AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782253934448
512 pages
Le Livre de Poche (25/03/2020)
3.28/5   160 notes
Résumé :
Claire Castaigne ne ressemble guère à l’image qu’on se fait d’une notaire : elle a trente-deux ans, ses parents ont une ferme en Bourgogne à la lisière de la foret et c’est là qu’elle a grandi, sans hériter d’aucune charge. Elle roule à moto dans Paris, elle porte des tatouages, vit seule, lit Marguerite Duras pendant ses pauses déjeuners et répond parfois à une invitation pour une nuit sans lendemain avec un homme rencontré sur un site de rencontre. Mais dans son ... >Voir plus
Que lire après Les actesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (59) Voir plus Ajouter une critique
3,28

sur 160 notes
Incursion au sein d'une étude notariale. L'envers du décor de ce monde qui rythme la vie de tout un chacun dans ses grands événements. C'est avec Claire Castaigne, jeune notaire fraîchement embauchée dans une grande étude parisienne, que l'on découvre l'ambiance de ce milieu professionnel qui n'échappe ni aux lois du marché ni à l'ambition de ses patrons.

Cécile Guidot a toutefois fait de cette jeune femme un personnage atypique dans la profession. Elle circule sur une grosse moto, est tatouée sur le bras, la partie visible de son corps en tout cas que ses patrons lui demandent de masquer à la vue des clients. Elle échappe donc au stéréotype bourgeois qui colle à la profession. Et qui plus est, elle a de l'empathie pour ceux de ses clients qui n'ont à faire avec la profession que contraints par les événements. Elle a été affectée au droit de la famille : successions, contrat de mariages.

Derrière le professionnel, toutes professions confondues, se cache un homme ou une femme. Nous ne sommes donc pas étonnés de retrouver au sein de cette grande étude parisienne dirigée par quatre associés les traits de caractère qui font les forces et faiblesses de la nature humaine, ses grandeur et vilenie aussi quand l'appât du gain et les moeurs des uns et des autres empiètent sur les préoccupations du métier.

Un ouvrage sympathique qui se lit vite et bien, avec lequel on se glisse sans peine dans cette ambiance de bureau avec photocopieuse et machine à café, potins, rivalités et connivences. Un ouvrage qui peut accessoirement ouvrir aux ficelles d'un métier que le commun des mortels aborde à mots couverts et ne connaît que par les redoutés frais de notaire.
Commenter  J’apprécie          223
Voilà un premier roman avec les "trop"et les "pas assez" habituels dans ce cas.
C.Guidot est notaire et c'est avec cette expérience qu'elle décrit une série de portraits , et ils sont nombreux dans une étude, c'est une ruche sévèrement hiérarchisée. Et bien sûr les "clients", rarement insouciants.
Claire, jeune notaire lucide mais aux dents longues tout de même intègre une prestigieuse étude rue de la Paix à Paris.
Beaucoup de travail, des notaires associés plus ou moins inélégants, des collègues à l'affût de la moindre erreur, beaucoup de jalousie, bref, le monde d'une petite entreprise.
Et au milieu , les clients, leurs drames, leur mesquinerie ou leur grand coeur, tant pis si parfois on se perd un peu dans les personnages, Claire est le fil rouge du livre.
C'est une lecture agréable, même si elle me semble manquer d' "un petit supplément d'âme". Ces "actes notariés" sont bien partis pour devenir une série télévisée.
Commenter  J’apprécie          240
J'ai acheté ce livre pendant mes vacances pour sa jolie couverture et son thème original : un roman sur la vie d'un cabinet de notaires, voici qui m'a semblé assez inédit. Je craignais un peu d'être déçue avec une lecture style chick lit vite oubliée mais en fait pas du tout !
On s'attache vite au personnage de Claire Castaigne, jeune femme d'une trentaine d'années, qui roule à moto n'en déplaise aux machos, porte des tatouages au grand effroi de ses collègues vieux jeu et rencontre les hommes sur Tinder. Embauchée dans un prestigieux cabinet parisien, elle doit très rapidement faire ses preuves malgré la charge de travail toujours croissante et la pression ambiante. Et contrairement à certains de ses collègues qui semblent n'être là que par pure ambition, Claire s'attache à ses clients et a à coeur d'écouter et conseiller chacun au mieux.
L'auteur saisit le prétexte de cette trame pour entremêler plusieurs histoires : celle De Claire, une jeune femme bien de notre temps, celles de ses collègues et de leurs tiraillements entre vie personnelle et vie professionnelle et surtout celles de ses clients, vieille femme esseulée voulant laisser sa maison au jeune homme qu'elle a recueilli ou riche businessman célébrant son 3e mariage avec une midinette, tous ont besoin un jour ou l'autre des services d'un notaire.
J'ai été vite emportée par ce roman, les histoires sont prenantes et le rythme ne faiblit pas, les personnages sont bien campés et le mélange entre les différents récits des clients et la trame principale du cabinet fonctionne bien. J'ai aussi trouvé intéressant cette vision de l'intérieur d'un cabinet de notaires (l'auteur étant notaire elle-même), milieu que l'on connaît et fréquente finalement assez peu si on n'est pas de ce monde.
Un petit bémol pour le grand nombre de personnages qui m'a un peu perdue au début, j'ai parfois été obligée de tourner les pages pour me rappeler qui était qui, peut être le contexte aurait-il mérité d'être un peu plus construit et amené progressivement. C'est l'autre reproche que je ferais à ce livre : il n'y a pas vraiment "d'histoire" mais une juxtaposition de scènes successives pas d'enjeu narratif à part l'évolution de la vie De Claire que l'on perd parfois un peu trop de vue.
Malgré ces petits défauts, c'est une lecture que j'ai trouvée très agréable et originale et que je recommande à tous ceux qui sont curieux de ce sujet ! J'ai vu qu'il y avait une suite, j'ai hâte de m'y plonger.
Commenter  J’apprécie          140
Je crois que je suis totalement passée à côté de ce livre. Je voudrais être aimable, ne pas le descendre, surtout sachant que le peu d'avis qui a été publié à son sujet pour l'instant sont des avis positifs, mais honnêtement, je ne comprends pas. Ni l'intérêt de l'histoire, ni les qualités littéraires supposées.
Alors peut être que je suis une provinciale désargentée, et que le sujet même du livre m'en exclut un peu. le brassage d'argent et de grosses sommes, les différents actes notariés qui parlent d'énormes successions, de divorces avec enfants illégitimes, de reconnaissances en paternité pour gérer son héritage ou que sais-je, ça me passe au dessus. Et encore, c'eût pu être interessant si c'était amené avec un peu d'émotion, ou de maîtrise du dialogue, mais là… Entre les dialogues artificiels, et le fait que pratiquement chaque phrase se termine par un point d'exclamation, je crois que j'aurais autant apprécié de lire un acte formalisé.
Ensuite, je n'ai toujours pas compris l'intention de l'Autrice. Par exemple le livre commence par un entretien d'embauche où, à chaque ligne, tu as envie de crier « illégal! » « Ne signes pas! » « Alerte l'inspection du travail! ». Mais non, ça se passe très bien, personne ne cille. Alors qu'on parle de notaires, y'a pas de chômage chez les notaires si? Alors que même moi, qui cherche un boulot dans un secteur sinistré, après un entretien comme ça je prends mes jambes à mon cou… Ça ne m'a pas vraiment rendu le personnage principal sympathique du tout, voyez vous.
Et enfin, j'ai été agacée tout le long du livre par des petits détails. Les gens qui pleurent tout le temps. C'est le burn-out élevé au rang artistique là. Les stéréotypes dans les descriptions. Qu'est ce que ça apporte de savoir que le personnage a les seins ronds, ou des fesses galbées. Et puis cette justification sans cesse « non non, les notaires ne sont pas que des vieux bonhommes moches et chiants, y'a aussi des belles jeunes femmes motardes et tatouées ». Quand je lis une histoire, j'aime que les mots apportés aient une utilité. Dans la vraie vie, on a 80 ans à vivre, peu importe qu'il y ait foule de détails. Dans un livre, on a un nombre de pages limitées. Si on nous dit « elle est tatouée » et que ça revient plusieurs fois, et même dans le résumé, à un moment il faut que ça soit utile dans l'histoire. Pas juste pour nous dire « montrez moi vos bras, ah, eh bien rabaissez vos manches ». En revanche, les détails des 10 annonces Tinder, ça en revanche, ça n'apporte rien que du remplissage…
Je suis déçue. Déçue par ce livre qui aurait pu être fascinant, mais qui me donne l'impression de manquer de travail. Et déçue par le fait qu'il n'y ait aucun enjeu, aucun fil rouge, rien qui nous tienne du début à la fin, à part la juxtaposition de petits événements. Enfin, si, il y a un petit fil rouge, l'embauche de cette nouvelle notaire, mais c'est tellement tenu… (et vu l'ambiance, mieux aurait fallu qu'elle n'y reste pas, mais n'étant pas carriériste ni notaire ni parisienne, je suppose qu'elle et moi ne ferions jamais les mêmes choix…)
Pourtant, chaque avis que je lis est dithyrambique, alors je ne vous déconseillerais pas de le lire, je lirais avec plaisir les avis positifs pour savoir ce qui le rend tellement plaisant, parfois ça peut modifier mon ressenti a posteriori!
Lien : https://stephalivres.wordpre..
Commenter  J’apprécie          156
C'est une totale découverte pour moi, car je n'avais jamais vu passer ce roman lors de sa publication en grand format, et je ne connaissais pas du tout Cécile Guidot. C'est un premier roman pour elle, et c'est plutôt une réussite. C'est vraiment la grande force de ce prix, d'avoir des lectures vers lesquelles on ne se serait pas dirigé en temps normal, et du coup, passer à côté de livres intéressants.


 

Le monde du notariat est un monde que je connais très peu. Il m'a toujours semblé austère, froid, strict, et vieux. Les notaires sont souvent dans de vieux bâtiments, les meubles sont vieillots aussi, enfin en tout cas, c'est comme ça chez ceux que je suis allée dans ma vie. Il était donc très intéressant pour moi de suivre un cabinet notarial de l'intérieur, de voir comment il fonctionne, comment ça se passe entre les différents collaborateurs. Et je n'ai pas été déçue par ce fait ici, car tout y est fort bien détaillé.

J'ai donc suivi Claire Castaigne. C'est une jeune femme dynamique, célibataire, la trentaine. Elle est embauchée par un grand office notarial en plein coeur de Paris. C'est très pompeux, riche, comme vous pouvez vous l'imaginer dans ce genre d'endroit. Dans ce cabinet, quatre notaires sont associés, il y a aussi des associés salariés et les assistants de ceux-ci. Claire est une personne très humaine, ce qui manque un peu parfois dans ce genre d'endroit. Elle est à l'écoute de ses clients, n'hésitent pas à se rendre chez eux pour les aider à trier les papiers. Elle prend son métier très au sérieux, c'est une personne honnête et droite, ce qui manque parfois dans ce métier où les magouilles ont aussi leur place. Elle remplace une personne que les notaires ont viré, Claire va devoir se faire une place aux côtés des autres notaires qui ont tous des personnalités très affirmées et qui n'hésitent pas à se tirer dans les pattes dès qu'il y a un bénéfice à faire. Bien qu'on ait plutôt l'impression qu'il ne se passe jamais rien chez les notaires, ici, Claire va vive pas mal d'aventures, entre un dossier d'un illustre personnage révélé à la presse, ou un cambriolage qui tourne mal pour l'un des associés, tout n'est pas si calme qu'il pourrait paraître.


 

J'ai beaucoup aimé suivre Claire dans sa vie de notaire. Je ne peux pas parler d'attachement spécifique, je me suis autant attachée à elle qu'aux autres personnages. J'en ai aimé certains, d'autres m'ont profondément énervée, je pense notamment à l'autre femme notaire, Catherine Ferra. Par contre, j'ai été plus émue par certains cas dont s'occupe Claire ou un autre, par exemple cette dame d'un certain âge qui vit avec un homme plus jeune qu'elle et qui veut qu'il ne soit pas oublié lorsqu'elle mourra. Ou encore, cette personne qui doit être opérée d'une opération lourde et dangereuse et qui fait tout pour protéger son compagnon. Il y a vraiment de belles histoires, touchantes et très humaines.

Le choix narratif de l'auteure fait aussi que j'ai eu quelques problèmes pour m'attacher aux personnages principaux. Elle a choisi d'utiliser la troisième personne du singulier, je suis d'habitude plus sensible à la première personne, qui me permet d'être au plus près de la personne. Ici, une certaine distance est gardée. Et je comprends tout à fait aussi ce choix, cela permet également de mieux voir la situation dans son ensemble, de voir tous les personnages au même niveau et à la même égalité. Claire est le personnage principal, mais on suit autant les autres notaires qu'elle, surtout dans leurs vies privées. Et au final, je pense qu'une narration à la première personne aurait été trop intimiste et n'aurait pas correspondu avec ce que veut faire passer l'auteure à travers ce monde notarial. Il est bon de laisser une certaine froideur comme les notaires peuvent l'être lorsqu'ils reçoivent des clients.


 

Nous n'avons pas les infos tout de suite sur Claire, je veux dire par là, que j'ai été renseignée sur elle beaucoup plus par le résumé. Les détails sur elle arrivent plus tard dans le livre, et j'ai trouvé un peu dommage que le résumé en dise autant sur elle et ne me laisse pas le découvrir par ma lecture. J'ai eu un peu de mal à m'y retrouver au départ entre tous ces personnages, ils sont assez nombreux à travailler dans les bureaux, et je m'y perdais un peu au début. J'ai donc pris quelques notes qui m'ont permis de mieux savoir qui était qui. Mais au fur et à mesure de la lecture, ce sentiment disparaît, car il ne reste au final que quelques personnages qui reviennent plus fréquemment dans l'histoire.

Il n'y a pas de trame spécifique à l'histoire, on assiste à la vie d'un office notarial, jour après jour, avec différentes affaires, les problèmes pour les mener à bien, leurs résolutions et les actes signés. le fil rouge est représenté par Claire et son intégration dans ce nouveau travail. Ce que j'ai fortement apprécié dans ce récit, c'est qu'il n'y a pas trop de romance. J'avais peur que cela dévie sur des scènes de sexe entre les différents collaborateurs, et non, tout est resté très soft, pour mon plus grand plaisir. Ils ont tous des histoires d'amour, heureusement pour eux, mais ce que je veux dire, c'est que ce n'est pas le plus important dans le récit, et qu'il n'y a pas d'histoires entre eux.

Évidemment, vu le contexte dans lequel on se trouve, il va y avoir beaucoup de références à des actes notariés. Cela peut paraître un peu rébarbatif à lire, j'ai lu quelques retours de lecture dans ce sens, mais franchement, cela ne m'a pas dérangée plus que cela. Oui, bien sûr, il y a des références à des lois, il peut y avoir par moment pas mal de chiffres à assimiler, mais cela correspond au monde notarial. Au contraire, j'ai trouvé que chaque acte, chaque loi, étaient bien expliqués par l'auteure. Et j'ai trouvé très intéressant certaines explications sur des héritages ou des successions. J'ai appris plein de choses que je ne connaissais pas. Bien sûr, on sent bien que Cécile Guidot parle d'un sujet qu'elle connait très bien, même sans lire sa biographie, je me suis vite doutée qu'elle avait été elle-même notaire ou avait travaillé dans cette branche là. Et ce que j'ai fortement apprécié, c'est qu'elle explique bien, qu'elle a rendu ce monde austère accessible à des gens comme moi complètement novices.


 

La lecture s'est faite rapidement et avec une certaine avidité. La diversité des cas rend la lecture très addictive, les histoires s'enchainent et on a hâte de retrouver chacune d'elles pour savoir comment elles vont se résoudre. Mélangées à tout cela quelques scènes de la vie privée des différents notaires et collaborateurs, cela fait qu'on ne voit pas les pages défiler et qu'une certaine addiction se met en place. La fin est sympa et ne m'a pas déçue. le style de l'auteure est vraiment très fluide, elle a simplifié et rendu les offices de notaire très abordables pour des personnes comme moi qui n'y connaissaient rien du tout. Je verrais bien ce livre adapté en série, l'auteure a une écriture très visuelle, elle décrit bien chaque scène, chaque lieu, sans jamais alourdir le texte ou rendre la lecture poussive.


 

J'ai beaucoup aimé cette lecture, j'ai appris plein de choses intéressantes et j'aime beaucoup quand ma lecture a ce double rôle de me divertir et de m'instruire. J'ai passé un très bon moment en compagnie De Claire. J'ai vu à la fin du livre qu'une suite était publiée aux éditions JC Lattès, « Les volontés », j'ai très envie de le lire pour retrouver Claire et les autres, savoir ce qu'ils deviennent, voir comment leurs situations évoluent. En tout cas, une chose est sûre, c'est que je vais suivre Cécile Guidot qui est une jeune auteure au fort potentiel et qui peut nous offrir encore plein de bonnes lectures.

Je recommande ce livre à tous ceux qui veulent en apprendre plus sur le sujet des notaires, et qui ont cette vieille image de personnes enfermées dans leurs lois et leurs actes. Ils ont des choses très intéressantes à nous apprendre, et ce genre de romans qui mélangent la fiction à la réalité peut nous apprendre à apprécier ce milieu.

Lien : http://marienel-lit.over-blo..
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (2)
LeSoir
14 juin 2019
Le monde qui fut le sien dans une carrière professionnelle, Cécile Guidot en fait un univers riche de toute la complexité humaine.
Lire la critique sur le site : LeSoir
LeFigaro
09 mai 2019
Elle signe un premier roman, Les Actes (Éditions JC Lattès), qui dévoile les coulisses du notariat, digne de la série télévisée.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
[ office notarial ]
- Vous êtes la 45e candidature et notre 6e entretien d'embauche, Claire Castaigne. Jusqu'à présent, nous n'avons pas été convaincus. La plupart des gens se comportent comme des insectes qui se jettent contre la lampe antimoustiques et grillent électrocutés.
Il marqua un temps d'arrêt. Il souriait, visiblement satisfait de sa comparaison.
- Au-delà de l'excellence technique, nous recherchons quelqu'un de solide et de souple à la fois. Solide car capable de prendre des coups et de travailler beaucoup sur des dossiers complexes. Aucun des dossiers que nous vous confierons ne sera simple. (...) Nous attendons aussi de notre futur collaborateur une extrême souplesse. Il y a des méthodes et un esprit PRF à adopter. C'est pourquoi nous recherchons un candidat qui a cinq ans et non dix ans d'expérience. Nous voulons qu'il ne soit pas totalement gangréné par les méthodes des autres. Nous aimons faire les salariés à notre main. Etes-vous la meilleure pour ce poste ?
(p. 10-11)
Commenter  J’apprécie          100
Elle sentit le regard sur elle de Raymond Golfino, elle décela immédiatement qu'il appartenait à la race des séducteurs, elle n'aimait pas ce genre d'homme mais elle n'avait pas peur, elle était rompue à la circulation des regards, au jeu de la séduction. Le site de rencontre sur lequel elle était inscrite depuis un an était son terrain de jeu favori. Golfino la prenait pour une proie alors qu'elle était une chasseuse.
Commenter  J’apprécie          130
Il était avec sa femme depuis seize ans. (...) Leur relation s'était développée naturellement, avec la bénédiction de leurs familles, ils étaient du même milieu, c'était important, sa mère était pharmacienne et son père, cardiologue ; son père à elle était radiologue, sa mère ne travaillait pas. Ils avaient entrepris des études de droit ensemble, lui rêvait d'être notaire depuis l'enfance, depuis qu'il était monté dans la Ferrari du père notaire de son ami Fabien. (...)
Commenter  J’apprécie          100
[ inventaire des biens d'un défunt par sa veuve ]
- Quatre montres ! Il en avait cinq ! Quand on l'a trouvé mort, il n'avait plus sa Rolex au poignet, j'ai demandé à sa comédienne qui est restée muette. Il ne l'enlevait jamais pour baiser. Elle a piqué la Rolex, la garce !
Commenter  J’apprécie          183
Nous sommes tombés amoureux et nous nous sommes mariés assez vite. Je ne connaissais pas grand-chose aux hommes, rien au couple, rien à la vie de la nuit, rien aux drogues. J’ai découvert un noctambule infatigable. Je l’ai suivi au début, mais je n’aime pas la nuit, et je n’ai jamais pris de drogue. Je m’endormais dans les clubs ! Il appartenait à cette race de séducteurs qui ne peuvent renoncer aux autres femmes en se mariant. Il m’a trompée dès le début de notre mariage. J’ai fermé les yeux. J’avais peur de perdre ce que j’avais acquis. Je n’avais jamais connu l’aisance matérielle avant lui. Et quand on ferme les yeux une fois, on les ferme toujours.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Cécile Guidot (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Cécile Guidot
1860 — vendredi 3 juillet 2020 — Rencontre avec Cécile Guidot, auteure de Les volontés One Thing In A French Day
autres livres classés : notaireVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (364) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3656 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..