AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne : /5 (sur 0 notes)
Résumé :
Nous n’avons pas encore dans notre base la description de l’éditeur (quatrième de couverture)
Ajouter la description de l’éditeur

Vous pouvez également contribuer à la description collective rédigée par les membres de Babelio.
Contribuer à la description collective
Acheter ce livre sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
coco4649coco4649   15 mars 2020
Nous abîmez alors dans la louange…


Extrait 6

L’amie est dans le rêve,
Dans les voiles d’oubli, de marche et de grand vent.
Son âme est un vaisseau
(Le corps aux isthmes où l’on aborde).
Ma peur, je crie vers les collines de chaleur,
Les servitudes des arbres et des fontaines,
Les sentiers noirs, le miel des rives ;
Pour qu’elle aborde en ces contrées.


O ma douleur d’être avec toi sur cette lame de vie
Et décriés comme au néant de l’être nous serons
Et morts dans l’âme de survivre
Et de naître si violemment à chaque saison de toi.
(Mémoire)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
coco4649coco4649   15 mars 2020
Nous abîmez alors dans la louange…


Extrait 4

Infante, ma maison est blanche dans le bleu,
Votre main si futile a dérouté les langues de la mort.
De ma fenêtre enracinée je vois les filles dans le soir,
Leurs pieds sanglés de cuir et leurs robes qui glissent
  sur le flanc des chevaux ;
Et la fin qui me guettent en ma tour vers l’obscur
Et votre main légère qui demande mon bras pour le
  repas du soir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
coco4649coco4649   15 mars 2020
Nous abîmez alors dans la louange…


Extrait 3

En silence le vase identifie la salle
Et les murs sont ténèbres et vastes et vénéneux,
L’air a cette moiteur des robes en été
(Irrespirables et douces)
Et quelle effroi d’avoir opté pour l’infante,
D’avoir neigé pour elle,
Et de l’avoir lavé avec l’eau des sources domestiques.
Nous sommes en vos bras, grand favori, grand échanson,
Celui qui tend les bras et déchire la robe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
coco4649coco4649   15 mars 2020
Nous abîmez alors dans la louange…


Extrait 2

Je fus il y a longtemps abordé et fidèle,
Aujourd’hui à ma porte,
Lorsque sont devant moi les ténèbres du soir,
Je ne sais rien sinon l’espace de ma chair
Et sur des mains absentes les traces de mes mains ;
Et souvent aux degrés la brise de passage
Laisse un passé de sel, une trace de pas
Et le poids de ton corps, l’orgueilleuse mémoire
De mon geste à tes reins.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
coco4649coco4649   15 mars 2020
Nous abîmez alors dans la louange…


Extrait 5

Ou lorsque vous baisez ma bouche un long temps
Avant les pièges de la nuit,
Que mon sommeil en est séduit
(Les nuits d’obscur sont nos bonheurs)
Que d’enfants blondes et de lèvres
Sur le bateau de cette nuit.
Commenter  J’apprécie          40

autres livres classés : poésie françaiseVoir plus
Acheter ce livre sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura


Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1080 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre