AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782364749610
48 pages
Thierry Magnier (02/11/2016)
4.04/5   36 notes
Résumé :
Mais à quoi pensent les cancres, les derniers de la classe, les irrécupérables, les désespérément nuls.
Sept lettres, pour passer de l'autre côté, pour comprendre ce qui se passe dans la tête d'un mauvais élève.
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
4,04

sur 36 notes
5
6 avis
4
4 avis
3
0 avis
2
1 avis
1
0 avis

Le livre est minuscule. Je l'ai lu debout devant l'étal de de la bibliothèque, rayon jeunesse, et quand je l'ai reposé, j'ai eu beaucoup de mal à ravaler mes larmes. Ce petit livre m'a touchée en plein coeur.

Les paroles sont dures, sans concession, mais tout autant emplies de douleur, d'affection et de désespoir.

Le narrateur, jeune collégien, imagine les lettres qu'il rêverait d'écrire, à ses parents, à ses camarades, à son école, à sa petite soeur, pour parler de sa souffrance de cancre, de son indifférence qui n'est que feinte, de sa colère de subir des heures, des jours et des années de classe dans lesquelles il ne comprend rien et qu'on lui reproche ensuite son agressivité.

Heureusement, tout n'est pas si négatif, car il y a bien une enseignante qui lui a presque fait aimer l'école, mais qui, surtout, reconnaissait l'intelligence de chacun et l'encourageait.

Ce petit livre me donne surtout envie de remercier les enseignants qui croient en leurs élèves, quels qu'ils soient,

et d'être là pour eux pour leur redonner confiance, les sortir de cette souffrance.

Je voudrais juste ajouter que je ne me sens pas directement concernée par le sujet, je n'étais pas une "mauvaise élève", mais le fait est qu'il m'a vraiment touchée.

Commenter  J’apprécie          280

Chers parents... "c'est un désastre"

Chère Coline .... "... cette fois tu t'es surpassée.."

Cher Monsieur Gunter... " C'est vous qui avez insisté, au conseil de classe, pour me coller un double avertissement"

Chère Ministre de l'Éducation .... " Vous m'appeliez gentiment élève en difficulté..."

En sept lettres un enfant explique ce qu'il vit dans son univers estampillé cancre ...

Sur son parcours chaotique il explique sa douleur et son besoin de s'accrocher à un espoir minime pour s'en sortir.

Pour cela il suffira peut-être d'une seule main tendue mais qui pourra peut-être changer sa vie.

On lui espère un bel avenir à ce cancre qui sait si bien dire le ressenti de centaines d'enfants...

Lettres d'un mauvais élève. Encore un petit poche de belle qualité. L'écriture est un chemin vers l'espoir, même si le gamin règle ses comptes sans langue de bois tant sa blessure est grande. Lui le banni de l'éducation.

" Je le sais, c'est de ma faute aussi.

j'aurais pu faire un effort.

Je n'ai pas su."

A conseiller à tous, profs, parents, élèves, ministre de l'éducation...

Un roman sensible et émouvant. Un grand moment de lecture que ces quelques pages pour 3€90.

Commenter  J’apprécie          281

Gaïa Guasti a écrit là un tout petit livre d'une grande force, sur le thème de l'exclusion scolaire.

Le narrateur écrit sept lettres à des destinataires bien différents : des parents dépassés par un quotidien de misère à l'instit démissionnaire, en passant par la camarade d'école cruelle ou un ministre de l'éducation nationale adepte de paroles dans le vent.

Trois de ces sept personnages auront un impact très fort sur son futur : sa petite soeur Miette pour laquelle le narrateur rêve d'une vie différente, une inconnue croisée dans un bus qui a montré au narrateur que la lecture pouvait être l'échappatoire d'un quotidien morose, et surtout Mme Bernard, professeur attentive et disponible.

Ce court roman épistolaire est d'abord très émouvant. Il y a peu de pages, et pourtant l'empathie que l'on ressent pour le narrateur est immédiate.

Il a aussi le mérite d'interroger sur les causes de l'exclusion scolaire, qui gagne du terrain dans les écoles, et sur les différentes façons d'y remédier. Et loin d'être à charge du système en général et des enseignants en particulier, il permet de se faire un avis nuancé sur la question.

