AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2207114929
Éditeur : Denoël (08/11/2013)

Note moyenne : 3.85/5 (sur 36 notes)
Résumé :
"Au Mali, tout est possible et rien n'est certain," ainsi parle Solo, ce Franco-Malien recherché par la police française qui a laissé derrière lui un passé obscur pour recommencer une nouvelle vie sur le continent noir.
Ancien des stups respecté de la profession, Solo est devenu à Bamako un détective privé populaire. Même si les souvenirs douloureux le hantent souvent, Solo les noie avec application dans l'alcool.
Jusqu'au jour où une belle avocate fra... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
gruz
  29 novembre 2013
Laurent Guillaume est un ex flic des stups. Laurent Guillaume a connu le Mali dans le cadre de son expérience professionnelle. Laurent Guillaume est un écrivain surdoué.
Prenez les trois ingrédients, secouez fort (très fort) et vous obtiendrez Black cocaïne, polar survitaminé, d'une vraisemblance sans pareille.
L'auteur sait clairement de quoi il retourne. Son précédent roman qui se déroulait déjà en Afrique, « Doux comme la mort », petit bijou noir, était déjà bluffant. Ce nouveau roman l'est tout autant, mais très différent.
Rigoureusement, étonnamment, profondément marquant, vivant et bluffant.
Reprenons cette affaire point par point :
Ce polar est rigoureux dans son traitement. Parce qu'on est très loin du roman du petit blanc qui veut faire dans l'exotisme. Chaque phrase décrivant le Mali et sa société sonne vrai, intensément vrai. L'âme du pays transpire par tous les pores des mots de Laurent Guillaume. C'est brut, authentique, brûlant d'actualité et souvent loin des stéréotypes véhiculés par les médias. On ressent intensément que l'auteur aime ce pays, et c'est parce qu'il l'aime qu'il le présente sans fard, sans avoir peur de mettre en avant ses gerçures et ses crevasses.
Rigoureuse également la description de la filière de la drogue, que l'écrivain (fort de son passé aux stups) rend particulièrement vraisemblable. du travail de pro !
Ce polar est étonnant par son réalisme couplé à ce qui se fait de mieux au niveau romanesque. Une intrigue au cordeau, un récit à la première personne qui ne tombe pas dans la facilité, une puissance d'évocation du pays impressionnante et un personnage principal magnifique. Des ingrédients qu'on ne retrouve pas tous les quatre matins dans le même bol.
Ce roman est profond, par son sujet mais aussi beaucoup par la densité du personnage principal. Un homme plein de failles (rien d'original à priori), mais d'une épaisseur telle qu'à de nombreuses reprises l'auteur nous colle la chair de poule. Et il a le bon goût de ne pas négliger les personnages secondaires, sans nous noyer sous leur nombre.
Ce roman est marquant, attendez-vous à prendre des claques. Comment ne pas être marquant quand on en cumule autant. Une lecture qui reste là, présente, comme en apesanteur, devant vos yeux une fois la dernière page tournée, Une récit court (250 pages), sec et rugueux.
Ce roman est vivant, à tel point qu'il vous remue certaines fois les tripes, pour vous toucher à d'autres moment en plein coeur. le contexte veut ça, l'histoire veut ça, le personnage veut ça et l'écriture veut ça. Parce que l'écriture de Laurent Guillaume est très expressive, non dénuée d'humour et émotionnellement chargée, y compris dans les moments durs et violents (et il y en a).
Ce roman est bluffant. Est-il encore utile que j'argumente davantage ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          294
indira95
  28 mars 2016
Des histoires de flics j'en ai lues un paquet. Je continue d'ailleurs à être particulièrement étonnée par la qualité de certaines productions littéraires. Et surtout, je continue à ne point trop me lasser du classique combo : flic/homme torturé. Et on peut dire que Black cocaïne ne déroge pas à la règle : et oui, encore une histoire de flic désabusé. Mais (et c'est la différence notoire), ce flic est un franco-malien qui officie en tant que détective privé à Bamako. Et pire, ce détective est un ancien flic des stups qui a sacrément merdé en France et est sous le coup d'une demande d'extradition. Alors là, autant vous dire que j'en suis restée pantoise. du Mali je ne connais pas grand-chose soyons honnêtes. Et comme vous vous en doutez, la perspective d'en savoir un peu plus sur cette ancienne colonie française m'a titillée…
Solo (c'est son p'tit nom), est donc notre anti héros dont on sait qu'il fut efficace dans son taf, limité obsédé et un peu trop accro aux substances illicites. de son minable bureau à Bamako, il enquête aussi bien sur les infidélités des messieurs que sur des choses plus graves. Et ça tombe bien, notre histoire démarre avec une de ces demandes très spéciales : que faire quand une brillante avocate française hyper sexy vous demande de graisser la patte d'un juge pour obtenir la libération de sa jeune soeur, arrêtée pour trafic de cocaïne ? Et bien on agit en parfait gentleman et on accepte. Voilà notre Solo embarqué dans quelque chose qui dépasse la simple et (institutionnalisée) corruption de fonctionnaire. La jeune soeur est retrouvée quelques jours plus tard égorgée, son corps flottant près du fleuve Niger. Solo aurait-il mis le nez dans une affaire de gros bonnets ? Faut croire que oui. Et les ennuis ne font que commencer.
Sur les 280 pages que contient ce roman, pas une minute de répit ! Mazette quel rythme et surtout quelle maîtrise des codes du genre ! Black Cocaïne est le thriller haletant qui vous fait tourner les pages à la vitesse d'un supersonique.
Avec un style hautement percutant, sans langue de bois ni fioritures, Laurent Guillaume nous entraîne dans les arcanes de la société malienne, embourbée dans le cloaque de la corruption élevée au rang d'institution. On y découvre un pays qui tente tant bien que mal de s'en sortir, porte d'entrée idéale de l'Afrique vers l'Europe, devenue en quelques années la plaque tournante incontournable d'un trafic de drogue international. Un pays en proies à l'instabilité politique, menacé par AQMI au Sahel et les tribus salafistes aux portes de Bamako. Un pays qui comme beaucoup d'anciennes colonies oscillent entre poids des traditions et aspirations démocratiques. J'ai d'autant plus apprécié ce roman quand on sait que Laurent Guillaume a travaillé quelques années au Mali, envoyé par la France dans le cadre d'une vaste coopération dans la lutte contre le trafic de drogue. Ma peur d'un roman un peu trop orienté « pater colonialiste » ou le regard d'un frenchie sur l'ancienne AOF, a été balayée par le parti pris relativement neutre et distancié (à mon sens) de Laurent Guillaume qui dépeint avec justesse et recul, un pays qu'il affectionne.
Solo, le privé malien, a, je l'espère, encore de beaux jours devant lui et comptez sur moi pour l'y encourager.
Lien : http://www.livreetcompagnie...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          202
belette2911
  04 juillet 2015
Bamako, la capitale du Mali, me faisais toujours penser à l'horrible chanson d'Amadou et Mariam qui m'avait cassé les oreilles un été, sur une chaine française… "Le dimanche, à Bamako, c'est le jour des mariages". Une horreur.
Maintenant, lorsqu'on me parlera de Bamako, je penserai à Souleymane Camara, dit Solo, ancien flic de la brigade des Stups française, en exil dans ce pays qui ne pratique pas l'extradition de ses ressortissants.
Ce qu'il a fait à Lyon et qui a nécessité une fuite aussi loin, nous le saurons dès le prologue, ensuite, il nous faudra juste additionner un plus un pour comprendre la débauche de violence du début.
Solo, ça rigole pas comme mec, surtout quand on lui prend ce qu'il a de plus cher au monde. Là, il devient un vrai fauve.
Malien de par son père, français de par sa mère, métis donc, il a toujours l'impression d'être assis le cul entre deux chaises : en France, il était le Black de service, au Mali, il est le Blanc. Cherchez pas docteur…
Solo a fait son trou au Mali, est devenu détective privé, comme Sherlock Holmes… À la différence que le Consulting Detective anglais ne prenait une solution à 7% de cocaïne uniquement lorsque son cerveau n'avait pas d'énigmes à se mettre sous les petites cellules grises !
Notre détective franco-malien, lui, il carbure à l'alcool, aux rails de coke et autres pilules magiques telles les Benzodiazépines.
