AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782841568444
57 pages
Éditeur : Editions du Rouergue (14/03/2007)
3.47/5   37 notes
Résumé :

Cité Arc-en-Ciel, on dirait une adresse du pays des merveilles, mais c'est rien d'autre qu'un quartier pourri. Rachid a treize ans

Il veut pas jouer les apprentis vauriens. Il veut devenir pilote de ligne. Mais tout s'acharne à lui faire croire qu'il fallait naître ailleurs pour ça.

Alors Nique-le-Ciel !

.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Ziliz
  23 mars 2015
Cité Arc-en-Ciel ? Pfff, Nique-le-Ciel, plutôt. Elle n'est pas très colorée la vie, dans cette banlieue. du béton gris partout. Et du blanc, ou plutôt de la blanche, celle qui a tué Imad, le grand frère de Rachid. Overdose à vingt ans.
Rachid a treize ans, il est arrivé en France à six ans, il ne parlait pas le français. Il s'accroche au collège, il a un super métier en tête, il est bon en maths, faiblard en orthographe, mais "il s'en fout parce que pour devenir pilote, ça sert à rien. Y a rien à lire dans le ciel, à part les chiffres du tableau de bord."
Ses deux copains du même âge ont déjà décroché des études, eux, par contre.
Cinquante pages très aérées pour nous parler de leur quotidien, du chagrin de Rachid, des cours de soutien scolaire, de la choure au supermarché, des répressions policières, de la rage. On reconnaît bien la touche Guéraud : références cinématographiques et ambiance sombre.
Seule lueur d'espoir : les rêves professionnels de Rachid. Les réalisera-t-il ? On en doute. Fortement.
Dès douze ans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
zazimuth
  24 juillet 2017
Je me souviens d'avoir accueilli ce texte et cette écriture un peu dubitative... Une crudité et une violence à laquelle la littérature jeunesse ne m'avait pas habituée... mais un réalisme indéniable... à manier avec précaution mais excellente amorce pour des débats avec des jeunes.
Première lecture de Guillaume Guéraud.
Commenter  J’apprécie          20
lulu06
  24 septembre 2013
Un jeune garçon qui vit dans des cités perd son frère Imad d'une overdose. Ce jeune garçon va prendre confiance que pour réussir dans la vie et sortir de ces quartiers, il faut travailler à l'école.
J'ai trouvé que ce court récit est trop sur les clichés "cités, meurtre par overdose , braquage ... " J'ai trouvé donc le thème assez banal !!
Commenter  J’apprécie          00
urusezel
  14 décembre 2012
Le point de vue d'un jeune habitant des quartiers empreint de réalisme mais aussi de réflexion. Egal à lui même, Guillaume Guéraud nous régale d'une histoire au franc parler sans sombrer dans le déjà vu !
Commenter  J’apprécie          10
noireopale
  17 septembre 2013
Après avoir lu "je ne mourrai pas gibier" difficile de trouver ce roman ci réellement bon. Trop de clichés, pas assez de profondeur, bref une déception pour moi...
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
ZilizZiliz   22 mars 2015
Tout le monde se doutait qu'Imad allait mourir jeune à force de renifler n'importe quoi. On appelle ça une overdose.
Ça devait finir comme ça.
Il venait d'avoir vingt ans.
C'était mon frère.
(p. 7)
Commenter  J’apprécie          100
chardonettechardonette   05 août 2012
On l'appelait tous "la Chinetoque", au début. Sauf qu'à force, moi ça me faisait des trucs quand je la regardais. ça craignait devant les copains, mais y'avait rien à faire. Je suis tombé amoureux d'elle,quoi.
Un soir, dans sa cage d'escalier, je me suis approché d'elle pour l'aider à faire ses exercices de maths. Ses cheveux balayaient les pages de calculs, ça me faisait bizarre. Quand ma main s'est posée dessus, ses yeux m'ont lancé des éclairs et elle m'a craché à la figure. L'instant d'après, elle a nettoyé mon visage avec sa langue. ça a commencé comme ça.
Et maintenant, elle s'en va...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
chardonettechardonette   05 août 2012
Le seul moyen de s'en sortir, il parait que c'est les études à l'école. Pour gagner sa vie. S'échapper des quartiers pourris comme le nôtre. Trouver des quartiers pourris comme le nôtre. Trouver du boulot. Manger. Dormir. Bosser. Recommencer.
La moitié des gens qui vivent ici ont moins de vingt-cinq ans. Pour le moment, on compte ceux qui ont décroché leur bac sur les doigts d'une seule main. Et faut croire que le chiffre va pas augmenter très vite.
Lamine et Gérald, ils vont déjà plus à l'école.
Moi, je suis en cinquième. Je veux faire pilote d'avion. Je suis le meilleur de ma classe en maths. Je suis nul en orthographe, mais je m'en fous parce que pour devenir pilote ça sert à rien. Y'a rien à lire dans le ciel, à part les chiffres du tableau de bord.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
comateen971comateen971   18 janvier 2015
« Un jour mon père m’avait appris une expression pour définir les vrais amis : « C’est pas juste des copains, c’est des amis pour qui on est prêt à porter le cadavre. » Ca veut dire qu’on est prêt à faire n’importe quoi pour eux. Ce soir-là, Lamine et Gérald étaient comme ça. »
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Guillaume Guéraud (42) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Guillaume Guéraud
Rencontre avec Guillaume Guéraud, “Les enfants du tonnerre” (Sarbacane), “Les trois enterrements de mon chien” (Le Rouergue), “Vorace” (Le Rouergue) Rencontre présentée par : Romuald Giulivo, écrivain
Il y a désormais plus de mille morts dans ma bibliographie. Je les ai comptés soigneusement. de Cité Nique-le-Ciel (un mort en 1998) à Shots (dix morts en 2016). J'ai allègrement franchi la barre des mille en 2015 grâce à Plus de morts que de vivants où j'exécute six-cent-douze collégiens, soixante profs, plus cinquantaine de flics et de secouristes. Cette lourde addition relève plus de la boucherie que de la poésie. Mais je trouve ça romanesque. Ça me permet surtout d'éviter de tuer des vrais gens dans la vraie vie. Je serais un putain de serial-killer si je n'écrivais pas. J'assassinerais notamment tous les exploiteurs, tous les actionnaires, tous les capitalistes et tous les membres du Front National. Mais je reste malheureusement sage. En commettant mon carnage page après page. Il y a cette phrase de Kafka : « J'écris pour fendre à coups de hache la mer gelée qui est en moi. » Moi, c'est tout le contraire, j'écris pour tenter de geler le feu qui brûle en moi – et pour éviter d'envoyer des coups de hache dans la gueule de tout le monde.
Retrouvez ses livres chez vos librairies indépendantes : https://www.librairies-nouvelleaquitaine.com/
Inédite édition de l'Escale du livre, du 24 au 28 mars 2021 et durant tout le printemps https://escaledulivre.com/

Suivez nous Youtube : Escale du livre - Bordeaux https://www.youtube.com/channel/UCPVtJFeOHTTNtgQZOB6so1w Facebook : escale.dulivre https://www.facebook.com/escale.dulivre Instagram : escaledulivre https://www.instagram.com/escaledulivre/?hl=fr Twitter : escaledulivre https://twitter.com/escaledulivre

© musique : Hectory - Réalisation et sound design : Grenouilles Productions - création graphique : Louise Dehaye / Escale du livre 2021 - Inédite édition
+ Lire la suite
autres livres classés : citéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quizz Brigade de L'oeil

Quel est le nom de l'Île où se déroule l'histoire ?

Howling Abyss
Rush Island
Crystal Scar
New York

13 questions
19 lecteurs ont répondu
Thème : La Brigade de l'Oeil de Guillaume GuéraudCréer un quiz sur ce livre