AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782702844236
371 pages
Le Grand Livre du Mois (30/11/-1)
4.17/5   12 notes
Résumé :
La Préhistoire n'est pas l'âge d'or que l'on a longtemps voulu imaginer. En s'appuyant avec rigueur sur toutes les découvertes archéologiques, les auteurs font un tableau saisissant de la violence présente dans toutes les sociétés préhistoriques : sujets blessés, armes retrouvées, traces de violences individuelles ou collectives, cannibalisme, supplices et massacres. Des origines jusqu'au Néolithique et jusqu'à l'émergence du guerrier et du héros, les preuves sont l... >Voir plus
Que lire après Le sentier de la guerre : Visages de la violence préhistoriqueVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Voila un archéologue et un médecin paléontologiste qui nous entraînent sur les sentiers de la guerre dans des temps et des régions où l'écriture n'existait pas. Sans sortir du cadre stricte de l'analyse archéologique et sans entrer dans des considérations spéculatives, ils nous révèlent, à partir des fouilles et des découvertes, l'émergence de la violence contrôlée qui transforma les hommes en guerriers puis les rassembla en armée.
L'ouvrage balaye le paléolithique et l'age de bronze afin de nous faire comprendre l'influence que la violence de groupe à pu avoir sur le développement des sociétés agraires au détriment des chasseurs-cueilleurs.
A partir des embryons d'information glanés sur les sites de fouilles, de leur confrontation avec une analyse anatomique poussée et des synthèses perspicaces et étonnantes de ces deux chercheurs, on voit apparaître peu à peu l'ombre, ou la silhouette, de ces guerriers préhistoriques ou de l'âge de bronze sans toutefois arriver à des certitudes.
Repoussant l'idée de temps primordiaux idylliques, ces travaux nous emmènent sur le chemin qui conduit tout droit à la formation des armées et des premières institutions militaires.
Commenter  J’apprécie          30
Autant pour l'homme naturellement bon de Jean-Jacques , le sentier que les auteurs arpentent nous amènent à constater la présence de la violence aux époques les plus reculées de la Préhistoire . Violence certes , mais guerre est sans doute excessif avant le néolithique où les preuves deviennent patentes . Un essai déprimant pour les idéalistes mais fort intéressant.
Commenter  J’apprécie          50
Professeur au Collège de France, Jean Guilaine est un spécialiste du néolithique. Les sentiers de la guerre, tout en étant un ouvrage sérieux et référencé se lis aisément et agréablement. le livre chemine vers une conclusion qui remet en cause le pacifisme longtemps fantasmé des premiers agriculteurs. Il approche sans doute de la réalité de ce qui fait l'humanité, dont la violence est une composante.
Et parfois, à une tournure de langage, s'entend l'accent du sud de Jean Guilaine, toujours intéressant à écouter.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Au début de l'Age du bronze, le métal ne sert qu'à la sphère de prestige, en nette séparation de la sphère domestique, où se maintiennent des objets en pierre taillée. Vers la fin de cette période, la production intensifiée de pièces en métal, rendant obsolète l'outillage lithique, marque un progressif enrichissement des sociétés. La contrepartie sera l'insécurité et le pillage ; l'émergence progressive de l'aristocratie s'explique alors par la nécessité de protéger biens en personnes, afin de conserver des relations économiques et sociales sereines, nécessaire à l'habitat agricole. Les aristocrates sont dès lors perçus comme les garants de l'ordre.
Commenter  J’apprécie          00
..on pourra avancer,souvent avec une rare précision ,la panoplie des artifices mis en oeuvre pour se débarrasser d'autrui.Ceux-ci n'ont fait que se perfectionner au cours du temps ,l'arme ayant eu ,au-delà de sa fonction,une valeur symbolique sans cesse glorifiée ,au point de servir de référence de masculinité ,de virilité.
Commenter  J’apprécie          10
Dans ces sociétés, tout est fait pour souligner la position sociale, la distinction, le paraître. Ce sont donc des comportements sans grande rentabilité économique mais à forte symbolique (chasse, guerre) qui permettent de dégager le statut de certains individus.
Commenter  J’apprécie          10
Nous n'avons pas, en tant qu'êtres humains, l'excuse de penser que cette violence est le fruit de notre évolution préhominienne. C'est notre cerveau, et lui seul, qui a fait de nous l'animal le plus dangereux de la planète.
Commenter  J’apprécie          10
C'est au moment où la chasse ne joue plus qu'un rôle mineur dans l'économie que son rôle social et symbolique ne cesse de croître.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Jean Guilaine (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Guilaine
C'est en savant et en chercheur que Philippe Grosos nous propose une démarche inédite : penser la philosophie au risque de la préhistoire et voir l'Antiquité non comme un point de départ, mais comme un phénomène historique tardif. La philosophie est née en Grèce, au ve siècle avant notre ère, à la fin de l'âge du Fer. Après l'apparition de l'agriculture, de la poterie, de l'écriture, celle de la philosophie constituerait comme le couronnement du processus de néolithisation et du mode d'être au monde qu'il a imposé. Or, si les peintures rupestres du Paléolithique ne figuraient presque que des animaux, celles du Néolithique montrent essentiellement des scènes de chasse, de cueillette ou de récolte. L'être humain est désormais au centre des représentations, et donc des préoccupations. Est-il alors si étonnant que de nouvelles interrogations apparaissent sur la manière de vivre ensemble, vertueusement et pacifiquement ? Être bon, dans une cité juste, en vivant avec et pour les autres, n'est-ce pas la question que ne cessent de poser les penseurs grecs dans leurs traités de politique et d'éthique ? Un regard nouveau sur la préhistoire. Un renversement de nos idées préconçues. Un essai fascinant qui éclaire les origines de notre civilisation. Professeur de philosophie à l'université de Poitiers, Philippe Grosos a publié aux Éditions du Cerf plusieurs ouvrages consacrés à la préhistoire : Signe et forme. Philosophie de l'art et art paléolithique, Lucidité de l'art. Animaux et environnement dans l'art depuis le paléolithique supérieur. Il a reçu le Prix La Bruyère 2022 de l'Académie française pour Des profondeurs de nos cavernes.
Préface de Jean Guilaine du Collège de France
+ Lire la suite
Dans la catégorie : ArchéologieVoir plus
>Histoire du monde ancien>Histoire générale du monde ancien>Archéologie (64)
autres livres classés : Âge de bronzeVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (37) Voir plus



Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
1118 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre

{* *}