Enfin, la forme choisie par Gaïa Guasti est novatrice : six lettres bien écrites, que le narrateur se contente de rédiger dans sa tête (comme l'on fait parfois lorsque l'on a des choses à dire mais que l'on n'ose pas les formuler à voix haute) et une lettre qu'il écrit réellement.

Petit livre par le nombre de pages et le prix, mais un grand roman par la forme et le message.

Je vous invite à lire le billet de Myriam3 qui, grâce à son enthousiasme, m'a permis de découvrir ce texte.

Commenter  J’apprécie          180

A ses parents, à la déléguée de sa classe, à son professeur, à la Ministre même, ce mauvais élève (nous ne connaîtrons pas son nom) écrit. Et à travers ses lettres, c'est son portrait qui se dessine.

Le roman est très court, c'est le choix de la collection, et a beaucoup de succès chez ces "mauvais élèves" qui se sentent peut-être reconnus et y trouveront peut-être un soutien.

Commenter  J’apprécie          142

Résumé : M. est un collégien mauvais élève. Il va écrire plusieurs lettres pour expliquer comment il voit et comment il ressent cela.

Mon avis : Sept lettres à lire à voix haute pour faire comprendre ce que le cancre, le mauvais élève, ressent face à ses difficultés qui deviennent de plus en plus insurmontables, et qui font baisser les bras.

M. ressent beaucoup de tristesse face à ses mauvais résultats, et voit la déception de ses parents, ressent aussi de la rage par rapport à la déléguée qui ne l'a pas soutenu, le professeur principal qui ne croit pas en lui.

Heureusement, il y des lueurs d'espoir, comme quand il revoit son ancienne institutrice, ou quand il pense à sa petite soeur. de quoi lui donner l'idée d'appeler au secours.

Sept lettres courtes et incisives, qui font réfléchir à ceux qu'on qualifie de cancres, et montrent leur souffrance.


Lien : http://docbird.over-blog.com..
Commenter  J’apprécie          90


critiques presse (1)
Ricochet
28 septembre 2018
Un texte très émouvant qui permet de mieux comprendre le calvaire scolaire subit par tous ces enfants qualifiés injustement de cancres par des adultes ignorants.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation

Alors, peut-être pour fuir mon regard, vous avez sorti un livre.

Vous avez commencé à lire, et voilà que, miracle, vous étiez ailleurs, tellement concentrée que plus rien n'existait autour de vous, ni le béton, ni les klaxons, ni l'océan de circulation qui cernait le bus, ni la foule ballotée par les secousses, ni moi avec mes idées noires et mon regard insistant.

Et, pour la première fois, moi qui déteste lire et les livres en général, je me suis dit que vous aviez une sacrée chance.

Commenter  J’apprécie          100

Et maintenant je passe mon temps à imaginer des lettres que je suis incapable d'écrire. J'aimerai bien, mais je n'ai pas les mots, je ne sais pas exprimer ce que je ressens, les phrases s'embrouillent dans ma tête et elles restent là à tourner en rond, et elles me font mal, griffent l'intérieur de mon crâne, et j'ai tellement peur qu'il ne soit trop tard.

Commenter  J’apprécie          70

Moi, si je pouvais démissionner d'élève, je le ferais direct.

Au point où j'en suis.

Commenter  J’apprécie          71

Moi, en revanche, je ne m’habitue pas. Jamais. Bien sûr, je fais semblant de m’en moquer. Mais à chaque fois, lorsque je sors ce foutu bulletin et que je le pose sur la table, c’est la même histoire, la même boule au ventre qui me reprend, la même envie de tout balancer par la fenêtre.

Commenter  J’apprécie          10

Mais est-ce que vous savez ce que ça fait lorsque pendant des années, huit heures par jour, vous vous sentez un crétin fini ?

Commenter  J’apprécie          20

Video de Gaia Guasti (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gaia Guasti
A l'occasion de la sortie de la série "Une Île" de Gaïa Guasti et Aurélien Molas, l'actrice et comédienne Laetitia Casta nous parle de son rôle, de son rapport au théâtre, au jeu et de ses débuts à la télévision. Nous l'avions rencontré au festival Séries Mania.
autres livres classés : illettrismeVoir plus
Notre sélection Jeunesse Voir plus