AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782070388776
168 pages
Gallimard (13/04/1994)
3.73/5   89 notes
Résumé :
Pourquoi la grand-tante Louise saccage-t-elle l'appartement de sa sœur Suzanne ? Quels sont ces documents qu'elle cherche, et que contiennent ces liasses de papiers qu'elle brûle finalement dans la cuisinière ? Concernent-ils vraiment, comme le prétend Suzanne, une infamie qu'aurait commise la mère, trente ans plus tôt ? Comment se fait-il qu'au même moment le père ait dû précipitamment quitter Nice, abandonnant un cabinet de vétérinaire, un voilier, une Ford verte,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
3,73

sur 89 notes
5
5 avis
4
6 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
1 avis

HORUSFONCK
  22 août 2022
En lisant ce livre, ma prime lecture de Hervé Guibert, me revenaient en tête les deux chanson de Michel Jonasz "Les vacances au bord de la mer" et "La famille" dans leur tempo mélancolique...
Une belle écriture, dense et aérée, que celle de cet auteur trop tôt disparu!
Amour et haine s'imbriquent, dans ces mémoires d'une jeunesse de la fin des années 50 aux eighties. On y trouve de l'ordinaire, de l'insolite et des secrets qui ressurgissent. Par dessus tout, il y a cette homosexualité de l'auteur, qui naît et s'affirme... Et puis les rêves, les drames, les déceptions, la maladie et la mort qui vient, inéluctable!
Qu'on est loin, avec Hervé Guibert, de l'économie d'un Jules Renard ou de la haine de Hervé Bazin! Plus proche, peut-être, d'Emmanuel Bove que cite l'auteur... Il y a aussi une proximité avec Georges Duhamel et le début de la saga des Pasquier.
Ces vies qui passent, avec une mélodie entêtante.
Voilà. Mes parents me donnent l'envie d'aller plus loin dans les pages de Hervé Guibert.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          471
Enroute
  16 août 2015
Parents je vous hais. C'est ce que le narrateur ne cesse de répéter tout au long de son autobiographie orientée. Et pourtant, au travers de l'évocation incessante de ces parents détestés se révèle un attachement profond pour eux qui dépasse peut-être la situation particulière du personnage et relèverait davantage de la relation universelle que les enfants entretiennent avec ceux qui les ont mis au monde.
Car d'abord qu'a-t-il à leurs reprocher à ces parents ? Son père le battait dit-il (….). Oui, mais la violence du père pourrait bien n'avoir été que passagère puisque évoquée une fois seulement. le lecteur sachant que le narrateur hait ses parents (…) la phrase « mon père nous battait », avec cet imparfait qui sous-entend la répétition pour un évènement relaté une seule fois, pourrait bien n'être qu'une manière de se venger du souvenir cuisant d'un dérapage isolé plutôt que la relation d'une violente habitude. Ils ont manqué de psychologie (pour nous faire peur dit sa mère ) (… dit son père), ce qui fait dire au narrateur toujours dans le même état d'esprit « quand vous serez morts « ). Il a souffert de ces mots c'est certain. de même, il semble souffrir de ne rien avoir à leur dire (nombreuses mentions). Sans doute. Mais un homme adulte qui intègre dans ses souvenirs les départs en vacances, les billes à la cour de récréation et comment il badigeonnait le crâne de son père pour faire repousser les cheveux semble garder au fond de lui beaucoup de tendresse pour les moments vécus - à défaut d'en garder pour les personnes elles-mêmes. Et puis il n'y a pas vraiment d'opposition dans sa vie avec la leur. Il les méprise, ils sont radins, leur vie est inutile, mais la sienne se déroule sans qu'il semble lui chercher d'utilité, sans qu'il semble chercher à la rendre supérieure à celle de ses parents. Hervé Guibert se contente de nous dire comment ceux-ci le perçoive, une fois adulte (« tu n'es pas aussi loqueteux que d'habitude « ).
Le personnage rétorque : « le pire est d'avoir un enfant ». Au final n'est-ce pas cela que l'enfant devenu adulte reproche à ses parents : l'avoir mis au monde, être responsable de la vie qu'ils lui ont « infligée ». Car l'enfant du début de l'ouvrage grandit au fur et à mesure et sa lucidité sur le monde s'affine. Il comprend qu'il lui revient, à lui désormais, de prendre la responsabilité de sa vie, de décider de l'influence qu'il aura dans le monde. Et cette responsabilité, il semble la reprocher à ses parents de la lui avoir donnée. Il cherche un père chez ses amants, il mène une vie qui ne semble pas lui déplaire, mais ne lui donne pas de responsabilité vis à vis des autres.
Cet ensemble de souvenirs est émouvant. La simplicité de la narration, parfois crue, d'une enfance des années soixante, avec cet attendrissement envers une époque kitsch et mythifiée, rend avec une étonnante proximité la réalité des rapports familiaux. On se prend pour un frère (une soeur) qui aurait connu ces parents, cet enfant, qui aurait aussi son mot à dire de cette famille dont pourtant il ne sait rien. Et il reste cette haine et cette tendresse. La haine envers ceux qui ont décidé à votre place de vous faire naître et cet attachement nécessaire que vous éprouvez pour eux (les souvenirs d'enfance, la maladie de sa mère le révèle). La vérité de ce livre, c'est peut-être le regard de tous les enfants envers leurs parents, qui ne peuvent leur pardonner de les abandonner lorsqu'ils doivent prendre la responsabilité de mener leur vie, sans eux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
julienraynaud
  03 mars 2021
Babelio n'est-il qu'un repère d'Instagrameuses décérébrées et de lecteurs d'Hunger Games ? C'est ce que je me suis demandé en commençant à lire ce livre « Mes parents » qui, d'après les indications du site, n'avait que 140 lecteurs effectifs, 9 critiques et 4 citations. Il y avait donc si peu de monde pour apprécier l'écriture d'Hervé Guibert ? Consternation ! Cette écriture est si poétique, le style est tellement unique.
Guibert raconte ses souvenirs d'enfance (ou présentés comme tels). Il évoque par exemple les bons points et images distribués à l'école, « cette monnaie miraculeuse de la sagesse qui fait de l'écolier un petit actionnaire de ses hypocrisies ». Certains passages peuvent être étudiés en cours de français pour illustrer le style direct, indirect, etc… Exemple : quand le père est de mauvaise humeur, Guibert écrit « peut-on lui parler au moins à travers la porte ? Nous ferions mieux d'aller jouer dans le jardin. » Qui écrit comme cela aujourd'hui, mis à part les auteurs publiés aux éditions de minuit ?
Les personnages célèbres sont désignés par une simple lettre. Ne pas confondre le M de Mitterrand avec le M de Michel Foucault !
Bien sûr certains passages font qu'on ne peut pas conseiller ce livre aux personnes que l'on connaît, encore moins aux membres de sa famille. Ils nous regarderaient bizarrement.
Babelio met l'étiquette « autobiographique » ; soit, mais certains passages seraient cependant à vérifier quant à leur véracité. Peut-on ainsi vraiment, lorsqu'on se blesse au doigt, ramasser la bouillie de chair qui est par terre et reconstituer son index ? pas sûr. Un homme peut-il vraiment lui-même se couper les amygdales aux ciseaux ? pas sûr. Une énorme tumeur possède-t-elle des dents ? à vérifier…
le narrateur/auteur déroule la forme de haine qu'il ressent envers ses parents (surtout la mère). Cela dit, ceux-ci ne faisaient ils pas sentir à leur fils, qui ne perpétuait pas la lignée, que les fonds qu'ils avaient déboursés pour l'élever l'avaient été en pure perte ? C'est assez crédible pour des parents présentés comme si radins et si maladroits.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          159
Generationdisco
  11 avril 2019
Je n'ai pas bien compris cette haine, cette rancoeur, ce dégoût qu'il a envers ses parents et surtout sa mère. L'auteur raconte bien certaines taloches qu'il a reçues avec sa soeur mais rien à voir avec de la maltraitance et puis ces épisodes sont sporadiques. Des souvenirs exacerbés et réinventés ? Je n'ai pas compris non plus pourquoi avec sa mère particulièrement la situation relationnelle était tendue, difficile, froide ? Un rejet des femmes ? Ses parents, certes ils ont des défauts comme tout parent mais ils m'ont donné l'impression de s'occuper avec soins de leurs enfants. Hervé GUIBERT a toujours ressenti une très vive attirance pour les garçons, les hommes. Sa préférence sexuelle est d'emblée tournée vers le sexe masculin, à aucun moment il ne tergiverse. Peut-être qu'il en a voulu à ses parents le fait qu'ils savaient qu'il était homosexuel depuis toujours mais qu'ils n'ont jamais abordé ce sujet avec leur fils. GUIBERT a pris cela (entre autre) comme un refus de voir les choses en face, de l'hypocrisie, un manque de courage de leur part ?
Lors de la parution de ce livre, GUIBERT a trente ans et ses parents sont encore vivants. (J'aurai bien voulu savoir ce qu'ils en ont pensé...). Livre toujours bien écrit, clair, concis, précis.
Lu en avril 2019 / Folio - Prix : 5,50 €.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          169
chroniquesassidues
  25 mai 2011
Mes parents débute, en 1983, avec la grand-tante Louise, qui, se sentant mourir, se met à faire le ménage dans ses papiers et à brûler les plus compromettants. Guibert interroge alors ses deux grand-tantes et apprend que sa mère aurait commis une infamie. C'est ainsi que le secret du mariage des parents de Guibert est dévoilé. A partir de là, il enchaîne chronologiquement le récit de souvenirs marquants, de sa naissance à la maladie de sa mère, des années plus tard. On a donc une suite de paragraphes plus ou moins longs, parfois très courts dans lesquels il évoque ses premières amours, les vacances familiales, les dîners etc.., soit des scènes de famille, souvent teintées d'érotisme.
Mes parents est un récit éclaté, dans lequel Hervé Guibert reprend, réinvente ou reconstruit ses souvenirs d'enfance. Environ un tiers du livre est constitué de pans entiers de son journal qu'il reproduit : "A partir de 1979, mes parents occupent à peu près un cinquième de mon journal. Je vais recopier ici les passages qui les concernent, rajoutant entre eux les épisodes qui sur le moment m'ont fait défaut." (p.120). La relation qu'il entretient avec ses parents est compliquée, mêlée de haine et d'amour, presque malsaine. Guibert laisse libre court à ses fantasmes : son père se superpose souvent à l'image de ses amants, et Guibert se surprend à souhaiter la mort de sa mère.
J'aime l'écriture de Guibert, franche et directe, que j'avais découvert avec L'Image fantôme (éditions de Minuit). J'avais ensuite enchaîné avec Suzanne et Louise, un recueil de photographies et de fac-similés de textes manuscrits consacrés à ses grand-tantes. Dans Mes parents, j'ai particulièrement aimé le récit de ses premières amours, ses souvenirs d'école (les billes et le papier crépon) et l'évocation de la relation torturée qu'il a avec ses parents. J'ai moins aimé les descriptions crues d'actes sexuels et la morbidité quasi omniprésente dans Mes parents. Je lirai volontiers, mais plus tard, car ce livre m'a marqué, d'autres livres d'Hervé Guibert.
Lien : http://leschroniquesassidues..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
LarochenetLarochenet   18 juillet 2022
La messe est une torture, le dimanche je déteste mon père. Je l'adore le jeudi après-midi, il devient mon meilleur copain. Après le déjeuner, nous descendons ensemble dans la rue, ma mère nous regarde derrière la fenêtre, tout de suite je mets ma main droite dans la main gauche de mon père et il les enfouit toutes les deux dans sa poche.
Commenter  J’apprécie          50
chroniquesassidueschroniquesassidues   25 mai 2011
Mes rapports avec mes parents se sont réduits à des formules d'attentions, de craintes, d'inquiétudes réciproques. Je suis d'une froideur extrême avec eux, ils n'osent même plus me poser de questions. Mais je pense : les laisser juste me voir, et toujours vivant, est le plus grand don - le seul - que je puisse leur faire.
Commenter  J’apprécie          40
julienraynaudjulienraynaud   01 mars 2021
Le professeur principal, Mme Repel, (...) a inscrit dans la case appréciation générale : "enfant hypocrite". (...) Dix ans plus tard j'apprends (...) qu'elle s'est fait décapiter (...) dans un accident de la route.
Commenter  J’apprécie          50
blanchenoirblanchenoir   29 octobre 2015
Dans le berceau puis dans le lit je me retrouve enlacé à un grand chiffon de laine blanche souillée et pelucheuse (...) c'est mon burnous (...) c'est mon petit jumeau plat de laine, nous nous embrassons collés l'un à l'autre, je lui pisse dessus et il en rit, un matin je m'éveille affreusement nu, la peau retournée opérée de sa peau (...) première idée de mort, premier mépris.
Commenter  J’apprécie          20
julienraynaudjulienraynaud   28 février 2021
Les nazis planqués derrière les portes se délectent dans les effluves de peau grillée parmi lesquels s'échappent les prières.
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Hervé Guibert (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hervé Guibert
Cela fait trente ans qu'Hervé Guibert nous a quittés, emporté par les effets du sida à 36 ans, laissant derrière lui une oeuvre fascinante qui occupe une place unique dans la littérature française et que redécouvrent aujourd'hui de nouveaux lecteurs. On a tout dit de Guibert, l'enfant terrible et subversif, à la fois doux et provocateur, précurseur dans l'autofiction, auteur de romans, nouvelles et récits mais aussi de photographies où surgissaient avec éclat tous les protagonistes et les objets d'un petit théâtre personnel parcouru par le désir ; Guibert qui poussait si loin l'introspection qu'il alla jusqu'à filmer sa maladie.
Écrivain et journaliste à Libération, Mathieu Lindon a été très proche, et ce de longues années, d'Hervé Guibert, apparaissant de manière récurrente dans plusieurs romans de l'écrivain disparu en 1991. Si Lindon est resté plutôt discret sur cette amitié qu'il a commencé à aborder dans ses romans avec le sublime Ce qu'aimer veut dire paru en 2011, Hervelino (du petit nom affectueux qu'il donnait à son ami) sorti au printemps 2021, revient sur cette amitié hors norme, sur « leurs années romaines » lorsqu'ils séjournaient tous les deux à la Villa Médicis de 1988 à 1990, alors qu'Hervé était déjà malade et diminué physiquement par le sida.
Interviewé par Tewfik Hakem, Mathieu Lindon replonge dans Hervelino, court texte mélancolique et souvent drôle qui n'est pas une collection de souvenirs à proprement parler, mais plutôt un livre sur la difficulté à raconter l'être aimé. Autre compagnon de route d'Hervé Guibert, le photographe Hans Georg Berger partageait avec lui sa passion pour l'image et a réalisé parmi les plus beaux portraits de l'écrivain. Certains  nourrissent cet entretien passionnant.
__
À lire : Mathieu Lindon, Hervelino, P.O.L, 2021. Hans Georg Berger, Hervé Guibert, Un amour photographique, Éditions le Quai et Michel de Maule, 2020. __
Un entretien avec Mathieu Lindon animé par Tewfik Hakem et enregistré en public le 18 juillet 2021 au Mucem à Marseille, lors de la 5e édition du festival Oh les beaux jours !. https://ohlesbeauxjours.fr/
__
Un podcast produit par Des livres comme des idées. Montage : Clément Lemariey Voix : Benoît Paqueteau Musique : The Unreal Story of Lou Reed by Fred Nevché & French 79 https://ohlesbeauxjours.fr/evenement/the-unreal-story-of-lou-reed-by-fred-neche-french79/ 2022 © Oh les beaux jours !.
+ Lire la suite
autres livres classés : autofictionVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1367 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre