AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782844145932
115 pages
Éditeur : L'Association (19/09/2016)

Note moyenne : 3.52/5 (sur 47 notes)
Résumé :
Martha et Alan, nouveau volet de la vie d'Alan Ingram Cope, nous replonge dans son enfance. Avec cet aparté, Emmanuel Guibert s'attache à un épisode tout particulier, celui d'une amitié qu'il a noué dès l'âge de 5 ans avec une petite fille de son école, Martha Marshall. De leurs jeux et bêtises d'enfants aux rendez-vous hebdomadaires au choeur de l'église presbytérienne, on retrouve Alan, bientôt orphelin, et son quotidien de petit californien dans une Amérique des ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
Ziliz
  02 février 2017
Album pris au hasard à la médiathèque, parce qu'on m'a vanté le travail d'Emmanuel Guibert, notamment son 'Photographe' (co-écrit avec Didier Lefèvre), que je n'ai pas lu.
L'ouvrage est en bout de gondole, gage de qualité, la couverture m'attire, je ne sais rien de ce couple, ou de ce duo, « Martha & Alan », mais à en croire le titre, Alan Ingram Cope est célèbre.
Allez hop, je prends, je vais apprendre des trucs, et comme j'aime bien les surprises, je laisse l'album me dévoiler qui sont ces gens, je ne regarde pas sur le net. Donc pendant plus de cent pages sans bulles, illustrées à la Norman Rockwell, je navigue à vue dans des souvenirs d'enfance très anecdotiques : Martha était gentille, la belle-mère d'Alan beaucoup moins, elle l'empêchait de boire du lait, heureusement que la maman de Martha lui en donnait. Et puis les deux enfants ont grandi, se sont perdus de vue, se sont retrouvés, se sont séparés, et chacun pour soi est reparti, dans l'tourbillon de la vie, quoi... on sait ce que c'est ! ♪♫ *
Je n'ai compris qu'à la fin, en lisant quelques avis sur Babelio, qu'Emmanuel Guibert revenait sur l'enfance d'un des personnages récurrents de son oeuvre, Alan.
Cette tranche de vie ne m'a pas semblé présenter grand intérêt pour qui ne connaît pas le monsieur...
Tant pis pour moi. Encore la preuve qu'on devrait peut-être, parfois, lire les quatrième de couv/présentations de l'éditeur...
* cf. interprétations de Jeanne Moreau et de François Hadji-Lazaro avec son groupe 'Pigalle'
https://www.youtube.com/watch?v=dcVcwwo8QFE
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          282
trust_me
  05 octobre 2016
mmanuel Guibert, après avoir relaté dans les grandes lignes l'enfance californienne de son regretté ami Alan Ingram Cope, s'attarde cette fois sur la relation particulière tissée par ce dernier à l'âge de cinq ans avec une petite fille rencontrée dans la cour d'école. Martha, rejetée par ses camarades de classe, a trouvé d'emblée en Alan un ami fidèle. de ceux que l'on invite à la maison pour le goûter, de ceux avec lesquels on grimpe aux arbres où on fait de la balançoire. A sept ans tous deux sont devenus enfants de choeur et ont mené avec brio la chorale de l'église à chaque fête importante : « Je chantais très bien et elle aussi. Vraiment, nous avons eu des années de bonheur, ensemble ».
A onze ans, Alan perd sa mère. Sa nouvelle belle-mère lui interdit de voir la petite fille : « Peu à peu, c'est devenu une habitude de ne plus voir Martha. On n'était plus dans la même école, on habitait très loin, je n'avais pas de vélo et puis on a déménagé ». A 18 ans, appelé sous les drapeaux en pleine seconde guerre mondial, le futur soldat veut revoir son amie avant de partir pour l'Europe. Ce sera la dernière fois...
Que dire face à cet album tendre et mélancolique à l'esthétique soignée ? Que c'est beau comme du Guibert. Et qu'il est toujours fascinant de découvrir sa manière sobre et poignante de relater des petits riens où l'anodin ne cesse de faire monter l'émotion. le récit est un enchaînement de somptueux tableaux accompagnés de récitatifs à la première personne où résonne la voix d'Alan. L'auteur déploie au fil des pages une fresque intimiste où se mêlent pudeur et nostalgie. Il montre ce qui fut entre Alan et Martha mais aussi, entre les lignes, ce qui aurait pu advenir.
Les dessins, réalisés sur des feuilles de plastique transparent à l'aide d'encre, de crayons aquarellés et de pigments de gouache mêlés à de la cire, sont d'une beauté à couper le souffle et rappellent les oeuvres de Norman Rockwell.
Une sublime peinture de l'Amérique des années 30 dont le propos, alliant simplicité et humanité, touche à l'universel.

Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
svecs
  07 octobre 2016
Emmanuel Guibert continue d'explorer les souvenirs d'Alan Ingram Cope.
Après nous avoir livré ses souvenirs de la guerre 39-45, après avoir abordé son enfance il sintéresse cette fois à la relation particulière qui va le lier à une petite fille, entre ses 5 ans et son départ à la guerre.
Elle s'appelait Martha. Ils fréquentaient la même école. Un jour,,il prend sa défense alors que les autres enfants ne veulent pas jouer avec elle. Ce sera le début d'une amitié forte. Une de ses amitiés d'enfants qui semblent être faite pour durer pout toujours.
Pour ce pan de la jeunesse d'Alan, Guibert a opté pour un procédé narratif inattendu: des grandes doubles pages réalisées à partir de photos qu'il a retravaillé. le résultat se révèle plutôt décevant. Loin de capturer les instants privilégiés d'une relation perdue et d'une époque révolue, l'ensemble paraît étrangemment froid et distant. En fait, Autant Alan me touchait et m'intéressait auparavant, autant son histoire avec Martha m'a laissé froid. Il ne se passe pas grand chose. A vrai dire, les pages qui m'ont le plus touchées sont celles où il Guibert dessine les arbres. Guibert dessine les arbres comme personne. Il parvient à capturer leur force, leur fragilité, la delicatesse des entrelats de branches. Etre ému par un arbre lorsqu'i est question de l'mour-amitié entre deux enfants... cela en dit long sur l'échec relatif que représente ce nouveau livre consacré à Alan.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
som
  10 octobre 2016
Fidèle à ami Alan Ingram Cope, Emmanuel Guibert revient en détail sur sa relation avec Martha, son amie d'enfance. Sorte de lumière dans une enfance assombrie par la mort de sa mère et l'arrivée d'une jeune belle-mère, Martha sera pour Alan la complice de jeux d'enfants, de chorale, sa maison un refuge. Malheureusement, la vie et surtout la guerre va séparer les deux jeunes gens. Chacun suivra son chemin. Bien des années plus tard, une lettre viendra renouer le fil de leur relation.
Si l'on retrouve sa profonde et habituelle empathie avec ses protagonistes, Emmanuel Guibert choisi, une fois n'est pas coutume, la couleur et un dessin en double page pour exprimer toutes les facettes de cette courte mais forte amitié. En dépit de bleus époustouflants et d'un jaune ocre, un parti pris à la Hopper renforcé par une grande présence du noir teinte l'histoire d'une grande mélancolie. Les effets graphiques et la beauté plastique du dessin prennent alors le pas sur le récit.
Commenter  J’apprécie          40
mumuboc
  15 mars 2017
Ce qui m'a attiré vers ce livre c'est l'illustration de la couverture : je retrouvais les illustrations des livres de mon enfance et même ceux qui traînaient dans les greniers. Pas de 4ème de couverture, alors je me lance et je ne suis pas déçue de mon voyage.
Cette histoire d'amitié entre les deux enfants, qui débute après un jeu de la chandelle où Martha se dispute avec les autres à l'âge de la maternelle et qui perdurera jusqu'à un âge avance avec des coupures pendant de longues années, est très belle : ils partageaient tout : leurs jeux, la chorale, leurs aventures.
Toute une vie est retracée, celle d'Alan le narrateur, mais aussi celle de Martha à travers une lettre bien des années plus tard. Une petite musique nostalgique qui résonne quand on regarde en arrière et que l'on se demande ce que sont devenus nos amis d'enfance, qu'il faudrait prendre de leurs nouvelles, qu'on se souvient de nos exploits avouables ou non.....
J'ai passé un beau moment, les illustrations sont jolies et évoquent à elles-même le passé, le sépia des photos pour les portraits. le livre se partage en deux parties que l'on peut résumer à l'enfance et à l'âge adulte.
Lien : http://mumudanslebocage.cana..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70


critiques presse (4)
LaCroix   09 juin 2017
De l’encre sur papier, Guibert est passé à la craie sur rhodoïd, qui donne à ses dessins un aspect plus photographique, mais aussi un peu fantastique, un peu étrange, comme des souvenirs surgis de la mémoire d’un vieux monsieur – comment rendre plus bel hommage à un ami ?
Lire la critique sur le site : LaCroix
Actualitte   13 mars 2017
Martha & Alan possède le ton à la fois heureux et mélancolique qui évoque la simplicité des grandes amitiés, pas flamboyantes ni spectaculaires, mais intimes et lumineuses.
Lire la critique sur le site : Actualitte
BoDoi   07 novembre 2016
Emmanuel Guibert use avec talent de la couleur pour donner vie à des scènes du lointain passé d’Alan, qu’on sent encore vibrantes quand il les lui raconta.
Lire la critique sur le site : BoDoi
ActuaBD   26 septembre 2016
Emmanuel Guibert nous offre, avec ce livre au sujet finalement assez mince, un véritable poème chromatique.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Blandine54Blandine54   12 septembre 2017
Elle s'était souvenue de ça jusqu'à l'âge de soixante ans.
Cela prouve qu'on était quelque chose l'un pour l'autre.
Commenter  J’apprécie          31
CapitaineBaptCapitaineBapt   07 décembre 2016
Je trouvais Martha adorable. Je crois qu'à vrai dire, elle était très ordinaire. Mais pas pour moi.
J'avais fermement décidé que j'allais devenir grand et me marier avec elle.

Et je l'aurai fait.
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Emmanuel Guibert (68) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Emmanuel Guibert
Édition en ligne / du 10 au 28 mars 2021 : Un invincible été "Au milieu de l'hiver j'apprenais enfin qu'il y avait en moi un été invincible" (Albert Camus, Retour à Tipasa,1937)
Après avoir tenté, avec enthousiasme et persévérance, de proposer un festival en présence des auteurs et du public, l'association s'est résolue à transformer la 35ème édition de la Fête du Livre de Bron en un événement 100% digital. Une formule inédite et attractive, entièrement en ligne, qui se déploiera sur les réseaux sociaux et le tout nouveau site de la Fête du Livre de Bron, appelé dans l'avenir à constituer un véritable média numérique autour de la littérature, des sciences humaines et de la littérature jeunesse.
Dans le contexte actuel, l'équipe de la Fête du Livre de Bron est plus que jamais convaincue de la nécessité de donner la parole aux écrivains, aux intellectuels et aux artistes pour comprendre le temps présent et envisager le monde qui vient. Même s'il manquera la chaleur humaine d'un festival habituel, nous sommes certains que cette édition en ligne, organisée avec le plus d'exigence, d'inventivité et de plaisir possible, permettra à tous une belle échappée littéraire vers un invincible été. Cette formule digitale du festival se basera sur la programmation que nous avions établie pour une édition en présentiel, autour d'un thème très actuel, Un invincible été (inspiré du mot de Camus) et des auteurs de grande notoriété comme Leïla Slimani, Hervé le Tellier, Emmanuel Guibert, Charif Majdalani, Lola Lafon ou Bruno Latour, mais aussi de jeunes écrivains comme Guillaume Poix, Hugo Lindenberg, Victor Pouchet... et des auteurs-illustrateurs pour le jeune public : Marc Boutavant, Gaëtan Dorémus, Marine Schneider, Raphaële Frier...
La 35ème Fête du Livre de Bron se déploiera donc du 10 au 28 mars prochain avec une cinquantaine d'invités et une grille de programmation faite de rendez-vous récurrents et d'extras, de rencontres interactives avec les auteurs, de discussions en live, de reportages, de performances et de spectacles.
Programmation à découvrir sur fetedulivredebron.com.
© musique : String's Edge / Taizo Audio (PremiumBeat Recording) - vidéo : Pierrick Servais - création graphique : Élise Milonet / Fête du Livre de Bron 2021
+ Lire la suite
autres livres classés : Californie (États-Unis)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

ariol

quel est l'annimal qui représente son meilleur ami?

un âne
un canard
un cochon
une mouche

4 questions
20 lecteurs ont répondu
Thème : Ariol : Le chevalier cheval de Emmanuel GuibertCréer un quiz sur ce livre

.. ..