AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Écrits intimes: Carnet, cahier, feuillets 1929-1938 (9)

coco4649
coco4649   03 août 2019
11-8-35


Extrait 2


Toujours le désir de tout lire : Michelet, la Bible, Taine, Carlyle, Toulet etc. Allons ! du calme. Il faut bien qu’il y ait toujours des choses nouvelles à lire.

Nature, grand organe lent, puissant, plein de sève et de vie – avec toi, en toi –
   Mais les villes te cachent
Être peintre et peindre les céréales avant la moisson – les saignées des carrières
   Ah ! exprimer tout cela dans un poème grand et lent.
   Mais cela ne peut être donné (réussi) qu’à un très grand.
Commenter  J’apprécie          50
coco4649
coco4649   03 août 2019
16.2.29


Chanter

De moi sortira ma voix de basse :
Tu verras que je dirai de belles choses !
Ma voix sera grave et sombre,
Et pourtant ceux qui chanteront avec moi
Auront la joie.
Je dirai de belles grandes choses
Qui seront un enchantement
Des choses larges comme ma voix,
Sur un rythme lourd
Et large aussi.
Je dirai le monde
Dans son détail et dans son tout.
Je dirai la Nuit
Et peut-être un jour la lumière
Si j’arrive à la comprendre.
Je chanterai, je chanterai,
je bercerai.
Je chanterai.
Avec moi chantera le monde
Avec moi chanteront les hommes,
Chanteront jusqu’aux étoiles,
Et partout on ne verra,
On ne verra que la joie
Que la joie partout, partout.
Commenter  J’apprécie          41
coco4649
coco4649   03 août 2019
22.2.29


Extrait 2

Peut-être pour cela me faudra-t-il retrouver la lutte et la vie.
Mais il ne faut pas que je me laisse aller – il faut que je réagisse, que j’aie à nouveau horreur du facile – c’était une véritable obsession, une sensation physique, voir « Hantise » − le goût du plus difficile, de l’abrupt, que je retrouve cette tension !
Que vaut tout ce que j’ai écrit dernièrement. Réagir contre ma sentimentalité. Je le serai toujours assez – tendre à plus d’intellectualité, même à l’hermétisme – car je ne serai jamais trop ni l’un ni l’autre.

Mais cela mettra en valeur ce que l’effusion trop libre pourrait rendre idiot.
Commenter  J’apprécie          20
coco4649
coco4649   03 août 2019
11-8-35


Extrait 1


Tandis que les poèmes de Rimbaud, surtout les Ill., sont une exploration, ceux de Cocteau sont une construction.

Autre projet – Homme et les Bêtes dans la nature.
Le fond de l’œuvre de Cocteau : la peur


Lu La vie tragique de Van Gogh de Piérard – Pas d'autre intérêt qu’anecdotique.
Van Gogh devient un thème facile pour mauvais littérateurs.
Il me semble que l’on peut rapprocher (équivalence) Van Gogh et Trakl (celui-ci sans le feu).
Commenter  J’apprécie          10
coco4649
coco4649   03 août 2019
22.2.29


Extrait 1

J’ai honte de mes poèmes. Ils sont trop faciles. Je l’avais déjà bien senti dernièrement.
En 27 je me disais toujours : c’est trop facile ! Il faut tendre à ce qui est difficile, toujours plus difficile. Ce n’est pas que ce qui était difficile est devenu facile. Non ! ce qui était difficile le reste. Ou bien les limites reculent toujours. Il faut les reculer. Ce n’est pas que je me suis réalisé, arrivé à l’état auquel je tendais – je ne crois pas.
Même alors, il faudrait tendre à arriver à mieux – pénétrer plus avant. Je n’ai plus cette ambition – cette hantise de la corde raide, cette sensation en moi de l’abrupt, cette tension. En moi, maintenant tout est plus mou.
Commenter  J’apprécie          10
coco4649
coco4649   03 août 2019
30.1.29


Il est temps de reprendre le carnet pour voir un peu clair. Mais si je n’ai rien noté ces jours-ci, c’est que rien ne pouvait guère l’être.
Hantise, obsession, saturation même de la poésie. Insomnie tourmentée dans la salle trop chauffée et enfumée. Des vers repassent toute la nuit à travers ma tête. Parfois, rarement, sensation de la poésie et contentement. Moi toujours à la recherche. Doute de moi, toujours.
Avec T. nous discutions du fait même d’écrire. Lui, dilettante, n’écrit pas pour ne pas se rendre malheureux.
Pour moi, obligation d’écrire.
Il ne croit pas en somme à la poésie.
Il m’a fait de justes critiques, manque de précision dans mes poèmes.

Il m’est apparu plus nettement que jamais que je n’ai pas d’idées. Chaque fois que je risque une idée générale, je dis une bêtise. Je vis dans un monde de sensations, de sentiments, d’aspirations – et au fond les idées m’intéressent très peu. Les idées ne sont rien. Pour T., elles sont tout.
Ô, je ne prétends pas être un penseur… et j’aime beaucoup mieux me croire poète uniquement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
coco4649
coco4649   03 août 2019
12.1.29


Extrait 3

Suis-je donc le seul à me ronger ainsi ? Non ! ce n’est pas possible.
Relu Claudel, cet après-midi. Beaucoup de belles choses, profondeur, souffle. Mais il n’est pas assez complet, il ignore le « gouffre ». Pas de tourment, de vraie inquiétude. Si, dans les poèmes de départ.
Peut-être trop serein maintenant.
Et pourtant c’est un grand poète. Mais c’est un Latin, je me sens étranger à lui, tout en l’aimant.
Avec Rilke si semblable à moi, je me sens chez moi.
Commenter  J’apprécie          10
coco4649
coco4649   03 août 2019
12.1.29


Extrait 1

Doute toujours, doute ! Ce matin j’ai repris mes poèmes : j’en ai lu quelques-uns. Et je les ai trouvés nuls, nuls. Des mots, mais aucun courant. Pas même un sens. Rien. De pauvres défroques. Aucune poésie. Même pas moi à travers.
Ô toujours être à se demander : suis-je ou ne suis-je pas ? et ne pas pouvoir savoir. Peut-être un génie et peut-être pas même poètereau de 20e ordre, un écrivaillon quelconque, moins que quelconque, ridicule dans sa prétention. Quand je trouve quelque chose à mes poèmes, c’est que les connaissant je me mets par avance dans l’état d’âme que j’ai voulu exprimer. Mais quand je me détache d’eux, essayant de me les représenter inconnus et imprimés, comme un lecteur, alors je n’y trouve rien.

Et que d’imperfections de détails. La ponctuation surtout est si difficile ! Et la mise en vers, à la ligne. Il m’arrive souvent de m’apercevoir après, qu’en coupant ou en ne coupant pas, l’effet n’est pas celui que je croyais.

Et quand je compare mes pauvres vers à ceux de Rimbaud ! si forts, si pleins, je dirais presque divins, ou inspirés. Ô alors, quel désespoir !

Les angoisses de Brigge, ses « expériences », je les ai connues – mais moins fortes, à l’état moins pur, il est vrai que Brigge est une fiction. J’ai tremblé souvent pour de telles rencontres et pourquoi ?
Mais il y a en moi mon gros bon sens, tout ce que j’ai de vulgaire, de grossier, de gros – qui m’empêchent de ressentir ces frissons d’une façon aussi aiguë.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
coco4649
coco4649   03 août 2019
12.1.29


Extrait 2

Tout profite au poète. Chaque heure de sa vie en apparence banale, insignifiante, telle chose fugitive et tel ennui, tout… lui sert ou peut lui servir. Remontant au moment de l’inspiration, ils servent d’instrument pour tenir lieu d’équivalents (?) à l’émotion intérieure : images, sentiments.
Et puis tout simplement, tout forme le poète, le remplit. Expérience (au singulier).

Demain le départ. Anxiété toujours. Et pourtant, sortir de cet examen à froid de moi-même. (Mais ne reprendrai-je pas là-bas tout aussi bien).

Katz vient demain. Je lui lirai quelques poèmes et lui demanderai de me dire sincèrement ce qu’il en pense. Mais il dit toujours que tout lui plaît. Il faudrait M.
Demain, je serai avec un poète. Je me promets beaucoup de ces heures en tête-à-tête. Il est si délicat, si poète enfin. Je ne le crois pas rongé comme moi par le doute – il est d’âme plus généreuse, plus chaleureuse.
Commenter  J’apprécie          00


    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox





    Quiz Voir plus

    Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

    Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

    amoureux
    positiviste
    philosophique

    20 questions
    420 lecteurs ont répondu
    Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre