AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782221140925
304 pages
Éditeur : Robert Laffont (20/02/2014)
4.25/5   97 notes
Résumé :
"Lorsque vous aurez lu ce livre, vous ne regarderez plus l'être humain comme avant..." (Thomas d'Ansembourg)

Dans le monde entier, les dernières découvertes scientifiques sur le développement et le fonctionnement du cerveau bouleversent notre compréhension des besoins essentiels de l'enfant. Elles prouvent qu'une relation empathique, aimante, est décisive pour permettre à son cerveau d'évoluer de manière optimale, pour déployer pleinement ses capacité... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
4,25

sur 97 notes
5
7 avis
4
10 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis

Hugo
  18 janvier 2021
« Arf j'ai pris quelques claques, et alors je ne suis pas mort hein ».
Cette phrase on l'a tous entendu, quand les gens ont toujours une bonne combine pour éduquer leur progéniture, faut les mater les gosses pour qu'ils marchent au pas… Ces petits sauvages capricieux qui vous mettent la misère, se roulant par terre, d'une insolence provocante, ils n'auront pas le dernier mot. Alors une petite fessée ne fait jamais de mal.
Ma mère avait la claque dans la gueule fastoche, un mauvais rhume, une sale journée, une contrariété et bim bam boum t'en prenais une petit sur le coin du nez : « Range ta chambre » qu'est-ce que tu peux être empoté » « Baisse les yeux », « Je ne suis pas ta copine »
J'étais un enfant sage, pas turbulent pour une connerie, je craignais mas mère autant que je l'aimais, comment remettre en question l'éducation de nos parents quand nous sommes enfant ?
C'est plus tard que j'ai commencé à piger que ma mère n'était qu'une adulte immature, anxieuse, égoïste, incapable de prendre le recul nécessaire, reproduisant l'éducation de ses propres parents, cette fameuse éducation ou l'enfant est déjà un être mature capable de réflexion, capable de calculs vicieux pour emmerder ses parents.
Aujourd'hui les parents dépassés écoutent les conseils avisés des anciens, ils surfent sur le web à la recherche de réponses, justifiant leur violence en se donnant bonne conscience, seulement voilà un enfant est un être fragile, avec un cerveau en plein développement. Avec les progrès en Neuroscience, nous connaissons en détail comment notre cerveau évolue, quelles zones sont stimulées, quelles molécules sont sécrétées pour notre bien-être, notre épanouissement et notre apprentissage.
Je ferai l'impasse sur les détails qui régissent notre cerveau, une chose est sûre c'est qu'un enfant humilié, battu, abandonné, sera un enfant avec des troubles cognitifs plus ou moins important, plus ou moins grave, il enregistrera, interprétera, se développera en fonction du comportement des adultes à son égard.
Rien que la gestion des émotions et savoir prendre du recul c'est vers 17 ans d'où cette fameuse période compliquée de l'adolescence, source de bien des inquiétudes, des parents dépassés par la situation du mal être de leur enfant.
Pour ma part, quand ma première fille est née, je savais que je n'écouterais pas les conseils des autres, quand ma fille pleurait, nous nous précipitions pour la câliner, la bercer, nous avons pratiqué le cododo pendant un an, en grandissant, j'ai toujours veillé à me lever si elle se réveillait la nuit pour la rassurer, pas de fessé, pas de violence verbale, juste de l'amour… Tout le monde avait son mot à dire : « tu vas en faire un tyran, un enfant roi » « elle va vous bouffer la vie », « il faut la laisser pleurer, se fâcher »
???? Ah parce que vous imaginez bande de trou duc qu'à cet âge un enfant est capable de réflexion ? Sans déconner ? Vous êtes convaincus de cette connerie ? un enfant c'est compliqué car il a besoin d'attention, d'amour, d'empathie, de câlins, il a besoin qu'on le rassure, pas de ces vieilles rengaines du temps d'avant. On ne doit pas taper un adulte mais un enfant ça passe crème, on lui impose des limites par la violence, pas notre manque de patience ou avec des interprétations à deux balles faites par des gens qui ne prennent pas la peine de les comprendre… Même sans livre sur le sujet, chacun devrait être capable de piger l'évidence, on parle d'un enfant hein, inutile de se triturer la bêtise pour comprendre qu'il n'a pas encore acquis les notions de la vie, qu'il a besoin de jouer, de crier, de s'exprimer, de râler, il a besoin de comprendre ce qui l'entoure, moi je me souviens que petit je ne comprenais pourquoi je devais ranger ma chambre, seulement si je ne le faisais pas, j'en prenais une…
Quand je regardais mes parents se taper sur la gueule, avec des souvenirs aussi précis qu'inoubliables, persuadés que ce n'était que des problèmes de grands, quand votre père vous insultait d'enculé pour des raisons obscures d'un bon coup dans le nez affalé sur le parquet incapable de marcher droit…
C'est marquant, aujourd'hui j'arrive à me souvenir ce que je ressentais, paumé, triste, je ne comprenais pas, pas les moyens cognitifs de piger, entre 0 et 7 ans le cerveau est en construction.
Pas d'inquiétude j'ai soigné tout ça il y a bien longtemps, mes lectures m'ont aidé à comprendre l'être humain, à comprendre bien des choses, aujourd'hui j'explique à ma fille que quand je gueule pour qu'elle range sa putain de chambre, c'est juste parce que je suis un peu fatigué, que ce n'est pas de sa faute, qu'elle ne peut pas comprendre pourquoi j'insiste lourdement, quand le matin j'aimerai qu'elle active sont petit popotin parce que je vais être en retard , pareil je dédramatise en lui expliquant que la notion du temps pour un enfant est abstraite, que c'est nous les adultes qui sommes un peu con.
Bref ma fille n'a absolument pas peur de nous, elle est parfois insolente, alors je prends le temps pour lui expliquer les choses, parfois le ton monte mais toujours avec bienveillance, elle a le temps d'apprendre, de comprendre, elle est épanouie, heureuse, me prépare des cessions câlins tous les soirs, me posent des questions pertinentes sur mes lectures, elle s'intéressent à tout, elle est choyée, gâtée et nous sommes heureux ainsi , je me fou du regard des autres et de leur avis…
Et quand votre fille vous pose une question sur la gravitation et la rotation des planètes, que vous lui apportez les réponses, et qu'elle vous répond : Tu sais plein de trucs papa, comment tu sais tout ça ?
Je lui réponds que je suis curieux de tout, et que je lui apprendrais tout ce qu'elle veut savoir ou comprendre. Je lui parle de tout sans tabou, avec des mots pour elle.
Du coup elle veut devenir astronaute… 😊
Avec la deuxième, nous sommes encore pires, elle cherche notre doigt pour le serrer et s'endormir, elle pleure peu, on la porte tout le temps, du coup elle est calme, souriante et heureuse… bref on avait tout compris, la violence est une connerie, l'humiliation une abomination qui tôt ou tard auront des répercussions sur le développement de leur cerveau et c'est tout le sujet de ce bouquin, une petite pépite qui au vu des dernières découvertes en neuroscience ne nous dédouane plus de notre incompréhension, de notre manque de discernement, c'est nous les adultes et c'est eux nos enfants.
A lire de toute urgence
A plus les copains
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3410
TheReadingBee
  22 avril 2020
Cet ouvrage devrait être lu par TOUS les adultes du monde et pourrait s'appeler "Pour une vie heureuse", car ce que nous démontre Catherine Gueguen c'est qu'une éducation aimante et respectueuse de la personne "enfant" le conduit à devenir un adulte heureux et rayonnant.
Ce livre m'a "tapé dans l'oeil" un jour où, comme cela arrive à tous parents, je me sentais un peu découragée et épuisée. Je l'ai acheté avec des espoirs mais sans penser que ces 327 pages allaient complètement révolutionner ma façon d'envisager la parentalité. Non pas que je ne pratiquais pas l'éducation positive jusque là, mais je n'allais pas encore assez loin et ne connaissait pas suffisamment les raisons de rejeter en bloc l'éducation jalonnée de violences éducatives ordinaires (VEO) qui est celle préconisée par la plupart des gens.
C'est donc en tant que maman très heureuse d'un enfant heureux en confinement que je témoigne suite à cette lecture.
Pire qu'une claque, c'est un uppercut psychologique que nous balance l'auteure via cet ouvrage, une réflexion qui va vous amener à relire votre enfance mais aussi celle de votre entourage. C'est une invitation à être un guide et un modèle pour votre enfant et ceux des autres ainsi qu'une ode à l'amour inconditionnel.
On pourrait résumer ainsi le message du livre : la violence entraîne la violence, l'humiliation entraîne la rancoeur, l'amour et la sécurité entraînent le respect et le bien-être. Mais ce serait réducteur, tellement ce livre peut vous en apprendre sur vous même ainsi que sur chaque être humain que vous croisez. Je m'en vais de ce pas conseiller cette lecture à tout mon entourage proche et moins proche en espérant apporter quelques gouttes d'eau à la formation d'un océan d'enfants heureux prêts à changer le monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
MlleBouquine
  28 avril 2015
Ce livre est une véritable synthèse de thèmes récurant dans le domaine de la parentalité comme les émotions, le maternage, l'éducation des enfants mais ce qui le distingue de beaucoup d'autres livres de ce genre c'est que l'angle choisi est celui de la neuroscience. L'auteur, pédiatre à l'institut hospitalier Levallois-Perret, se base sur les dernières découvertes sur le cerveau pour nous aider à mieux comprendre les enfants.
En ce qui me concerne, c'est une évidence que faire preuve d'écoute et de bienveillance est favorable à l'équilibre psychologique de mon enfant, par contre ce que je ne savais pas c'est que cela avait une incidence sur le développement même de son cerveau.
Beaucoup de choses semble se jouer entre 0 et 6 ans, c'est pourquoi une éducation basée sur l'humiliation, la peur pourra altérer la maturation du cerveau chez l'enfant.
L'auteur s'appuie sur des études montrant clairement que la maltraitance quotidienne transforment les circuits cérébraux et peuvent engendrer anxiété, agressivité et troubles de la personnalité.
J'ai parfois décroché quand le livre aborde des passages très techniques traitant des hormones, du cortex, de l'amygdale...Bien qu'il y ait des schémas très clairs, je suis un peu hermétique aux généralités scientifiques.
Globalement, ce livre m'a conforté dans mes principes éducatifs et m'a beaucoup éclairé sur le développement du cerveau chez les enfants. Il n'apporte pas de réponse toute faite mais propose plutôt des pistes pour une éducation bienveillante, une relation enfant-adulte où l'empathie et la confiance sont cruciales pour cheminer ensemble vers le bonheur.
Bien sûr, comme tout sujet traitant de l'enfance, je garde quelques réserves car chaque situation est unique. Tout parent doit composer avec son vécu, ses émotions, la personnalité de son enfant et les valeurs qu'il veut lui transmettre. Aucun livre ne fait de nous des parents parfaits, ils peuvent simplement nous guider et nous soutenir comme le fait très bien Catherine Gueguen.
Lien : http://petitspetons-a-croque..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
BRAEM
  13 décembre 2017
Dans cette critique j'inclus les trois derniers paragraphes du livre :
" le but de ce livre est d'apporter des connaissances, de nourrir le réflexion et d'ouvrir le champ des propositions pour que la relation adulte-enfant s'améliore et pour faire progresser le société tout entière.
L'enfant s'épanouit quand l'adulte montre le chemin, est le modèle, n'utilise pas de rapports de force physiques ou verbaux avec l'enfant, mais au contraire entretient avec lui une relation aimante et empathique. Il faudra probablement un certain temps pour que ce savoir se diffuse et fasse évoluer les habitudes culturelles. Ce savoir ne simplifie pas le rôle des adultes, mais il les rend plus conscients et plus responsables de leur attitude avec les enfants.
L'enfant apprend alors très tôt comment bien vivre affectivement et socialement. Lui-même recevant ce qui est indispensable pour s'épanouir peut à son tour le faire partager autour de lui, et le transmettre à ses propres enfants plus tard."
Il y a du travail pour tous mais il y a aussi beaucoup d'espoir.
Beaucoup de richesse dans ce livre concernant le comportement de l'enfant mais aussi de l'adulte. En cela ce livre peut aussi être utile pour les professionnels de la santé mentale.
Seul regret, la vulgarisation des nouvelles connaissances scientifiques me paraît insatisfaisante.
L'auteure nous montre une voie, sachons la suivre .
Un grand merci à elle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Lesliebookaddict
  12 mai 2019
Gros coup de coeur pour ce livre qui porte sur l'impact de l'éducation sur le cerveau des enfants et leurs répercussions psychologiques et comportementales jusqu'à l'âge adulte.

Catherine Guéguen nous explique que le cerveau de l'enfant est encore immature dans certaines zones cérébrales, dont l'hippocampe qui a un rôle dans la gestion des émotions telle que la peur. Voila pourquoi les jeunes enfants peuvent piquer des crises de colère en se roulant par terre ou bien ne pas pouvoir dormir à cause des monstres sous son lit. ils sont débordés émotionnellement et n'ont pas encore les ressources pour se raisonner. Plutôt que les réprimander, les punir ou les frapper, l'auteure encourage les adultes à les rassurer, les accompagner.
Catherine Guéguen nous montre plusieurs situations d'exemples, ce dont j'ai trouvé très intéressant, cela donne des pistes pour les parents ou professionnels travaillant auprès d'enfants. Elle peut illustrer une situation banale comme par exemple se presser le matin pour ne pas être en retard chez la nounou, le parent va avoir tendance à presser son enfant voire le gronder s'il ne fait pas ce qu'on lui demande. le parent étant stressé, cela va aussi provoquer du stress chez le jeune enfant. On prend alors conscience à travers ces exemples le fonctionnement de l'enfant et les conséquences sur son cerveau.
A travers de schémas et d'études faites sur le cerveau, l'auteure nous apprend qu'éduquer les enfants en utilisant la violence physique (la fessée par exemple) ou la violence verbale (crier sur l'enfant par exemple) peut avoir un impact négatif sur le développement de l'enfant et engendrer des répercussions à l'âge adulte sur le plan psychologique et comportemental. L'UNICEF estime entre 85% et 95% des adultes qui pratiquent cette violence éducative ordinaire...
L'auteure aborde d'autres sujets très intéressants mais ils sont trop nombreux pour vous en faire le résumé. Je vous encourage donc vivement à lire ce livre si vous vous intéressez à l'éducation, le fonctionnement de l'enfant au niveau cérébral mais aussi psychologique. On peut se reconnaître dans certaines situations en tant qu'enfant avec ce que l'on a vécu avec nos propres parents, mais aussi en tant qu'adulte avec le fait de reproduire l'éducation que l'on a reçue, il faut alors voir ce livre comme un guide pour ne pas tomber dans cette violence éducative ordinaire. J'ai appris énormément de choses avec cette lecture et je pense relire ce livre dans quelques années pour reprendre les bons conseils de Catherine Guéguen.
Lien : http://bookaddict.e-monsite...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (45) Voir plus Ajouter une citation
BRAEMBRAEM   07 décembre 2017
Élever un enfant, c'est se poser cette question : que souhaitons-nous transmettre à nos enfants ?
Quand l'enfant est frappé, le geste de frapper est reproduit dans son cerveau, il apprend ce geste. Voulons-nous lui apprendre la violence ?
Quand l'enfant est câliné, il apprend la tendresse. Préférons-nous lui transmettre et lui apprendre les gestes d'affection ? Aussi étonnant que cela puisse paraître, l'affection, la tendresse se transmettent et s'apprennent, comme leur inverse, la violence. L'enfant nous imite, nous lui transmettons en priorité ce que nous faisons et ce que nous sommes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
BRAEMBRAEM   12 décembre 2017
Quand le destin a permis à une personne d'avoir vécu une enfance heureuse, entourée de parents aimants et respectueux, n'ayant entretenu aucun rapport de domination avec elle, cette personne, une fois adulte, sait que l'amour n'a rien de commun avec l'humiliation, la haine, la violence, le pouvoir, la domination, la possession. L'amour donne une liberté, une sécurité, une paix intérieure et rend heureux. Quand les désaccords existent, cette personne dit ce qu'elle ressent mais n'éprouve pas le besoin de dominer l'autre, de le soumettre, de le posséder.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
BRAEMBRAEM   09 décembre 2017
Un homme qui soutient, valorise sa femme, l'aide à être mère.
L'homme participe à l'épanouissement de sa compagne. Il l'aide à devenir femme mais , d'après mon expérience professionnelle, il joue aussi un rôle capital en l'aidant à devenir mère. Une femme peu sûre d'elle, inquiète de son rôle de mère peut progressivement prendre confiance en elle et parvenir à donner de l'affection à son enfant si elle se sent aimée, valorisée, soutenue, épaulée par son compagnon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
FecampFecamp   03 avril 2016
L'enfant est une véritable "éponge" qui absorbe tout ce qu'il vit. [...] Si les adultes, les parents sont respectueux, empathiques, affectueux, justes, curieux de la vie, enthousiastes, compréhensifs, attentifs à autrui, l'enfant les imitera et fera de même.
Commenter  J’apprécie          170
BRAEMBRAEM   10 décembre 2017
L'homme ne porte pas l'enfant en lui, il n'allaite pas mais cela n'enlève en rien la capacité à donner de l'affection à son enfant et à prendre soin de lui. Il vit alors pleinement la richesse du lien avec son enfant et contribue ainsi à son développement psycho-affectif et social. Cela est fondamental. De plus, en cas de nécessité, de maladie, de dépression postnatale ou d'autres situations empêchant la mère de s'occuper de son bébé, l'homme peut suppléer sa femme et donner à l'enfant toute l'affection et la sécurité dont il a besoin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Catherine Gueguen (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Catherine Gueguen
Catherine Gueguen est pédiatre, formée en communication non violente et en haptonomie. Elle a exercé à l'Institut hospitalier franco-britannique à Levallois-Perret, et a créé un diplôme universitaire pour les médecins.
Dans cette vidéo, elle s'adresse aussi bien aux parents qui viennent d'avoir un bébé, qu'à ceux qui ne savent pas comment se comporter face à un enfant qui « pique des crises ». Plus largement, à tous ceux qui veulent que leur enfant devienne un adulte empathique, émotionnellement intelligent, capable d'être heureux.
En s'appuyant sur les récentes découvertes des neurosciences affectives, elle nous offre de précieux conseils pour mieux comprendre les besoins et les émotions de nos enfants. Que veulent dire leurs pleurs ? Comment calmer une « crise » ? L'autrice de « Lettre à un jeune parent » et « Entre toi et moi » nous l'explique.
Un entretien mené par Sophie Behr, rédactrice en chef du magazine Psychologie Positive.
00:00 introduction 2:46 Les découvertes récentes des chercheurs en neurosciences 5:32 Les relations avec votre enfant modifient son cerveau 9:40 L'importance d'accueillir et d'exprimer ses émotions 12:29 Comment décrypter les pleurs de votre enfant ? 15:20 Les pleurs ne sont pas systématiquement un signal de faim 17:00 Les tempêtes émotionnelles de l'enfant 20:30 La violence éducative ordinaire 23:03 Ne restez pas seul, demandez de l'aide ! 24:15 L'empathie, ça s'apprend... 27:36 La parentalité positive critiquée 30:48 le sentiment de culpabilité 32:25 le modèle des pays nordiques en matière de parentalité 33:55 Une rentrée des classes très particulière
Abonnez-vous à la chaîne Arènes du Savoir https://www.youtube.com/c/LESAR%C3%88...
Suivez-nous sur les réseaux Facebook https://www.facebook.com/editionslesa... Instagram https://www.instagram.com/les_arenes/... Twitter https://twitter.com/les_arenes?lang=fr
+ Lire la suite
autres livres classés : éducationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
343 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre

.. ..