AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 109062705X
Éditeur : Chat Noir (01/07/2012)

Note moyenne : 3.69/5 (sur 69 notes)
Résumé :
"Je croyais n'être qu'une étudiante ordinaire et sans doute trop renfermée. Et puis, il a eu cette expérience étrange, la découverte de mon don... Maintenant je dois apprendre à m'accomplir en tant que sorcière, développer mes pouvoirs et trouver ma place en ce monde. Tout aurait-été parfait s'il n'y avait pas eu ces cauchemars et ces malaises. Quelqu'un cherche à me nuire ! Mais qui pourrait bien me harceler ainsi ?
Et, pour ne rien arranger, j'ai aussi un m... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (43) Voir plus Ajouter une critique
Melisende
  27 octobre 2012
J'avais repéré ce titre dès sa sortie mais j'ai attendu la convention Octogônes organisé il y a quelques semaines à Lyon pour l'acquérir. Un roman qui traite de la Wicca… j'étais assez sceptique, je l'avoue. En effet, la dernière chose lue sur le sujet m'ayant profondément déçue et agacée (le premier tome de Wicca de Cate Tiernan) par son côté trop « spectaculaire », trop adolescent, à la limite du ridicule ; j'avais un peu peur de lire autre chose. Mais, comme je ne veux pas rester sur une mauvaise impression, j'étais également curieuse de me faire mon avis et avais envie de découvrir Cécile Guillot à travers un format plus long que celui des nouvelles.
Autant dire que j'attendais cette Voie de la Sorcière au tournant… et figurez-vous que je l'ai dévoré et que si une journée de travail ne m'avait pas attendue le lendemain, j'aurais lu ce premier tome d'une traite… c'est dire s'il m'a fait bonne impression !
Commençons par ce qui m'a chagrinée pour finir sur le très positif ! Si je devais donc reprocher une seule chose à ce premier tome, c'est - comme la plupart des autres lecteurs-blogueurs - la rapidité du lancement de l'intrigue et la crédulité de l'héroïne.
En effet, la demoiselle croise un étudiant en thèse dans le couloir de l'université et, mise devant le fait accompli, elle accepte de participer à une expérience psychique. Les résultats de celle-ci sont étonnants, Alexandre lui annonce qu'elle doit être télépathe/empathe. Deux jours après, elle fait un saut dans une boutique new-age où une jeune vendeuse sent en elle une sorcière… et je vous le donne dans le mille, Maëlys accepte tout sans broncher (ou presque) et ne se pose pas vraiment de questions. Alors oui, je conçois parfaitement qu'elle s'est toujours sentie différente et qu'elle savait depuis longtemps qu'il y avait un truc en elle, mais elle se lance tout de même dans l'aventure de la sorcellerie trop rapidement à mon goût. Elle accepte son sort, change ses habitudes et sa façon de penser/travailler de façon assez radicale en à peine quelques jours… c'est un peu précipité et je n'aurais pas été contre une trentaine de pages de plus pour lancer l'affaire…
A part cette précipitation, je pense que tout a réussi à me convaincre. le nom du coupable (Maëlys se rend compte que quelqu'un lui en veut…) n'est pas forcément hyper surprenant quand on y réfléchit deux minutes (même si je n'avais pas deviné) mais n'est pas mal amené du tout. J'y ai cru et c'est le principal.
Côté rythme, mise à part la rapidité des débuts, ça fonctionne bien. On suit l'apprentissage de l'héroïne, on fait nos premiers pas dans le monde de la Wicca en même temps qu'elle et c'est aussi à ses côtés qu'on rencontre quelques obstacles. J'ai vraiment beaucoup aimé la façon dont Cécile Guillot amène le sujet de la Wicca : tout en douceur, par étapes, sans faits spectaculaires… en bref, vraisemblablement (si je peux dire ça comme ça). Comme le signale Vanessa Terral dans sa préface (particulièrement intéressante d'ailleurs et qui met bien dans l'ambiance), la Wicca passe par des petits rituels peu éloignés du quotidien de chacun (ah la tisane avant de se coucher… d'ailleurs je vais aller me la préparer pour terminer la rédaction de cette chronique !). C'est mature, sans tralalas ou fioritures. Et ça m'a plu, infiniment.
Enfin, si j'ai autant accroché à cette histoire, je pense que c'est également grâce à l'héroïne que j'ai beaucoup aimée et à laquelle je me suis beaucoup identifiée. Je me suis sentie très proche de Maëlys, cette jeune fille qui pourrait être n'importe laquelle d'entre nous, et je pense que c'est pour cette raison que ce premier tome a si bien fonctionné avec moi. Orpheline, sérieuse, solitaire et déterminée, c'est vraiment une héroïne comme je les aime. Il y a juste certains de ses mails destinés à Alexandre qui m'ont un peu agacée par moment parce que bon, elle le dit elle-même, elle se sent pathétique… mais justement, point trop n'en faut (surtout quand tu es une jeune fille indépendante et forte pratiquant la Wicca, naméoh !).
Les autres personnages (Alexandre, Dorine…) manquent peut-être un peu de profondeur, mais j'imagine qu'ils s'étofferont au fil des tomes suivants, en tout cas je l'espère !
Cécile Guillot choisit de nous raconter son histoire du point de vue interne, dans un langage courant (parfois plus oralisant) ce qui permet de s'identifier encore plus facilement à Maëlys. La demoiselle possède, en plus, un grand sens de l'humour et pas mal d'autodérision… une raison de plus pour l'adopter !
Les chapitres sont à l'image du texte dans son ensemble : courts, ce qui permet un bon rythme de lecture (« allez, encore un petit chapitre et j'éteins… encore un petit et promis j'éteins… »).
Enfin, l'insertion des mails échangés entre l'héroïne et le personnage masculin principal : Alexandre, offre un aspect encore plus « réaliste ». Cette histoire est bien ancrée dans notre vie contemporaine et ce ne sont pas les descriptions des rues et transports en commun d'Aix-en-Provence qui vont dire le contraire. Maëlys pourrait être notre voisine de palier ou n'importe laquelle d'entre nous. Cette proximité géographique et chronologique (ça se passe en France, en 2010), m'a beaucoup plu et est un autre élément qui a permis à ma lecture d'être si immersive.

La Voie de la Sorcière est certes un premier tome introductif mettant en scène les premiers pas de Maëlys et les bases de la Wicca mais un premier tome qui offre également une vraie première intrigue, terminée lorsqu'on referme l'ouvrage. L'héroïne est plus qu'agréable à suivre et je serai très heureuse de la retrouver dans un second tome qui s'annonce plein de dangers et qui, je l'espère, continuera de traiter de la Wicca de façon aussi mature…
Lien : http://bazar-de-la-litteratu..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Myiuki
  19 mai 2013
Un petit goût de Charmed retrouvé …
Ce livre, je l'ai lu sur un coup de tête, profitant d'une promotion de l'éditeur pour me le procurer. Je n'en avais pas spécialement entendu parler, je ne connaissais pas du tout l'auteur, je me suis dit que ce serait l'occasion d'en savoir un peu plus. Comme je suis curieuse de nature, je n'ai pas résisté bien longtemps avant de me lancer dans la lecture de ces quelques pages …
