AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Claude Bleton (Traducteur)
EAN : 9782742788071
311 pages
Actes Sud (06/01/2010)
3.99/5   138 notes
Résumé :
Tommy a douze ans, et une maladie cardiaque qui lui interdit les jeux turbulents des garçons de son âge. Caché sous une table, il s’amuse à enregistrer sur son Mp3 le joyeux verbiage d’un banquet nuptial. Et voilà que l’on parle de sa mère, brutalement disparue dix ans plus tôt. Une brèche s’ouvre dans les secrets si bien gardés d’une famille recomposée, comme il en existe tant.

La vie que tous croyaient ordonnée et paisible dérape, et les liens se d... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (44) Voir plus Ajouter une critique
3,99

sur 138 notes
5
16 avis
4
15 avis
3
9 avis
2
2 avis
1
0 avis

diablotin0
  27 mai 2017
Ce livre est une boite à émotions, bouleversant et prenant.
L'auteur Carla Guelfenbein nous fait entrer progressivement dans l'intime le plus profond des personnages. Chacun d'entre eux vit avec une souffrance enfouie, larvée. Leur passé est présent et à travers un silence lourd de conséquence,chacun avancent avec peine.
Tommy, jeune garçon de 12 ans va découvrir un secret et va en silence tenter d'en savoir plus. Ce petit Tommy est d'une sensibilité à donner des frissons. On a envie de le protéger, de l'aider, on l'aime !
Juan, le père va quant à lui vivre avec son secret et se réfugier dans son travail sans voir la souffrance psychologique de son fils.
Alma, la nouvelle compagne de Juan va, elle aussi taire une découverte.
Tant de silence qui pourtant résonne avec violence dans la vie de chacun...
Carla Guelfenbein, nous fait un très beau cadeau en écrivant ce livre, il faut le lire et le faire découvrir.
Commenter  J’apprécie          536
Sachenka
  22 avril 2019
Tout au long de ma lecture du roman le reste est silence, l'appréciation que j'en avais changeait constamment. J'ai immédiatement aimé le jeune Tommy. Douze ans, malade, il s'amuse à enregistrer les conversations des autres. C'est ainsi qu'il découvre dans les premières pages que sa mère morte il y a plusieurs années s'est en fait suicidée. Il est un peu trouble mais c'était impossible de ne pas compatir avec lui.
Mais voilà que la narration passe de Tommy à son père Juan puis ensuite à sa belle-mère Alma. Par la suite, elle se promène entre les trois personnages, dévoilant des pans de leur passé et de leur présent.
Au début, je n'étais pas convaincu de cette narration partagée entre les trois personnages. J'admets d'emblée que j'ai dû commencer la lecture trop tard le soir, je n'y accordais pas toute l'attention qu'elle aurait mérité. Je ne comprenais pas les changements de narrateurs, les symboles à la tête des chapitres, je ne les ai saisi que trop tard et, rendu à ce point, ils ne m'aidaient pas vraiment. Je me sentais perdu.
Si une partie me revient, peut-être qu'une autre repose chez l'auteure Carla Guenfelbein? Maladresses ou choix délibérés ? Je me demandais, entre autres, pourquoi elle n'avait pas concentré la narration seulement sur Tommy. Ça aurait pu être suffisant. Les autres personnages me semblaient moins importants. Je me demandais ce que l'histoire intime de Juan et celle d'Alma apportaient à l'ensemble de l'intrigue.
Mais j'ai persisté. Tranquillement, un sens s'est construit. Au fur et à mesure qu'on avance dans l'histoire, cette narration partagée me semblait appropriée (elle donne différents points de vue sur des événements uniques) et, au vu de la finale, nécessaire. Chacun des personnage traine une souffrance et celle des adultes n'est pas moins importante (bien sur, il est plus facile de s'attendrir sur celle d'un enfant qui est encore innocent que sur celles des adultes qui, souvent, y ont une part de responsabilité). Cette souffrance les empêche de faire les bons choix et a des répercussions sur les autres. En ce sens, les narrations de Tommy, Juan et Alma permettent au lecteur de les découvrir une à une et de voir comment elles vont s'entrelacer pour en arriver à une finale troublante.
Je n'aime pas laisser un livre en plan, même quand l'histoire ne me plait pas autant que je l'aurais cru. Eh bien, cette fois-ci avec le reste est silence, j'ai bien fait de persister. Au final, je garderai un bon souvenir du roman le reste est silence. Il traite de sujets importants comme la communication, le pardon, le désir de faire du bien autour de soi mais aussi d'aimer sa vie. Il ne faut pas laisser la part d'ombre enfouie en chacun de nous l'emporter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          450
viou1108_aka_voyagesaufildespages
  10 septembre 2019
On peut dire beaucoup de choses en se taisant, et à l'inverse la parole n'est pas toujours synonyme de communicabilité. Les trois personnages principaux de ce roman illustrent bien ces difficultés.
Il y a d'abord Tommy, douze ans, atteint d'une maladie cardiaque qui l'empêche de s'amuser normalement avec les enfants de son âge. Alors il s'occupe en enregistrant en cachette les conversations des adultes, ce qui lui vaudra une révélation dramatique à propos de la mort brutale de sa mère, dix ans plus tôt.
Il y a ensuite Alma, belle-mère de Tommy, qui sent que son mari s'éloigne d'elle, et qui se réfugie dans les bras d'un amour de jeunesse peu fiable.
Et puis Juan, le père de Tommy, brillant chirurgien, qui croit protéger son fils mais n'a réussi qu'à en faire un enfant solitaire, trop sérieux pour son âge.
"Le reste est silence" est un roman choral à trois voix, dans lequel les mêmes situations sont vues de trois points de vue différents, ce qui est un peu répétitif, mais qui montre l'ampleur des incompréhensions et des malentendus au milieu desquels les personnages naviguent à vue. On a mal au coeur pour Tommy, qui souffre en silence dans son corps et dans sa tête, on s'agace de cette Alma indécise et qui semble préférer Tommy à sa propre fille, on désespère devant la froideur apparente de Juan. Mais cela ne va pas beaucoup plus loin, parce que pour moi, cette histoire est  trop improbable : la question de la judéité, posée comme centrale dans l'origine du drame, m'apparaît tirée par les cheveux, la maturité de Tommy me semble excessive, et la scène finale frise la guimauve en plus d'être irréaliste.
En dehors de cela, l'écriture est sensible et délicate, et ce texte rappelle, si besoin était, que le poids des secrets de famille se pose sur les épaules des générations suivantes, qui en paient parfois un prix beaucoup trop fort.
Lien : https://voyagesaufildespages..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          482
babounette
  17 août 2013
J'ai fini de le lire. Cet après-midi, dans le calme de ma terrasse ensoleillée. Quand je l'ai fermé, c'était comme si le soleil s'était éteint. Je ne réécrirai pas l'histoire si triste de cet enfant de 12 ans (Tommy) qui finit par se jeter dans la mer. On aurait envie de dire que c'est la faute des autres, de son père (Juan) qui ne le comprenait pas, de sa mère (Soledad) elle-même s'étant suicidée, de Alma sa belle-mère qui lui vouait autant d'amour qu'à sa propre fille, du grand-père personnage très rigide. On lui cache que sa maman s'est suicidée, il l'apprend en écoutant les conversations des grandes personnes et part alors à la recherche des traces qu'a laissé cette maman, en allant de découverte en découverte pour finir par la retrouver dans l'éternité.
Commenter  J’apprécie          427
Myriam3
  31 août 2018
Malgré quelques clichés et facilités d'écriture, c'est un roman bouleversant sur la reconstruction de soi après un drame, sur la difficulté de continuer à vivre sans pour autant oublier celle qui a disparu de manière tragique.
Un enfant, son père et sa belle-mère se racontent, chacun cloîtré dans ses angoisses et un passé douloureux.
L'enfant, c'est Tom, né avec une insuffisance cardiaque, surprotégé par son père, chirurgien qui lui a caché la vérité sur la mort de sa mère, atteinte de folie. Equipé d'un MP3, Tom enregistre les conversations, ce qui lui permet accidentellement de découvrir les secrets qui entourent cette femme qu'il n'a presque pas connue.
De son côté, Alma sa belle-mère, très proche de l'enfant, vit elle aussi un gros chamboulement en retrouvant son premier amour.
De manière assez juste, elle exprime les sentiments complexes qu'elle ressent dans l'adultère et progresse vers une certaine maturité bien retranscrite.
Les trois personnages vont vivre ces quelques jours bouleversants dans un secret douloureux dont on a envie de les déloger, et qui va malheureusement transformer leur vie. Au centre, il y a Soledad, la maman de Tom, qui a peu à peu sombré dans une folie que sa famille a voulu cacher au regard des autres et de son fils, provoquant le drame.
Bien que pas très originale, l'entrelacement des trois voix est intéressante et propose plusieurs points de vue d'une même situation et d'un même moment. Mais c'est délicat de faire parler un enfant en toute justesse et malheureusement l'autrice n'évite pas les écueils du cliché et de l'artifice. Tommy n'est pas très réaliste.
Je regrette aussi qu'on n'en sache pas plus de Soledad, plus fantôme qu'autre chose finalement et pourtant au centre de la tragédie.
L'ensemble m'a paru plutôt immature dans les propos et j'ai été surprise de découvrir que Carla Guelfenbein avait quand même 50 ans quand elle l'a publiée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220

Citations et extraits (55) Voir plus Ajouter une citation
AproposdelivresAproposdelivres   12 octobre 2014
— Je t'assure que non, elles ne se connaissent même pas.
La voix de la femme est aussi rauque que celle d'un crapaud. Je lève un peu mon Mp3.
— Je croyais qu'elles étaient amies. Tiens, elle est là, avec les jeunes mariés, devant la volière.
De tous les oiseaux qu'il y a dans la cage de mon grand-père, mes préférés sont les faisans dorés.
— Tu es folle, jamais de la vie, tu connais Marisol !
La brise marine soulève la nappe. Des chaussures d'homme s'arrêtent devant la table sous laquelle je suis caché.
— Carmen, comme je suis content de te voir !
C'est papa, avec cette voix de docteur qu'il ne laisse jamais à la maison. S'il me surprend à enregistrer les adultes, il va piquer une belle colère. Il appelle ça "une atteinte à la vie privée des gens". Mais je me demande un peu ce que c'est, la "vie privée". Si je comprends bien, c'est ce qu'on fait et ce qu'on ressent quand on est seul. Dans ces conditions, ces conversations n'ont rien de privé. Une dame agite son pied dans tous les sens, on dirait qu'elle a un caillou dans sa chaussure.
— Je vous en prie, restez assise, insiste papa.
Je retiens mon souffle sans lâcher mon Mp3.
— Il y a des années qu'on ne s'est pas vus, dit la femme.
— Cinq, six ?
— Au moins.
— Tu es en pleine forme, Carmen. Comme je suis content que tu sois venue. Et Jorge ? – Papa parle sur un ton détendu et joyeux, celui qu'il utilise quand on lui demande un conseil.
— Il est parti avec une fille il y a deux ans. Sa secrétaire ! explique la femme en partant d'un grand éclat de rire. Ne t'inquiète pas, je suis ravie, elle m'en a débarrassé. C'était un bon à rien.
— Si tu le dis ! répond papa.
— Nous le disons toutes, intervient vivement une autre femme. A croire qu'on l'a piquée avec une aiguille.
Peu après, les chaussures de papa s'éloignent. J'ai de la chance qu'il ne m'ait pas vu. Papa et Alma restent ici et moi je dois rentrer à Santiago avec un oncle. "Nous avons besoin de nous reposer de vous", m'a dit Alma de sa voix douce, avec un grand sourire. N'empêche, j'ai trouvé que ce n'était pas juste.
— Juan s'est remarié, n'est-ce pas ?
— Oui, avec une femme beaucoup plus jeune que lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
babounettebabounette   17 août 2013
Je pose mon sac et j'avance de quelques mètres sur un rocher lisse et noir qui surplombe l'eau, comme une grande terrasse suspendue. Je regarde la ciel, jusqu'à ce que le soleil se mette à descendre au milieu des lambeaux de nuages noirs. Je lève les bras comme me l'a enseigné Kajef et je ferme les yeux. Je vois le sourire de la femme, je vois le côté lumineux du visage de maman, je me vois , grand et souriant dans ses yeux brillants, je vois une barque au milieu de l'océan, je vois ce qui ne reviendra pas, je vois des centaines d'oiseaux prenant leur envol, je vois l'impact, les fers tordus au-dessus de ma tête, le visage ensanglanté de maman, j'entends son cri, je vois mon coeur battre faiblement sous mes côtes, je vois Kajef au fond de la mer, son corps qui s'agite, comme celui d'un poisson. J'ai tout cela à l'intérieur de moi, je suis tout cela. (pour info, Kajef est un personnage que Tommy a imaginé et avec qui il "parlait")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
saphoosaphoo   31 mars 2010
Quand peu à peu la passion s’éteint, nous vivons de souvenirs, d’intentions, de loyautés et de sentiments qui possèdent autant sinon plus de valeur que l’ardeur à laquelle ils ont succédé. Il y a encore quelques semaines, comprendre cela me semblait être un signe de maturité, mais aujourd’hui je trouve que c’est une élégante boîte vide. Nous sommes le théâtre d’innombrables processus invisibles, des cellules meurent, d’autres naissent, certaines entreprises s’arrêtent et d’autres démarrent. Et soudain nous avons changé.”
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
pyrouettepyrouette   14 octobre 2010
“ Quand peu à peu la passion s’éteint, nous vivons de souvenirs, d’intentions, de loyautés et de sentiments qui possèdent autant sinon plus de valeur que l’ardeur à laquelle ils ont succédé. Il y a encore quelques semaines, comprendre cela me semblait être un signe de maturité, mais aujourd’hui je trouve que c’est une élégante boîte vide. Nous sommes le théâtre d’innombrables processus invisibles, des cellules meurent, d’autres naissent, certaines entreprises s’arrêtent et d’autres démarrent. Et soudain nous avons changé.”

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
pyrouettepyrouette   14 octobre 2010
"Les souvenirs se construisent avec délicatesse avant de se déposer dans la mémoire ; mais ils ne figent pas, ils se transforment au rythme des sentiments qui les accompagnent, jusqu'au jour où il devient malaisé de distinguer la part de vérité qu'ils contiennent."
Commenter  J’apprécie          220

Video de Carla Guelfenbein (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Carla Guelfenbein
CNN Íntimo: Entrevista a Carla Guelfenbein
autres livres classés : littérature chilienneVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus





Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
342 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre