AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782867469572
Éditeur : Liana Lévi (05/10/2017)

Note moyenne : 3.87/5 (sur 47 notes)
Résumé :
Renato Donatelli, dit le Kanak, a quitté la Nouvelle Calédonie il y a des années pour le SRPJ de Toulouse. Un mètre quatre-vingt-dix-neuf, tout en muscles et gentillesse, ce gardien de la paix donne du « gros chameau » à ceux qu’il aime et des « gifles amicales » à ceux qui lui barrent le chemin. Il vient d’être mis au placard à la section des courses et jeux en compagnie du jeune lieutenant Cussac, mais tous deux prennent très à cœur leurs nouvelles missions. La mo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
Jeanfrancoislemoine
  10 mai 2018
Avec "abattez les grands arbres"Christophe Guillaumot"avait marqué un fort bel essai,à mes yeux.Dans un match,la tentative de transformation n'est pas toujours acquise et bien,lui l'a parfaitement réussie. Près du stade E Wallon de Toulouse,qui en voit,et des beaux,des essais,l'exploit n'est pas mince.
Pour tout dire,j'ai encore passé un très bon moment en compagnie du Kanak,de Six,de May et de leurs compères. Les personnages "vivent "leur rôle et on va les suivre,aussi bien dans leur vie professionnelle que personnelle.Et elle n'est pas toujours facile,leur vie quotidienne.On verra pourtant combien les liens qui les unissent peuvent venir à bout de bien des difficultés. De la gravité,de l'humour aussi pour des personnages attachants.
L'intrigue est bien menée, parfaitement maîtrisée et même si certaines situations sont un peu prévisibles, le récit connaît une très habile progression,la fin réservant un rythme soutenu ,haletant,et l'épilogue, lui,laissant la porte ouverte à une suite;les dernières lignes,en tout cas redistribuent des cartes,dont l'une pourrait bien être une jolie dame de pique.
Christophe Guillaumot est flic et il nous parle,et fort bien de ce qu'il connait,son métier et,les jeux et finances n'ayant aucun secret pour lui,il nous entraîne dans un monde passionnant,subtil,peu conventionnel pour le commun des mortels.Voici encore un côté culturel abordé par le biais du polar,pas mal,non?
Placer une partie de l'action dans une déchetterie est aussi une vraie trouvaille,comme les casse autos,c'est un univers sombre,glauque,opaque,c'est un cadre particulièrement anxiogène , car méconnu lui aussi.
Je suis devenu addict au personnage du Kanak que j'espère bien le retrouver,car,soyez en persuadés, Christophe Guillaumot est "dans mon fichier",comme Bussi et Norek.Pour lui comme pour eux,ce sera "perpète "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
Franckync
  20 février 2018
Titre : La chance du perdant
Auteur : Christophe Guillaumot
Année : 2017
Editeur : Liana Levi
Résumé : Renato Donatelli est un flic kanak (chez nous on écrit plutôt canaque désolé Christophe) officiant à la SRPJ de Toulouse. Renato est une montagne de muscle originaire de Nouvelle-Calédonie. Mis au placard par sa direction, flanqué du jeune Cussac dans la section des courses et jeux, le mélanésien va se jeter à corps perdu dans une enquête mêlant disparitions, meurtres mystérieux et paris clandestins.
Mon humble avis : Un héros calédonien, je ne pouvais qu'être attiré par ce polar de Christophe Guillaumot ! La chance du perdant fait suite à abattez les grands arbres récompensé du prix du quai des orfèvres 2009. A priori nul besoin d'avoir lu le premier tome avant de se lancer dans cette enquête plutôt réussie de cet auteur dont le métier n'est autre que policier. Nous voici donc entre de bonnes mains, Guillaumot connaît les arcanes de la police et la lecture de ce texte me confirmera à quel point cela peut se révéler précieux. Pour débuter je me dois de préciser que la chance du perdant ne révolutionne pas le genre, nous sommes ici dans un polar classique avec enquête et couple de policier dont la vie privée déborde largement sur le professionnel. Rien de bien original donc mais un traitement efficace, une écriture fluide et des personnages attachants font de ce polar un vrai plaisir de lecture. Guillaumot parvient à saisir l'ambiance d'un commissariat à merveille, il décrit avec talent les relations conflictuelles entre services et même si j'avoue avoir eu un peu de mal avec son personnage principal (trop caricatural à mon goût) j'ai éprouvé beaucoup de plaisir à suivre ses aventures dans une ville rose décrite avec maestria. Si, comme je l'ai expliqué plus haut, j'ai eu un peu de mal avec Renato, il n'en a pas été de même avec la galerie de personnages qui peuplent ce roman. Les personnages secondaires (je pense notamment à la petite graffeuse) sont campés avec finesse et l'on sent toute l'empathie de l'auteur pour ce personnage marquant. Chapeau Mr Guillaumot, chapeau pour cette enquête addictive, pour l'excellente description du monde du jeu, chapeau pour ce polar qui même s'il manque un peu de profondeur ravira tous les fans du genre.
J'achète ? : Oui si tu es fan de polar le kanak doit faire partie des héros de romans que tu dois connaître. Un livre parfait pour se détendre, un roman plaisir qui malgré quelques maladresses saura conquérir le coeur des (nombreux) fans de polar. On l'aurait préféré plus dense, plus touffu mais ne boudons pas notre plaisir la chance du perdant est un bon roman. A mon humble avis.

Lien : https://francksbooks.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          242
Bazart
  04 novembre 2017
Il y a Six, le jeune lieutenant fragile, sous l'aile protectrice de Renato le Kanak, gardien de la paix au coeur tendre, 199 cm au garrot, plus d'un quintal de barbaque, Jules Letocart, avec un T pas un D, stagiaire lunaire mais prestidigitateur doué et Serge Nicolo, mathématicien à la retraite et vacataire par obligation pour la SRPJ, ce carré d'As mal assorti et pourtant complémentaire travaille à la Brigade des Courses et des Jeux des bord de Garonne.
Toulouse, la belle endormie, connait une vague de suicide, d'inquiétantes morts violentes avec en poche une carte de poker représentant la Dame de Pique.
Plus qu'une coïncidence, un jeu de piste sanglant va emporter le quatuor dans un monde de triche, de dettes, d'addiction et de règlement de compte. Toulouse, la ville rose, à du sang rouge vif sur ses tapis verts.
Un polar régional ? Non, beaucoup plus ! Á la manière de Michael Connelly et Los Angeles Christophe Guillaumot utilise Toulouse comme un personnage à part entière. Une bande de flics attachants, des personnages secondaires bien dessinés, une intrigue plutôt originale et surtout, surtout, des méchants (es) très méchants (es). Un bon polar qui, sans se prendre au sérieux, nous parle d'exil, de solitude, de destin brisé et d'amour perdu, un polar saignant et tendre ce n'est pas si courant.

Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          251
Amnezik666
  07 février 2018
C'est donc avec beaucoup de plaisir que j'ai retrouvé Renato Donatelli et Jérôme Cussac, gentiment placardés à la section des courses et jeux après leur coup d'éclat, au mépris de toute procédure et de toute voie hiérarchique, dans l'affaire des homicides rwandais.
Cette nouvelle affectation permet à l'auteur d'étoffer ses personnages. D'un côté Renato doit gérer les cas de Mama Loma, tiraillé entre la nécessité de la faire soigner en maison de retraite et la promesse de garder le manoir, deux options non cumulables financièrement parlant.
Du côté de chez Jérôme Cussac, les choses vont de mal en pis. Il accepte mal cette mise au placard, lui qui se voyait déjà parmi les têtes d'affiche de la Crim'. Quand il apprend que Juliette, l'agent de la DGSE qui s'est joué de lui (sur ordre) lors de leur précédente rencontre, a été assassinée par des djihadistes alors qu'elle opérait sous couverture en Syrie, c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase, il craque totalement et glisse inexorablement sur une pente qui pourrait bien être sans retour…
Le Kanak et Six profitent de visites sur le terrain pour étoffer leur équipe de deux nouvelles recrues, recrues forcément atypiques, cela va de soi.
Ainsi le premier adjoint à rejoindre leurs rangs est Jules Letocart, un jeune en formation à l'école de police qui utilise ses talents de magicien (notamment en matière de manipulation de cartes) pour arrondir ses fins de mois en trichant au casino.
Il sera bientôt rejoint par Serge Nicolo, professeur de mathématiques à la retraite passionné de statistiques et de probabilités, son pêché mignon est de truquer les matchs de foot amateurs pour le compte d'un employeur dont il ignore tout.
Et voilà une section courses et jeux en ordre de marche, reste à trouver de quoi l'occuper…
Si l'auteur enrichit ses personnages en nous faisant partager leurs doutes et interrogations, cela ne se fait pas au détriment de l'enquête. Une enquête que mènera l'équipe dans le monde obscur du jeu clandestin, et tout particulièrement des paris clandestins, des paris dont les enjeux ne semblent pas connaître de limites…
Sous la plume de Christophe Guillaumot, la ville de Toulouse devient quasiment un personnage à part entière. Même sans jamais y avoir mis les pieds, j'ai eu l'impression de me balader en terrain connu tant l'auteur parvient à nous faire partager son amour pour « sa » ville.
On y retrouve des personnages déjà rencontrés lors de la lecture du précédent roman (notamment Marc Trichet et l'équipe des stups du Gros Georges) avec toutefois une grande absente, la légiste, Avril Amandier. Au grand dam de Renato ! Bien entendu ce roman nous fera aussi découvrir de nouveaux personnages, des rencontres plus ou moins agréables selon les circonstances.
En nous plongeant dans le monde du jeu, Christophe Guillaumot sait de quoi il parle, étant lui même à la section courses et jeux de la SRPJ de Toulouse. Et sans surprise cela se ressent dans l'écriture, les romans policiers écrits par des auteurs exerçant ou ayant exercé le métier de policier, ont un petit quelque chose en plus qui est inimitable.
Si en plus vous y ajoutez une intrigue totalement maîtrisée, des personnages profondément humains et attachants (ou méprisables, selon l'effet recherché), avec un subtil mélange de sérieux et d'humour, vous obtenez un polar haut de gamme et un auteur qui confirme, voire sublime, son talent narratif.
On retrouve quelques confusions entre les cultures wallisiennes et mélanésiennes, nul doute que le séjour de Christophe Guillaumot en Nouvelle-Calédonie lui fournira plus de matière visant à ancrer son personnage dans la culture canaque. Ceci dit ces erreurs d'aiguillage restent mineures et passeront même totalement inaperçues pour les lecteurs ne connaissant pas la Nouvelle-Calédonie.
Lien : https://amnezik666.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
emilie31
  03 janvier 2020
En attendant les prochaines aventures du Kanak, j'ai lu La Chance du perdant – pour ceux et celles qui ne connaissent pas les romans de Christophe Guillaumot, vous pouvez bien évidemment les lire dans l'ordre mais il est tout à fait possible de lire indépendamment chaque roman.
Voici la présentation de l'éditeur – Liana Levi
Renato Donatelli, dit le Kanak, a quitté la Nouvelle Calédonie il y a des années pour le SRPJ de Toulouse. Un mètre quatre-vingt-dix-neuf, tout en muscles et gentillesse, ce gardien de la paix donne du « gros chameau » à ceux qu'il aime et des « gifles amicales » à ceux qui lui barrent le chemin.
Il vient d'être mis au placard à la section des courses et jeux en compagnie du jeune lieutenant Cussac, mais tous deux prennent très à coeur leurs nouvelles missions. La mort d'un homme dans un compacteur à déchets inaugure une série de disparitions frappant des accros aux jeux d'argent.
Tous les cadavres sont retrouvés porteurs d'une énigmatique dame de pique. Alors que le Kanak plonge dans l'univers des cercles clandestins et des paris truqués, il aimerait bien éclaircir une autre énigme : pourquoi sa vieille amie et compatriote, Diamant Noir, s'est-elle autrefois éloignée de son grand-père, le roi de l'île De Pins ? Hélas, il est plus facile de se retrouver dans les méandres des tripots que dans ceux de l'âme humaine.
Une fois encore j'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce roman qui nous plonge dans les rues et quartiers toulousains. Mais situer l'intrigue à Toulouse ne suffit pas à faire mon bonheur ! Il faut aussi que le roman soit bien construit, les personnages aboutis et l'intrigue prenante. Dans La chance du perdant, je retrouve tous ces éléments indispensables.
Pour commencer, l'intrigue nous fait découvrir un univers que l'auteur connaît très bien mais que j'ai découvert : celui du jeu et plus particulièrement du jeu clandestin. Par la force des choses, le Kanak se retrouve dans un service « placard », celui de la section des courses et des jeux et pourtant avec Six, ils vont mener une enquête à rebondissements et ce, jusque dans les dernières pages du roman ! A cet univers nouveau pour moi s'associe un univers que j'aime particulièrement : celui du street art et je n'ai pas boudé mon plaisir à imaginer les lieux qui avaient pu inspirer l'auteur ! L'enquête policière est rondement menée, bien écrite et le fait que l'auteur soit encore en exercice dans le milieu policier n'y est sûrement pas pour rien !
Les personnages sont eux aussi bien construits et on découvre pour certains des failles que le premier roman n'avait pas encore dévoilées. Renato reste ce personnage entier que j'avais pu découvrir. Attaché à ses racines, il est prêt à se sacrifier pour sa famille, pour le Diamant Noir qui le lie encore à son île mais il est aussi ce pilier qui soutient les amis dans les moments difficiles. Honnête et juste, il met inconsciemment ces qualités au service de ses enquêtes. Il met de l'humanité dans des rouages qui en manquent parfois. L'autre personnage de cette enquête est Six que nous avions également découvert dans Abattez les grands arbres. On lui découvre des failles, des faiblesses qui menacent indirectement l'enquête et qui vont révéler surtout la complémentarité de Renato et Six, un duo d'enfer, un duo de collègues mais surtout d'amis !
J'ai pris un réel plaisir à lire ce roman et j'ai hâte de lire la suite des aventures du Kanak. Pour avoir eu la chance de rencontrer l'auteur, je peux dire que ces romans sont écrits en toute humilité, il y met de sa vie professionnelle et cela est aussi un gage de qualité.
En résumé : si vous ne connaissez pas le Kanak, n'attendez plus pour faire sa connaissance !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
JeanfrancoislemoineJeanfrancoislemoine   10 mai 2018
Détenu ou visiteur,c'est toujours avec plaisir que l'on retrouve sa liberté :poser un pied dehors et entendre la porte blindée se refermer derrière soi, sentir le vent frapper son visage,respirer l'air vivifiant et oublier cette sensation d'enfermement.Quiconque n'a pas connu cette ambiance oppressante est incapable de comprendre ce que représente une journée de prison et encore moins d'évaluer une peine juste et adéquate en punition d'une infraction.(p 244)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
BazartBazart   04 novembre 2017
C’est exact. On m’a fait comprendre que je pouvais gagner beaucoup d’argent en participant au trucage de certains matchs. Il faut que je vous explique : 70% des paris mondiaux se font en Asie. Là-bas, c’est un sport national de parier. Et là où il y a des paris, il y a forcément des gens qui veulent les truquer
Commenter  J’apprécie          130
NATBNATB   02 juin 2018
Si la France bénéficie d'un encadrement réglementaire conséquent, il faut savoir que 70% des paris en ligne sont réalisés en Asie et il devient possible chez certains bookmakers de parier sur tout et n'importe quoi.
A l'instar de la cigarette ou de l'alcool, le jeu peut être une véritable addiction.
Commenter  J’apprécie          80
NATBNATB   31 mai 2018
Les interventions prennent une tout autre tournure lorsque la BRI est invitée aux festivités. Leur rigueur, leur professionnalisme assurent aux enquêteurs une tranquillité leur permettant de se concentrer sur leur affaire et non sur la sécurité opérationnelle.
Commenter  J’apprécie          60
NATBNATB   30 mai 2018
Le jeu semble être une drogue à part entière, tout comme le cannabis, la cocaïne ou même l'alcool. Il y a des moments de grâce, de dépression, des rechutes, certains s'en sortent au prix de grands efforts, d'autres s'enfoncent jusqu'à toucher le fond. A croire que l'être humain aime à se faire mal, comme si les aléas de la vie ne suffisaient pas.
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Christophe Guillaumot (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christophe Guillaumot
Christophe Guillaumot : Abattez les grands arbres.
autres livres classés : toulouseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1864 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre