AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070326284
Éditeur : Gallimard (21/02/1991)

Note moyenne : 4.06/5 (sur 16 notes)
Résumé :
Recueil de poèmes écrits de 1965 à 1975.

Source : Electre
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
candlemas
  11 juin 2017
Un étier est un chenal étroit dont la longueur peut atteindre plusieurs kilomètres et contenant de l'eau provenant de la mer...
Lucie Albertini-Guillevic, qui le connaissait mieux que moi , écrit en décembre 2010 :
"Sa langue est simple, dense et c'est dans un lyrisme concentré que son poème déclare sa solidarité envers toute chose et toute vie. Avec le temps, il s'épure jusqu'à devenir « sculpture du silence ». S'exerçant à « tout rendre concret, palpable » dans un univers pour lui sans hiérarchie, Guillevic est habité par la nécessité intérieure non pas de se dire, mais de dire le monde, d'en inscrire l'équation dans un langage qui pénètre et révèle l'instantané insaisissable de l'être au coeur de la matière. Qu'il dialogue avec la pierre, la mer, l'arbre, l'herbe ou l'étoile, Guillevic en renouvelle la visée tout en conjuguant humour et rigueur mathématique afin de mieux cerner l'indéterminé."
C'est bien dit, et je n'ajouterai que mes sensations personnelles :
d'abord, 3 étoiles seulement, car j'ai parfois décroché : tout début de Etier, et fin de Autres... la musique bretonne de Guillevic ne me parlait plus... impressions plaquées, mots "creux"...
Mais, à 80 %, une belle découverte tout de même : par son travail brut, net, épuré au maximum, avec des mots simples, Guillevic parvient à dire beaucoup en peu de mots... les laissant parfois jouer entre eux, ou se répondre un par un... on prend son temps, on observe... point d'envolée lyrique non plus : une poésie concrète, ancrée dans la roche et dans le sel... dans la sueur peut-être aussi, car violente parfois ; et en même temps temps sereine, consciente de l'inéluctable mais aussi de la liberté et du plaisir de sentir, d'observer et de dialoguer avec les choses et les êtres.
Oui, le titre du recueil, Etier, est bien choisi : la rigueur de l'Etier, au flux pas toujours constant, conduit jusqu'à notre âme une eau de mer qui se souvient du roulis des vagues les plus impétueusess...

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          122
einherie
  05 août 2012
Très beaux textes, limpides.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
candlemascandlemas   02 juin 2017
On creuse en toi.

On, ça ou rien
Ou bien le il.

C'est plutôt ça
Que on ou il
(D'ailleurs au il tu ne crois pas).

C'est plutôt rien
Parce que rien
Ca creuse aussi,
Ca creuse bien.

Ca a du temps,
Des puits de temps
A consacrer
Au mal des autres,
Des plus que rien.

Mais, cette fois,
Pour éviter
De cherche qui,
De chercher quoi,

C'est toi qui creuses.

C'est toi qui fais
Le ça, le rien,
Le on, le il
(Même le il).

Et ça va bien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
coco4649coco4649   05 octobre 2014
Image

Sous les herbes, ça se cajole,
ça s’ébouriffe et se tripote,
ça s’étripe et se désélytre,
ça s’entregrouille et s’entrefouille,
ça s’écrabouille et se barbouille,
ça se chatouille et se dépouille,
ça se mouille et se déverrouille,
ça se dérouille et se farfouille,
ça s’épouille et se tripatouille ―

Et du calme le pré
Est la classique image.
Commenter  J’apprécie          110
blanchenoirblanchenoir   09 janvier 2018
Je ne suis pas.

Je ne suis que par vous,
Pour vous,
Ceux de la terre.

C'est vous
Qui m'inventez.

Et même cela
-Que je ne suis pas-

Cela ne peut venir
Que de vous

Qui me prêtez visage
Et parole sur moi.
Commenter  J’apprécie          110
candlemascandlemas   02 juin 2017
Il y aura toujours une lumière
Pareille à aucune,
Où se pourrait être l'endroit.

Il y aura toujours
A ne pas s'arrêter.

Toujours
A ne pas savoir pourquoi.

Il y aura toujours
A rencontrer la bonne lumière,
Celle

Où n'avoir plus rien à perdre.
Commenter  J’apprécie          60
GeraldineBGeraldineB   28 août 2019
On entre dans des chambres. C'est facile.
Chacun le fait.

Dans des cours, dans un lit,
Dans un bois, dans la grange.

Il suffit de venir d'un endroit plus ouvert,
D'avancer, de pousser
La porte quelquefois, de se glisser.

Mais entrer dans l'espace ouvert
Quand il fait clair

Et se sentir enveloppé par un volume
Qui n'est pas dit.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Eugène Guillevic (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eugène Guillevic
Art poétique (Apparemment...), Eugène Guillevic Lu par Danièle Lebrun
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
764 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre