AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782361834425
208 pages
Éditeur : Les Moutons Electriques (15/03/2018)

Note moyenne : 3.61/5 (sur 23 notes)
Résumé :
Que s’est-il produit dans un lointain passé sur l’île de Skellig, au large de l’Irlande ?

La manifestation d’une créature épouvantable, événement dont on trouve des traces sur une bonne partie du globe terrestre, selon une étrange diagonale de 115° qui, traversant l’Europe et l’Afrique, va se perdre quelque part dans l’Océan Indien. La chose terrifiante avait jadis été mise en échec. Or, en ce mois de mai 1925, elle s’est réveillée… et compte bien rev... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
LePamplemousse
  25 juin 2018
Ce roman que l'on peut classer dans la littérature pour jeunes adultes m'a semblé un peu léger, tant au niveau du vocabulaire assez simple que de l'histoire qui va droit au but, sans beaucoup de descriptions ni de détails.
Le roman est court, à peine 200 pages, ce qui fait que tout va très vite.
Dès les premières pages, on est dans l'action.
Un prêtre, son jeune guide de 14 ans et trois aventuriers américains vont tenter de lutter contre une bête qui semble surgie tout droit de l'enfer. Ils vont traverser plusieurs pays pour déjouer les plans de l'ignoble créature.
J'ai trouvé que l'ensemble manquait de consistance, les personnages sont à peine esquissés, la créature est décrite et on apprend d'où elle vient et ce qu'elle veut en quelques lignes brèves, il y a de l'action mais tout s'enchaîne sans grand suspense.
J'ai lu le roman jusqu'au bout car il était très court mais j'en ressors avec l'impression d'avoir survolé l'histoire sans être entrée dedans, l'intrigue étant trop légère pour ça.
Le titre « 115 ° vers l'épouvante » est donc un peu survendu à mon avis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
philippemarlin
  26 mars 2018
Belle surprise Que ce premier tome de la collection « Les Saisons de l'Étrange » chez les Moutons Électriques.
115 ° vers l'Épouvante de Lazare Guillemot (2018) est de la bonne littérature populaire qui ravira de surcroît tous les lovecraftiens. Nous sommes en 1925 dans les Cornouilles en compagnie du père Brown et de son jeune guide local, Billy. le père Brown est un prêtre catholique, passionné par les vieilles pierres et par les messages que laissent parfois transparaître certaines inscriptions que le temps n'a pas encore effacées. Lors d'une excursion archéologique, ils sont surpris par ce qu'il semble être un orage, mais les nuages se transforment en crapaud menaçant qui se met à les traquer. Ils seront sauvés par un avion de tourisme qui éradiquera la bestiole. Ils poursuivront leur chemin vers un site mégalithique dont la principale pierre levée a disparu. Et de rencontrer une équipe de quatre américains dont le pilote du petit avion. Ceux-ci sont sur la piste d'une monstruosité qui cherche à prendre le contrôle de la planète, l'abominable Tsathoggua . Les américains expliquent en effet être tombé sur cette affaire par un collectionneur américain possédant un artefact codé et que le but de la créature, par le biais de ses serviteurs les Voormis, est de reconstituer une clef qui permettra sa libération. Ladite clef est formée de 13 morceaux, mégalithes et autres sculptures, réparties tout autour de la planète. Leur enquête a été facilitée par un vieux libraire de Providence, qui leur a fourni de précieuses informations tirées du Culte des Goules et du Necronomicon.
Commence alors une course poursuite au travers les océans entre le navire des Voormis et le yacht des américains épaulés par le prêtre et le jeune guide. Ils se feront à chaque fois devancer par les créatures malfaisantes, qui réussiront à s'emparer des différentes pièces de la clef. La libération de Tsathohhua sera grandiose, mais de courte durée. le père Brown a mis en effet la main, grâce à l'artefact, sur une arme redoutable qui permettra d'anéantir le monstre.
Un récit bien mené, plein de surprises amusantes. Les nuages malfaisants sont des Pustulars qui aident les Voormis à transporter les lourdes pierres permettant de reconstituer la clef. Nous sommes en 1925, et les communications radio ne sont pas encore au point. Mais l'équipage américain s'est adjoint la collaboration d'Eyrimath, une mimosée pensante, plante télépathe qu'ils ont ramenée d'une précédente aventure au Gondokoro (Soudan du Sud). Quant aux petites monstruosités, nous sommes gâtés avec des champignons grenouilles ou d'inquiétantes créatures marines à tête d'obus. Last but not least, outre l'empreinte prégnante de Lovecraft, le récit fourmille de clins d'oeil à Chesterton et Rosny Ainé.
Bravo !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Cylhis
  11 avril 2018
Un prêtre et un jeune guide se retrouvent pourchassés par un étrange nuage aux allures de crapaud sans yeux. Énorme, il semble tout sauf amical. Et lorsqu'un hydravion vient leur porter secours, on commence à sérieusement se poser des questions, non ?
Ce livre est un pur délice pour les amateurs de roman d'aventures : il est pour moi l'alliance de Lovecraft, pour le côté créatures répugnantes incroyables et très effrayantes, et d'Indiana Jones mais en mode équipe, pour le côté aventures. On ne s'ennuie pas une seule minute dans ce roman qui tient un rythme soutenu du premier mot au dernier point. Si vous recherchez un bon divertissement autre qu'un écran banal et abrutissant, je vous conseille fortement ce petit bijou. Je ne m'attendais vraiment pas à un roman de cette qualité pour le premier livre de cette saison de l'étrange et je suis très agréablement surprise. Les personnages sont tous bien campés, on ne sait pas tout sur eux, loin de là car l'action prédomine dans ce roman au détriment de moments psychologiques, mais l'auteur arrive à nous les rendre attachants. Que ce soit le prêtre, le jeune guide, les aventuriers de chocs père, fille et neveu, ou encore les jeunes matelots Gog et Magog, on a envie d'en savoir plus sur chacun d'eux, de mieux les connaître. Je ne sais pas s'il est prévu une autre aventure avec un ou plusieurs de ces personnages, mais je serai curieuse de le lire si c'était le cas. le lecteur comble cependant avec plaisir les vides dans leur vie. Et comme l'histoire se déroule en des lieux connus, on croit vraiment être aux côtés de cette fine équipe. C'est vraiment un Lovecraft, sans la terreur. Certes, les créatures sont effrayantes, mais l'ambiance générale n'est ni angoissante ni oppressante, comme peuvent l'être les nouvelles du Maître. Et aucun plagiat ou volonté de s'inscrire dans le monde lovecraftien ne se fait sentir : c'est un parallèle qui se limite aux créatures épouvantables qui poursuivent nos héros. Un bon roman d'aventures et d'épouvante, bien écrit qui se lit à vive allure.
Un excellent moment de lecture, je le recommande !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
celindanae
  20 mars 2018
Ce roman est le premier du financement participatif d'une campagne Ulule lancée en février et co-édité par Les moutons électriques. Voici la page du projet ulule,si vous voulez plus d'informations sur le projet, il y a également un site. le projet comporte 6 romans dont l'illustrateur est Melchior Ascaride. Les romans sont pensés comme une série télé avec des références aux comics, aux pulps, aux séries B, aux films Z. Une seconde saison de l'étrange sera en projet l'année prochaine avec le même principe. Les aventures sont indépendantes les unes des autres. Les romans seront également disponibles en achat indépendant hors souscription au financement participatif.
Ce premier roman est tout à fait dans l'ambiance annoncée par le projet. On y trouve des références à la littérature populaire avec des créatures issues de l'univers de Lovecraft, et des personnages issus de la littérature policière du XX ème siècle: le père Brown, un des 5 personnages principaux, est un personnage créé par G.K. Chesterton et les 3 aventuriers américains Ironcastle père et fille et Guthrie ont été imaginés par J.H. Rosny Aîné. Lazare Guillemot s'est amusé à regrouper tous ces personnages qui se rencontrent pour la première fois sur l'île de Skellig. le père Brown fait une visite de l'île avec un jeune guide de la région, Billy Babbridge, un adolescent, quand ils découvrent une étrange manifestation d'un nuage gigantesque à la forme de crapaud, qui s'avère plutôt dangereuse. Ils vont être aidés par un trio d'aventuriers un peu atypique composé de Hareton Ironcastle, sa fille Muriel et son neveu Sidney Guthrie. Cette rencontre va les amener à plonger dans une aventure mouvementée où règne l'indicible si familier à Lovecraft.
Le côté série télé est aussi présent dans ce premier roman. On peut aussi avoir l'impression d'une partie de jeu de rôle dans l'univers de Lovecraft, avec un côté pulp : on a la rencontre des 5 personnages que l'on pourrait trouver dans L'appel de Cthulhu et leur quête pour empêcher une entité de venir submerger notre monde. Il y a aussi beaucoup de dialogues, ce qui amplifie cette impression et rend le récit vivant. Celui-ci est très rythmé, allant de péripéties en péripéties. Même si on trouve une créature principale issue du bestiaire lovecraftien, l'auteur a fait preuve de trouvailles originales comme les Pustulars ou les Voormis.
Le roman est court, à peine 200 pages, et de lecture très agréable. Les personnages ne sont pas très développés, et certaines scènes sont vite résolues, la fin notamment est beaucoup trop courte. le roman est vraiment tourné vers le côté aventure / pulp et c'est un parti pris évident de l'auteur. L'histoire se déroule en 1925, soit une parfaite époque pour le jeu de rôle L'Appel de Cthulhu. On voyage beaucoup également en allant de l'île de Skellig en Afrique en passant par la France.
115° vers l'épouvante est donc un premier roman tout à fait sympathique qui correspond bien à l'esprit voulu par le projet de départ. Les autres romans ne seront pas dans la thématique de Lovecraft mais dans le même esprit mêlant aventure, fantastique, pulp et comics. le roman se lit facilement et on est très vite pris dans le récit. Vivement la suite!
Lien : https://aupaysdescavetrolls...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Bleuopale
  11 avril 2018
Ce qui me plait particulièrement dans cette collection, c'est le caractère revendiqué du format court. Ce n'est pas un format novella, comme pour la collection Une Heure Lumière de le Bélial' mais un format d'environ 200 pages et pour moi c'est un format qui manque un peu dans les littératures de l'Imaginaire récentes. Deuxième gros plus de la collection, des textes originaux qui vont permettre de me faire découvrir des auteurs (pas d'autrice malheureusement pour cette première saison) qui jouent avec les codes de la culture Pulp et les écrits des auteurs qui l'ont marqué ou inspiré. J'aime également que toutes les couv' soient réalisée par le même illustrateur, ce qui donne un coté tout de suite reconnaissable à la collection.
Pour ce premier opus, nous nous retrouvons en Angleterre et plus particulièrement en Cornouailles en compagnie de Billy Barbridge, "guide indépendant qualifié" qui est en plein travail. En effet, l'adolescent accompagne depuis quelques jours le père Brown dans sa visite de tous les monuments mégalithiques de son coin de bord de mer. C'est au cours d'une de ces excursions, qu'un phénomène pour le moins déconcertant et... inquiétant, amène nos deux compères à rencontrer Hareton Ironcastle, sa fille et son neveu. Ce trio d'aventuriers est en pleine mission, à la poursuite de créatures étranges qui semblent rechercher des artéfacts d'un autre temps avec un objectif qui ne peut que donner des sueurs froides au lecteur.
Le décor très lovecraftien est planté. J'avoue c'est mon premier livre qui reprend ainsi les thèmes du célèbre auteur et c'est assez intéressant. 115° vers l'épouvante correspond exactement à la définition donnée à la collection Les Saisons de l'étrange : une lecture rapide, une histoire entre récit d'aventure et fantastique. Lazare Guillemot ajoute à son environnement tiré des écrits de Lovecraft des personnages issus d'autres auteurs fameux : G.K Chesterton et J-H Rosny Ainé. Ces auteurs ne me sont pas connus mais cela n'empêche en rien de suivre l'histoire proposé, par contre pour les connaisseurs, je pense que le récit doit encore prendre une autre dimension.
En bref, c'est une première réussie avec un récit fantastique aux accents lovecraftiens qui nous entraine dans une course-poursuite nautique à travers l'Europe et le Moyen-Orient. C'est une lecture sympathique et facile même pour les non connaisseurs des univers littéraires qui ont inspiré ce récit. Et comme dans une bonne série TV, on attend l'épisode 2 avec impatience !
Lien : http://chutmamanlit.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
BleuopaleBleuopale   11 avril 2018
Les seuls à savoir, les seuls qui, peut-être, parviendront à la contrer, sont au nombre de cinq : le Père Brown, un prêtre catholique britannique dont le hobby est la résolution de meurtres et mystères ; un jeune orphelin cornouaillais, Billy Babbridge ; ainsi que trois aventuriers américains, Hareton Ironcastle, sa fille Muriel et son neveu Sidney Guthrie. Ils se lanceront sur les traces des sectateurs de la chose et, au terme d’un périple qui les mènera au-dessus d’une faille océanique, à l’autre bout de la Terre, tenteront d’empêcher le monde de basculer dans l’horreur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
TesrathildeTesrathilde   25 mars 2018
Aux glouglous sourds de l’eau canalisée dans le creux des brèches, des craquelures, puis ruisselant tout autour en grêles cascatelles, se mêlait le crépitement de l’ondée sur l’herbe et les buissons.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : fantastiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
666 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre

.. ..