Tout d'abord, je dois dire que j'ai beaucoup aimé l'univers choisi par l'auteur, celui de la Wicca. Dans la littérature fantastique actuelle, nous sommes envahis par les vampires, les loups garous & Co. (ce qui n'est pas non plus pour me déranger, en mordue de bit-lit que je suis ^^). J'ai donc apprécié voir qu'ici, le fantastique revêtait l'un de ses aspects les plus originels, celui de la sorcellerie. Bon, je ne cache que j'aurais peut-être préféré plus d'action de ce côté-là, la Wicca étant plus une magie « du quotidien », une magie naturelle (à base de plantes et de pierres notamment), qui s'intègre dans votre vie de tous les jours sans pour autant vous faire affronter des démons ou autres créatures de l'enfer (dur !). Même si, quelque part, ça m'a fait penser un peu à l'ambiance de « Charmed » (une jeune femme qui, du jour au lendemain, se découvre sorcière et doit apprivoiser ses pouvoirs), le côté « attractif » de la série télé est totalement absent du livre. Je m'explique. Autant il est passionnant de découvrir l'univers de la Wicca pour une novice comme moi, autant, cela n'apporte rien de spectaculaire ou de transcendant à l'oeuvre. J'en attendais peut-être trop. Je voulais quelque chose de surprenant, qui amènerait des situations totalement improbables dans le livre, finalement, tout cela reste assez plat … Pas de combats contre les méchants, pas de super pouvoirs, c'est trop réaliste. Je sais que ça peut paraître bizarre comme tournure de phrase, mais pour moi ça a été le cas. Quand je lis du fantastique, j'ai envie de m'évader dans un monde totalement différent du mien, où des choses qui n'arriveraient pas ailleurs se déroulent, là, je suis clairement restée sur ma faim ! On aborde plein de possibilités plutôt engageantes concernant la Wicca mais aucune n'est réellement mise en pratique de façon théâtrale, ça reste sur un plan purement « terre à terre ». J'ai couru après le « rêve » tout au long du texte sans jamais le toucher du doigt … dommage !
Pourtant, l'histoire a du potentiel. Ça va faire pervers de dire ça (je commence à avoir l'habitude :P) mais les passages qui m'ont le plus plu sont ceux où Maëlys souffre, j'ai trouvé ça profond, déchirant, ça m'a ancrée rapidement dans son histoire à elle. le reste du temps, je n'ai pas senti cette intensité qui m'aurait passionnée. On suit sa découverte de cet autre moi qu'elle devient du jour au lendemain, les rencontres (pas toujours catholiques) qui vont en découler, son évolution en tant que personne. Humainement parlant, elle passe par beaucoup d'émotions, de changements, cela aurait dû me toucher à un moment ou à un autre mais non (ou si peu !). Comme si j'avais survolé tout cela sans jamais réussir à m'accrocher aux branches ! Il faut dire que ce livre se lit en accéléré, rien (mis à part la Wicca) n'est réellement développé, on reste en surface … du coup, impossible pour moi de m'attacher aux personnages. En tant que « je » narrateur, Maëlys aurait dû m'embarquer dans ses questionnements, dans ses doutes, mais je n'ai pas pu … trop « surréaliste » pour le coup. Là aussi, comment croire qu'elle réagisse comme ça en permanence ? On a l'impression qu'elle a un tel manque d'affection qu'elle accepte tout sans sourciller, bizarre ! Alors oui, le mal être de ce personnage, sa solitude, vous touche, bien sûr, mais le côté « pathétique » de la chose a pris le dessus si vite que je n'ai pas réussi à y croire une seule seconde (pourtant le mal être dont elle souffre, je connais bien !). L'exemple le plus frappant en est sa relation avec Alex' … ouais, bof quoi ! Là aussi, du potentiel, mais franchement, « too much », notamment dans la progression des sentiments du côté de Maëlys qui se traduit par les mails qu'elle lui envoie … trop tôt, trop vite, pas crédibles. Alors que l'idée était bonne !
J'aurais peut-être voulu que les choses aillent plus lentement, plus en développements, ça m'aurait permis de m'identifier à Maëlys et à son histoire, de me l'approprier. Frustration ! D'autant que je me retrouve beaucoup dans ce personnage … Et que dire de l'aspect « romance » du texte ? Je suis en manque !!! Une fois encore, le personnage d'Alex' est prometteur mais il apparaît « en action » finalement peu et reste quasi muet. Là aussi, cruel manque d'un usage récréatif et redondant de ce perso' qui méritait plus de traitements textuels (ça se dit ça ? :P) m'est avis. Que ce soit en amour ou en amitié, la vie de Maëlys est bouleversée du jour au lendemain mais on a presque l'impression que ça passe « comme une lettre à La Poste » tant elle se soumet au destin sans tenter de l'apprivoiser. Je suis restée ébahie devant sa crédulité. Notamment concernant l'identité du « méchant » de l'histoire, évidente dès le départ ! Là aussi, ça arrive tellement vite qu'on peut passer à côté, et la fin … expéditive et … « c'est quoi ça ? ». En même temps, c'est un premier tome introductif, forcément, on ne peut pas trop lui en demander non plus sinon plus de suspense mais bon, quand même ! Je suis légèrement déçue, non par le fond, mais par la forme. J'ai eu le sentiment tout du long que je passais à côté de quelque chose de passionnant, d'envoûtant, ce qui ne m'a pas aidée pour me fondre dans ma lecture ! Malgré tout, je l'ai lu d'une traite, j'avais envie de voir quand cela allait devenir palpitant, quand je tournerais enfin les pages avec avidité, sans doute que le côté « court » de l'oeuvre m'y a aidé … sans quoi, je ne sais pas si je l'aurais lu jusqu'au bout. Peut-être que si, au bout du compte, parce que la fragilité de l'héroïne et la touche émotionnelle que cela apporte au texte ont tout de même touché ma corde sensible …
Pour finir, parlons un peu du style de l'auteur. Fluide et agréable, je n'ai pas grand-chose à lui reprocher, à part la rapidité d'exécution dont je parlais précédemment et le manque de « travail de fond » pour les personnages secondaires notamment. L'intrigue tient la route même si ses rouages sont vite expédiés (seule la révélation du mobile du méchant m'a vraiment surprise ^^). Ce qui est intéressant ici, c'est de voir la sensibilité de la plume et son humour. L'auteur arrive à mettre en lumière d'une jolie manière les sentiments de son personnage principal, à développer sa psychologie et ses états d'âme d'une façon qui permet au lecteur de se sentir proche d'elle (même si moi je suis passée à côté de la plaque, je reconnais quand même là le talent de l'auteur, il en touchera sans doute beaucoup). Je crois justement que le fait que le côté réaliste du livre ait pris le dessus sur le fantastique dont il est l'objet est ce qui m'a distanciée du récit, m'a perdue. Parce que, même s'ils se mélangent d'une manière harmonieuse par moments, on sent que le premier prend le pas sur le second. le sujet de base est foisonnant, intriguant, j'aurais voulu qu'il soit développé de manière plus prenante, plus haletante. Là, même si l'angoisse et la peur sont censées nous étreindre, ça n'est pas venu dans mon cas avant la toute fin … L'auteur mélange les genres, fantastique, thriller, romance … peut-être trop justement ce qui fait qu'aucune facette n'est réellement développée comme elle le devrait. Malgré tout, à part quelques coquilles ici et là (et quelques faiblesses de style … peu nombreuses), ce livre se lit tout seul et vous offre un agréable moment de lecture. Pour un premier tome il pose les bases d'une saga qui peut s'avérer passionnante, aux vues de son sujet, trop peu travaillé en littérature (ou alors c'est moi qui ne lit pas assez de bouquins sur le sujet :P). Une chose est sûre, l'auteur s'y connaît en Wicca, c'est un plus pour le livre car il accroche le lecteur curieux !
En bref, un bon roman qui nous entraîne dans le monde de la magie, blanche (me semble-t-il). Un récit initiatique et intriguant qui nous donne envie d'en savoir plus, accaparant l'attention du lecteur par quelques mystères et révélations. Si vous aimez les sorcières, vous apprécierez cette lecture …
Lien : http://coeurdelibraire.over-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Bookover
  06 mars 2016
Je n'ai pas chroniqué énormément de livres de cette maison d'édition, et j'ignore si je l'ai déjà mentionné sur le blog, mais je n'ai encore jamais été déçue par un livre des éditions du Chat Noir. Et, pour mon plus grand bonheur, celui-ci ne déroge pas à la règle. Car OUI, il s'agit d'un gros coup de coeur !
C'est pourtant avec beaucoup de perplexité que j'ai entamé cette lecture. La faute à la mise en place du récit ; que je trouvais un peu retranchée derrière des stéréotypes attachés au genre de la SFFF. (ooooh la jeune femme jolie, maladroite et naïve qui tombe sous le charme d'un beau gosse mystérieux, etc.)
Néanmoins, après quelques pages hésitantes, mes craintes se sont rapidement effondrées, car infondées. Point de jeune fille niaise et naïve, mais une jeune femme forte et indépendante, point de surnaturel glauque, mais une véritable culture Wicca (pour autant que je puisse juger, puisque je ne suis absolument pas une spécialiste de la chose).
C'est donc une véritable histoire, originale et emplie d'une multitude de petits détails qui ont chacun leur importance propre, formant un TOUT complet et convaincant.
Maëlys est une banale étudiante en dernière année de psychologie, lorsqu'elle rencontre fortuitement Alexandre, un jeune et beau garçon qui lui propose de vivre une expérience originale.
Suite à celle-ci, la jeune femme va découvrir une nouvelle part d'elle-même, le don.
Peu à peu elle prend conscience de sa véritable identité, elle est une sorcière. Pas une de ces sorcières de légendes qui kidnappaient les jeunes enfants dans leurs lits, non, une wicca. À la recherche de ses racines, Maëlys se rapproche de ce monde, fait des rencontres qui renforcent ses liens avec cette « communauté ».
Cependant, alors qu'elle vient à peine de découvrir une nouvelle facette de ce nouveau monde, une force obscure et hostile semble s'attaquer à elle.
Bien qu'un chouïa dubitative quant à ce personnage principal au début de ma lecture ; je la trouvais très, trop, crédule et elle a accepté sans sourciller un bon nombre de choses qui m'auraient fait fuir. Néanmoins, je me suis rapidement attachée à Maëlys, avec qui, j'ai aimé m'imprégner de cette magie et de ces rites. Mais Maëlys n'est pas l'unique personnage à avoir suscité à la fois ma curiosité, et ma sympathie : Claudine qui m'a étonnée par sa force et sa sagesse, mais également l'énigmatique Alexandre sur lequel on ne sait que très peu de choses.
J'espère en apprendre davantage à leur propos dans le second tome, que j'ai d'ors et déjà dans ma PAL (et dont la lecture est planifiée pour fin mars-début avril).
L'intrigue était vraiment pas mal, et l'association de la Wicca et des religions païennes n'y sont pas étrangères. Étant donné que je ne connaissais pratiquement rien sur le sujet, j'étais une lectrice privilégiée et à l'écoute. À tel point que ce récit m'a transmis l'envie d'aller plus loin et de d'en découvrir plus.
En revanche, je fus moins bon public pour résoudre l'énigme de l'identité de la « force hostile ». Je n'étais pas aux 2/3 du récit que j'avais visé juste. Je suis donc un peu déçue de ne pas avoir bénéficié de l'effet de surprise souhaité quant à cela.
L'écriture de ce premier tome est limpide, j'ai été étonnée avec quelle facilité Cécile Guillot est parvenue à articuler les différentes actions qui jalonnent ce roman. C'est à peine si le lecteur a le temps de se reposer entre deux événements clefs qu'un troisième lui saute au visage.
Le seul bémol que j'ai trouvé dans ce livre, ce sont les échanges de mails entre Maëlys et Alexandre. Cette correspondance m'a beaucoup perturbée et a hachée le rythme de ma lecture.
Outre cela, j'ai totalement été happée par l'intrigue originale, ainsi que sur l'univers qu'ouvre cette dernière.
Le plus qui a fait chavirer mon coeur, c'est le lieu dans lequel l'action se déroule, en France. J'aurai sauté au plafond et peut-être même détruit un bar à la manière d'un hooligan si cela avait été en Belgique, mais la France c'est très bien aussi (ok j'arrête les divagations vaseuses pour aujourd'hui). J'adore ce concept, cela permet de changer un peu d'horizon.
Après tout, l'Amérique c'est un peu surfait et il y a souvent comme un goût de déjà vu (dixit celle dont la plupart des livres se déroulent au States).
En conclusion, La fille d'Hécate c'est vraiment de la balle, du fantastique très bien écrit, bien présenté (j'ai plus qu'un faible pour cette couverture), une histoire riche et originale, des personnages sympas et attachant, et l'action se passe en France. Que demander en plus ?
Je le conseille vivement à quiconque souhaite s'évader dans le Midi en compagnie de wiccas à la recherche d'anciennes déesses.
Lien : http://audreybookoverlife.ov..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
melusine1701
  11 mai 2013
J'étais enthousiaste devant la couverture de ce livre ainsi que le thème: je n'ai pas lu beaucoup de romans sur la Wicca. Mais globalement, j'en ressors profondément frustrée. L'intrigue avait pourtant du potentiel: en faisant découvrir son don par d'autres, Maëlys s'expose beaucoup et il n'est pas surprenant qu'elle soit aussitôt prise pour cible, surtout vu son inexpérience. La description de ses cauchemars et de la manière dont les crises arrivent est tout à fait poignante, et Cécile Guillot a réellement un talent pour évoquer les situations cauchemardesques profondément dérangeantes. Les échanges de mail entre Maëlys et un Alexandre qui décide de souffler le chaud et le froid avant de faire silence radio créent un rythme et une tension remarquable, rendant la solitude désespérée de Maëlys tout à fait tangible.
Néanmoins, l'ensemble de l'intrigue est beaucoup trop souvent survolée. J'aurais bien aimé qu'on m'explique en quoi consiste exactement l'expérience concernant la télépathie, d'autant plus que Maëlys ne met pas une seule seconde en doute les conclusions qu'en tirent Alexandre et son directeur de recherche. J'ai regretté que ce thème de la télépathie ne revienne pas dans le livre et qu'on se concentre davantage sur un don d'empathie qu'elle met à peine en oeuvre vu qu'elle est la plupart du temps toute seule. C'est trop facile, trop rapide et pas assez démontré, mis en scène, raconté. Quand au thème de la Wicca, je l'ai lui aussi trouvé survolé, abordé dans de longs paragraphes explicatifs et pas du tout mis en scène, et comme en plus, j'ai déjà quelques bases en la matière et j'en attendais beaucoup, le fait de voir le sujet aussi peu traité m'a profondément frustrée.
Je n'ai pas spécialement adhéré au style non plus, mis à part dans les passages cauchemardesques que j'ai cités. Si l'intrigue se passe à Aix-en-Provence, je n'ai pas du tout réussi à me représenter cet endroit, et j'ai souvent eu l'impression qu'on me citait des endroits dont je n'avais aucune idée et qui ne me parlaient pas du tout, comme des noms de rue ou de magasins. J'étais un peu perdue. le langage ne m'a pas convaincu non plus : on alterne entre un langage oral voire familier (je crois n'avoir jamais vu le mot “professeur” écrit en entier, sans parler du début où Maëlys s'étonne de se faire “draguer par un mec”) et une élégance recherchée qui du coup m'a semblée très emprunté, comme si l'on ou l'autre était déplacé. J'ai aussi relevé quelques choses étranges, comme le fait qu'Alexandre rédige un mémoire en doctorat (il me semblait qu'on y rédigeait plutôt une thèse). Il me semble que ce premier tome manque d'aboutissement et aurait largement mérité une centaine de page de plus pour me convaincre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Tsukibou
  03 octobre 2012
Maëlys est une étudiante en seconde année de Master de psychologie, son parcourt scolaire est sans faille. Alors qu'elle s'apprête à débuter cette seconde année de Master en allant chercher divers document, elle entre en collision avec le bel Alexandre, un étudiant en para-psychologie qui propose à Maëlys, de participer à une expérience, ce qu'elle accepte même si c'est à contre coeur … Ce qu'elle ne savait pas c'est que cette expérience allait lui révéler son pouvoir Wicca et chambouler sa vie à jamais... est-ce une chose si terrible que de bousculer son quotidien ?!
Je connais la plume de Cécile Guillot pour en avoir lu « A l'ombre de pleures » que j'avais vraiment beaucoup aimé, ici il ne s'agit plus de nouvelles mais, d'un premier tome d'une trilogie et j'avoue que... j'ai tout autant apprécié, certes le roman passe à une vitesse hallucinante, on aimerait en savoir bien davantage sur Maëlys et son nouvel entourage, ses pouvoirs, leur provenances mais... si tout est dit dans le premier roman, que raconterait les suites ?!
Alors attention, nous sommes face à un premier tome, il n'est donc pas bourré d'action mais, il n'en est pas moins prenant, les bases posées sont très importantes pour la suite des événements, je pense. On ne voit absolument pas passé les 144 pages !
Cécile nous fait découvrir le monde de la Wicca avec simplicité et émotions, on ressent les mêmes choses que son héroïne lorsqu'elle découvre l'étendu de son pouvoir. Je ne suis pas vraiment familière avec l'univers des sorcières, certes j'ai pu lire quelques romans qui en traitait mais ce n'était pas exclusivement sur le sujet, j'étais donc ravie de découvrir la vision de l'auteure sur une pratique peu connu mais, malgré tout courante, encore aujourd'hui (si si, les sorcières existent je vous l'assure !! (Les scientifiques ne sont-ils pas un peu sorciers ? Et les homéopathes ? Ils fabriquent bien des médicaments à partir de plantes non ?! Et ça fonctionne, donc... à vous d'en tirer vos conclusions ;-P )). L'approche de Cécile Guillot nous permet de découvrir la Wicca avec facilité et fluidité, c'est très intéressant, même si au début nous sommes aussi septique que Maëlys, on apprend à découvrir et à apprécier leur vision des choses. Les bases sont posées et sont solides, on a vraiment envie d'y croire et de se ruer dans une boutique ésotérique pour se procurer des ouvrages initiatique (mais je n'en connais pas par chez moi =(). Chaque sorcières possèdent une capacité particulière, pour Maëlys c'est l'empathie (avouez que c'est bien pratique en voulant devenir psychologue non ?!) Mais cela peut aussi se révéler fort peu pratique lorsque l'on ressent absolument toutes les émotions qui nous entoure...
L'intrigue est donc avant tout basé sur la découverte de la Wicca mais, pas seulement... suspense !! On suit Maëlys dans son quotidien, on apprend quel est son passé, son histoire (pas franchement toute rose sur les dernières années), l'acceptation de sa nouvelle vie et la reconstitution d'un entourage présent et attentif pour elle. Chacun des personnages a son utilité et sera important, selon moi, dans les futurs tomes comme, Alexandre, le jeune homme grâce auquel elle découvre ses pouvoirs, il est... mystérieux, lunatique, beau garçon, tout comme l'héroïne on ne sait pas trop quoi penser de lui, on reste sur la réserve, même si l'instinct nous pousse à lui faire confiance...
Et puis il y a Dorine, une autre sorcière qui annonce tout de go à Maëlys ce qu'elle est, elle lui apprend les rudiments de la Wicca, elle est son mentor si vous préférez, sa guide (Merci Isa).
Sans oubliez Patricia, une voyante qui va découvrir en Maëlys une amie et se rendre compte que s'entourer c'est important. Et puis il y a le professeur Martinez, qui ne semble pas important au premier abord mais … voilà c'est tout ce que je dirais (vous me détestez, je sais mais, c'est pour votre bien!!)
La fin m'a véritablement surprise, on est tellement dans la tête de Maëlys qu'on en oublie de penser par nous même, ce qui crée une réelle surprise lorsque le dénouement approche ! Je me suis beaucoup attaché à la jeune sorcière de 23 ans (si je ne me trompe), en même temps c'est mon âge... sa façon de penser, son comportement et son caractère... je me suis pas mal retrouvée à travers elle, elle est humaine (oui bon pas tout à fait mais, on ne va pas chipoter si?!) terre à terre, plutôt solitaire, sensible, elle possède une fragilité qu'elle tente vainement de vaincre en portant une carapace, j'aime beaucoup ce genre de personnage à travers lesquels tu peux t'identifier totalement. C'est tout l'intérêt de la Wicca, même si c'est basé sur un pouvoir réel et héréditaire, c'est aussi et avant tout être en parfaite harmonie avec la nature, chose tout à fait possible dans la réalité !!
En conclusion, un roman qui m'a emmener sur les traces de la Wicca, sur l'envie d'en savoir toujours plus, de connaître davantage Maëlys et ses pouvoirs, de suivre ses aventures et de découvrir ses origines ! La plume de Cécile Guillot est agréable, fluide on la lit avec plaisir et émotions. Il s'agit ici d'un premier roman, l'action n'est donc pas primordiale mais, les bases qui y sont posés le sont, elles sont solides et promettent une suite palpitante et pleine de rebondissement !!
Lien : http://tsuki-books.cowblog.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
gabrielleviszsgabrielleviszs   05 mars 2014
« Je me mis à sangloter, impuissante, par terre.

Un chatouillement persistant me tira de mon désarroi... Le cuir chevelu me démangeait d'une manière atroce. Je me grattais avec vigueur, ayant retrouvé un peu de forces, et une pluie de petits insectes se déversa sur ma main avant de s'enfuir sur le plancher. Il y en avait partout! J'aurais voulu crier, mais j'avais trop peur d'ouvrir la bouche et de laisser entrer ces bestioles. C'est donc dans une sorte de grincement aigu qui s'échappa de ma gorge tandis que j'essayais de me débarasser des parasites à grandes volées de claques. Je parvins tant bien que mal à me relever et m'apprêtais à continuer ma besogne quand je me rendis compte qu'il n'y avait rien. Avais-je halluciné?

Je titubais jusqu'à mon lit désorientée. Luna miaulait tout doucement. De violents crampes d'estomac débutèrent. Je me pliai en deux, une subite bouffée de chaleur m'enflammant le visage alors que des grosses gouttes de sueur se formaient sur mon front. Trempée, je me mis à avoir froid. Je grelottais recroquevillée sur le lit, me tenant le ventre. J'avais l'impression d'avoir avalé une grosse pierre. Des haut-le-cœur me secouèrent et je vomis. Pas d'aliments à moitié digérés, ni de suc gastrique, ce qui sortait de ma bouche semblait plus étrange et déroutant: des clous et autres ferrailles. Je me remis à pleurer. J'étais pourtant bien réveillée, de cela j'en étais sûre! Est-ce que je devenais folle? »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
SalynaSalyna   07 octobre 2012
Oui, je sais, les filles sont censées rire et minauder quand un mec leur fait un compliment, mais moi, j'ai plutôt envie de leur balancer mon poing dans la figure. Ou de les insulter. Au choix
Commenter  J’apprécie          10
Ivy-ReadIvy-Read   01 juin 2013
Dorine en savait tant sur les plantes, les pierres, la magie ! Je l’enviais d’avoir grandi là-dedans et d’avoir atteint ce degré de sagesse propre aux vieilles et aux guérisseuses. J’avais tellement de retard que je ne serais sans doute jamais plus qu’une petite sorcière du dimanche !
Commenter  J’apprécie          00
BookoverBookover   24 janvier 2016
"-Tu sais, la Déesse est partout, peu importe le nom qu'on lui donne, peu importe le visage qu'elle prend: Diane, Brigit, Artémis, Isis, Hécate, ...
-Hécate ? N'est-elle pas une mauvaise Déesse ?!"
Commenter  J’apprécie          00
lessorciereslessorcieres   20 mai 2015
De nos jours, une sorte de religion appelée » wicca » vénérait la Déesse, mais elle n’était qu’une résurgence des temps anciens, durant lesquels la divinité était féminine, symbole de fertilité.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Cécile Guillot (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Cécile Guillot
L'aube de la Guerrière de Vanessa Terral, Un roman aux éditions du Chat Noir Troisième tirage maintenant disponible www.editionsduchatnoir.com
Musique : L'ombre du groupe Kells (avec l'aimable autorisation du groupe) Illustrations : Cécile Guillot & Miss Gizmo
autres livres classés : wiccaVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
1541 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre