AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782912667366
89 pages
Éditeur : Finitude (30/09/2006)

Note moyenne : 3.42/5 (sur 6 notes)
Résumé :

Le 20 août 1944, Raymond Guérin écrit dans son journal: "Se peut-il que je sois là, à ma table, écrivant tranquillement les premiers mots, depuis plus de quatre ans, écrits dans la Liberté?" Rentré de stalag depuis quelques mois, Guérin assiste avec enthousiasme à la Libération de la France. Mais l'euphorie des premiers jours ne dure pas, l'heure est maintenant aux Représailles. Pour lui, la... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
PhilippeCastellain
  14 février 2018
Oublié des oubliés parmi les oubliés, voici Raymond Guérin ! Qui a bien pu avoir l'idée de réimprimer ce journal ? Je ne sais pas, mais c'en était une bonne de me l'offrir. Il est probable que ce cahier était d'ailleurs destiné à ne jamais être publié. Qu'il constituait un simple exutoire. Car c'est un être brisé, détruit qui l'écrit.

On l'oublie assez généralement, mais près de deux million de soldats français faits prisonniers en 1940 passèrent l'intégralité de la guerre en camps de prisonniers en Allemagne – les fameux Stalags. Certains purent s'évader. D'autres moururent en captivité. Pour les autres, le retour ne fut guère joyeux. Traités avec indifférence, voir mépris, ils ne faisaient pas partie des héros du jour. Leurs cinq années derrières les barbelés n'intéressaient personne.

Raymond Guérin nous montre ce qu'ils ont pu ressentir, revenant comme des étrangers dans une patrie dont ils avaient si longtemps rêvé. Ses lignes regorgent d'une amertume que rien ne vient tempérer, et qui se mêle à tous les autres sentiments. Au début, la joie de voir les Nazis – qu'il appelle les Barbares – chassés et vaincus. Rapidement le dégoût prend le pas, quand il constate que ce sont les Résistants de la dernière heure qui font le plus de bruit.

Il n'a pas de pitié pour les femmes tondues ou les collabos exécutés. Ils ont rejoint le Barbare, ils payent. Mais il ne peut supporter l'hypocrisie, la lâcheté, les tentatives désespérées de ceux qui, après en avoir profité pendant l'occupation, sont prêt à tous pour sauver leur peau. Et il ne supporte pas plus ceux qui tentent de faire oublier leur propre tiédeur en lançant des chasses aux sorcières. Il croit voir une société irrémédiablement marquée par la barbarie, l'ayant intégrée et pour ainsi dire digérée. Et il en souffre atrocement.

Un témoignage cash et direct sur la libération, qui nous rappel que pour certains le grand jour tant attendu fut au final amère. Mais qui pourrait leur reprocher de l'avoir trop attendu ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
moravia
  22 février 2013
Guérin, encore Guérin, toujours Guérin !
Commenter  J’apprécie          44


Video de Raymond Guérin (1) Voir plusAjouter une vidéo

Jean Paul Kauffmann : 31, allées Damour : Raymond Guérin, 1905 1955
Depuis le café parisien "Le Rostand" Olivier BARROT présente le livre ""31, allées Damour : Raymond Guérin, 1905 1955" de Jean Paul KAUFFMANN en compagnie de l'auteur. Photos du livre.
autres livres classés : finitudeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Expressions, vrai ou faux ?

Être chèvre comme épinard

Vrai
Faux

10 questions
46 lecteurs ont répondu
Thèmes : expressions , rechercheCréer un quiz sur ce livre