Vu ainsi, le personnage aurait pu être abject, l'auteur aurait pu en faire trop, mais il a su doser le cocktail de la personnalité de Solo pour en faire un personnage attachant, drôle, qui ne lâche rien dès que l'on touche aux siens.
L'affaire dont une cliente l'avait chargé semble banale, à priori : payer un magistrat pour faire sortir une mule à la demande de sa soeur (la cliente).
Mais cette affaire banale est comme un peu comme un chèche, on a le commencement, mais on ne sait pas à quel moment on atteindra le bout, après avoir déroulé des mètres de tissus.
L'écriture passe toute seule, elle coule comme l'eau dans votre gorge assoiffée d'aventures et l'histoire prendra une tournure inattendue, le tout devenant vite périlleux.
La plume est sans gants, plongeant dans des mots crus, pimentant le tout avec quelques scènes de sexe et diluant l'encre dans du sang.
Dans un pays où tout est à vendre et où tout s'achète (suffit d'y mettre le prix), il n'est pas facile de remonter le flux de l'affaire afin d'arriver au commanditaire.
Drôle, mais sans concession, la verve de l'auteur vous plongera la gueule la première dans un pays gangrénés par les trafics et la corruption.
Le portrait du Mali est cash, brut de décoffrage, violent, mais on sent que là-dessous, l'auteur connait le pays et l'aime bien, malgré ses lourds défauts.
L'histoire ne perdra pas de temps en salamalecs inutiles, on rentre direct dedans, on fonce dans le tas, on prend des coups, on les rend, on enquête, on fouille, on défouraille et on en sortira groggy, secoué, éprouvé après cette putain de bonne lecture !
♫ Cette semaine, à Bamako, c'était les journées vendetta ♪
Un roman lu en une journée… J'étais encore un peu dans mon trip "Mois Anglais", oubliant que la vitesse de lecture n'était plus importante.

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
encoredunoir
  06 décembre 2013
Souleymane Camara, dit Solo, ancien policier français réfugié après une sale affaire à Bamako, la ville de son père, exerce dorénavant la profession de détective privé. Solo s'est forgé une réputation d'efficacité, voire de justicier dans la capitale malienne, et s'est tout naturellement vers lui que se tourne Faten Tebessi, jeune avocate française, afin d'innocenter et faire libérer sa soeur incarcérée dans le pays après une saisie de drogue à l'aéroport. Mais en acceptant cette affaire a priori simple à démêler, Solo ne va pas tarder à faire émerger des ramifications bien plus vastes et inquiétantes et à mettre en danger sa propre personne et ceux qui lui sont proches.
Avec Black Cocaïne, Laurent Guillaume fait le choix original de catapulter un détective dans le plus pur style hardboiled au Sahel. On retrouve donc tous les motifs du genre : l'ancien flic détruit par la disparition de sa femme et de son enfant, l'arrivée de la cliente dans le style femme fatale, désagréable et manipulatrice, un lot assez important de raclées à subir par un héros dont l'opiniâtreté confine à l'entêtement suicidaire, et une ville – ou même ici un pays – corrompue. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le Mali dépeint par Laurent Guillaume se prête bien à ce jeu, d'autant plus que vient se greffer à cet exercice de reprise des thèmes du roman américain de détective le poids des traditions et des liens familiaux et sociaux particuliers de ce bout d'Afrique, conférant au roman une atmosphère qui offre un ton original à une histoire par ailleurs très classique.
De fait, on suit avec intérêt les pérégrinations de Solo, et Laurent Guillaume sait faire fonctionner avec efficacité les rouages de l'histoire pour faire de son roman un bon page-turner. Mais c'est bien moins l'enquête elle-même que ce climat particulier qui voit se mêler les symptômes d'un État en déliquescence – corruption de la police et de l'administration revendant les intérêts du pays aux étrangers les plus offrants, accointances entre armée et djihadistes – et ces questions d'honneur et de fidélité à la famille élargie qui tissent les liens sociaux du pays et se placent au-dessus des basses questions de législation, qui font se distinguer ce roman de la masse des publications.
Si l'on regrettera parfois une certaine tendance de l'auteur à trop vouloir expliquer, à renfort d'adjectifs un peu redondants, les motivations de ces personnages là où leurs actes pourraient suffire, il n'en demeure pas moins que Black Cocaïne se révèle tout à fait efficace. Sans prétendre à devenir un classique ou un grand roman du genre, il fait le job, apportant action, rebondissements et exotisme. de quoi passer quelques heures agréables de lecture.

Lien : http://www.encoredunoir.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
vincent34380
  26 janvier 2014
"Au Mali, tout est possible et rien n'est certain", ainsi parle Solo, ce Franco-Malien recherché par la police française qui a laissé derrière lui un passé obscur pour recommencer une nouvelle vie sur le continent noir. Ancien des stups respecté de la profession, Solo est devenu à Bamako un détective privé populaire. Même si les souvenirs douloureux le hantent souvent, Solo les noie avec application dans l'alcool. Jusqu'au jour où une belle avocate française l'engage pour faire libérer sa soeur arrêtée à l'aéroport avec de la cocaïne. Un dossier en apparence simple pour Solo, mais cette banale histoire de mule va prendre une tournure inquiétante. Ses vieux démons réveillés, l'ex-flic se lance dans cette affaire dangereuse, entre tradition et corruption, avec la détermination de celui qui n'a rien à perdre.
Quel choc que ce roman ! Dévoré en un après-midi, il nous transporte en compagnie de Solo dans un Mali en proie à la corruption, à tous les niveaux des administrations et de l'Etat. L'intrigue tient la route, le découpage est précis, rythmé. le personnage de Solo, tiraillé entre deux religions, deux cultures, traîne comme un boulet son passé de flic qui lui a coûté sa famille. On a déjà vu ce type de privé, qui en prend plein la gueule, et se relève toujours. Et il nous demeure éminemment sympathique, touchant dans sa détresse et son humanité. Les personnages secondaires ne sont pas anecdotiques et ont tous une véritable utilité dans la trame du récit. L'exposé des faits concernant les filières de la drogue est tout à fait vraisemblable. le Mali où nous invite Solo ne se trouve pas dans une Afrique de guide touristique. L'auteur connaît et aime l'Afrique et il nous la montre telle qu'elle est : belle, mystérieuse, mais aussi envoûtante et brutale.
Et c'est aussi pour ça que j'ai adoré ce livre : la peinture qu'il fait du Mali a ému jusqu'au tréfonds la petite part de mon âme qui est restée à jamais marquée par ce continent africain.
Alors, Monsieur Guillaume, je vous dis bravo, et s'il vous prenait à l'idée de confier à Solo d'autres enquêtes, je le suivrais sans l'ombre d'une hésitation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
belette2911belette2911   02 juillet 2015
Je jouis enfin, lâchant une giclée brûlante comme de la lave, un foutre que j'imaginais noir et gluant comme le pétrole. Samantha me fit son numéro, le bouquet final. Elle hurla de plaisir, les yeux révulsés et la perruque de travers.

Dans ces affaires, tout n'est qu’une question de rituel, une formalité.
Commenter  J’apprécie          110
bibliobleuebibliobleue   02 décembre 2013
Une nuée de gamins dépenaillés et morveux m'entoura soudain en me tirant par la manche et en me bombardant de questions, mettant à mal mes rudiments de bambara. Ils me suivirent un bout de chemin puis se lassèrent et disparurent en piaillant. Je regardais le fleuve.
J'avais mal, mais j'étais en vie.
Commenter  J’apprécie          10
belette2911belette2911   02 juillet 2015
Ses petits yeux porcins me jaugeaient froidement.
— Vous êtes une sorte de Sherlock Holmes, reprit-il, n'est-ce pas ?
— Ce n'est qu'un ancien flic français, intervint Rafael.
— Ne nous jetons pas nos passés au visage, Rafael, t'étais bien flic espagnol avant de faire dans la poudre.
Commenter  J’apprécie          10
bibliobleuebibliobleue   02 décembre 2013
Numéroter mes abattis. Je souriais en mon for intérieur, Kansaye employait souvent des expressions surannées.
Commenter  J’apprécie          40
PchabannesPchabannes   19 avril 2015
Au Mali, un commissaire de police ne peut pas vivre de sa solde, encore moins un flic d’un grade inférieur.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Laurent Guillaume (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Laurent Guillaume
Breves de Salons Laurent Guillaume
autres livres classés : maliVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1259 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
. .