AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782742761425
332 pages
Éditeur : Actes Sud (09/06/2006)

Note moyenne : 3.46/5 (sur 13 notes)
Résumé :

" A travers cette fiction, j'ai souhaité écrire une comédie autour de ce grand tournant de l'histoire de l'humanité que l'on nomme " Néolithique ". Au Proche-Orient, il y a 10000 ans, l'homme abandonne son style de vie multimillénaire fondé sur la chasse, la pêche et la cueillette pour produire désormais son alimentation, végétale et carnée, par le recours à l'agriculture et à l'él... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
JeanPierreV
  01 décembre 2017
Je n'aurais sans doute jamais connu Jean Guilaine et ce livre sans cette bibliothécaire, qui me dit: "Vous me direz ce que vous pensez de ce livre...Je l'ai bien aimé ! Vous connaissez Jean Guilaine? Il est de Carcassonne..."
Alors pourquoi pas faire mieux connaissance avec un voisin dont le profil scientifique, d'une part et le titre de Professeur au collège de France et de spécialiste du néolithique, d'autre part m'auraient semblé ennuyeux, parce que sans rapport avec mes centres d'intérêts, sans cette suggestion littéraire pleine de sagesse.
Lire afin de mieux comprendre notre monde, est sans doute l'une des principales motivations d'un grand nombre de lecteurs et de lectrices. Et souvent chacun a sa propre période de prédilection et affectionne les auteurs issus de cette période ou l'ayant pour thème : contemporains, classiques....
Ma seule référence littéraire relative à la préhistoire fut "La Guerre du Feu" de J.H.Rosny aîné, reçu un soir de Noël de mon enfance dans l'édition Rouge et Or...et depuis, plus rien, pas un titre..
Alors oui, "Pourquoi j'ai construit une maison carrée", fut une découverte qui me procura un nouveau plaisir de lecture, celui d'une farce scientifique, souvent jubilatoire, mais oh combien sérieuse !
Quatre personnages principaux :Cano, est un jeune homme du néolithique, devant chasser et cueillir des baies ou des grains pour se nourrir. Il vit comme les autres membres de son groupe dans des tentes en peaux, qui sont progressivement remplacées par des huttes rondes..il a envie que les choses bougent, Golluk, le sage rigide et traditionaliste, n'ayant que les ancêtres comme références. Menil, père adoptif de Cano a quant à lui, constamment à la bouche le mot "progrès", il a voyagé, rencontré d'autres groupes, et veut initier ce progrès...Mais la résistance au changement est forte....et enfin Mémet, dirigeant politique cherchant à accroitre son pouvoir...
En nous faisant partager le vie de ce groupe, pendant une génération, très souvent avec humour, le Professeur Jean Guilaine, spécialiste du Néolithique, nous fait connaître toutes les mutations que cette période de 10 000 ans de l'histoire du monde, connut : variations du niveau de la mer, passage de la cueillette à l'agriculture, de la chasse à l'élevage, des tentes en peaux aux habitations, construites en pierres, rondes dans un premier temps, rectangulaires ensuite, des groupes de maisons aux premiers villages...mais aussi l'arrivée des nuisibles que furent rats et souris, des animaux de compagnies, chiens et chats...la découverte fortuite des métaux, l'amour vrai et l'amour tarifé..déjà...l'empâtement des hommes et femmes devenus trop sédentaires et l'apparition d'une hiérachie sociale...et de l'alcool.
Les anachronismes, voulus par l'auteur, nous feront sourire. Certaines conversations, assez décalées, entre personnages reprennent des expressions actuelles, sans doute afin de mieux nous montrer qu'aujourd'hui comme hier, l'Homme a toujours voulu améliorer sa condition, progresser, et que ces hommes et femmes du néolithiques furent les premiers hommes de notre ère moderne!
Jean Guilaine rétablit la vérité historique, en fin d'ouvrage
Quel plaisir que celui d'apprendre, de découvrir, de sourire de ces anachronismes.. Ces plaisirs nés de ces conversations décalées et modernes entre les personnages du roman, nous confrontent aussi à notre monde actuel.

Lien : https://mesbelleslectures.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
vdujardin
  06 avril 2016
Pour les besoins du récit, Jean Guilaine a condensé en une génération les évolutions qui se sont produites sur une période un peu plus longue, sédentarisation, transformation du mode de vie, domestication du chat (le loup avait été domestiqué depuis plusieurs dizaines de millénaires), apparition de la guerre (enfin, développement, plutôt…). La montée des eaux aussi a été impressionnante, rappelez-vous le déluge de la Bible ou l'Atlantide, des récits ancrés dans les mémoires collectives et pour cause, si aujourd'hui on s'inquiète pour une montée des eaux de quelques mètres, on oublie que la mer a monté de presque 55 mètres entre le dernier maximum glaciaire et l'Holocène (et aussi que le trait de la côte atlantique était 5 mètres plus haut qu'aujourd'hui au 5e siècle avant Jésus-Christ, avec des sites de production de sel à Muron, presque à Surgères, à une cinquantaine de kilomètres à l'intérieur des terres pour ceux qui connaissent la Charente-Martime). Revenons au Proche-Orient… Ce roman est agréable à lire, avec de nombreuses touches d'humour, ce qui change d'autres romans (pré)historiques: soit ils sont agréables à lire mais plein d'erreurs pour les préhistoriens, soit ils sont écrits par des préhistoriens et parfois pas très agréables à lire. Jean Guilaine a réussi à éviter cet écueil!
Lien : http://vdujardin.com/blog/gu..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lalivrophile
  17 novembre 2011
A ceux qui critiqueraient l'auteur et diraient qu'il a fait un livre fourmillant d'anachronismes, je répondrais que Jean Guilaine explique dans l'avant-propos qu'il l'a fait exprès. Son but était d'écrire un roman historique qui serait avant tout un divertissement, donc agréable à lire, et non truffé de jargon savant. En outre, l'humour est souvent de mise. L'auteur explique que si on veut, on peut le prendre autrement, mais que lui a écrit ce livre sur un ton humoristique. Effectivement, certaines situations sont amusantes: le mystère du blé qui disparaît, la façon de Golluk de tout ramener aux ancêtres et de dire «arcacum», la façon dont Ménil s'obstine à chercher comment obtenir des récipients en argile qui ne se craquellent pas, la façon dont les cousins se moquent de la communauté de Cando qui s'habille à l'ancienne, la fois où Cando se met à apprécier les ancêtres car ils sont favorables à son mariage, l'ambition d'Aladin quant à «son« mariage, etc.
[...]
Lire la suite sur:
Lien : http://www.lalivrophile.net/..
Commenter  J’apprécie          10
Lathalie
  23 juin 2011
Pourquoi les profs d'histoire ne donnent-ils pas ce beau livre à lire à tous leurs élèves ? je suis certaine qu'ils en retiendraient beaucoup plus sur la vie au néolithique !
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
JeanPierreVJeanPierreV   01 décembre 2017
J'ai assisté a l'avènement d'un monde nouveau dont vous êtes aujourd'hui les héritiers. [....] Nos grands-parents étaient des chasseurs, des cueilleurs de feuilles, de graminées sauvages, de fruits. Nos parents sont devenus ce que vous êtes : des paysans, des bergers. Ils ont transformé les blés et les orges en faisant pousser des épis gonflés de grains épais. ils ont changé la physionomie des animaux. D'espèces menaçantes ou craintives, ils ont fait des bêtes qui nous sont dévouées. Aux tentes qui ne tenaient pas toujours devant les caprices du vent, ils ont substitué des habitations résistantes de pierre, de bois et d'argile. Et tant d'autres choses encore, comme l'art de tisser les vêtements, le travail de la terre, la vie en communautés solidaires. Un chamboulement total. J'ai eu le plaisir et l'honneur de vivre cette aventure et j'en suis fier. (P. 261)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
JeanPierreVJeanPierreV   01 décembre 2017
- Je dois tout de suite vous prévenir. Le bâtiment a beaucoup évolué ces derniers temps. De jeunes architectes, la tête pleine de nouvelles idées, ont bouleversé les habitudes ancestrales. Alors, les maisons rondes, c'est fini.
- Comment, fini? dit Balthazard, un vieux Montému.
- Fini ! Passé de mode ! Ringard !
- Et pour faire quoi ?
- Des maisons carrées ou en rectangle, dit Ménil
- Carrées ou en rectangle, mais c'est de la folie ! On n'a jamais vu ça !
- Justement, ça existe. J'ai pu en voir, j'ai même mangé et dormi dans l'une d'elles, réservée aux amis de passage, une sorte de chambre d'hôtes, qui. Très pratique, en plus. Dans quelques-unes le sol est surélevé et l'on place les provisions sous la maison, dans des sortes de petites caves ou de débarras.
- Et le toit? s'inquiète Malbar
- En roseaux, branchages et boue séchée
- C'est étanche, au moins ?
- Tout à fait ; ni vent, ni soleil, ni chaleur, ni froid. Je vous le dis, le progrès, le progrès, mes amis! Et en plus, elles peuvent être grandes, ces demeures. On peut rajouter des pièces, en découper à sa guise à l'intérieur : une cuisine, une salle à manger, une chambre pour les parents, une pour les enfants. Je vous le répète, le progrès. Gardez le moral!
Mémet semble conquis, les Kalumié aussi. Mais quand le Vieux apprend que les adultes sont opté pour la construction de maisons à encoignures, il est dans une grande colère, disant à qui veut l'entendre:
- Arkakoum ! Arkakoum ! Ce choix est une ineptie. Quand nous avons décidé, près de la mer, de construire des maisons rondes, nous n'avons fait que remplacer des tentes par d'autres tentes en matière plus solide. Mais la forme ancestrale, le rond, n'a pas bougé. Nous devons conserver des plans circulaires, qui ont été expérimentés pendant des lustres par nos devanciers. Le rond, voilà l'expérience et le sûreté !
- Le rectangle ou le carré, constate Ménil, voilà l'avenir!
- Ces jeunes architectes sont tous des sots, dit Golluk. Si nous les laissons faire, ils seront capables de construire un jour des gîtes pour plusieurs familles ou de bâtir des maisons à pièces superposées.
- C'est sûr, dit mon père. Cela viendra.
- Je ne veux pas y penser, dit le Vieux. En tout cas, faites comme vous le voulez, moi je garderai ma maison ronde. Il n'est pas question que je sacrifie à une mode qui ne tiendra pas longtemps, j'en suis sûr."(P. 58)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
JeanPierreVJeanPierreV   01 décembre 2017
Comment veux-tu que l'orde soit maintenu dans une maison comme tout le monde? Un chef a besoin d'épater le commun en vivant dans une demeure à la mesure de sa fonction. C'est pour cela que toute la communauté a construit ce bâtiment unique. Ce n'est pas pour moi, c'est pour leur chef. (P. 291)
Commenter  J’apprécie          10

Video de Jean Guilaine (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Guilaine
RAN 2017 : entretien avec Jean Guilaine
autres livres classés : préhistoireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2219 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre