AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Denise Esteban (Illustrateur)
EAN : 9782901386094
64 pages
Éditeur : Presses d'Aujourd'hui (08/12/1982)
3.5/5   2 notes
Résumé :
Inaugurée en mai 1979, la collection «l'Arbre double» a pour ambition de rassembler des textes de haute valeur littéraire peu connus du public français, choisis en fonction de leur proximité avec des interrogations de notre temps.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Erik35
  18 décembre 2017
RÉINVENTER LE QUOTIDIEN
Les quarante textes qui composent ce bref et charmant recueil, accompagné de dessins au fusain délicatement désuets avec leurs allures d'ombres un peu raides et tout juste ébauchées, n'ont pas pour tâche de bouleverser le petit monde de la poésie comme ce fut le cas, dans une thématique qui pourrait lui sembler proche, du recueil incroyable de Francis Ponge, le parti pris des choses.
Le regard d'Eugène Guillevic sur le monde, sur son petit univers - qui est aussi le notre - n'avait pas cette apparente froideur de la dissection pongienne. Il ne s'était pas plus donné pour tâcher de disséquer ce qui est pourtant sous nos yeux et que nous voyons plus, non ! En revanche, il nous rend sensible ces choses-là, en mettant la lumière, une lumière intime, profonde et tendrement décalée, sur son univers proche, celui de sa chambre, tout autant lieu de vie - mais quelle ! puisque c'est celui où nos existences se mettent entre parenthèse - que de travail, ce qu'il rappelle avec vigueur lorsqu'il évoque sa table :
Tu es mon affût,
Tu es mon chantier,
C'est ici que je suis
Au mieux avec moi-même,
Ici que l'univers
Devient mon matériau.
Ainsi, c'est à l'état de veille que le poète se sent au mieux avec lui-même, pas dans son lit, où l'on confie son esprit à un certain Morphée dont on ne se souvient jamais assez qu'il était fils d'Hypnos chez les antiques. Pour autant, les draps de ce lit sont ses «accueillants», «confidents», «adéquats».
Le poème est donc, plus que jamais dans ce recueil, cherche à mettre en lumière ce quotidien le plus évident, essentiel, dans cette suite intitulée Blason de la chambre, publiée en 1982 par Eugène Guillevic. le poète y prend ainsi pour objets poétiques ces choses - meubles, instants, sensations - pour nous insignifiantes que sont une chaise, des rideaux, un crayon ou même les murs et le plafonds ; le silence. le poète ne s'en éloigne jamais qui lui évoque souvenirs, impressions, intuitions, instantanés de vie présente, passée ou possiblement future.
Guillevic parvient même à s'objectiver - à se mettre au niveau de ces petites choses qu'il transmue en concepts plus grands, par les mots - tandis qu'il s'y décrit en occupant, admettant ainsi qu'il s'y trouve presque surnuméraire, un étranger, celui qui occupe mais sans en être véritablement. Et il s'adresse, presque d'individu à individu, à ces objets qui l'entourent :
L'OCCUPANT
Alors même
Que je ne suis pas seul,
C'est en solitaire
Que je vous parle,
Sauf quand le corps-à-corps
M'enlève à vous -
Mais vous savez.
Blason de la chambre n'est d'évidence pas le plus grand recueil que Guillevic aura écrit au court de sa belle et longue vie en Poésie mais les textes qu'on y trouve s'insinuent dans l'esprit du lecteur en ce qu'il retiennent et contiennent de cette inquiétude sereine qu'est cette recherche de lien à construire entre le soi - l'en soi - et le monde qui vous entoure, avec tout son mystère, avec ses évocations, avec sa difficulté à être dit autrement que par les mots du poème.
Un sourire perle à la commissure des lèvres une fois ce petit livre délicat enfin reposé - reposant -, le regard un peu vague, perdu à entrevoir, grâce à l'évidence établie par le poète, l'âme des toutes ces choses précédemment inanimées...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Erik35Erik35   18 décembre 2017
LE MIROIR

Voici longtemps
Que j’attends de toi autre chose

Que ce que tu me déclares
En tant que visage :

Cette chose
Qui ne m’est rien,

Qui se tient
Hors mon pouvoir,

Émergée
de quel magma

Océanique,
Oublié.
Commenter  J’apprécie          210
Erik35Erik35   18 décembre 2017
LA TABLE DE CHEVET

C'est donc cela
Que je lisais hier soir
Avant de m'endormir.

Nous avons dû
En dire quelque chose
Pendant la nuit.

Je te retrouverai ce soir.
Commenter  J’apprécie          150

Videos de Eugène Guillevic (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eugène Guillevic
VICTOR POUCHET - LA GRANDE AVENTURE - 18 questions sur la vie et la poésie
« le fil c'est peut-être une histoire très simple : tragi-comédie en cinq actes et deux personnages. L'un régulièrement menace de partir. L'autre se contente d'écrire des poèmes, dans l'espoir absurde de l'en empêcher. » Dans le roman-poème La Grande aventure, Victor Pouchet déroule une histoire à la fois bouleversante et légère en vers : une rencontre, des micro-aventures qui prennent des proportions de l'univers, des angoisses cosmiques, chansons tristes et verres de vin. Cette conférence-performance est l'occasion de traverser le livre et l'aventure de son écriture à travers une série de questionnements poétiques (ou presque) qui concerneront entre autres choses l'hypnose, Georges Perros, les récits épiques, Eugène Guillevic, les imprimantes laser avec option wifi, le doute et les chips au vinaigre.
À lire – Victor Pouchet, La grande aventure, Grasset, 2021.
+ Lire la suite
autres livres classés : vers libreVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
964 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre