AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226399135
Éditeur : Albin Michel (23/08/2017)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 114 notes)
Résumé :
« Moi, je me plais dissimulé dans le clair-obscur. Ou perché tout en haut, comme un équilibriste au-dessus du vide. Je refuse de choisir mon camp, je préfère le danger de la frontière. Si un soir, vous me croisez dans le métro ou dans un bar, vous allez obligatoirement me dévisager, avec embarras, probablement cela vous troublera, et LA question viendra vous tarauder : est-ce un homme ou une femme ?
Et vous ne pourrez pas y répondre. »

>Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (45) Voir plus Ajouter une critique
La_Bibliotheque_de_Juju
  29 août 2017
Un des livres que j'attendais impatiemment de cette rentrée littéraire 2017.
Mon premier Guenassia.
D'abord ce titre ! Mais ce titre ! J'adore !
Après, j'ai passé un bon moment de lecture.
Des personnages humains, attachants. On suit les aventures de Paul, garçon à l'apparence androgyne, et de ses deux mamans. Dont l'une est hétérophobe et haute en couleurs.
Un roman résolument moderne, ancré dans notre époque.

Il m'a juste manqué de ce petit plus qui en aurait fait, à mes yeux, un grand roman. J'ai aimé comme une entrevue avec un bon pote, un bon moment, simple et convivial.
Je ne regrette pas !
Et si vous voulez connaître le pourquoi de David Bowie, il faudra lire jusqu'au bout les amis !
Commenter  J’apprécie          1165
lyoko
  01 novembre 2018
Il faut que je reconnaisse que Jean-Michel Guenassia m'épate. D'un livre simple, facile et accessible, et surtout avec une plume légère il traite de sujets assez lourds malgré tout. Et les thèmes sont nombreux pourtant.
Déjà le contexte de l'histoire n'est pas banal. Paul , jeune garçon de 16 ans est androgyne. Selon son bon vouloir les gens le prennent ou pour une fille ou pour un garçon. Et bien sur il en joue. de plus il a deux mère et ne connait rien de son père.
On parle donc ici de la différence , parce que bien évidemment avoir deux mamans ce n'est pas toujours facile, .. l'auteur traite de harcèlement , de l'homosexualité, de la religion , de la relation avec les autres et de leurs influences , de la quête de soi, de musique, de la tolérance et de l'intolérance, et encore beaucoup d'autres.
Je regrette quand même que certains sujets n'aient pas été poussés un peu plus, mais il faut reconnaître que cela aurait nuit au ton donné par l'auteur.
Mais vraiment ce qui m'a marqué dans ce roman c'est la légèreté du ton, alors que le fond donne quand même a réfléchir. Ce qui en fait, pour moi un très bon roman, accessible à tous. Et puis la petite touche d'humour, très légère , elle aussi, est de bon aloi.
Un roman que j'aimerais que mes enfants lisent plus tard.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          690
tynn
  24 octobre 2017
Voici Paul, au physique androgyne, élevé par un couple de femmes qui lui donne une éducation libre et décalée des normes sociétales. Sa mère est tatoueuse et roule en Harley. À 16 ans, il s'est déscolarisé tout seul pour jouer les pianistes de restaurant, puis gagne sa vie en client mystère de restauration rapide. Son meilleur ami est homo et amoureux (de lui). Mais lui passe ses soirées dans des boîtes de nuit réservées aux filles, incognito.
Personnages insolites, situations à la marge dans le monde des lesbiennes, bisexuels, et trans. L'accroche du dernier roman de Guenassia est originale, dynamique, réaliste et improbable à la fois.
Au fil des pages, Paul est aussi le client mystère de notre époque, nous fait observer les transformations des habitudes, l'évolution des tendances, et participer à un monde de fêtes nocturnes agitées. On peut parler de roman d'apprentissage dans un contexte peu utilisé en littérature. le propos n'est jamais scabreux et provocateur. C'est à la fois effrayant et cocasse.
On finit même par s'attacher à cette famille hors conventions, et à en suivre les péripéties de vie où l'amitié, l'amour, les disputes, les fêlures occupent une place "normale" à bien d'autres modèles familiaux mais dans un quotidien différent. Et quand on voit cette cellule exploser, on reste scotché à la narration, même si le livre n'est pas à la hauteur, encore une fois, du "Club des optimistes..."
Et je vous laisse découvrir ce que Bowie vient faire dans cette histoire!
Très sympathique lecture !
Rentrée littéraire 2017
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Killing79
  02 avril 2018
J'avais déjà découvert Jean-Michel Guenassia grâce à ses ouvrages précédents. Je n'ai toujours pas lu son fameux « Club des incorrigibles optimistes » mais j'avais pu apprécier son style dans « Trompe-la-mort » et « La valse des arbres et du ciel ». J'avais donc remarqué que cet auteur possédait un certain talent pour raconter les histoires. Il pouvait aussi bien nous entraîner dans le destin extraordinaire d'une personne banale, que dans la destinée ordinaire d'un être incroyable.
Dans ce nouvel opus, il s'intéresse à un narrateur hors du commun, qui vit un peu en marge de la société. Entouré d'une ribambelle de protagonistes, aussi singuliers que lui, il évolue dans le monde avec son excentricité. Malgré la prétendue modernité de ce monde, on constate que la différence sexuelle reste un tabou et qu'il est difficile pour les originaux de s'intégrer. Afin de vivre loin des trop nombreux préjugés, ils évoluent dans des milieux parallèles aux gens « ordinaires ». C'est là que l'auteur se propose de nous entraîner.
Jean-Michel Guenassia démontre par ce récit que les êtres à priori différents vivent finalement une vie assez classique. D'où qu'il vienne, l'Homme possède les mêmes caractéristiques et les relations humaines sont tout aussi compliquées. On suit Paul à travers toutes ses péripéties sentimentales et familiales. Elles vont le mener sur les chemins de la vérité pour qu'il puisse enfin connaître les origines de son univers insolite.
Dans ce roman haut en couleurs, Jean-Michel Guenassia justifie une nouvelle fois son statut de conteur d'histoires. Il sait imaginer des vies, créer des personnages et nous séduire par une fable bienveillante. Il ouvre les portes de notre esprit rationnel sur un monde plus fantaisiste. Grâce à une plume toujours aussi envoûtante, j'ai été embarqué dans cette aventure d'une grande humanité. Même si elle n'est pas inoubliable, la quête d'identité de Paul a été pour moi l'occasion de rencontrer des individus aussi truculents qu'attachants et de réécouter David Bowie !
Lien : https://leslivresdek79.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Bazart
  23 janvier 2018

Quoi son genre qu'est-ce qu'il a son genre ? Paul, un jeune garçon androgyne élevé par deux femmes, a quelques soucis. Il ressemble à une fille d'accord, oui, bien sur, il rentre sans problème dans les boites lesbiennes, mais dans son pantalon il y a des outils de garçon. Lena, sa mère biologique, le rêve gay et Alex, son meilleur pote, est très amoureux de lui, mais Paul aime les femmes.
Paul se demande alors s'il ne serait pas lesbien. Ne t'inquiète pas Paul, tout le monde le sait, on n'est pas sérieux quand on a dix-sept ans, encore moins dans cette famille anormale et banale.
Roman initiatique dans le Paris d'aujourd'hui, un livre à rendre fou les membres de « Sens Commun » et les participants de la Manif pour tous. Jean-Michel Guenassia questionne la famille, famille biologique, adoptive, amicale ou choisie.
Ses héros, tous blessés, se cherchent, s'entrechoquent, s'aiment et se réchauffent avec des idées et des mots d'aujourd'hui. Mais pourquoi David Bowie me direz-vous ? Peut-être parce que le livre est musical et que le lecteur se demande qui est vraiment Paul, « Aladin sane » ou « A lad insane ». Les filles et David Bowie à table…
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220

critiques presse (2)
LeJournaldeQuebec   13 novembre 2017
Avec ce sixième roman, qui met en scène un ado au look androgyne, l’écrivain français Jean-Michel Guenassia a eu envie de raconter l’une des innombrables facettes assez marquantes de la réalité d’aujourd’hui.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Bibliobs   08 septembre 2017
Chez Jean-Michel Guenassia, un jeune androgyne de 17 ans fréquente les boîtes lesbiennes et se demande où est son père. Drôle et tendre à la fois.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
SpilettSpilett   10 décembre 2018
Chaque année le 8 mars, c'est un principe, nous manifestons pour la Journée des droits des femmes; à une époque, Stella a bataillé pour que Léna se joigne à cette manif féministe, mais elle lui a balancé qu'elle avait un peu plus d'ambition que de vouloir être l'égale des hommes.
Commenter  J’apprécie          120
JoohJooh   08 octobre 2018
On n'arrête pas de nous bassiner avec la famille, de nous seriner que c'est ce qu'il y a de plus important, mais celui qui tue un homme va en prison, alors que celui qui bousille une famille, qui anéantit ses proches par son inconscience et son égoïsme ne risque rien, on le féliciterait presque d'avoir assumé ses pulsions et revendiqué sa liberté. Tout le monde hausse les épaules en pensant que c'est la vie et qu'on s'en remettra, mais c'est faux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
CancieCancie   26 août 2018
Mes problèmes ont commencé jeune, à l'école catholique. Au catéchisme, les enfants avaient l'air convaincus, pas moi ; je posais des questions saugrenues, on disait que j'avais mauvais esprit. Je n'arrivais pas à y croire : à la résurrection, à l'élévation, aux miracles, à la sainte Trinité, je ne comprenais pas, je n'étais pas satisfaite des réponses que le prêtre donnait. Le clou, ça a été la Vierge Marie. J'étais un peu en avance pour mon âge, j'ai soutenu que c'était invraisemblable, je lui ai lancé qu'il racontait des fariboles, tu tu rends compte: j’avais neuf ou dix ans, j'avais lu ce mot dans Le Cousin Pons, et j'étais allée chercher la définition dans le dictionnaire, j'étais très fière de connaître ce terme, je n'arrêtais pas de leur balancer : "Votre religion, la Vierge Marie et tout le reste, ce sont des fariboles." Ils n'ont pas essayé de discuter, c'était à prendre ou à laisser, je devais m'incliner, baisser les yeux et me soumettre, mais je me suis entêtée, je soutenais que c'était impossible, je ne pouvais supporter ce mensonge, j'avais l'impression de vivre au centre d'une conspiration qui cherchait à me faire admettre cette imposture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Olivia-AOlivia-A   11 septembre 2017
Nous sommes tous comme des trains solitaires qui foncent dans la nuit, sans savoir ce qui nous attend au prochain tournant, s'il y aura une barrière ouverte, ou un obstacle, si nous réussirons à le franchir, ou si nous bifurquerons, si nous déraillerons, ou si nous échapperons à la sortie de route, il faut juste continuer jusqu'au moment où on rentrera en gare, et où on restera à quai à jamais.
Commenter  J’apprécie          70
BazartBazart   23 janvier 2018
Dans la quasi-totalité des espèces animales, les femelles l’utilisent uniquement pour la reproduction, après elles se débrouillent seules pour élever la marmaille. Peux-tu me dire à quoi ils servent, à part se gratter le nombril, vautrés sur le canapé en sifflant des canettes et en regardant leurs matchs à la con ?
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Jean-Michel Guenassia (47) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Michel Guenassia
RENCONTRE AVEC JEAN MICHEL GUENASSIA – MARIANNE JAEGLE
autres livres classés : identité sexuelleVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
996 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre
.. ..