AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290335347
Éditeur : J'ai Lu (01/12/2003)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.98/5 (sur 355 notes)
Résumé :
Ils avaient dix-sept ou vingt-cinq ans.
Se prénommaient Gaston, Louis, René.
Ils étaient palefreniers, boulangers, colporteurs, bourgeois ou ouvriers.
Ils devinrent soudainement artilleurs, fantassins, brancardiers...
Voyageurs sans bagage, ils durent quitter leurs femmes et leurs enfants et revêtir l'uniforme mal coupé, chausser les godillots cloutés...

Sur huit millions de mobilisés entre 1914 et 1918, plus de deux mi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (46) Voir plus Ajouter une critique
EosMayonnaise
  14 mars 2013
Un livre émotionnellement difficile pour les hypersensibles.
J'ai passé la moitié de mon temps à pleurer en lisant ces lettres. Ces hommes fusillés pour l'exemple qui écrivent leur toute dernière lettre la veille de leur exécution (le gouvernement n'a pas fait que des jolies choses...), un poilu qui écrit à sa mère qu'il est heureux de remonter au front car l'accueil froid et indifférent reçu lors de sa permission lui a glacé le sang et lui fait souhaiter de partir auprès de ses camarades, et les lettres écrites le jour de l'armistice...
Que d'émotions, des hommes malheureux, qui ont perdu tout contact avec les réalités et qui ne comprennent pas le sens de tout ça.
Ce qui m'a le plus frappée dans ces lettres, c'est tout l'amour qui s'en dégage. Ces hommes ne parlent que très peu de l'ennemi, mais ils parlent à et de leurs familles. Les mamans, les épouses, les frères et soeurs, que de profonds messages d'amour.
Un seul petit bémol, le fait qu'il n'y ait pas d'ordre chronologique m'a un peu gênée. J'ai bien compris la façon d'attaquer de M. Guéno, mais j'ai quelques TOCs et mon pauvre cerveau détraqué a un peu de mal avec ces dates qui ne se suivent pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          471
Tostaky61
  31 décembre 2016
Il y a cent ans, de jeunes hommes mouraient par milliers, dans une des guerres les plus meurtrières que notre planète ai connue.
Mobilisation générale le 2 août 1914, pour quatre ans de guerre, que dis-je, quatre années de boucherie, indignes de l'humanité. Mais qu'y a-t-il d'humain dans une telle barbarie.
Paroles de poilus, c'est des bouts de témoignages, des lettres, des cartes, des carnets, adressés à des femmes, des mères, des sœurs, des pères, des enfants, des amis. Des mots échappés de l'enfer. Des confidences, des témoignages, émouvants, parce que parfois rédigés quelques heures avant de mourir.
Des adieux, des déclarations d'amour, des angoisses.
Simple soldat, gradés, dernière lettre de condamnés à mort. Français ou Allemand, unis dans la même galère, fraternisant parfois.
Certains prêts au sacrifice, d'autres, s'interrogeant, d'autres encore faisant l’édifiant constat de l'indifférence, parfois, de civils peu concernés ou d'une hiérarchie politicienne méprisant la vie humaine.
Dans ces quelques lignes, parfois maladroites, il y a l'amour, la mort, l'horreur des combats, les souffrances, les blessures, les espoirs et les peurs.
Que nous reste-t-il aujourd'hui de tous ces sacrifices ?
Ne les oublions pas.
Un recueil à lire et à faire lire aux jeunes générations pour que ces poilus ne soient pas morts pour rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
mcd30
  11 novembre 2017
C'est de circonstance aujourd'hui, je cherchais une bd et je le vois. Il n'y pas de hasard, mon arrière-grand-père est mort à Verdun. Quel courage de la part de ces hommes qui s'inquiètent beaucoup plus de leur famille que de ce qui pourrait leur arriver. On ne peut que leur rendre hommage.
Commenter  J’apprécie          351
araucaria
  23 avril 2012
Des textes très émouvants écrits par nos poilus. Des témoignages de la guerre de 14/18, qui sont notre mémoire. Très beau recueil, qui collecte des instants de vie, d'inconnus plongés dans la tourmente, au coeur de l'Histoire. Ce livre est à conserver précieusement, voire pieusement, et à faire lire aux jeunes générations.
Commenter  J’apprécie          330
Pixie-Flore
  15 août 2012
Un témoignage à plusieurs voix. Une immersion totale dans la vie, le ressenti des soldats de 14-18. Enfin presque totale si on prend en compte la censure qui sévissait à l'époque et, de fait, les non-dits.
J'ai apprécié la présence des minis biographies qui présentent quelques uns des soldats ayant écrits ces lettres.
C'est quelque chose de touchant, de passionnant. ça ne peut que nous enrichir humainement parlant. J'adore !
Commenter  J’apprécie          280
Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
JCLDLGRJCLDLGR   10 décembre 2018
Bien chère Sylvanie
je ne peux pas m’empêcher de te dire que je suis dans une très mauvaise position, je souffre le martyre, javais bien raison de te dire avant de partir qu'il valait mieux être mort que d'être blessé, au moins blessé comme moi.
toute la jambe est pleine d'éclats d'obus et l'os est fracturé. Tous les jours quand on me panse, je suis martyr, lorsqu’avec des pinces, il m'enlèvent des morceaux d'os ou des morceaux de fer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
mandarine43mandarine43   17 juillet 2011
Ma bien chère Lucie,

Quand cette lettre te parviendra, je serai mort fusillé. Voici pourquoi :
Le 27 novembre, vers 5 heures du soir, après un violent bombardement de deux heures, dans une tranchée de première ligne, et alors que nous finissions la soupe, des Allemands se sont amenés dans la tranchée, m'ont fait prisonnier avec deux autres camarades. J'ai profité d'un moment de bousculade pour m'échapper des mains des Allemands. J'ai suivi mes camarades, et ensuite, j'ai été accusé d'abandon de poste en présence de l'ennemi. Nous sommes passés vingt-quatre hier soir au Conseil de Guerre. Six ont été condamnés à mort dont moi. Je ne suis pas plus coupable que les autres, mais il faut un exemple. Mon portefeuille te parviendra et ce qu'il y a dedans. Je te fais mes derniers adieux à la hâte, les larmes aux yeux, l'âme en peine. Je te demande à genoux humblement pardon pour toute la peine que je vais te causer et l'embarras dans lequel je vais te mettre... Ma petite Lucie, encore une fois, pardon. Je vais me confesser à l'instant, et espère te revoir dans un monde meilleur.
Je meurs innocent du crime d'abandon de poste qui m'est reproché. Si au lieu de m'échapper des Allemands, j'étais resté prisonnier, j'aurais encore fa vie sauve. C'est la fatalité. Ma dernière pensée, à toi, jusqu'au bout.

Henry FLOCH
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
VilloteauVilloteau   25 janvier 2013
Mes chers parents,

Je suis encore vivant et en bonne santé, pas même blessé, alors que tous mes camarades sont tombés morts ou blessés aux mains des Boches qui nous ont fait souffrir les mille horreurs, liquides enflammés, gaz asphyxiants, attaques […].

Ah ! Grand Dieu, ici seulement, c’est la guerre. Je suis redescendu de la première ligne (ligne la plus proche du front) ce matin. Je ne suis qu’un bloc de boue et j’ai dû faire racler mes vêtements avec un couteau car je ne pouvais plus me traîner, la boue collant à mes pans de capote après mes jambes […]. J’ai eu soif, j’ai connu l’horreur de l’attente de la mort sous un tir de barrage inouï.

Je tombe de fatigue, voilà dix nuits que je passe en première ligne. Je vais me coucher, au repos dans un village à l’arrière où cela cogne cependant. J’ai sommeil, je suis plein de poux, je pue la charogne des macchabées. Je vous écrirai dès que je vais pouvoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          441
VilloteauVilloteau   30 décembre 2012
Mercredi 5 mai 1915.

Chérie,

Voilà le baptême du feu, c'est chose tout à fait agréable, tu peux le croire, mais je préférerais être bien loin d'ici plutôt que de vivre dans un vacarme pareil. C'est un véritable enfer. L'air est sillonné d'obus, on n'en a pas peur pourtant : nous arrivons dans un petit village, où se fait le ravitaillement; là, on trouve dans des casemates enfoncés dans la terre les gros canons de 155; il faudrait que tu les entendes cracher, ceux-là; ils sont à cinq kilomètres des lignes, ils tirent à 115 sur l'artillerie "boche".

On sort du village à l'abri d'une petite crête, là commencent les boyaux de communication; ce sont de grands fossés de 1 mètre de large et de deux mètres de profondeur ; nous faisons trois kilomètres dans ces fossés, après on arrive aux tranchées qui sont assez confortables. De temps en temps, on entend siffler quelques balles, les "boches" nous envoient quelques
bombes peu redoutables; nous sommes à deux cents mètres des "boches", ils ne sont pas trop méchants.
Je me suis promené à huit cents mètres sur une route, à peine si j'en ai
entendu deux siffler; nous avons affaire à des Bavarois qui doivent en avoir assez de la guerre, ça va changer d'ici quelques jours.
Nous faisons des préparatifs formidables en vue des prochaines attaques. Que se passera-t-il alors, je n'en sais rien, mais ce sera terrible car à tout ce que nous faisons nous prévoyons une chaude affaire. J'ai le coeur gros mais j'attends toujours confiant; nous prévoyons le coup prévu avant dimanche. Si tu n'avais pas de mes nouvelles après ce jour, c'est qu'il me sera arrivé quelque chose, d'ailleurs tu en seras avertie par un de mes camarades. Il ne faut pas se le dissimuler, nous sommes en danger et on peut prévoir la catastrophe; sois toujours confiante malgré cela parce que tous n'y restent pas.
Alphonse.

Neuf jours après avoir écrit cette lettre, l’auteur a été tué par un obus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
JcequejelisJcequejelis   04 janvier 2013
Gustave Berthier
28 décembre 1914 : Nos quatre jours de tranchées ont été pénibles à cause du froid et il a gelé dur, mais les Boches nous ont laissés tranquilles. Le jour de Noël, ils nous ont fait signe et nous ont fait savoir qu'ils voulaient nous parler. C'est moi qui me suis rendu à trois ou quatre mètres de leur tranchée d'où ils étaient sortis au nombre de trois ou quatre...
Je résume la conversation que j'ai dû répéter peut-être deux cents fois depuis à tous les curieux. C'était le jour de Noël, jour de fête, et ils demandaient qu'on ne tire aucun coup de fusil pendant le jour et la nuit, eux-mêmes affirmant qu'ils ne tireraient pas un seul coup. Il étaient fatigués de faire la guerre, disaient-ils, étaient mariés comme moi (ils avaient vu ma bague), n'en voulaient pas aux Français, mais aux Anglais. Ils me passèrent un paquet de cigares, une boite de cigarettes à bouts dorés, je leur glissai Le Petit Parisien en échange d'un journal allemand et je rentrai dans la tranchée française...

711 - [Librio n°245, p. 82]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Videos de Jean-Pierre Guéno (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Pierre Guéno
De Gaulle est un personnage qui a un souffle considérable
autres livres classés : poilusVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

La Grande Guerre

Combien de soldats français se sont engagés

6 millions
2 millions
9 millions
8 millions

3 questions
4 lecteurs ont répondu
Thème : Paroles de poilus. Lettres de la Grande Guerre de Jean-Pierre GuénoCréer un quiz sur ce livre
.. ..