AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782081312579
192 pages
Éditeur : Flammarion (17/09/2014)

Note moyenne : 3.76/5 (sur 90 notes)
Résumé :
Désormais, deux France s'ignorent et se font face : la France des métropoles, brillante vitrine de la mondialisation heureuse, où cohabitent cadres et immigrés, et la France périphérique des petites et moyennes villes, des zones rurales éloignées des bassins d'emplois les plus dynamiques. De cette dernière, qui concentre 60 % de la population française, personne ne parle jamais. Comment en sommes-nous arrivés là ? Pourquoi a-t-on sacrifié les classes populaires sur ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
cprevost
  12 avril 2015
La question du « sujet de l'émancipation », c'est-à-dire la question des acteurs susceptibles d'être les vecteurs de la transformation sociale, est au coeur du livre de Christophe Guilluy. « La France périphérique » est une tentative méritoire mais inaboutie et simplificatrice de faire ré émerger les classes populaires.

Très longtemps, la classe ouvrière a été l'opérateur principal des changements du monde moderne. Sa centralité a été le fruit d'une prépondérance démographique mais surtout le produit d'une construction et d'une affirmation politiques efficientes. de même et réciproquement, la disparition de tout sujet de l'émancipation, a procédé d'une déconstruction systématique (offensive néolibérale victorieuse) et d'un renoncement politique délibéré (faiblesse insigne conceptuelle et morale de la gauche). Construire l'espace social, qui organise les pratiques et les représentations des agents, nous dit Pierre Bourdieu dans « La distinction », c'est construire des classes théoriques aussi homogènes que possible. C'est exercer ainsi l'effet de théorie, effet proprement politique consistant à voir une réalité qui n'existe pas complètement tant qu'elle n'est pas connue et reconnue. Pour Christophe Guilluy, le pays se divise entre une France métropolitaine (les vingt-cinq plus grande villes et leur banlieues proches soit 10% des communes, 40% des populations et deux tiers du PIB) et une France périphérique regroupant le reste du territoire (villages ruraux, communes périurbaines, petites et moyennes villes). Pour lui, l'économie monde réussie en France métropolitaine. le marché de l'emploi y fait certes le grand écart entre postes très et absolument pas qualifiés mais intègre toutes les populations et notamment les classes populaires précaires et immigrées. Par contre, cette économie monde, nous dit l'auteur, échoue (ou réussit que trop parfaitement) en périphérie des métropoles. En périphérie, elle relègue, à l'écart des lieux de création de richesses et d'emploi ; elle assigne, sans possibilités de mobilité (prix du transport et de l'immobilier) une majorité de la population modeste. L'espace géographique se divise par conséquent entre gagnants et perdants de la mondialisation, entre visibilité et invisibilité, entre soutien et rejet des partis politiques de gouvernement – abstention et de vote Front National. Nier l'existence des classes populaires, comme s'évertue à le faire les partis de gouvernement successifs, c'est en dernière analyse, nous dit Christophe Guilluy, nier l'existence de différences et de principes de différenciation. C'est ce que font de manière paradoxale, puisqu'ils conservent le terme de classe, ceux qui prétendent qu'aujourd'hui la société française n'est qu'une énorme classe moyenne.

Le raisonnement de Christophe Guilluy repose sur des observations incontestablement pertinentes quant aux dynamiques socio-territoriales à l'oeuvre et au ressenti des populations. Il faut certainement se placer, comme il le fait courageusement, aux côtés des classes populaires dans une démarche à l'exact opposé à celle que préconisa un jour « Terra Nova » : « puisque le peuple était devenu réactionnaire, la gauche devait changer de peuple ». Dénoncer en permanence le populisme, comme le fait la gauche de gouvernement, c'est la manière aujourd'hui branchée d'ignorer à bon compte le pauvre et de ne pas décourager le boboland. Doit-on pour autant donner quitus aux classes populaires lorsqu'elles votent massivement FN ? Il faut reprocher au raisonnement de l'auteur un biais culturaliste contestable et des simplifications plus qu'hasardeuses qui semblent cautionner les pires dérives populaires. le peuple est assez perméable au monde de l'idéologie qui le divise. Cette assertion est malheureusement cruellement vérifiée tout au long du mouvement ouvrier et du temps même de Marx. de cette déconvenue d'ailleurs devait naître les concepts marxistes de classe en soi et de classe pour soi, de conscience fausse et conscience vraie. Les problèmes rencontrés par les classes populaires, pour notre géographe, ne seraient pas prioritairement économiques. Ils seraient essentiellement liés à la gestion des flux migratoires et à l'émergence d'une société multiculturelle. Niant toute notre histoire ressente et la plus évidente réalité, absurdement Christophe Guilluy, qui reprend à bon compte tous les discours de division qui ont permis l'écrasante victoire de la révolution libérale, affirme comme tant d'autres avant lui : « le procédé d'assimilation et d'acculturation qui a accompagné toutes les vagues d'immigration jusqu'aux années quatre-vingts ne fonctionne plus ». Il ajoute tout aussi absurdement : « Il est légitime de ne pas vouloir être minoritaire sur un territoire donné ». Qui l'est aujourd'hui ? L'auteur n'écrit-il pas, contradictoirement, quelques lignes plus loin : « On constate un séparatisme au sein des milieux populaires. Française ou d'immigration ancienne, les catégories populaires ne vivent plus sur les mêmes territoires que les catégories populaires d'immigration ressente ». Cette stratégie toute politique de division, que par aveuglement Christophe Guilluy qualifie d'identitaire, est d'ailleurs bien décrite dans le livre. le PS est un parti libéral mâtiné de gauchisme culturel de la gent bobo qui heurte délibérément la gauche du bas. Son discours électoral qui vise les minorités, joue sur « les petits beurs, les petits noirs » systématisés par la droite. La droite quant à elle, reprenant le discours frontiste, joue du « petit blanc » contre l'immigré et le musulman. Mais « Une politique véritablement de gauche consiste à batailler contre les catégories de perception qu'impose l'ordre social, à forger de nouveaux désirs, à changer le rapport au possible » nous rappellent Benoît Bréville et Pierre Rimbert dans un passionnant article consacré à Guilluy dans le « Monde Diplomatique » de mars 2015.

Construire l'espace social, qui organise les pratiques et les représentations des agents, encore une fois, c'est construire des classes théoriques aussi homogènes que possibles. Si je suis un leader politique et que je me propose de faire un grand parti rassemblant à la fois des patrons et des ouvriers, j'ai peu de chances de réussir, parce qu'ils sont très éloignés dans l'espace social ; dans une certaine conjoncture, à la faveur d'une crise nationale, sur la base du nationalisme ou du chauvinisme, ils pourront se rapprocher, mais ce rassemblement restera superficiel, et très provisoire nous dit Pierre Bourdieu. Nous assistons à un tel rapprochement pour ce qui est des soi-disant nouvelles radicalités en périphérie. le mouvement emblématique des Bonnets rouges est un bon exemple de conscience fausse. Ne voit-on pas les classes populaires se rallier au patronat ? A contrario, il n'y a pas, comme l'affirme l'auteur, d'opposition irréductible entre les deux composantes des classes populaires, celle établit de longue date et celle des nouveaux entrants. L'immigration récente dans les métropoles réussit contrairement au petit peuple des périphéries, cette affirmation de Christophe Guilluy qui s'appuie sur le seul taux de mobilité résidentiel dans les zones urbaines sensibles (60%) comme indicateur de succès social n'est à aucun moment démontré. L'auteur ne prend pas en compte la mobilité de ZUZ en ZUZ (1 /3 des cas), la surreprésentation des jeunes, les rénovations d'immeubles, etc. … Les classes populaires réussissent aussi médiocrement dans les métropoles et leurs banlieues : plus de chômage, moins de formation, plus de pauvreté …

Le grand mérite de Christophe Guilluy dans ce livre est d'échapper à ce que Frédéric Lordon a appelé dernièrement le posturalisme qui a pour unique ressort la recherche des postures – avantageuses et sans risque il va sans dire. Pas d'internationalisme et d'antiracisme abstraits chez lui. Les revendications des classes populaires sont, le plus souvent justes et légitimes (protectionnisme, relocalisation, état social contre libre échange, mobilité …). Ce sont les classes populaires, dans l'adversité, la douleur, seules et sans mode d'emploi qui construisent une société bigarrée. Elles gèrent au quotidien mille questions ethno culturelles en ne tombant pas dans la haine et la violence écrit très justement Christophe Guilluy.
Sur le bandeau rouge de « La France périphérique » les éloges réunies de « Marianne », « le Journal du Dimanche », « Le Figaro ». le gage en soi de totale innocuité est souvent donné en creux par une unanimité médiatique pour tout ce qu'elle choisit de célébrer passionnément. Il faudrait vraiment que le monde ait changé de base pour que des journaux si divers communient à ce degré de pâmoison en quoi que ce soit de dérangeant. le dernier ouvrage de Christophe Guilluy n'est donc pas renversant mais malgré tout stimulant pour une réflexion qui reste à venir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Jeanmarc30
  10 février 2019
Il y a comme un goût d'inachevé et d'approfondissement quand l'on referme La France périphérique. Certes, on ne peut que saluer le travail de recherche et d'analyse qu'a su mener l'auteur mais on reste cependant sur des idées fortes qui mériteraient plus de détail.
Avant l'heure de l'irruption dans nos vies de la France des ronds-points matérialisée par les fameux "gilets jaunes", Christophe Guilluy redonne vie à la France ouvrière, celle des oubliés du suffrage universel et s'efforce à décrire le grand fossé qui sépare nos élites politiques de la France d'en-bas, celle du concret, où finir les fins de mois est un combat, etc.
Si le travail restitué est donc incontestablement louable, il pêche cependant par bien des approximations, des idées reçues et des arguments tape à l'oeil alors que davantage de profondeur aurait été la bienvenue !
Un essai pour éclairer sur les lacunes bien connues (et non résolues) de notre vieille France, sans plus !
Commenter  J’apprécie          272
YvesParis
  08 juillet 2015
L'oeuvre de Christophe Guilluy fait polémique.
Ce géographe soutient une thèse simple : deux France s'opposent, la France des métropoles, connectée, hypermobile, multiculturelle, et la France périphérique séduite par les thèses du Front national.
La thèse est simpliste et a ses failles. Paris et Douai sont deux métropoles et n'ont guère en commun.
La Drôme et la Meuse font partie de la France périphérique et sont pourtant dissemblables.
Pour autant, il serait dommage de jeter sa thèse avec l'eau du bain.
Car, prise avec les réserves méthodologiques qui s'imposent (qu'expose très pédagogiquement la recension de LVI ci jointe), elle nous dit quelque chose de la France.
J'ai beaucoup d'admiration et de tendresse pour les auteurs-à-slogans. C'est très facile de dire : le monde est compliqué. C'est très courageux au contraire de suggérer une grille de lecture. Aux penseurs de la complexité (Edgard Morin, Alain Touraine ...), j'ai la faiblesse de préférer - même si je ne suis pas toujours d'accord avec eux - Fukuyama ou Huntington.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Rodin_Marcel
  17 septembre 2015
Guilly Christophe, – "La France périphérique : comment on a sacrifié les classes populaires" – Flammarion, 2014 (ISBN 978-2081312579)

Pour vraiment apprécier ce livre, il suffit de se rendre soi-même dans l'une de ces petites villes sinistrées, généralement situées sur ce que les géographes nomment depuis vilaine lurette «la diagonale du vide», cette terrible zone de la France en déshérence, qui part grosso modo des Ardennes et du Sud de la frontière Belge (allez voir Sedan ou Fourmies en Thiérache), passe par Verdun et le plateau de Langres, descend vers le Massif Central (Roanne, Issoire, Aurillac), pour rejoindre par exemple Tarbes ou Béziers – eh oui – la ville dont le maire est actuellement Robert Ménard.

De grands et fort sçavants «sociologues» confinés dans leurs bureaux germanopratins de l'EHESS se sont empressés de remplir les colonnes du quotidien «Le Monde» pour dénigrer cet ouvrage, lançant leur anathème favori de complicité avec l'extrême-droite, charcutant les chiffres fournis, récusant la méthode suivie, mais sans apporter aucune réponse de fond.
Et ce n'est pas la lamentable réforme «NOTRE» lancée par la caste élitiste aujourd'hui au pouvoir (quel que soit le bord politique affiché) qui va arranger les choses, puisqu'elle consiste principalement à mettre en concurrence des régions devenues d'ubuesques mastodontes d'énarques avec les nouvelles «métropoles» concentrant justement cette élite coupée des réalités du reste de la population. Quant à la Région parisienne, elle devient inexorablement un véritable Etat dans l'Etat, asséchant et pillant le reste du pays.

Dans ces régions en déshérence, combien de retraité(-e)s survivent aujourd'hui avec le revenu dérisoire du «minimum vieillesse» (ASPA) voire moins, combien de suicides d'agriculteurs, combien de déserts médicaux ?

Christophe Guilluy montre que cette France-là croit avoir découvert un moyen de se faire entendre en votant pour le Front National, ce qui répond à la question de nos énarques en chambre «comment se fait-il que ce petit patelin n'ayant pratiquement aucune criminalité, aucun immigré, vote à plus de 80% pour le FN ?».
L'ouvrage de Guilly comprend certainement des faiblesses méthodologiques, mais il a au moins le mérite de tenter un début d'explication convaincante…
A lire et relire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          121
Vermeer
  15 juin 2015
Analyse très intéressante de la société française contemporaine. Les politiques font semblant de croire qu'on vit toujours dans le schéma des années 1970 : clivage droite/ gauche, majorité de Français appartenant ou en voie d'intégration à la classe moyenne. Ils feignent également de penser que l'opposition se résume entre centres villes et banlieues tout en oubliant que, comme il y a 40 ans 60% de Français appartiennent toujours aux classes populaires. La différence, c'est que ces classes populaires ne vivent plus près des grands centres de production et donc sont devenues invisibles.Elles vivent en zone péri urbaine, dans des banlieues éloignées, des petites villes, en zone rurale et sont les premières victimes de la mondialisation (délocalisations, chômage) qui profite aux métropoles mondialisées.Analyse du modèle des grandes métropoles, modèle communautariste et inégalitaire en contradiction avec le modèle républicain français historique.
Commenter  J’apprécie          171


critiques presse (3)
NonFiction   09 décembre 2014
Christophe Guilluy propose un tableau antagoniste de la société française qui, malgré la pertinence de certaines analyses, s'avère schématique et outrancier.
Lire la critique sur le site : NonFiction
NonFiction   01 décembre 2014
On a souvent, à la lecture du livre, l'impression d'aboutir à une impasse (pas seulement méthodologique, mais aussi intellectuelle) à force d'opposer systématiquement et sans guère de nuances des réalités politiques et territoriales à vrai dire bien plus complexes que l'auteur ne veut bien le croire et/ou démontrer.
Lire la critique sur le site : NonFiction
LaViedesIdees   06 novembre 2014
Christophe Guilluy ne fait pas qu’identifier une force sociale, celle de la France périphérique, il la construit, lui donne un contour. Son discours ne décrit pas la réalité, il contribue à l’engendrer. De ce point de vue, le succès qu’il rencontre montre la force performative de son discours.
Lire la critique sur le site : LaViedesIdees
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
dilou37dilou37   12 septembre 2014
Ce n'est pas le Front National qui est allé chercher les ouvriers, ce sont ces derniers qui ont utilisé le parti frontiste pour contester la mondialisation et s'inquiéter de l'intensification des flux migratoires. Ce choix des électeurs explique, quinze ans plus tard, l'évolution de Marine Le Pen, qui adapte désormais son discours à la nouvelle sociologie de ses électeurs. Une sociologie électorale où les classes populaires sont surreprésentées : une "sociologie de gauche" qui implique l'abandon d'un discours libéral et la défense de l’État providence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
MusikantMusikant   19 décembre 2014
On ne reprendra pas la Bastille. La manifestation, les luttes avec les corps intermédiaires, les syndicats ne modifieront en rien les rapports de force. Et ce pour une bonne raison : les classes dominantes ont intégré depuis longtemps toutes ces formes de contestation. L'échec politique de Jean-Luc Mélenchon est à ce titre emblématique. La gauche de la gauche a perdu le vote des plus modestes car elle alimente le spectacle politique en surjouant une mythologie ouvrière qui ne peut plus parler aux nouvelles classes populaires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
MusikantMusikant   13 décembre 2014
Plus qu'à une basculement idéologique, on assiste d'abord à l'effondrement d'un système bipolaire qui reposait sur une classe moyenne majoritaire et intégrée. La vacuité du débat gauche-droite masque ce que le philosophe Jean-Claude Michéa appelle "l'alternance unique". mais ce barnum politique est en train de prendre fin et ce que les élites appellent le "populisme" est la conséquence d'un basculement sociologique et politique majeur. Le système bipolaire s'effondre parce que le système politique n'est plus représentatif.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
MusikantMusikant   13 décembre 2014
Avec la fin de la croyance dans le bipartisme, la montée du "populisme" et de l'abstention, on assiste à la fin d'un monde politique ancien, celui des Trente Glorieuses, qui a longtemps fait prévaloir une classe moyenne majoritaire et intégrée. Les vaines tentatives du clivage gauche-droite ou, pis encore, la volonté de "rééduquer" les masses, butent sur une réalité socio-culturelle incontournable : en milieu populaire, la référence gauche--droite n'est plus opérante depuis au moins deux décennies ; une tendance encore plus marquée chez les nouvelles générations.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
MusikantMusikant   13 décembre 2014
Continuer à analyser le vote, et notamment celui des catégories populaires, à partir du clivage gauche-droite, revient à analyser la géopolitique mondiale avec la grille de lecture d'avant la chute du Mur : celle des deux blocs de l'Ouest et de l'Est. Or, la sociologie du pays et donc le corps électoral n'ont plus rien de communs avec celui du siècle passé, une période où l'opposition gauche-droite était encore opérante. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si ce clivage reste aujourd'hui pertinent pour les plus de 60 ans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Christophe Guilluy (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christophe Guilluy
F. Taddeï interviewe le géographe sur son dernier livre écrit sous le double patronage d'Orwell et London.
autres livres classés : sociologieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
519 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre

.. ..