AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070306664
368 pages
Éditeur : Gallimard (27/10/2005)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 9 notes)
Résumé :

"Un acteur doit interpréter la vie, et pour y parvenir, se livrer à toutes les expériences qu'elle lui offre. Mais il doit exiger plus que cette offre. Au cours de sa brève existence, l'acteur doit apprendre à s'éveiller à la vie, et dans ce combat il doit être un surhomme." James Dean (1931-1955) a connu la gloire en l'espace de trois films. Sorti au lendemain de l'accident de voiture qui lui coûta la vie, La ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
ericmielle8
  10 mai 2020
"Si tu prends cette voiture, la semaine prochaine, à la même heure, tu seras mort" Ce sont les propos prémonitoires d'un acteur anglais, Alec Guiness dont James Dean le rencontra une semaine avant sa mort. Cette célèbre citation de l'acteur britannique avait été soulignée par de nombreux biographes y compris William Bast son amant dans sa biographie " Ma vie avec James Dean" dont celle-ci fut la première biographie, un an après sa mort, dont l'auteur ressortira à la demande d'un nouvel éditeur sa biographie sur James Dean en ajoutant pleine de choses qu'il avait omis dans sa première édition. Mais pour le moment, je ne suis pas encore arrivé là (celle de William Bast sera la prochaine critique sur sa biographie concernant James Dean) ; je voudrais revenir sur celle du critique et biographe français Jean-Philippe Guérand : James Dean. Dans la biographie de James Dean par Guerand est plus un une synthèse sur la vie mouvementé et torturé.
Guéran utilise plusieurs biographies, notamment américaine, particulièrement celle de William Bast.
Le livre est assez dur, Guerant envoie à boulet de canon et égratigne l'icône Dean, selon les faits de son ancien compagnon Bast. Il est impossible pour moi de soutenir le pasteur de la ville où Dean a été élevé. Guerand souligne le fait que cet homme à poussé James Byron, le petit blondinet de la chorale à devenir un acteur. Seulement, Dean n'était pas un blondinet comme les autres, il était fragile et sensible, le pasteur a abusé de cet enfant dans des actes sexuels ; mais selon la biographie de Guerand, n'est pas insensible au charme de ce pasteur, l'entrainant à aimer les courses automobiles. Guerand ne parle pas de ce qu'est devenu plus tard ce pasteur pédophile.
Guerand dans d'autres passages, pensent que celle de Bast est proche de la réalité, néanmoins, il souligne que Bast voyant James Dean partir à Hollywood, une jalousie s'installait entre les deux hommes, car Jimmy était entrain de tombé amoureux d'une jeune actrice Italienne… Bast qu'il n'était plus l'amant du jeune homme (Dean en avait d'autres) était de mauvaise foi…
J'ai été assez surpris de la version de Guerand au sujet de Dean. D'après plusieurs biographes, notamment celle de Bast dont Guerand s'inspire pour écrire la sienne à celle de Bast, ancien scénariste et homme cultivé ; James Dean avant de connaitre Pier Angeli et Ursula Andress, son premier grand amour était une danseuse, Lizzie"Ann"Sheridan pour laquelle Dean la partageait sexuellement avec Bast qui sortait aussi avec une autre fille : curieux de savoir que cette relation charnelle entre les trois, Basr n'en était pas jaloux, alors qu'avec Pier Angeli, le scénariste l'attaque froidement (voir Ma vie avec James Dean de William Bast).
Au sujet d'Ursulla Andress, deux sons de cloches différents !
Souvenez-vous, de sa confession de fois dans un magazine le Paris-Match, ou la belle suissesse expliquait devant un journaliste naïf " James Dean était très gentil, serviable… Il était plus amoureux de moi que je l'étais de lui" La dernière phrase me parait claire, car Ursulla était amoureuse d'un homme marié, John Dereck, le fameux Josué dans "Les Dix Commandments". Néanmoins, le début de sa phrase est faux, en réalité plusieurs Biographes, notamment Bast mentionne que Dean humiliait en publique Ursulla Andress, l'insultait, l'a miroité pendant une heure ou plus pour un rendez-vous où l'acteur ne venait jamais. Pourtant après ces quelques méchancetés, James Dean tout penaud s'excusait auprès de la belle blonde, mais peu de temps après, il recommençait son manège.
La biographie Jame Dean de Jean-Philippe Grérabd ne s'arrête pas sur l'accident tragique de l'acteur : on sait qu'avant sa mort, James Dean avait été invité chez Elizabeth Taylor (sans Ursula Andress), rencontrait Stewart Granger et sa femme, la légendaire Jean Simmons, la veille de son tragique accident. Il confiait son chaton "Markie", le même surnom que son jeune cousin à Ursula Andress (selon la biographie de Guérand), peu de temps après prenait la route de Salinas. Les autorités de la route ont trouvé à l'arrière de la voiture accidenté une médaille, Un Saint Christophe, cadeau offert de Pier Angeli à Jimmy près de son blouson, alors que les deux jeunes s'étaient séparés depuis un an. Jamais depuis sa séparation avec l'actrice italienne, le jeune homme rebelle se séparait de cette médaille.
Guerand va plus loin, explique le phénomène Dean ; plus connu après sa mort que de son vivant : les trois films où Jimmmy était l'acteur principal sortaient après sa mort.
La biographie de Guérand n'est pas tendre avec James Dean, trop prétentieux, sensible, combattif, jaloux du succès des autres… En Bref, un garçon mal dans sa peau. Un garçon qui voulait tout apprendre, qui voulait va trop vite comme un bon Dimance d'Après-midi où le jeunot rencontrait son destin sur la route de Salinas près de son ancien tournage "À l'est d'Eden".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Oxo
  22 novembre 2020
Très bien. Mérite le détour !
Commenter  J’apprécie          00
dbarbieux
  20 mars 2013
Un des "héros" de ma jeunesse... mais à la lecture de ce livre, la personnalité "dérangée" et "dérangeante" de James Dean me fait un peu regretter les posters qui constellaient les murs de ma chambre d'adolescente.
Il est intéressant de se demander s'il aurait pu rester au top...
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (1)
Lecturejeune   01 juin 2006
Lecture jeune, n°118 - L’auteur, journaliste de cinéma, nous propose de découvrir celui qui fût le symbole de toute une génération. James Dean est le personnage de référence pour qui conçoit la vie comme une fulgurance, comme un destin inachevé. Le parcours qui nous est donné à lire pose James Dean comme un « fils prodige » : l’artiste que sa mère n’a jamais pu devenir. Morte à vingt-neuf ans, Mildred n’aura pas eu le temps de voir son fils adoré grandir. Abandonné par son père puis recueilli par une de ses tantes maternelles, James découvre dès seize ans le théâtre, les textes littéraires et les bolides. Il porte déjà en lui une mélancolie contre laquelle on ne peut rien, la disparition de sa mère le plongeant dans des gouffres de culpabilité. Comme le dit l’auteur « ce jeune homme en colère sera devenu plus célèbre mort que vivant. » Le jour de l’annonce de sa mort, des adolescentes le suivent dans le « grand voyage ». Héros flamboyant de tous les excès, ne vivant que parce que la mort est au bout du chemin, James cristallise l’absolue beauté de la jeunesse et son credo : tout ou rien. Et c’est bien en cela qu’il touche des générations entières de jeunes et d’adultes. Mourir dans la fleur de l’âge, à toute vitesse, quel pied de nez à la société bien pensante ! Cet ouvrage à la thématique intéressante, agréable à lire et doté d’une bibliographie ainsi que d’annexes est à recommander à des lecteurs confirmés. _ Michelle Charbonnier
Lire la critique sur le site : Lecturejeune
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
DanieljeanDanieljean   11 mai 2020
Puisqu'on ne peut changer la direction du vent, il faut apprendre à orienter les voiles.
Commenter  J’apprécie          30

Video de Jean-Philippe Guérand (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Philippe Guérand
Jean Rochefort, prince sans rire.
Dans la catégorie : CinémaVoir plus
>Représentations scéniques>Cinéma, radio, télévision>Cinéma (744)
autres livres classés : rebellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1023 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre