AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
4

sur 455 notes
La_Bibliotheque_de_Juju
  21 janvier 2018
Blanc.

Lumineuse.

Cette neige éblouissante qui recouvre tout et blesse les yeux.

Sombre.

Cette solitude qui recouvre les hommes.

Huis clos. Dans un futur proche, dans une contrée non identifiée. Deux hommes dont un en convalescence vont cohabiter pendant que la neige monte et rend l'hiver de plus en plus dangereux.

L'auteur a pesé chaque mot et délivre un livre abouti, littéraire et oppressant.

Un livre froid. Dans tous les sens du terme. Il m'a manqué un peu de chaleur personnellement. Les hommes survivent. Et forcément, pas le temps pour de grands envolées lyriques.

Il reste que l'auteur a du talent et que j'ai lu le livre en deux jours, preuve que je ne me suis pas ennuyé même si en réalité, dans ce grand froid, il ne se passe pas grand-chose.

Un livre qui divisera les lecteurs. On adore ou on s'ennuie.
Commenter  J’apprécie          1557
LydiaB
  11 février 2018
J'aime beaucoup les livres se passant dans un univers clos et éloigné de tout. Alors lorsque j'ai vu celui-ci, je n'ai pas hésité. Pourtant, je déteste la neige mais je ne suis jamais à une contradiction près… Et j'ai lu ce roman alors que j'en avais 20 cm dehors. J'étais dans l'ambiance !

J'ai adoré ce livre ! La structure est plutôt originale puisque nous découvrons tout, à la manière d'un journal intime, à travers les yeux du jeune homme blessé. Comme lui, nous ne savons pas où il est ni qui est vraiment ce Matthias, le vieil ours mal léché qui s'occupe de lui. C'est aussi le roman de l'attente. Chacun espère pouvoir s'en sortir. le blessé veut retourner chez lui, Matthias désire revoir sa femme malade… Mais est-ce vraiment la neige le problème ?

Voici un roman qui ne laisse pas indifférent. J'ai tourné frénétiquement les pages au fur et à mesure que les centimètres de neige s'accumulaient. Et ce n'est pas le loup que j'ai vu sortir de sa tanière mais bien les sentiments humains. Car quoi de mieux qu'un huis-clos pour faire surgir tous les défauts et les qualités intrinsèques à l'Homme ?

Un grand merci à Babelio et aux Éditions de l'observatoire pour cette belle découverte.
Lien : https://promenadesculturelle..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11911
marina53
  17 mai 2018
De sa fenêtre, tout est blanc. La neige a recouvert, de son épais manteau, tout le paysage, faisant se plier les arbres de la forêt. Alors qu'il voulait rendre visite à son père mourant, le fils du mécanicien a eu un terrible accident de voiture, le paralysant des jambes. Depuis, il vit cloitré dans la véranda du vieux Matthias qui a bien voulu s'occuper de lui pendant sa convalescence. Avec l'aide du pharmacien, de la vétérinaire et du vigile, ce dernier lui prépare à manger, le lave et change ses pansements. Tout ceci en échange d'un probable retour vers la ville. Des semaines, des mois que cela dure. Que les deux hommes vivent ainsi, reculés du village, emprisonnés par cette neige qui ne cesse de tomber et de les isoler...


Christian Guay-Poliquin nous plonge dans une ambiance post-apocalyptique et mystérieuse. Que s'est-il passé pour que tous les habitants de ce village reculé se retrouvent sans électricité ? Que tous essaient de s'enfuir vers la ville, désertant peu à peu le village où les réserves de vivres s'amenuisent ? Cela, nous ne le savons pas, l'auteur nous faisant essentiellement ressentir les choses. de même que nous n'apprenons pas grand-chose sur Matthias et son convalescent. Excepté qu'il sont comme prisonniers de cette neige qui tombe abondamment, les empêchant de rejoindre la ville. C'est au coeur de cette nature sauvage, hostile, un brin angoissante mais somptueuse que nous plonge l'auteur. Attendant désespérément le printemps, les deux hommes, confinés dans la véranda, vont devoir cohabiter ensemble et vont immanquablement tisser des liens parfois insaisissables et complexes. Ce roman surprend tout autant qu'il nous happe et nous claquemure. Un huis-clos oppressant à l'écriture sèche et brève, où l'on assiste à un face à face latent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          916
fanfanouche24
  25 janvier 2018
J'avais rédigé en substance dans ma tête le ressenti de cette lecture, faite il y a déjà une dizaine de jours, mais j'attendais la rencontre avec ce jeune auteur québécois...le 19 janvier chez son éditeur français: Les éditions de l'Observatoire . J'ai bien fait, car j'ai appris moult détails, informations bien précieuses, pour apprécier ce très beau roman, avec plus de "finesse" et de profondeur !...

J'en profite pour remercier Babelio et les éditions de l'Observatoire, que je découvrais en même temps que cet écrivain. Une rencontre jubilatoire, animée aussi joyeuse qu'instructive....

Peu avant cette invitation, j'avais acquis ce texte, toute seule comme une grande ! ...en fouinant en librairie. Un seul exemplaire était rangé sagement dans les rayonnages: attirée par le titre, puis par le 4e de couverture, très explicite, et pour parachever, par la couverture très réussie et insolite: une photographie d'un intérieur meublé solitaire, une sorte de salon, aux hauts plafonds, recouvert, enfoui par une épaisse couche neigeuse... Couverture très fortement suggestive , qui ne pouvait que m'intriguer...

Je ne me suis pas égarée dans mon choix, car j'ai lu cette histoire en une nuit, prise par l'intensité dramatique de ce huis clos..., très bien orchestré et efficace.

Atmosphère tour à tour inquiétante, ou plus réconfortante... entre deux hommes, obligés de "cohabiter"... dans une maison isolée, dans un hiver difficile, compliqué par une coupure d'électricité...où chacun doit se débrouiller comme il peut...le temps de trouver des solutions pour réparer, pour sortir de cet isolement forcé !

L'un plus âgé doit s'occuper d'un plus jeune, ayant subi un très grave accident de voiture, sur la demande des villageois, en échange d'une prise en charge motorisée"ultérieure, pour retrouver son épouse hospitalisée, au plus mal ...ailleurs...
Le cadet, immobilisé, les jambes fracassées, est à la merci de son aîné...

Comme tout huis clos bien mené, chaque détail prend un relief particulier, et l'attention du lecteur est sollicité plus intensément ! Comme l'a répété l'auteur : " c'est lorsqu'il ne se passe rien que tout peut arriver !!"....

De très fortes et poétiques descriptions de la nature et de cet élément, aussi magnifique qu'angoissant, que représente " la Neige" [ l'équivalent d'un "personnage" à part entière !]...

"C'est l'hiver. Les journées sont brèves et glaciales. La neige montre les dents. Les grands espaces se recroquevillent." (p. 14)


"Il doit être près de midi. le froid semble avoir desserré son emprise sur le paysage, pour reprendre des forces.En attendant, la neige continue de tomber sans que rien puisse l'arrêter. Les flocons sont larges et délicats. On dirait qu'ils ont été découpés dans du papier."

Des villageois viennent au début ravitailler nos deux "Robinsons"..., dont Maria, l'infirmière du village qui vient prodiguer des soins à "notre accidenté... et puis la panne d'électricité, les difficultés pour trouver des vivres...augmentant, les visites extérieures se raréfient... et Matthias finit par se débrouiller, tout seul, pour qu'ils "survivent"... chaque jour gagné est comme une victoire, dans un environnement montrant plus fréquemment des visages inquiétants.

Nos deux compères s'aident, se méfient, relâchent la pression, jouent aux échecs, et Matthias raconte des histoires... Histoires qui prennent une épaisseur démultipliée, au début, car le "jeune rescapé" ne parle pas, est comme emmuré dans le silence... le dialogue naîtra progressivement...

Un face à face, alternativement inquiétant, hostile, suspicieux, bienveillant, amical, protecteur...Curieusement et c'est là, je trouve la réussite de ce huis-clos, parfaitement accompli...C'est l'étrangeté inquiétante de ce duo prenant souvent des éclats sombrissimes... mais aussi des fulgurances
" lumineuses", éclatantes, comme cette "Neige" au même double visage ...!!

Lien intergénérationnel, avec ses malentendus, ses incompréhensions, la dislocation du sens dans le quotidien, la mise en avant de la parole autant
que celle du silence...Et au final, un apprivoisement et une bienveillance des plus discrètes comme des plus tangibles... [ Motus !!!je ne dévoilerai rien de l'issue de ce huis clos !...]


J'ai été contente d'entendre l'auteur évoquer un roman, auquel j'avais aussi songé (que j'ai beaucoup apprécié cette année 2017) , avec quelques similitudes, en écho à son propre univers. Je voulais nommer "Dans la forêt" de Jean Hegland ( réédité par Gallmeister, en 2017)

La rencontre avec cet auteur québécois a été aussi réussie que des plus joyeusement "nourrissantes, animées : Christian Guay-Poliquin a discuté avec passion de son écriture, des écoles littéraires comme du monde éditorial québécois très différent de ceux, en France...
Dans ces échanges très variés et ouverts, j'ai appris que son premier roman ,"Le Fil des kilomètres" mettait déjà en scène ce personnage du jeune homme, revenant dans son village pour retrouver son père, après des années d'absence et de silence...

En sortant de cette invitation littéraire, je me suis précipitée dans ma librairie "fétiche", La Librairie Tschann, pour commander ce premier texte (édité en 2015, par Phébus).... et ce matin , je viens de recevoir un mail m'annonçant l'arrivée de ma demande... Je vais donc me précipiter pour aller le chercher, et en commencer la découverte... Tous ces détails, pour vous dire à quel point "Le Poids de la neige" a été un excellent moment de lecture...qui me fera suivre avec grande attention cet écrivain québécois !

Je finis cette chronique en remerciant grandement et une nouvelle fois , ...Babelio et les éditions de l'Observatoire, pour cette rencontre qui restera un moment aussi fort que la lecture de ce roman original... !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          860
viou1108_aka_voyagesaufildespages
  14 février 2019
♫ Tombe la neige, tu n'partiras pas ce soir...♫
Ni ce soir, ni demain, ni la semaine prochaine, ni dans un mois... Parce que l'hiver vient à peine de s'installer, et qu'il ne lâchera pas prise avant le printemps, et qu'il fera tomber tellement de neige que ce village, perdu dans la montagne et les grands espaces, va s'en trouver paralysé jusqu'au redoux, et ses habitants, coincés itou. Et dire que tu aurais pu partir à temps, mais qu'on t'a imposé, sans te demander ton avis, ce jeune accidenté de la route, gravement blessé aux jambes et que personne d'autre ne peut/veut accueillir. Malgré l'urgence que tu ressens à retourner dans ta ville, toi qui t'es égaré dans ces contrées isolées, tu n'as d'autre choix que d'accepter, même si c'est de mauvais gré. Aah, Matthias, vieil homme grincheux, tu ne sais pas encore à quel point le temps va te sembler long, dans ce palais des courants d'air sans électricité, à jouer les gardes-malades autour du poêle à bois pour ce jeune homme peu bavard (et pourtant narrateur de votre histoire). Un temps sans fin à peine égayé par les rares visites des bonnes âmes venues vous ravitailler en vivres, bois de chauffage et nouvelles du village. Un temps long qui vous oppresse comme cette neige qui pèse de plus en plus lourd sur le toit de votre véranda et sur tes espoirs de quitter ce bled au plus vite. Et quand on sait que "c'est quand rien ne se passe que tout peut arriver", on attend que quelque chose advienne, pour le meilleur ou pour le pire.
Sans vague de chaleur ni humaine ni météorologique, ce huis clos est pareil à la neige, blanc et froid, mais loin d'être toujours lumineux. On sait peu de choses des personnages, on prend leurs vies en cours de route, le reste est nimbé d'un vague mystère, d'une menace sourde, d'un environnement post-apocalyptique. Dans de telles conditions où on lutte contre les blessures du jeune, l'impatience du vieux, la faim et le froid, la tension monte, forcément, les frustrations se révèlent, les vérités s'assènent, le conflit se noue et éclate. Puis le calme après la tempête, mais que va-t-il en ressortir ? Une rédemption ? Je me suis demandé si ce livre avait un sens religieux caché, tant j'ai été frappée par les prénoms des personnages. On ne connaît pas celui du narrateur, mais pratiquement tous les autres sont des prénoms bibliques, et une écrasante majorité d'entre eux commence par la lettre "J" : José, Joseph, Jonas, Jean, Jude,..., sans parler du triangle Maria-José-Joseph. C'est d'autant plus curieux que l'histoire se déroule sous les auspices du mythe de Dédale et Icare.
Enfin, quoi qu'il en soit, ce roman au style âpre et implacable est tendu d'ennui et surtout d'attente de ce qui va se passer alors qu'il ne s'y passe que peu de choses. Un paradoxe, un fameux risque pris par l'auteur, et  en ce qui me concerne, une réussite.

En partenariat avec les Editions J'ai Lu via une opération Masse Critique de Babelio.
Lien : https://voyagesaufildespages..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          741
horline
  15 avril 2018
Partir est impossible mais rester s'avère aussi difficile dans ce roman dans lequel Christian Guay-Poliquin oblige deux hommes qui ne se connaissent pas à cohabiter dans une véranda encerclée par la neige au coeur d'une vallée isolée.
Ce n'est pas seulement cette neige qui s'accumule de manière extraordinaire et confine les deux personnages à l'isolement. C'est également une succession d'événements et de non-événements qui, réunis, vont mettre en lumière des tempéraments contraires et des volontés opposées de nature à mettre les nerfs à rude épreuve. Face à l'immobilisation et la patiente rééducation du plus jeune «enchaîné à des jambes cassées», on découvre l'obstination parfois inquiétante à retourner en ville de Matthias, le plus âgé échoué dans ce village où la solidarité devient de moins en moins évidente.
Alliance de circonstance, mutisme, secrets, menaces, ce face-à-face qui pourrait les conduire à agir l'un contre l'autre a des allures de huis-clos propice à des formes variables de tragédie tant les sentiments de réclusion et d'impuissance sont présents. Sans compter la menace extérieure évoquée par la mystérieuse panne d'électricité qui paralyse le pays et pose la question de savoir s'il y a réellement un ailleurs possible...

C'est un roman très bien orchestré que propose l'auteur québécois. Dans cette littérature qui condamne le mouvement, c'est le temps qui devient le noeud de l'intrigue. C. Guay-Poliquin le transforme en espace avec deux dominantes : la nécessité de passer l'hiver et l'attente des deux protagonistes sans savoir où elle les mène. Vers une amitié inattendue ou un point de rupture ?
Il ne faut pas compter sur l'auteur pour vous révéler le moindre indice avant le dénouement. Il est plutôt habile, impressionne par sa maîtrise, sa faculté à construire le récit autour du silence, de la solitude et de l'ennui en tournant le dos à toute «psychologisation» pédante.
Belle découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          634
Nastie92
  22 février 2018
Rencontrer un écrivain est toujours intéressant. Découvrir qui se cache derrière les pages que l'on tourne, écouter l'auteur parler de son livre, de ce qui l'inspire, de ce qui le motive, est toujours enrichissant.
Lorsque j'ai déjà lu l'ouvrage, j'y découvre souvent des aspects auxquels je n'avais pas pensé, cela enrichit mes impressions de lecture.
Une fois n'est pas coutume, je n'avais pas lu le roman de Christian Guay-Poliquin avant de le rencontrer, et pour cause : c'est en fin de rencontre que je l'ai reçu, comme toutes les personnes présentes. Et j'ai trouvé ça formidable. Le plaisir de la découverte a été décuplé.
Un immense merci à Babelio et aux éditions de l'Observatoire qui ont organisé cette rencontre passionnante.
Un immense merci pour ce livre qui est déjà un très bel objet avec une superbe photo de couverture.
Christian Guay-Poliquin est un jeune auteur plein d'humour, à la pensée foisonnante et à la réflexion riche et intelligente. Très cérébral tout en restant simple et charmant.
La rencontre fut captivante de bout en bout. Avec un savoureux accent québécois et une verve rare, Christian Guay-Poliquin a subjugué l'auditoire.
Lorsqu'il a lu le très beau poème de son père mis en exergue, j'ai su tout de suite que j'aurais ce souvenir en tête en lisant son livre. Que j'allais entendre sa voix et sa musicalité.
Et c'est ce qui s'est passé.
La rencontre avait aiguisé mon appétit, et j'avais hâte de commencer ma lecture. Convaincue par avance. Et je n'ai pas du tout été déçue, loin de là, ce fut un pur moment de bonheur. Des heures magiques, passées au chaud sous ma couette tandis que la neige tombait dehors... et dans le livre. Merveilleuse coïncidence !
Lire le texte après avoir entendu l'auteur en parler, n'en disant que ce qu'il faut sans trop en dévoiler, a été une expérience très positive.
Le poids de la neige met en scène deux hommes forcés par les circonstances de cohabiter, un jeune homme blessé et un vieux grincheux. Ils se retrouvent coupés du reste du monde, sans électricité, sans moyen de communication tandis que la neige s'accumule. Cette neige qui est d'ailleurs le troisième personnage de l'histoire, un personnage à part entière. Peut-être même le premier.
L'histoire ? On pourrait la résumer en quelques lignes. De ce point de vue, le roman pourrait tout aussi bien se réduire à quelques pages.
Mais alors, quel est son intérêt ?
Christian Guay-Poliquin l'a dit lors de la rencontre : "C'est précisément quand rien ne se passe que tout peut arriver." Cette phrase illustre parfaitement le livre. Le lecteur attend, parce qu'il peut se passer beaucoup de choses derrière une tranquillité apparente. Et le tour de force de l'auteur est de faire en sorte qu'il ne s'ennuie pas une seconde.
Ce roman est envoûtant. Lent, très lent, mais terriblement captivant.
Dans une interview, Christian Guay-Poliquin a exprimé l'idée que "Dans la fiction, la solitude est ce qui permet de rentrer à l'intérieur des personnages." et c'est ce qu'il exploite dans le poids de la neige.
Dans le contexte de survie dans lequel ils sont plongés, les deux personnages n'ont pas d'artifice derrière lequel se cacher, pas de masque derrière lequel se dissimuler. Ils sont mis à nu et doivent assumer tout ce qu'ils sont et tout ce qu'ils font. Cela donne une force inouïe à chacun de leurs actes, à chacune de leur parole.
Les apparences sont bien trompeuses : il ne se passe pas grand-chose... mais en fait il se passe plein de choses.
Dans le poids de la neige, pas de grande gesticulation, pas de rythme effréné mais un contenu tellement riche derrière le calme en surface.
Moi qui aime la nature, et particulièrement la neige, j'ai été servie ! L'auteur a déclaré dans une interview que : "La nature domine sur tout ce qui se passe et plus spécialement domine les personnages et donc tout ce qu'ils vivent. La nature est dans ce sens le tremplin de l'existence humaine. C'est pourquoi la nature devient le tableau fondamental du récit et donc de l'aventure humaine." Dans son roman, c'est effectivement la neige qui domine tout, les cm accumulés qui pèsent de plus en plus sur les deux reclus.
Mais cette neige ne pèse pas du tout sur le lecteur ! Pour lui, elle se fait légère, douillette.
À une époque où tout va vite, où journalistes, présentateurs ou politiciens parlent à toute allure dans une sorte d'urgence permanente, que ce livre fait du bien !
Ce roman qui ne ressemble à rien de ce que j'ai lu jusqu'à présent a été une petite parenthèse enchantée dans mon quotidien.
Un livre plein de poésie, qui garde une grande légèreté malgré tout le travail que l'on devine derrière chaque phrase.
Un livre original et magnétique, un immense plaisir de lecture.
Je ne peux que vous recommander de plonger à votre tour dans cette merveilleuse neige !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6012
1967fleurs
  24 avril 2019
La vie est étrange, elle nous met parfois dans des circonstances inédites...et c'est là qu'après avoir accepté de vivre l'inattendu qu'elle nous délivre la récompense de sa beauté.

Dans cette région lointaine, une maison est isolée du reste du village, plus d'électricité et la neige tombe en abondance et prend des hauteurs vertigineuses, menaçantes, elle grignote en dangerosité un peu plus tous les jours.

Sous le poids de la neige, deux hommes se rencontrent, l'un est valide Matthias le plus âgé, puis le narrateur (qui n'a pas de nom), un jeune grièvement blessé dans un accident de voiture.

Il y a un deal avec les gens du village : Matthias doit prendre soin de son congénère durant tout l'hiver, en échange d'une place dans un convoi au printemps pour aller retrouver sa femme malade.

Comment vont-ils composer ensemble ?

On a l'impression qu'il ne se passe rien, mais c'est dans le quotidien que tout surgit, c'est là que se passe leur survie et leur relation. C'est un roman sur l'attente, la patience, le silence, le don de soi, la dépendance, la résilience.

Face à cette météo de plus en plus dangereuse et hostile, l'étau se resserre, vont-ils s'en sortir ?

"Nous sommes dans le ventre de l'hiver, dans ses entrailles. Et, dans cette obscurité chaude, nous savons qu'on ne peut jamais fuir ce qui nous échoit"

"Je rassemble mon courage et me retourne sur le dos, les bras en croix, les paumes vers le ciel. Autour de moi les ténèbres rôdent. La nuit a faim. Et les flocons sont carnivores"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          563
cicou45
  11 février 2020
Ayant eu de privilège de rencontrer l'auteur la semaine dernière à la médiathèque de la ville dans laquelle je réside (et non pas celle dans laquelle je travaille cette fois-ci), je suis tombée amoureuse de sa présentation et de la lecture qu'il a faite de l'un des passages de son ouvrage (avec cet accent québécois que j'adore). Sélectionnée pour le Prix des lycéens et apprentis de la région Sud, cette rencontre a eu lieu dans ce cadre en partenariat avec l'ARL et je ne me réjouirais jamais assez d'avoir pu assister à cette rencontre.

Ici, nous nous trouvons dans un huis-clos étouffant, près d'un petit village que les chutes abondantes de neige et la coupure d'électricité qui en a découlé ont coupé du reste du monde. Notre narrateur, un jeune mécanicien venu rendre visite à son père après dix ans d'absence se retrouve alité après un terrible accident de voiture qui lui ont broyé les jambes. Désormais, il ne doit sa survie qu'aux bons soins de Maria, la vétérinaire du village 'transformée en infirmière dans ces circonstances et du pharmacien qui lui apporte des médicaments. Obligé malgré lui de cohabiter avec un vieil homme, Matthias, qui, lui non plus ne se voyait pas devoir rester auprès de ce jeune homme qui est désormais une charge pour lui et qui, de surcroît, se refuse à parler, les deux hommes vont néanmoins apprendre à devoir cohabiter ensemble non pas pour vivre mais pour ne pas mourir. Si dans un premier temps, l'entraide que leur apporte les quelques villageois qui n'ont pas (encore fui) le village leur est d'un grand secours, ce sera bientôt "chacun pour soi". Si le narrateur se remet lentement mais sûrement de ses blessures, Matthias ne pense qu'à une chose : pouvoir s'échapper de cet endroit afin de rejoindre la ville et d'y retrouver sa femme. Cependant, bien que les mots ne soient pas prononcés et malgré l'hostilité première entre ces deux hommes que tout oppose, l'on sent bien que ce coup du sort a fini par les rapprocher, bien malgré eux.

Un roman oppressant, un huis-clos presque étouffant mais avec une telle beauté dans l'écriture (malgré la description de ces paysages presque sortis d'un roman post-apocalyptique) et des chapitre extrêmement courts que le lecteur (moi en tout cas), ne peut que tomber sous le charme. Nos deux protagonistes arriveront-ils à se sortir de ce labyrinthe dans lequel ils sont enfermés ? Même si la fin m'a un peu laissée sur ma faim, je ne peux que vous recommander de lire cet ouvrage d'une grande simplicité et pourtant si profond en ce qui concerne les relations humaines dans de pareilles circonstances ! Une pure pépite à l'état brut !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          541
sandrine57
  05 mars 2018
Dans un lieu et un temps indéterminés, deux hommes sont contraints de cohabiter. Isolés dans la véranda d'une maison abandonnée, à l'écart du village, dans un monde chaotique où l'électricité est coupée depuis des mois, où les vivres sont rationnées, le narrateur et un vieil homme vivent en vase clos alors qu'au dehors l'hiver installe son cortège de neige, froid et tempêtes. Mathias, bloqué ici par la pénurie d'essence, ne pense qu'à retourner en ville où sa femme l'attend, le narrateur, lui, a été victime d'un accident de la route. Mal en point, les jambes broyées, il a été confié à Mathias contre de le nourriture, du bois de chauffage et la promesse de faire partie du premier convoi quittant le village au printemps. Mais l'hiver prend tout son temps et les deux hommes s'installent dans une routine perturbée seulement par des visites qui se raréfient au fur et à mesure que les habitants désertent le village.

Un huis-clos hivernal dans lequel deux hommes se tolèrent, s'apprivoisent, s'affrontent, s'entraident. Ils ne se sont pas choisis, sont victimes de conditions extrêmes, ne peuvent compter que l'un sur l'autre et sur la solidarité de quelques villageois, de moins en moins nombreux au fil des mois. le jeune, diminué, mutique, entièrement dépendant pendant sa longue convalescence observe le vieux, énergique, pressé par le temps, contraint de jouer les infirmiers. Et plus loin, il y a le village qui lutte aussi, contre la neige, contre les incivilités, la violence qui couve à mesure que les stocks de vivres diminuent, les trahisons de ceux qui cherchent à fuir en cachette...
Il ne se passe pas grand chose dans ce récit d'une ère glaciaire et primitive mais on ressent la tension, la variation des sentiments entre les deux protagonistes et le poids de cette neige qui s'amoncelle, implacable et potentiellement mortelle. Un décor blanc, stérile, des personnages évanescents et la survie à tout prix...de bons ingrédients pour un livre qu'on lit d'une traite, happé par le destin de ces deux hommes seuls au monde. Mais l'auteur garde ses secrets, on ne saura jamais pourquoi l'électricité est coupée, si Mathias retrouve sa femme, si le narrateur retrouve les siens, si ailleurs la vie a repris son cours normal... Une belle lecture de saison.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          533


Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
188 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur ce livre