me vient toujours à l'esprit.
- J'ai une grande foi en l'amitié et en la solidarité.
- Je ne blâme pas nécessairement les voleurs, je sais que parfois le vol est le seul moyen de survivre.
- Je ne crains pas le manque d'argent, je sais qu'il est possible de vivre avec beaucoup moins que ce que l'on possède.
- Je crois fermement que le courage et la dignité l'emportent le plus souvent sur la force physique. »

En conclusion, deux belles lectures, pour jeunes et moins jeunes : deux récits de vies bonnes.
P.S. Sur un sujet proche, la disparition de membres de sa famille pendant la guerre, lire ou relire le beau récit de Daniel Mendelsohn, Les disparus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
sweetie
  19 août 2014
La réalité de la guerre (la 2e Guerre mondiale) sur la vie d'un jeune garçon polonais (le père de l'auteure) obligé, par l'action militante de ses parents dans le parti communiste, de s'exiler en France et par la suite de subir de nombreux déménagements dans des familles d'accueil tout au long du conflit. Je recommanderais ce récit à une clientèle jeunesse : l'écriture est simple, vive et les chapitres courts contribuent à une lecture facilement abordable.
Commenter  J’apprécie          20
GB
  01 juillet 2014
excellent récit d'un Polonais qui a survécu à la 2e guerre mondiale. Ce que on retient c'est le courage et la résilience de cet enfant, ballotté d'une famille à une autre mais qui s,adapte sans difficulté. Je me demande si la situation se répéterait aujourd'hui combien d,enfants seraient capables de survivre!!!
Commenter  J’apprécie          00
AgenceLitteraireLaens
  16 mars 2013
Le ton est frais, le discours simple mais jamais simpliste et le tout sonne juste. On sourit, on dévore les chapitres comme autant d'aventures rocambolesques et on se surprend à vouloir rencontrer Julek-Julian-Jules-Roger, qui s'appelle en fait Ludwik,_ toute une histoire et quelle histoire !
L'écriture pudique de Joanna Gruda rend un vibrant hommage à son père et le fait accéder ainsi à la postérité. Un beau cadeau à faire et à se faire !
Lien : http://www.lerapportlaens.bl..
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (2)
LaPresse   24 juin 2013
On pourrait dire que l'auteure a beaucoup d'imagination, mais non, cette histoire est celle de son père, plus incroyable que n'importe quelle fiction.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LaPresse   25 février 2013
Joanna Gruda a fait «l'étrange expérience» de se mettre dans la peau de son père en écrivant à la première personne non pas une biographie, mais bien un roman, dans lequel elle a mis toute sa sensibilité.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
sweetiesweetie   19 août 2014
Hugo nous ouvre la porte. Se fige, la main devant la bouche comme Lena, l'autre jour, devant le grand Arnold amaigri. Est-ce que c'est ça, le geste le plus commun, le plus répété, des fins de guerre?
Commenter  J’apprécie          00
GBGB   01 juillet 2014
...je me sens envahi par un tel bien-être que je serais prêt à ressortir de la maison pour y entrer de nouveau encore dix fois, juste pour ne pas oublier cette sensation. (p166)
Commenter  J’apprécie          00
Video de Joanna Gruda (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joanna Gruda

Joanna Gruda : L'Enfant qui savait parler la langue des chiens
« C'est vraiment une vie de changement, c'est ça qui m'a donné envie de la décrire. C'est le côté incroyable de tout ça... Je ne l'aurais pas inventé. J'aurais trouvé cela exagéré ! »
autres livres classés : récits de vieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
610 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre