AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Bertrand Degott (Auteur de la postface, du colophon, etc.)
EAN : 9782232122392
156 pages
Éditeur : Editions Seghers (22/01/2004)
4.25/5   4 notes
Résumé :

Terre à bonheur rassemble deux petits recueils de poèmes de Guillevic publiés pour la première fois par Pierre Seghers au début des années 1950 : Envie de vivre (1951) et Terre à bonheur (1952). Selon le poète, les textes qui composent ces recueils furent écrits « dans une période de basses eaux poétiques, de créativité difficile », dominée par le contexte très particulie... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Bruidelo
  25 juin 2021
« L'idée de départ de ces poèmes, c'est que la terre est faite pour que les hommes y vivent heureux; elle est faite pour le bonheur. Or, le premier ennemi du bonheur, c'était, pour nous, le capitalisme »
Terre à bonheur est donc un «livre de combat». À cette époque, après la Seconde Guerre mondiale, le militantisme, «la lutte pour la paix, pour de meilleures conditions de vie» sont aux yeux de Guillevic plus essentiels que la poésie. Rétrospectivement, il considère que cette poésie engagée n'est pas une réussite, qu'il n'a pas su éviter «la tombée dans le discours»:
«L'ellipse m'est consubstantielle, je l'avais trahie.»
Et c'est vrai que ce n'est pas toujours le meilleur Guillevic. C'est inégal, mais il y a de très beaux textes, et ça ne peut pas faire de mal de rappeler que notre planète devrait être une «terre à bonheur».
« Douceur.
Je dis : douceur.
Je dis : douceur des mots
Quand tu rentres le soir du travail harassant
Et que des mots t'accueillent
Qui te donnent du temps.
 
Car on tue dans le monde
Et tout massacre nous vieillit.
 
Je dis : douceur,
Pensant aussi
À des feuilles en voie de sortir du bourgeon,
À des cieux, à de l'eau dans les journées d'été,
À des poignées de main.
 
Je dis : douceur, pensant aux heures d'amitié,
À des moments qui disent
Le temps de la douceur venant pour tout de bon,
 
Cet air tout neuf,
Qui pour durer s'installera. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          524

Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
PiatkaPiatka   18 avril 2014
L’ENTONNOIR

Quand l’entonnoir de la solitude
Pour de bon t'a pris,
Tu n'as pas dit non,

Car après tout,
Ça descendait.

Et tu croyais
Descendre et descendre
Et tu croyais que tu finirais

Par aboutir là
Où l'on voit des choses.

Et qu'as-tu vu,
Car la fin
Est vite venue ?

Tu as vu les parois de l'entonnoir,
Des parois que tu connaissais.

C'était bien ça, pourtant, la solitude :
Un entonnoir où tu étais.

Peut-être, après tout,
Es-tu descendu
Plus que tu ne sais,

Mais c’était encore
Et toujours pareil,

Cet entonnoir qui ne va pas
Vers les choses qui sont à voir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
coco4649coco4649   06 juin 2016
EXPOSÉ


VIII
La terre
est mon bonheur.

Je remercie tous ceux qui luttent sur la terre
À l'exemple des morts très grands,
Tous ceux sans qui la guerre égrainerait la terre
Et les maisons, les hommes,
En des millions de feux ou dans peut-être un seul
Et laisserai bientôt sous le ciel revenu
De la grisaille solitaire
Avec par-ci, par-là, des lueurs fauves qui s'étei-
 gnent.

Je remercie tous ceux à qui je dois de vivre
Et de pouvoir aller dans ce jour prometteur
De jours plus vrais encore, la joie pour tous
Qui recommence à chaque instant,
La fête sur nos jours et sur les nuits des hommes
Avec le bon travail qu'ils font à leur désir,

Avec ce travail-là qui, d'année en année,
Sait encore monter le degré de la fête.

Je remercie tous ceux qui luttent par le monde
À l'exemple de ceux qui ont aimé le vie
Assez pour nous l'offrir pleine déjà de jours
 pareils
À celui où j'avance en caressant les buis.

p.19-20
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
coco4649coco4649   06 juin 2016
EXPOSÉ


XXI
Ce que tu vois, ce que tu touches,
Ce qui t'arrive par l'oreille,
C'est le réel.

Ce que tu ne vois pas, mais que tu sens,
Cette angoisse du merle
Et tant de noces dans l'espace,
Ce que veulent les papillons,
Ce qu'éprouvait le menuisier,
C'est le réel.

Ce que tu ne vois pas et ne sens pas non plus,
Mais qui est confirmé par d'autres, plus savants,
L'infrarouge, tous ces rayons qui percent l'air,
Les occultes géométries que l'on calcule,
L'univers de l'atome où la force prend forme,
C'est le réel.

Tout ce qui est réel
Mérite d'être vu.
Tout ce qui est réel
Mérite qu'on l'approche.

Nous aurons la main
Sur tout le réel.
Nous le tiendrons à notre guise
Un jour qui se profile.

Nous emploierons les choses
En montant avec elles
Leur ligne de beauté.

Nous ferons de la terre
Avec tout ce qu'elle a
Et porte dans l'espace,

Nous ferons de la terre
Et de l'espace aussi
Une corolle immense,

Balbutiant la rosée
Au soleil qui lui vient.

p.36-37

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
PiatkaPiatka   23 mai 2014
L'ACCORD

Si tu crois qu'un sourire est moins fort que le buis,
Regarde-la qui t'aime et tremble plus que toi.

Debout dans le matin, sous les poignards du jour,
Heureux, nos yeux, et quel défi pour ces poignards.

Jusqu'à l'eau, jusqu'à l'eau sans pardon de l'étang
Que nous avons pu voir sans craindre l'un de l'autre.

Nous avons ri du vent, nous avons ri de nous.
Où était la limite entre nous et le vent ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
coco4649coco4649   28 juin 2016
VOULOIR

         UN DÉFI
           à Jeannette et Jean Tortel.


Rosiers chargés de roses
Incroyablement lourdes
Et quelles couleurs.

Blanches et roses, plus que roses
Et jaunes et rouges.

Des couleurs venues d'ailleurs
Qui sont là.

Des couleurs
Jetées dehors.

Des couleurs
Dont le noir de la terre
A voulu se défaire.

Des couleurs
Qu'il nous jette à la face.

Des couleurs portées
Par des roses ouvertes
Comme des cuisses.

Des couleurs
C'est un défi.

Un défi
Comme il en faut.

p.80-81
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

Lire un extrait
Videos de Eugène Guillevic (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eugène Guillevic
Art poétique (Apparemment...), Eugène Guillevic Lu par Danièle Lebrun
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
957 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre