AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2013224060
Éditeur : Hachette Jeunesse (13/08/2007)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.77/5 (sur 636 notes)
Résumé :
Pourquoi la vieille dame qui habite en face de chez Guillaume écrit et lit tous les soirs ?

Pourquoi cette dame reste enfermée le jour et la nuit elle reste réveillée ?
Et où se trouve ce fameux grimoire ? Pour la dame , Guillaume va se lancer dans une nouvelle enquête voyage au pays des livres et de l'écriture..

Lisa.Vandeputte ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (133) Voir plus Ajouter une critique
Ladydede
  16 novembre 2012
Un magnifique roman de jeunesse pour aimer lire et écrire. L'histoire est teintée d'amour, d'amitié, de tristesse, de mystère et de fantastique. Depuis quelques jours de la fenêtre de sa chambre, Guillaume aperçoit une vieille dame qui écrit toute la nuit. Lorsque la lumière s'éteint, quelques minutes plus tard, étrangement, une jeune fille se glisse dehors. Guillaume décide alors de rencontrer cette mystérieuse adolescente.
Ce roman, qui comporte beaucoup d'allusions à la littérature classique, est un agréable moment à passer.
À conseiller pour les parents et les enfants (à partir de 10 ans)!
Commenter  J’apprécie          620
Ydamelc
  06 avril 2017
Guillaume n'est pas très bon élève... Il s'endort en classe.
Mais un jour, il se retrouve à la bibliothèque, face à une femme bien mystérieuse, la bibliothécaire...
Sa disparition va le pousser à se lancer dans un fantastique voyage au pays des livres, aidé de son ami Doudou. Ils y rencontreront des personnages de la littérature fabuleux, comme Alice, Gavroche ou encore Poil de Carotte.
Tout d'abord, je remercie Babelio et Audiolib, qui m'ont donné l'occasion, pour la première fois, d'écouter un livre, plutôt que de le lire.
J'ai profité d'un long voyage en voiture (pour me rendre aux quais du polar !!! ) qui m'a fait traverser la France en une belle diagonale, du nord ouest, au sud est, pour découvrir, grâce à mes oreilles, l'histoire de la bibliothécaire de la regrettée Gudule.
Un incontournable de la littérature jeunesse, prescrit par des enseignants, sous la voix de Thomas Solivères.
3h20 d'écoute, coupée en 19 chapitres, comme dans la version papier.
J'ai trouvé la voix de Thomas Solivères agréable à la lecture.
A ses différentes intonations, il était facile de reconnaître chacun des personnages.
J'ai moins adhéré à celle employée pour Doudou... Un ton "rappeur" que j'ai trouvé peu crédible et m'a longtemps géné. Mais j'ai pu constater par la suite, en me procurant le livre, en version papier, qu'il y était plutôt fidèle.
J'ai trouvé également que certains chapitres auraient mérité d'être découpé sur 2 plages, pour que l'auditeur puisse plus facilement quitter la lecture et la reprendre par la suite, sans devoir reprendre au début. D'autant plus que cet audiolivre est destiné à un public à partir de 8 ans.
Je reconnais que l'exercice n'était pas aisé d'adapter cette histoire en version audio car il y a des petits détails, des subtilités, dans le nom d'un des personnages ou encore dans certaines scènes où Guillaume écrit avec des fautes par exemple (ayant des conséquences sur le déroulement de l'histoire) qui ont été difficile à retranscrire à l'oral. J'ai pu m'en rendre compte avec la version papier. Et sans celle-ci, je ne suis pas certaine que j'aurais pu comprendre pourquoi, Thomas Solivères appuyait tant une lettre, un son dans un des prénoms, en particulier, par exemple.
Des petits arrangements ont été faits tout de même. J'en aurais ajouté quelques autres, pour une meilleure compréhension.
Mis à part cela, j'ai apprécié cette jolie histoire, parlant d'amour, d'amitié, de littérature, dans une atmosphère fantastique.
Un audiolib que je placerai en bonne place dans la bibliothèque de mes enfants de 8 et 11 ans, pour qu'ils puissent l'écouter encore et encore.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
raton-liseur
  01 mai 2012
Ah, n'est pas Thursday Next* qui veut, il n'est pas donné à tout le monde de savoir voyager dans les livres. C'est peu dire que ce livre m'a déçue. J'espérais un joli livre sur les bibliothèques, sur le bonheur de lire, j'y ai à peine entrevu des lecteurs et suis passée de rebondissements en rebondissements avec le même enthousiasme qu'une vache regardant passer les trains. Car, comme une voie ferrée, l'intrigue de ce livre est des plus prévisibles et les personnages des plus plats.
Il revisite des classiques de genres différents, mais la réécriture de la mort de Gavroche ne me semble pas nécessaire et je crois que ce livre ne m'aurait pas donné l'envie de lire, ni maintenant ni lors de ma prime jeunesse. La couverture de l'édition actuelle est bien racoleuse, mais ne reflète pas du tout le contenu, avec notamment le rôle de bibliothécaire qui n'est pas même effleuré.
Si je n'ai pas aimé ce livre, je crois que le pire demeure les stéréotypes. Peut-être suis-je paranoïaque, mais faut-il que le Black de service soit rappeur, que sa fille idéale soit nécessairement noire ? Pourquoi infirmité et laideur sont-elles souvent synonymes ? Pour un roman qui se veut porteur de messages, je trouve cela un peu dangereux et je ne suis pas sûre que j'en conseillerais la lecture, à quelque âge que ce soit.
* Je fais bien sûr allusion à l'intrépide héroïne de Jasper Fforde, qui fait sa première apparition dans le drolatique L'Affaire Jane Eyre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Noctenbule
  12 juin 2014
Vos enfants n'aiment pas trop lire. Ils disent "trop de mots", "trop de pages", "trop compliqué à rentrer dans un univers" avant même d'avoir ouvert une page. Mais comment leur donner ce plaisir de la lecture? Anne Duguël dite Gudule, propose alors une histoire La bibliothécaire pour inciter ces jeunes à ce laisser aller dans un univers livresque.
Guillaume se couche tardivement car il observe d'une part sa voisine, une grand-mère qui écrit tous les soirs puis une jeune et séduisante demoiselle qui après que la lumière se soit éteint chez cette dernière s'enfuit à talon dans les rues de la ville. Une nuit, il prend son courage à la main et suit cette étrangère dans l'obscurité des rues. Où va t'elle? Et bien dans la bibliothèque municipal. C'est ce qu'il va vite découvrir. Mais l'histoire de la jeune fille paraît farfelue. Elle est l'apparition de l'histoire de la mamie et uniquement ceux qui croit en la magie peuvent la voir, comme la fée clochette de Peter Pan.
Puis elle disparaît subitement car la grand-mère est morte. Guillaume ne peut vivre sans elle et va chercher dans son imagination, aider par son pote Doudou, le rappeur un moyen de la faire revenir. Il se souvient de sa quête. Elle recherchait un grimoire qui permet de devenir un véritable écrivain. Par magie, il va arriver à la faire réapparaître mais ces lacunes en orthographe et grammaire, ne vont pas faire une sublime jeune ados mais une sorte de monstre. Voilà, une bonne motivation à faire des progrès en français. En parallèle, il va voyager avec Doudou, son amie imaginaire de mot et la sienne pour chercher ce livre à travers des romans connus. Les enfants vont voyager d'Alice au pays des merveilles, à Poil de Carotte en passant par les Misérables.
L'histoire est originale et pourtant quelques petites choses m'ont dérangé pour avoir un véritable coup de coeur de lecture. Déjà le cliché du pote noire, souvent nommé le Black, qui se nomme Doudou et bien entendu qui fait du rap. Les aventures vont très vite et pas le temps d'apprécier l'univers d'un livre où les relations entre les personnages réels et ceux de fiction. J'ai eu l'impression que question de quantité se faisait à défaut de qualité pour éviter de faire un livre plus gros et dissuader de jeunes lecteurs. Puis, aucun des enfants n'est attachant car l'histoire va trop vite alors les personnages sont vites placés et puis hop après c'est fini. Et enfin, je passe bien entendu le cliché qu'infirmité rime avec laideur ou le fait que le métier de bibliothécaire n'est pas abordé directement, mais reste juste un fil sur la mise en bouche des mots par ces professionnels à des amateurs.
Il y a de l'idée même si l'originalité reste mitigée car en aucun cas je me suis laissée surprendre par le roman. J'aurais apprécié une histoire plus travaillée sur les héros et ces fameux voyages dans les livres. Pour la peine, le roman ne va pas rester dans ma bibliothèque et va aller vers des jeunes à qui s'adressent l'histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          161
Titipanzani
  02 juin 2016
J'ai un avis vraiment mitigé quant à ce roman. L'histoire est dans l'ensemble intéressante, avec de bonnes idées et beaucoup d'imagination de la part de l'auteure, mais tout cela est trop peu voire trop mal exploité. Malgré un résumé appâtant, on réalise dès notre lecture que l'histoire est sens dessus dessous, sans réelle intrigue et beaucoup trop brève.
Chaque nuit, un adolescent prénommé Guillaume aperçoit dans l'immeuble face au sien une vieille dame qui ne cesse d'écrire. Et dès lors qu'elle termine d'écrire, une jolie jeune fille sort de l'immeuble en courant. Où ? On ne sait pas. Guillaume ne peut donc s'empêcher de se demander ce qu'il se trame et de s'interroger sur l'endroit où elle pourrait bien se rendre. Jusqu'au jour où sa curiosité va le mener à suivre cette mystérieuse et belle inconnue, devenue le centre de ses pensées. A travers diverses aventures, Guillaume, accompagné de son meilleur ami Doudou, va explorer le monde riche et merveilleux de la littérature.
Dans l'ensemble, j'ai trouvé l'histoire sympathique : j'ai bien aimé la manière dont Gudule aborde le thème de la littérature. On voit que lorsqu'elle a écrit ce roman, elle a vraiment voulu transmettre sa passion des livres aux plus jeunes et cet aspect m'a énormément plu. de même que j'ai vraiment adoré survoler de grands classiques littéraires, passant ainsi d'Alice au Pays des Merveilles aux Misérables jusqu'au Petit Prince. Je trouve cela ingénieux de faire découvrir de grands classiques aux jeunes lecteurs – qui ne s'y intéresseraient pas forcément d'eux-mêmes – à travers un petit roman jeunesse. J'ai par exemple moi-même eu envie de relire le Petit Prince avec ce livre. de plus, il y a plusieurs passages qui sortent du lot et nous amènent à nous interroger quant aux bienfaits des livres dans notre vie, notamment quand le Petit Prince explique à Guillaume que les livres nous permettent de vivre et revivre des moments que l'on a adorés à notre guise grâce à la relecture.
Néanmoins, il y a beaucoup trop de failles dans ce roman qui m'ont empêchée de l'apprécier entièrement. J'ai trouvé cette histoire peu crédible. Certes, il s'agit de fantastique et forcément il ne faut pas s'attendre à ce que ce soit plausible. Mais l'histoire s'enchaîne trop vite et part un peu dans tous les sens, elle est sans véritable structure puisqu'il n'y a pas forcément de liens entre chaque aventure. Les personnages m'ont paru peu développés ce qui ne nous permet malheureusement pas de nous attacher pleinement à eux. J'ai trouvé sympathiques Guillaume et Doudou mais c'est tout, en aucun cas je ne me suis retrouvée en eux ou m'y suis identifiée, ne serait-ce qu'une fois. Ce manque d'attache naît du manque de descriptions. Et je pense que des personnages qui nous semblent lointains ne peuvent pas nous marquer pendant notre lecture. C'est un livre qui une fois lu, est vite oublié.
Beaucoup d'éléments m'ont dérangée lors de ma lecture notamment divers clichés comme celui de l'adolescent qui ne sait pas DU TOUT écrire. D'accord, aujourd'hui beaucoup de jeunes se fichent éperdument de l'orthographe et malheureusement rares sont ceux qui ont un réel bon niveau en grammaire, mais de là « ha èkrir kome sa »… Pas un mot sans faute, même sur les prénoms, il ne faudrait pas prendre les jeunes pour des ânes non plus. Après, le cliché de l'ami noir qui rappe à chacune de ses paroles, ça va au début mais ça devient très vite fatiguant « d'aaa-voiiir affaiiiiire à quelqu'unnn qui paaaar-leee touuuu-jouuurs en veeeers, YO ». Enfin, vous voyez le genre… Une fois, à la rigueur mais bon, toutes les deux pages… C'est un humour sympathique aux premiers abords mais qui devient vite lourd. Idem quand l'auteure n'assimile pas la bande-dessinée à de la vraie littérature. D'accord, il n'y a pas autant de texte que dans un roman et cela laisse moins place à l'imagination étant donné qu'il y a des images, mais il y a aussi de belles pépites en bandes-dessinées. Je pense que tous ces petits éléments une fois assemblés nuisent à l'histoire et c'est bien dommage.
Cependant j'aime beaucoup les thèmes qui ressortent de ce roman tels que l'amour, l'amitié et l'imagination. Et j'ai apprécié le fait que les jeunes peuvent se retrouver à travers Guillaume qui ne s'intéresse pas beaucoup à ses cours, et qui comme lui, peuvent évoluer au fil des pages et comprendre l'importance des mots et des livres dans la vie.
Je pense donc que c'est un livre qui plaira aux plus jeunes et pourra leur permettre d'avoir le goût de la lecture, ou du moins leur donner une meilleure image des livres, de leur montrer la littérature sous un angle différent, un angle qu'ils n'auraient jamais envisagé auparavant. Il est juste dommage qu'une fois fini, ce livre nous laisse un goût d'inachevé.
Lien : https://unparfumdelivre.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          151
Citations & extraits (61) Voir plus Ajouter une citation
IshimaruIshimaru   27 octobre 2013
- Ce qu'il y a de bien avec les histoires, c'est qu'on peut toujours revenir en arrière.
- Que veux-tu dire ?
- C'est l'avantage qu'ont les livres sur la vie réelle. Dans la vie réelle, quand un drame arrive, on se dit : "Comme j'aimerais retourner dans le passé, profiter du bonheur d'avant !" La lecture nous donne cette possibilité : il suffit de reprendre les chapitres précédents, et on revit les moments que l'on aime chaque fois qu'on le désire."
Guillaume n'avait jamais envisagé les choses sous cet angle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
babel95babel95   13 août 2015
- Je suis bien content, dit Guillaume.
- Pourquoi es-tu content ?
- Je suis content que tu sois encore vivant. Je ne veux plus voir mourir personne. Gavroche était mon ami, il chantait, il mangeait du chewing-gum, et maintenant il est couché par terre, au milieu du carnage, et il baigne dans son sang. Je déteste les livres où les gens meurent.
- C’est parce que tu ne les ouvres pas à la bonne page, dit le Petit Prince.
- Comment ça ?
- Ce qu’il y a de bien dans les histoires, c’est qu’on peut toujours revenir en arrière.
- Que veux-tu dire ?
- C’est l’avantage des livres sur la vie réelle. Dans la vie réelle, quand un drame arrive, on se dit »Comme j’aimerais retourner dans le passé, profiter du bonheur d’avant ! ». La lecture nous donne cette possibilité : il suffit de reprendre les chapitres précédents, et on revit les moments que l’on aime chaque fois qu’on le désire ».
Guillaume n’avait jamais envisagé les choses sous cet angle.
« Gavroche est toujours vivant, dans Les Misérables, réalise-t-il. Je pourrai l’y retrouver chaque fois que je le désirerai ».
Et il se sent le cœur léger, tout à coup.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
YdamelcYdamelc   06 avril 2017
- Je déteste les livres où les gens meurent.
- C'est parce que tu ne les ouvres pas à la bonne page, dit le petit prince.
- Comment ça ?
- Ce qu'il y a de bien avec les histoires, c'est qu'on peut toujours revenir en arrière.
- Que veux-tu dire ?
- C'est l'avantage qu'ont les livres sur la vie réelle. Dans la vie réelle, quand un drame arrive, on se dit : "Comme j'aimerais retourner dans le passé, profiter du bonheur d'avant !" La lecture nous donne cette possibilité : il suffit de reprendre les chapitres précédents, et on revit les moments que l'on aime chaque fois qu'on le désire."
Guillaume n'avait jamais envisagé les choses sous cet angle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
raton-liseurraton-liseur   01 mai 2012
Combien y a-t-il de livres, ici ? Dix mille, cent mille, un million ? Une odeur de vieux papier, à la fois âcre et doucereuse, émane du fantastique amas d’ouvrages, dont certains ont plus d’un siècle. Couvertures de cuir, de tissu, de carton, aux tranches dorées ; parchemins roulés ; éditions rares et volumes populaires pleins de naïves illustrations ; tout le savoir du monde semble rassemblé ici. (p. 22, Chapitre 2).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
blandine5674blandine5674   27 septembre 2014
- Je déteste les livres où les gens meurent.
- C'est parce que tu ne les ouvres pas à la bonne page, dit le petit prince.
- Comment ça ?
- Ce qu'il y a de bien avec les histoires, c'est qu'on peut toujours revenir en arrière.
- Que veux-tu dire ?
- C'est l'avantage qu'ont les livres sur la vie réelle. Dans la vie réelle, quand un drame arrive, on se dit : "Comme j'aimerais retourner dans le passé, profiter du bonheur d'avant !" La lecture nous donne cette possibilité : il suffit de reprendre les chapitres précédents, et on revit les moments que l'on aime chaque fois qu'on le désire."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Videos de Gudule (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Gudule
Rencontre avec Gudule
autres livres classés : livresVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

La bibliothécaire, de Gudule

Comment s'appelle le héros ?

Marcel
Gudule
Guillaume

6 questions
180 lecteurs ont répondu
Thème : La Bibliothécaire de GuduleCréer un quiz sur ce livre
. .