AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2203096608
Éditeur : Casterman (06/01/2016)

Note moyenne : 3.51/5 (sur 52 notes)
Résumé :
A Watertown, Philip Writing coule une vie ordinaire et tranquille : un boulot dans les assurances, des week-ends de pêche et surtout les extraordinaires muffins de Mr. Clarke que l'on peut déguster chaque matin sur le chemin du bureau, après avoir fait un brin de causette avec la charmante Maggie Laeger. Mais un beau jour, tout bascule. Mr Clark est retrouvé mort dans sa cuisine, écrasé par une étagère et la charmante Maggie Laeger s'est évaporée. La veille, en rend... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
Presence
  03 avril 2016
Il s'agit d'un récit complet en 1 tome comprenant 85 pages de bandes dessinées. Il est initialement paru en 2016 et il est l'oeuvre de Jean-Claude Götting qui en écrit le scénario et a réalisé les dessins et la mise en couleurs.
L'histoire se déroule dans les années 1950, dans la petite ville de Watertown aux États-Unis. Philip Whiting est un modeste employé d'une compagnie d'assurances Barney & Putnam. Ce jour-là, comme tous les autres, il achète un muffin à la boulangerie. Maggie Laeger, l'employée qui lui sert, lui déclare que le lendemain elle ne sera plus là. le lendemain elle n'est plus là, et monsieur Clarke, le propriétaire de la boulangerie, meurt écrasé par une étagère qui s'était détachée au-dessus de son plan de travail.
2 ans plus tard, Philip Whiting est persuadé d'avoir reconnu Maggie Laeger, tenant un magasin d'antiquité à Stockbridge, et portant le nom de Marie Hotkins. Lors du vide-grenier annuel de Stockbridge, il lui achète un album de souvenirs, contenant encore les photographies de son ancien propriétaire. Elle lui déclare ne l'avoir jamais vu. Philip Whiting rentre chez lui, parcourt l'album photo, acquiert la conviction qu'il a appartenu à Maggie / Marie. Il se rend compte qu'il y a eu plusieurs disparitions soudaines autour de Marie Hotkins. Il décide de mener l'enquête.
Le lecteur découvre ce tome avec une couverture énigmatique : un homme avec un chapeau qui ne le regarde pas dans les yeux, un fond mangé de blanc qui semble être composé de nuages, des rameurs faisant de l'aviron sur une rivière, sans barreur. le lecteur note également que chaque espace délimité par les traits d'encrage est comme brouillé par une pellicule grisâtre. Effectivement, tout du long du récit, chaque page est ternie par ce voile qui n'est pas homogène, qui affecte chaque case, mais pas chaque surface et pas de manière uniforme. Il semble que la perception de la réalité soit brouillée par ce voile, et soit quelque peu assombrie par cette caractéristique graphique. Mais ces mêmes éléments gris et noirs servent également à figurer la texture des surfaces et à modeler leur volume, ce n'est donc pas un simple voile qui obscurcirait la vision du lecteur ou du personnage.
L'auteur a choisi de raconter son récit sur la trame d'une enquête de type policière. Il n'y a pas de scène d'action, de course-poursuite, d'arme à feu. Les morts se passent hors cadre des cases, et même hors temps présent du récit, elles ne sont qu'évoquées une fois survenues, sans image du cadavre ou du défunt. le personnage principal n'a rien d'un homme viril, beau et musclé, ce n'est pas un héros d'action ou un individu remarquable par sa culture ou son milieu social. Jean-Claude Götting s'est attaché à prendre un employé de bureau subalterne, en tout cas sans traumatisme particulier, sans revanche à prendre, sans ambition, sans femme ou enfant. le lecteur apprend de lui qu'il vit seul dans un appartement qui n'a rien de remarquable, qu'il rend occasionnellement visite à son frère Hank (mariée à Polly) dans la ville voisine à Stockbridge, qu'il apprécie de boire une bière de temps à autre et de pêcher sur le lac avec son frère. le lecteur ne se prend pas d'affection pour lui, mais il se prend au jeu de sa curiosité pour Maggie Laeger, et pour ce que laisse entrevoir le contenu de l'album de photographies.
L'acquisition de cet album de photographies apparaît encore plus étrange que le comportement subodoré de Maggie Laeger. Dans une interview, l'auteur a indiqué qu'il avait lui-même acquis un tel objet, dans lequel se trouvaient des photographies de famille de son précédent propriétaire, ce qui a fait germer en lui l'idée de cet album. Parcourir cet album de famille ouvre une fenêtre dans la vie intime de quelques personnes, au travers de photographies peu nombreuses, l'apogée de la curiosité étant atteint lorsque Whiting découvre une légende pour une photographie qui a été enlevée. Assez taquin, l'auteur consacre un dessin pleine page à la représentation de cette page vide, avec sa légende orpheline en-dessous, dans une forme d'ironie facétieuse, amenant le lecteur à s'arrêter sur une page vide et grise.
Le lecteur est séduit par cette forme d'enquête naturaliste, relevant surtout de la curiosité du personnage principal. Il n'y a pas de menace sous-jacente, pas de risque que Maggie Laeger récidive (quoi qu'elle est réellement fait d'ailleurs). Philip peut donc mener son enquête à son rythme, en fonction de ses intuitions, des personnes à qui il peut demander de l'aide, de son courage à aller à la rencontre d'un éventuel témoin, et même en fonction de ses jours de congés. L'auteur prend également le temps d'établir les environnements traversés ou habités par Whiting.
Le lecteur éprouve immédiatement l'impression de se trouver dans un coin tranquille (et presque sans histoire) des États-Unis. Il y a la devanture du marchand de muffins banale et classique, les maisons de banlieue simples et bien rangées, la pompe à essence tout droit sortie d'un film des années 1950, ou encore le mobilier fonctionnel et austère du cabinet d'assurances. La partite de pèche se déroule à bord d'une barque sur un étang calme et tranquille. le lecteur ressent le sentiment de se mettre au rythme de la vie du personnage principal et des individus qu'il rencontre.
Jean-Claude Götting raconte son récit en mettant Philip Whiting au centre de toutes les scènes. Il adapte sa représentation au moment donné, que ce soit sa tenue vestimentaire ou la fatigue de son visage (rasé ou non). le lecteur découvre donc cette histoire par les yeux du personnage principal. le texte qui court sous certaines cases lui permet de prendre un moment de recul par rapport à ce que lui montre les images, et par rapport aux propos tenus par Whiting. L'auteur fait en sorte que le lecteur se pose des questions sur les conclusions de Whiting. S'est-il vraiment passé quelque chose ? L'accident survenu à Dennis Palowan est-il normal ou a-t-il été provoqué ? Il n'en demeure pas moins que le comportement de Maggie Laeger et son changement de nom n'est pas banal.
Le rythme posé de la narration finit par ressembler à de la langueur. Effectivement, le lecteur apprécie de pouvoir admirer une belle voiture, la statue de Paul Bunyan, l'aménagement d'une restaurant (diner) à l'américaine, le calme du lac etc. Mais il constate également que la densité narrative n'est pas très élevée, souvent 4 cases par page, parfois seulement 3, de rares fois un peu plus, aucune péripétie. D'un autre côté, cela lui permet de ressentir l'état d'esprit de Philip Whiting. Il dispose ainsi du temps nécessaire pour réfléchir à ce qu'il lit, ou tout du moins pour que se forment des associations d'idées. Pourquoi l'auteur a-t-il mis une statue de Paul Bunyan en dessin pleine page pour illustrer le début du chapitre 3 ? Certes, il peut s'agir d'une statue décorative à l'entrée de la ville de Stockbridge, mais est-ce tout ? le lecteur peut choisir d'y voir une influence culturelle sur Philip Whiting. L'esprit de ce dernier a enregistré le souvenir de cet individu aux accomplissements exceptionnels et il se dit que lui aussi il a un rôle sortant de l'ordinaire à jouer.
Au fil des séquences, le lecteur s'interroge également sur la place donnée par l'auteur à l'élément liquide. Il y a le lac, la rivière, la bière, du thé, un plan d'eau non identifié avec des voiliers dessus. Faut-il y voir un symbole du temps qui passe (la rivière), de dissimulation (quelque chose au fond du lac ?), d'un liquide vital ou qui vient donner plus de goût ? Il n'y a pas de réponse. À nouveau l'auteur semble donner des éléments au lecteur pour qu'il se fasse sa propre idée, pour qu'il puisse éprouver les sensations de Philip Whiting, dans les différents environnements où il se trouve. Ce dispositif fonctionne bien, puisque le lecteur s'aperçoit qu'il ressent l'inconfort et le désagrément que ressent le personnage principal. Il se rend compte du dérèglement de son traintrain. Il se demande comment un individu aussi normal, effacé et presque timoré peut être une source d'inquiétude pour une vieille dame à qui il pose des questions, comment il peut en venir à oublier de se raser ou à dormir dans sa voiture. L'auteur joue avec délicatesse sur des petits riens pour produire un décalage infime avec l'ordinaire, avec la normalité, avec le quotidien.
Avec Watertown, Jean-Claude Götting raconte une histoire à la fois banale pour son personnage principal, l'importance toute relative de ce qu'il a découvert, et déstabilisante dans ses détails (un album de famille vendu avec les photographies encore à l'intérieur, une femme qui a changé de nom, des individus morts avant l'âge). Comme Philip Whiting, le lecteur s'interroge sur ce qu'il voit, sur la banalité apparente des endroits et des personnes, sur ce qu'il y a sous la surface des choses. Il cherche à interpréter les signes, à reconnaître ou établir des schémas logiques. Comme lui, il a l'impression d'exister (réflexion du personnage page 47 : j'avais enfin l'impression d'exister), de s'intéresser à quelque chose qui en vaut la peine. Les images lui renvoient des environnements paisibles, des gens normaux, légèrement ternis pas une grisaille diffuse. La fin apporte une conclusion aussi noire que définitive au récit, un aboutissement à l'enquête et au thème principal sur le dérèglement du quotidien de Philip Whiting. Plus que d'une enquête, il s'agit au final d'une étude de caractère sur le personnage principal, qui nous renvoie à nos propres attentes existentielles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
LePamplemousse
  22 mai 2016
J'ai tout d'abord flashé sur cette couverture que je trouve magnifique et les dessins m'ont confirmé que l'intérieur était à la hauteur de la couverture.
Les illustrations rendent à la perfection l'ambiance des années 60 aux Etats-Unis.
L'histoire est intrigante, flirtant avec l'univers des détectives privés.
Un homme achète chaque jour son petit déjeuner dans une boulangerie et la femme qui le sert tous les matins lui dit quelque chose qui prendra tout son sens le lendemain, et ce sera comme une petite graine qui prendra racine en lui et l'incitera à devenir détective amateur afin de résoudre ce qu'il croit être une affaire policière mystérieuse.
Entre le décès étrange d'un homme, la brusque disparition d'une femme , la réapparition de cette même femme sous un autre nom dans une autre ville, notre pseudo détective qui travaille en réalité dans les assurances, aura bien du mal à démêler le vrai du faux.
Les illustrations sont vraiment à la hauteur du récit qui se révèle passionnant et haletant alors qu'au fond il ne se passe pas tant de choses que ça et que la fin est vraiment bien trouvée.
Une vraie réussite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Orzech
  20 mai 2017
Quand j'ai aperçu cette bande dessinée dans le rayon "nouveautés" de ma médiathèque, je l'ai embarquée aussitôt. J'aime bien les polars en BD et pour celle-ci je me suis laissée tenter par les avis de quelques blogueurs.
Philippe Whiting est un employé des assurances sans histoire. A l'occasion d'une visite chez son frère dans une ville voisine, il tombe par hasard sur une femme qui ressemble étrangement à la vendeuse de la boulangerie où il achetait régulièrement ses gâteaux. Celle-ci a disparu deux ans auparavant, le lendemain de la mort accidentelle du propriétaire de la boutique. La femme nie être la personne qu'il a cru reconnaître. Cela lui semble étrange et il commence à faire des recherches en y consacrant tout son temps et toute son énergie.
J'ai adoré cette enquête parsemée de coïncidences et de disparitions que notre détective en herbe découvre au fur et à mesure. Même si je ne suis pas très fan des dessins aux contours bruts dans les tons jaune gris, je trouve qu'ils connotent parfaitement le récit, très prenant et dont le dénouement m'a vraiment surprise.

Lien : http://edytalectures.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
blandine5674
  28 mai 2017
Un bon polar, avec une fin réussie, bien prenant auquel on se met vite dans la peau du personnage qui, comme tous les matins, achète un muffin à la boulangerie. Comme d'habitude : - A demain Maggie. Celle-ci, cette fois, lui répond : – Demain, je ne serai plus là. Effectivement, elle disparaît, alors qu'on retrouve son patron mort dans la boutique. Les hasards vont se cumuler au point qu'il sera poussé à enquêter, ce qui rendra sa vie enfin palpitante. Les traits épais en noir et blanc se marient bien à cette bonne intrigue.
Commenter  J’apprécie          130
cristalya
  01 juin 2016
Années 60, Watertown, Etats-Unis. Philip Whiting, modeste employé dans une compagnie d'assurances, décide de mener sa propre enquête. Il fait petit à petit des découvertes, qui complète son hypothèse : Maggie aurait assassiné M. Clarke avant de s'en aller et de changer d'identité.
Des découvertes qui s'accumulent, qui lui permettent de recomposer l'histoire passée de Maggie, quelques événements de sa vie, qui pourraient expliquer le mobile du soi-disant accident d'étagère de M. Clarke.
Des indices recherchés par Philip Whiting, un homme qui vit seul, et qui n'a vraiment d'occupation autre que son boulot ou son frère. Un homme qui s'ennuie, et qui va se convertir en une sorte de détective privé, se sentant obnubilé par cette affaire, qui le trouble, et par l'enquête qu'il décide de mener. Tout ça dans un style de dessin qui correspond parfaitement à l'époque des années 60, sans fioritures, où chaque détail est là parce qu'il doit l'être. C'est un style travaillé, d'abord fait à la peinture, puis retravaillé à l'ordinateur afin d'ajouter les couleurs.
Un personnage simple, que l'on apprécie, qui cherche juste à trouver justice.
On a vraiment l'impression de repartir en arrière, on voit que nous ne sommes pas du tout de nos jours ou dans les années 2000, mais bel et bien dans les années 60-70. Même les dialogues nous plongent un peu plus dans cette époque révolue.
Tout au long du récit, nous nous posons des questions, et émettons des hypothèses, au fil des révélations de Whiting. Des hypothèses qui peuvent être réfutées par la suite, ou affirmées, selon ce que le personnage découvre et que l'on avait imaginé. Une sorte d'enquête en dessin.
Une fin, surprenante (ou non d'ailleurs), qui finit plutôt rapidement cette bande dessinée, qui peut nous laisser sur notre faim, mais qui se différencie de d'autres bandes dessinées du genre polar ou roman noir.
En résumé, une bande dessinée intéressante, nous plongeant dans les Etats-Unis des années 60, et dans la vie du personnage de Philip Whiting, qui décide d'enquêter sur ses soupçons, lui permettant de meubler son ennui. Un style de dessin, pas forcément habituel, mais qui correspond au thème du sujet. Une bande dessinée que je conseille, et pas exclusivement à ceux qui apprécient ce genre. Une bonne découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (6)
Culturebox   08 février 2016
Un scénario ficelé comme un polar, servi par des cadrages et un découpage cinématographiques et un magnifique graphisme tout en matières.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Auracan   03 février 2016
Le graphisme original donne une touche unique à ce récit bien construit.
Lire la critique sur le site : Auracan
Sceneario   03 février 2016
Il y a du suspense, aussi, parce qu’on met nos pas dans ceux d’un enquêteur et on veut aller jusqu’au bout de ses investigations.
Lire la critique sur le site : Sceneario
ActuaBD   19 janvier 2016
Depuis La Malle Sanderson et Pigalle 62.27, on sait que Jean-Claude Götting est un raconteur de polars hors normes.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BoDoi   13 janvier 2016
L’histoire de Watertown est simple, malgré ses faux-semblants, et très élégamment menée par Jean-Claude Götting.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDZoom   12 janvier 2016
Un étonnant polar hitchcockien mis en cases de façon remarquable, tant sur le plan graphique que narratif…
Lire la critique sur le site : BDZoom
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   17 janvier 2016
Un peu plus loin, à l'ombre de quelques noisetiers, un kiosque proposait des donuts et des rafraîchissements. Je m'approchai de la baraque qui me semblait vide et mon regard fut attiré par une inscription presque effacé sur le côté droit du toit : "Nous n'avons pas inventé le muffin, nous l'avons réinventé".
Commenter  J’apprécie          110
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   17 janvier 2016
La dernière fois que je vis Maggie Laeger, c'était un lundi matin. Je passais à mon habitude dans la pâtisserie de M. Clarke pour y acheter un muffin que je mangerais sur le chemin du bureau. Lorsqu'en payant je lançais "A demain, Maggie", elle répondit : "Non. Demain je ne serai plus là." En effet, le lendemain, on découvrit M. Clarke mort dans sa cuisine,n écrasé par une lourde étagère qui s’était décroché du mur au-dessus de son plan de travail. Et personne à Watertown n'avait plus revu Maggie. Pas même le shérif qui voulut l'interroger, bien que l'accident semblât ne faire aucun doute. Elle avait tout simplement disparu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Helene1960Helene1960   07 avril 2019
A la date du 16 juillet, je trouvais ce que j'étais venu chercher : le mariage de Constance W. Laeger et de Marie Margerie Hotkins, tous deux domiciliés à Cambridge. Canstance pour Connie, Margerie pour Maggie... Maggie Laeger et Marie Hotkins étaient bien la même personne. Je n'étais pas fou.
Commenter  J’apprécie          10
PresencePresence   03 avril 2016
Les coïncidences existent. C'est même pour ça qu'on leur a donné un nom.
Commenter  J’apprécie          30
PresencePresence   03 avril 2016
De modeste employé subalterne, je m'étais promu détective, tentant de confondre une meurtrière à laquelle personne ne semblait s'intéresser.
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Video de Jean-Claude Götting (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Claude Götting
Jean-Claude Götting présente la couverture du septième et dernier tome des aventures de Harry Potter, "Harry Potter et les Reliques de la Mort".
autres livres classés : enquêtesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3439 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre
.. ..