AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782226399137
Albin Michel (23/08/2017)
3.65/5   217 notes
Résumé :
"Moi, je me plais dissimulé dans le clair-obscur. Ou perché tout en haut, comme un équilibriste au-dessus du vide. Je refuse de choisir mon camp, je préfère le danger de la frontière. Si un soir, vous me croisez dans le métro ou dans un bar, vous allez obligatoirement me dévisager, avec embarras, probablement cela vous troublera, et LA question viendra vous tarauder : est-ce un homme ou une femme ?
Et vous ne pourrez pas y répondre."

C'est l'h... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (66) Voir plus Ajouter une critique
3,65

sur 217 notes

La_Bibliotheque_de_Juju
  29 août 2017
Un des livres que j'attendais impatiemment de cette rentrée littéraire 2017.
Mon premier Guenassia.
D'abord ce titre ! Mais ce titre ! J'adore !
Après, j'ai passé un bon moment de lecture.
Des personnages humains, attachants. On suit les aventures de Paul, garçon à l'apparence androgyne, et de ses deux mamans. Dont l'une est hétérophobe et haute en couleurs.
Un roman résolument moderne, ancré dans notre époque.

Il m'a juste manqué de ce petit plus qui en aurait fait, à mes yeux, un grand roman. J'ai aimé comme une entrevue avec un bon pote, un bon moment, simple et convivial.
Je ne regrette pas !
Et si vous voulez connaître le pourquoi de David Bowie, il faudra lire jusqu'au bout les amis !
Commenter  J’apprécie          1215
lyoko
  01 novembre 2018
Il faut que je reconnaisse que Jean-Michel Guenassia m'épate. D'un livre simple, facile et accessible, et surtout avec une plume légère il traite de sujets assez lourds malgré tout. Et les thèmes sont nombreux pourtant.
Déjà le contexte de l'histoire n'est pas banal. Paul , jeune garçon de 16 ans est androgyne. Selon son bon vouloir les gens le prennent ou pour une fille ou pour un garçon. Et bien sur il en joue. de plus il a deux mère et ne connait rien de son père.
On parle donc ici de la différence , parce que bien évidemment avoir deux mamans ce n'est pas toujours facile, .. l'auteur traite de harcèlement , de l'homosexualité, de la religion , de la relation avec les autres et de leurs influences , de la quête de soi, de musique, de la tolérance et de l'intolérance, et encore beaucoup d'autres.
Je regrette quand même que certains sujets n'aient pas été poussés un peu plus, mais il faut reconnaître que cela aurait nuit au ton donné par l'auteur.
Mais vraiment ce qui m'a marqué dans ce roman c'est la légèreté du ton, alors que le fond donne quand même a réfléchir. Ce qui en fait, pour moi un très bon roman, accessible à tous. Et puis la petite touche d'humour, très légère , elle aussi, est de bon aloi.
Un roman que j'aimerais que mes enfants lisent plus tard.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          772
Christels
  28 mai 2020
Une histoire singulière, tendre et rigolote, dans laquelle David Bowie n'a en réalité que très peu d'influence.
Paul, dont l'environnement familial est pour le moins excentrique, est un jeune garçon qui ressemble à une fille et qui cultive son androgynie.
Sa mère, Léna, est homosexuelle. Elle est querelleuse, butée, souvent mal embouchée, et pas très maternelle. Elle a des opinions très tranchées, manifeste une certaine hostilité envers les hétéros en général, et voit d'un mauvais oeil l'ambiguïté dans laquelle son ado se complaît.
Stella partage sa vie depuis de nombreuses années avec Léna, elle est donc "la deuxième maman" de Paul, et c'est elle qui apporte à ce foyer insolite un minimum de normalité et de stabilité.
Ce microcosme caricatural, exclusivement habité de personnages hors normes, voit les événements les plus banals se changer en situations extravagantes.
Jean-Michel Guenassia s'amuse avec les clichés pour créer un univers fantaisiste et décomplexé. Sur les thèmes de l'identité sexuelle et de la différence, sans provocation ni vulgarité, il nous propose un roman plein de charme, tout en légèreté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
tynn
  24 octobre 2017
Voici Paul, au physique androgyne, élevé par un couple de femmes qui lui donne une éducation libre et décalée des normes sociétales. Sa mère est tatoueuse et roule en Harley. À 16 ans, il s'est déscolarisé tout seul pour jouer les pianistes de restaurant, puis gagne sa vie en client mystère de restauration rapide. Son meilleur ami est homo et amoureux (de lui). Mais lui passe ses soirées dans des boîtes de nuit réservées aux filles, incognito.
Personnages insolites, situations à la marge dans le monde des lesbiennes, bisexuels, et trans. L'accroche du dernier roman de Guenassia est originale, dynamique, réaliste et improbable à la fois.
Au fil des pages, Paul est aussi le client mystère de notre époque, nous fait observer les transformations des habitudes, l'évolution des tendances, et participer à un monde de fêtes nocturnes agitées. On peut parler de roman d'apprentissage dans un contexte peu utilisé en littérature. le propos n'est jamais scabreux et provocateur. C'est à la fois effrayant et cocasse.
On finit même par s'attacher à cette famille hors conventions, et à en suivre les péripéties de vie où l'amitié, l'amour, les disputes, les fêlures occupent une place "normale" à bien d'autres modèles familiaux mais dans un quotidien différent. Et quand on voit cette cellule exploser, on reste scotché à la narration, même si le livre n'est pas à la hauteur, encore une fois, du "Club des optimistes..."
Et je vous laisse découvrir ce que Bowie vient faire dans cette histoire!
Très sympathique lecture !
Rentrée littéraire 2017
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
ladesiderienne
  04 février 2021
"De l'influence de David Bowie sur la destinée des jeunes filles" ou un titre plutôt énigmatique pour le cinquième livre de la sélection "prix Passeurs de mots" 2021 à laquelle participe la médiathèque de ma commune, titre qui pourrait faire croire à un quelconque essai à tendance philosophique, bien incongru au milieu de ce florilège de romans à la toile de fond musicale (concourent à ce prix "Âme brisée" de Akira Mizubayashi, "Madame Pylinska et le secret de Chopin" d'Eric-Emmanuel Schmitt, "La sonate oubliée" de Christiana Moreau et "Le mari de la harpiste" de Laurent Bénégui).
Loin de cette première fausse supposition, je m'aperçois que ce livre est bien dans la même veine que les autres, à savoir un roman musical qui vit au rythme des nombreuses partitions qui l'animent. Il y a celles interprétées par Paul, le héros pianiste. Si ce jeune adolescent est, contre toute attente, plutôt branché "variétés", sa mère est très "hard rock" et enfin il y a bien l'ombre de David Bowie qui plane au détour de quelques pages. La lecture du livre est d'ailleurs proposée accompagnée du CD "Blackstar"de la plus androgyne des stars.
L'androgynie, c'est justement ce qui caractérise Paul, 17 ans. Bien que garçon n'aimant que les femmes, il aime semer le trouble sur son identité sexuelle en jouant avec son apparence très féminine. N'ayant jamais rien su de son père, il vit avec sa mère Léna, une tatoueuse lesbienne, rockeuse au caractère bien trempé et la compagne de cette dernière, la très sage Stella, ex-hôtesse de l'air, qui possède un restaurant où il est embauché comme pianiste.
Voilà sous la plume d'un auteur qui joue à prendre à contrepied bien des clichés, le quotidien d'une famille à la normalité différente que l'on va découvrir au fil des pages dans un roman inattendu et très moderne. Cette quête initiatique pour Paul qui s'interroge sur son père et sur le passé de sa mère, sujets totalement tabous aux yeux de cette dernière, balade le lecteur entre rires et émotions. Hormis le héros, ce sont les personnages féminins qui mènent le bal. J'ai été plutôt décontenancée par cette lecture et la façon dont Paul joue de son ambiguïté. La première partie m'a semblé bien longue. Heureusement que Jean-Michel Guenassia fait preuve d'une légèreté malicieuse dans des scènes que tout lecteur un peu attentif sentait venir, afin d'éviter le scabreux. En deuxième partie, quelques événements inattendus viennent rompre la monotonie du quotidien et donnent plus de rythme et d'émotion à l'histoire. Dommage que dans ce roman culotté, la tolérance ne soit pas mis en exergue.
Parmi les 5 lectures proposées dans le cadre du prix Passeurs de Mots 2021, celle-ci figurera en dernière place de mon choix, ma préférence étant pour "Madame Pylinska et le secret de Chopin" de E-E-S. J'accorde malgré tout un 11/20 pour l'apparition en guest-star dans l'histoire de David Bowie, à laquelle je me suis laissée prendre, même si son album conseillé avec la lecture ne m'a pas convaincue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          222


critiques presse (2)
LeJournaldeQuebec   13 novembre 2017
Avec ce sixième roman, qui met en scène un ado au look androgyne, l’écrivain français Jean-Michel Guenassia a eu envie de raconter l’une des innombrables facettes assez marquantes de la réalité d’aujourd’hui.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Bibliobs   08 septembre 2017
Chez Jean-Michel Guenassia, un jeune androgyne de 17 ans fréquente les boîtes lesbiennes et se demande où est son père. Drôle et tendre à la fois.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
JoohJooh   08 octobre 2018
On n'arrête pas de nous bassiner avec la famille, de nous seriner que c'est ce qu'il y a de plus important, mais celui qui tue un homme va en prison, alors que celui qui bousille une famille, qui anéantit ses proches par son inconscience et son égoïsme ne risque rien, on le féliciterait presque d'avoir assumé ses pulsions et revendiqué sa liberté. Tout le monde hausse les épaules en pensant que c'est la vie et qu'on s'en remettra, mais c'est faux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
SpilettSpilett   10 décembre 2018
Chaque année le 8 mars, c'est un principe, nous manifestons pour la Journée des droits des femmes; à une époque, Stella a bataillé pour que Léna se joigne à cette manif féministe, mais elle lui a balancé qu'elle avait un peu plus d'ambition que de vouloir être l'égale des hommes.
Commenter  J’apprécie          170
CancieCancie   26 août 2018
Mes problèmes ont commencé jeune, à l'école catholique. Au catéchisme, les enfants avaient l'air convaincus, pas moi ; je posais des questions saugrenues, on disait que j'avais mauvais esprit. Je n'arrivais pas à y croire : à la résurrection, à l'élévation, aux miracles, à la sainte Trinité, je ne comprenais pas, je n'étais pas satisfaite des réponses que le prêtre donnait. Le clou, ça a été la Vierge Marie. J'étais un peu en avance pour mon âge, j'ai soutenu que c'était invraisemblable, je lui ai lancé qu'il racontait des fariboles, tu tu rends compte: j’avais neuf ou dix ans, j'avais lu ce mot dans Le Cousin Pons, et j'étais allée chercher la définition dans le dictionnaire, j'étais très fière de connaître ce terme, je n'arrêtais pas de leur balancer : "Votre religion, la Vierge Marie et tout le reste, ce sont des fariboles." Ils n'ont pas essayé de discuter, c'était à prendre ou à laisser, je devais m'incliner, baisser les yeux et me soumettre, mais je me suis entêtée, je soutenais que c'était impossible, je ne pouvais supporter ce mensonge, j'avais l'impression de vivre au centre d'une conspiration qui cherchait à me faire admettre cette imposture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Olivia-AOlivia-A   11 septembre 2017
Nous sommes tous comme des trains solitaires qui foncent dans la nuit, sans savoir ce qui nous attend au prochain tournant, s'il y aura une barrière ouverte, ou un obstacle, si nous réussirons à le franchir, ou si nous bifurquerons, si nous déraillerons, ou si nous échapperons à la sortie de route, il faut juste continuer jusqu'au moment où on rentrera en gare, et où on restera à quai à jamais.
Commenter  J’apprécie          90
CancieCancie   10 octobre 2018
Cela avait été le premier enterrement auquel j'aie assisté. Je dois dire que j'ai trouvé ça très beau, je n'avait jamais écouté d'orgue juesqu'à présent, et les différents morceaux qui ont été joués étaient superbes. L'homélie du prêtre a été émouvante, on sentait qu'il était sincère, qu'il parlait d'une personne qu'il avait connue et appréciée, une fidèle de l'église qui participait à la vie de la paroisse et qui avait eu, comme l'avait évoqué Roberta, une vie exemplaire. Toutefois, j’avais un peu de mal à adhérer à son raisonnement, me demandant pourquoi Dieu dans sa toute-puissance n'avait pas épargné une jeune femme qui le servait avec autant de conviction et l'avait rappelée à lui, alors qu'elle aurait pu vivre encore une cinquantaine d'années.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Jean-Michel Guenassia (51) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Michel Guenassia
Jean-Michel Guenassia vous présente son ouvrage "Les terres promises" aux éditions Albin Michel.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2496587/jean-michel-guenassia-les-terres-promises
Note de musique : © mollat
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : androgynieVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1303 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre