AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782072936746
496 pages
Gallimard (14/10/2021)
3.98/5   132 notes
Résumé :
"Il est des crimes qui vous habitent ; des crimes qui font plus mal que les autres. Vous êtes cueilli par surprise, au moment où vous vous y attendiez le moins, par un détail qui vous laissera le coeur en pièces. Ils se figent en vous comme une écharde dans la chair et tout autour la plaie ne cesse plus de s'infecter. Un jour, les tissus se reconstruisent enfin - ce mort-là fait désormais partie de vous."Pendant un an, Pauline Guéna a vécu auprès des brigades crimin... >Voir plus
Que lire après 18.3 : Une année à la PJVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
3,98

sur 132 notes
5
13 avis
4
9 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
1 avis
Pour écrire ce livre, Pauline Guéna a passé un an à la Police Judiciaire, suivant les enquêtes et le quotidien des différentes brigades : répression du grand banditisme, stupéfiants, crimes... 18.3. (du numéro de l'arrêté qui définit les compétences de la PJ) relate au jour le jour le quotidien de ces équipes, à la fois banal et rendu passionnant par la restitution qu'en fait l'auteur.
En ces temps où les médias parlent beaucoup des policiers, en bien comme en mal, j'ai trouvé intéressant de découvrir aussi l'envers du décors et le quotidien de ces flics en charge des affaires souvent les plus sordides. Les première pages ont été un peu laborieuses : l'auteur nous plonge directement dans le bain et décrit au jour le jour les affaires en cours et les différents personnages qu'elle a été amenée à côtoyer (policiers comme témoins ou gardés à vue). Aucun jugement, aucune explication, on partage la vie des équipes et leur travail quotidien fait à la fois de routine et d'inattendu. Certaines scènes sont un peu dures, que ce soit la description d'une scène de crime ou celle d'une autopsie et la multiplicité des affaires et des personnages m'a un peu perdue.
Mais une fois entrée dans le livre, j'ai trouvé ce récit passionnant et ne l'ai plus lâché jusqu'à la fin, regrettant même de devoir abandonner ces équipes auxquelles je me suis vite attachée et ces affaires non élucidées. L'auteur excelle à nous faire ressentir le quotidien des policiers : la surcharge de travail, l'épuisement qui s'installe quand on doit rester en planque toute une nuit ou suivre des écoutes pendant des heures, le manque de moyens généralisé (ah, ce logiciel qui n'en finit pas de planter, obligeant les policier à refaire plusieurs fois toutes les procédures, ou cette course quotidienne pour trouver une voiture à peu près en état de marche...). On est très loin de ce qu'on imagine à force de voir trop de séries ou de films policier : ici ce qui domine c'est la répétition, la patience, les interrogatoires multiples pour espérer trouver une faille ou une piste et puis surtout toutes ces procédures à respecter, ces affaires qui peuvent du jour au lendemain être abandonnées, soit qu'un magistrat ait refusé d'aller plus loin, soit qu'une procédure n'ait pas été respectée et rende l'enquête irrecevable. Par ses descriptions neutres et factuelles, l'auteur nous fait aussi ressentir tout le sordide de certaines affaires : cet homme assassiné en pleine nuit à la sortie du métro et pour lequel aucune piste et aucun coupable ne sera trouvé et parmi tous ces crimes non élucidés, certains particulièrement glauques qui hanteront à jamais les policier qui se sont chargés de l'enquête. Les policiers prennent des risques chaque jour, pour des interpellations qui pourraient vite mal tourner ou des perquisitions dans des quartiers sensibles et on se dit que la bavure ou l'accident peuvent vite arriver.
J'ai trouvé ce récit passionnant et particulièrement nécessaire pour mieux comprendre le quotidien de ces hommes et ces femmes qui essaient de maintenir un semblant d'ordre fasse à des réseaux criminels qui semblent souvent se multiplier à l'infini et se renouveler au fil des arrestations. Loin des thrillers qui abusent souvent des coïncidences peu vraisemblables ou de la surenchère dans le glauque, l'auteur nous embarque par son style simple et épuré et en même temps si vivant et proche des gens qu'elle côtoie. Un gros coupe de coeur pour moi et un livre à ne pas rater !
Commenter  J’apprécie          170
/POLICE JUDICIAIRE : Derrière les clichés, des hommes //

Après avoir parcouru les USA de long en large et interviewé de grands écrivains américains dans son précédent livre, Pauline Guéna s'est glissée dans les locaux de la police judiciaire de Versailles pendant un an.

De la façon dont elle a vécu cette expérience (il faut avoir le coeur bien accroché), elle ne dit rien car les "personnages principaux" ce sont les hommes et les femmes qui croulent sous la paperasse, accumulent les dossiers, ne comptent plus les heures de sommeil en retard, oscillent entre volonté d'en découdre et résignation.

On est très loin des reportages télé en immersion, on est loin des stéréotypes de certaines séries. Il n'y a ni dramaturgie, ni complaisance mais en refermant le livre on a l'impression de comprendre un peu mieux le quotidien de ces policiers.

Guéna ose et réussit une littérature du réel aussi respecteuse de ses hommes que des institutions.
Une plongée aussi passionnante qu'addictif !

Pauline Guéna sera présente sur Lyon pour les Quais du Polar. Voir sa fiche de présentation ici même
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
Commenter  J’apprécie          270
C'est en entendant parler de la nuit du 12, film de Dominik Moll, que m'est venue l'idée de sortir de ma pile ce livre gagné il y a quelques mois à un concours. En effet, le film, sans reprendre tout le récit de Pauline Guéna, est inspiré par l'une des affaires qu'elle relate, celle d'une jeune fille retrouvée morte, son corps carbonisé. le meurtre de Clara hante l'un des policiers de la PJ de Versailles où Pauline Guéna a passé un an en immersion. S'il s'agissait d'une fiction, le meurtrier aurait été confondu dans les dernières pages, malheureusement dans le quotidien d'une brigade, tout ne se passe pas forcément ainsi : il est constitué de longues heures de surveillance, d'écoute, d'enquêtes de proximité, assorties de peu de résultats. Et pourtant, c'est passionnant !

Pauline Guéna a pris, durant une longue période de 2015 à 2016, des notes dans plusieurs services, stupéfiants, brigade criminelle, grand banditisme. Les attentats de novembre 2015 prennent le devant de la scène au début du livre, obsèdent longtemps les enquêteurs, puis d'autres affaires leur sont attribuées : le meurtre d'un patron de magasin de bricolage, des trafics de drogue, la mort d'une jeune fille.
L'autrice, et c'est le gros point fort du livre, à mon avis, trouve le moyen d'allier le plus grand réalisme, avec des dialogues qui sonnent forcément juste puisqu'ils sont réels, et une langue joliment littéraire. J'ai trouvé cela remarquablement bien fait. On est à la fois loin du ton d'un reportage, fut-il écrit ou filmé, et loin d'un scénario de série policière. C'est la réalité d'un commissariat et plus que cela en même temps, et les presque 500 pages se dévorent, croyez-moi !
Bref, que vous ayez vu le film, l'intention de le voir, ou juste envie d'un très bon récit non fictionnel, alliant le drame à l'humour, ce livre est pour vous.
PS : 18.3 fait allusion à un article du code de procédure pénale qui précise les attributions de la PJ, notamment hors de leur juridiction.
Lien : https://lettresexpres.wordpr..
Commenter  J’apprécie          200
En ouvrant ce livre, on se rend très rapidement compte qu'on est très loin des reportages télévisés – bien souvent grotesques – « en immersion » dans le monde de la police ! Ici, pas de place pour le surfait ou bien encore pour trouver des personnes qui ressembleraient aux flics qu'on nous présente dans les séries Engrenages ou Braquo ! Ici, on entre dans le monde réel, des hommes et des femmes qui croulent sous les dossiers en cours, qui mettent parfois leur vie personnelle au placard et qui sont de plus en plus résignés.

Cette immersion dans le monde de la PJ nous offre une meilleure compréhension du fonctionnement des différents services et nous permet surtout de mieux comprendre leur quotidien. Ici, Pauline Guéna nous présente de façon anonyme des hommes, des femmes qui ont pour mission de protéger la nation, y compris, parfois, en se mettant eux-mêmes en danger.

C'est prenant, c'est incroyablement dense – ça regorge de petits détails – et c'est bourré d'humour noir. le lecteur peut se retrouver un peu déstabilisé face à cette immersion dans le monde policier car ici, il ne faut pas s'attendre à ce qu'on nous présente des personnages ou bien encore à trouver le coupable du crime odieux d'une jeune femme, ici c'est la vraie vie, le vrai quotidien, Pauline Guéna retranscrit tout ce qu'elle voit, tout ce qu'elle entend, sans y mettre de pathos et ça c'est appréciable !

Cette enquête est découpée comme une série en nombreux petits épisodes concrets de la vie des policiers et nous ouvre même les portes des coulisses sur un monde qui, pour ma part, était assez obscur ! C'est très bien fait, c'est intense, parfois noir mais toujours très juste et respectueux des hommes et des femmes qui sont à la PJ. Une belle mise en lumière d'un monde assez obscur.
Lien : https://ogrimoire.com/2022/0..
Commenter  J’apprécie          193
C'était un livre qui traînait dans ma PAL depuis plusieurs années mais j'en avais plusieurs fois repoussé la lecture car la seule mention de la date du 13 novembre 2015 me faisait peur (et me fait toujours peur). Et puis j'ai appris que c'est de là qu'est issu le film La Nuit du 12 alors je me suis lancée. Quel ennui mon Dieu ! Sincèrement, à quoi sert ce bouquin ? Pauline Guéna a passé un an à la PJ de Versailles et elle raconte. Mais elle raconte si maaaaal ! Elle passe du coq à l'âne, d'une affaire à l'autre et d'un service à l'autre. On ne sait plus qui est qui et qui fait quoi. le livre s'achève sur 2 cas non résolus et puis voilà. Presque 500 pages de récit de procédures inintéressantes. Et puis, ils me fatiguent tous ces gens, tous ces délinquants, ces manouches, ces trafiquants qui volent, escroquent, mentent, battent leur femme... C'est déprimant. On se croirait dans Voyage au bout de la nuit mais en mal écrit. Quel ennui !
Commenter  J’apprécie          164

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Un soleil d’hiver, blanc, ras, aveuglant, pâlit les murs anciens et les pelouse gorgées d’eau. Palacio se gare dans une petite cour herbue à l’arrière du bâtiment. Le vent agite les têtes de quelques chardons entre les dalles de pierre.
La loi impose la présence d’un officier de police judiciaire durant la totalité de l’autopsie alors qu’il n’y sert à peu près à rien et que l’examen dure parfois cinq heures.
Commenter  J’apprécie          40
"Puisqu'on part de rien pour arriver nulle part, autant y aller vite. "
Commenter  J’apprécie          90
Le siège de la PJ est une ruche installée sur quatre étages au-dessus du commissariat qui occupe le rez-de-chaussée. Au deuxième, c’est la direction, portes fermées, les services administratifs, le poste de répartition des saisines – où l’on n’entre pas sans sonner -, des secrétaires et une grande salle de réunion aujourd’hui aménagé en PC de crise.
Commenter  J’apprécie          00
Des flics discutent à voix basse :
- Le pire, c'étaient les téléphones. Quand je suis arrivé, il y avait toutes ces sonneries et ces vibreurs. Sur les écrans, je voyais écrit : Papa, Maman…
Plus tard, les batteries ont fini par se décharger.
- Paraît que c'était pareil au Bataclan ! Des centaines de téléphones qui sonnaient dans la fosse.
Commenter  J’apprécie          00
Ludo prend la parole.
– Voilà comment se présente le buzin. Ouvrez vos esgourdes. Puisqu’on part de rien pour arriver nulle part, autant y aller vite.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Pauline Guéna (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pauline Guéna
Plongée dans l'univers sombre et captivant du polar français, la talentueuse auteure nous entraîne une fois de plus dans les méandres de l'enquête criminelle avec son dernier roman, "Reine" paru aux éditions Denoël. Après le succès retentissant de "18.3: Une année à la PJ", adapté brillamment par Dominik Moll dans "La Nuit du 12", Pauline Guéna confirme son statut de nouvelle reine du genre. Après une incursion dans l'édition et une carrière de ghostwriter, elle trouve sa voie dans l'écriture, sous les conseils avisés de George Pelecanos. Son immersion au sein d'une brigade criminelle lui offre une matière brute, nourrissant ses romans de réalisme et d'authenticité. Avec "Reine", Pauline Guéna prouve une fois de plus qu'elle a sa place dans le monde du polar et qu'elle risque même de devenir un grand nom de ce genre dans les années à venir...
+ Lire la suite
autres livres classés : police judiciaireVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (465) Voir plus



Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
292 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..