AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070363155
160 pages
Gallimard (25/01/1973)
3.78/5   180 notes
Résumé :
L'avocat Pierre Delhomeau est parti de Paris un matin au volant de sa MG pour aller plaider à Rennes. Tout en conduisant, il pense à son amie Hélène mais aussi à vingt autres choses appelées par une association d'idées, un air de musique, un parfum d'herbe mouillée. Sa voiture roule à 140 quand elle aborde le grand virage du lieu?dit La Providence. Au même moment, un poids lourd survient en sens inverse tandis qu'une bétaillère s'apprête à traverser la nationale, en... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
3,78

sur 180 notes
5
9 avis
4
11 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
0 avis

marina53
  18 octobre 2012
Pierre Delhomeau est avocat. Il a un rendez-vous à Rennes et, installé au volant de sa MG, il file à toute allure. Il est pressé, un peu stressé, pense à des tas de petites choses, à Hélène avec qui il veut rompre, à ce qui sera servi au repas, à son fils.... à des petites choses qui font la vie.
Au détour d'un virage, une bétaillère en panne. Pierre tente de la dépasser. Un poids lourd arrive en face. L'accident est inévitable et fatal... Deux petites secondes de perdues et l'accident n'aurait jamais eu lieu.
Entre le début du virage et le champ où la vieille MG finit sa course, il ne s'est pas écoulé plus de dix secondes. Dix longues secondes de presque cent pages, pendant lesquelles Pierre a largement le temps de penser à ce qui lui arrive. Il a le temps de penser à des choses utiles ou futiles, de penser à l'essentiel, à Hélène à qui il a encore beaucoup de choses à dire, le temps de penser à ce qu'il est... et le temps de se voir mourir.
Paul Guimard signe ici un roman réellement atypique sur le temps qui passe, sur la fatalité, la renaissance et la mort.
Un roman d'une grande force et d'une rare intensité, intemporel.
Un roman poignant où se mêlent tragédie et humour, futilités et priorités, espoir et désespoir...
Un roman très bien adapté au cinéma par Claude Sautet, avec Piccoli et Schneider.
Un roman haletant, passionnant et troublant où les petites choses de la vie prennent une place importante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          430
Marti94
  21 juillet 2021
C'est l'excellente adaptation au cinéma de Claude Sautet qui m'a donné envie de lire le roman "Les choses de la vie".
Pourtant, un livre qui commence par une scène de chasse me fait hésiter à poursuivre ma lecture.
Eh bien, je suis tombée sous le charme, non pas de la chasse mais de l'écriture de Paul Guimard dont le livre m'a profondément touchée.
C'est un roman introspectif d'un homme qui a un accident de voiture.
Nous suivons la route empruntée par l'avocat Pierre Delhomeau qui part de Paris au volant de sa MG 1100 pour aller retrouver un confrère à Rennes.
La situation est propice à laisser divaguer ses pensées dont certains souvenirs de jeunesse (ce qui explique la scène de chasse).
Pourtant, sur la N13 au lieu-dit La Providence (on n'aurait pas pu trouver mieux) l'accident est inévitable. C'est Pierre qui raconte de façon très précise cet accident dont il est victime. C'est assez époustouflant et je suis restée haletante. Comme dans le film, on vit la scène au ralenti alors qu'elle n'a duré que quelques secondes.
Alors que l'avocat est allongé dans l'herbe, inerte, il continue à raconter ce qu'il ressent. Il ne souffre pas mais n'est pas capable d'ouvrir les yeux. Ce qui l'inquiète c'est la lettre de rupture pour Hélène qu'il a laissé dans sa poche alors qu'il ne comptait plus lui donner.
Alors que l'ambulance l'emmène à l'hôpital de Laval, il prend conscience qu'il est en train de mourir sans pouvoir communiquer.
C'est le premier roman de Paul Guimard que je lis et je comprends pourquoi le hasard dans les relations humaines et un de ses thèmes de prédilection.
Alors que le film laisse une place importante à la relation amoureuse entre Pierre et Hélène, le roman reste centré sur ce que ressent le quadragénaire dans le coma.
Très impressionnant !

Challenge Riquiqui 2021
Challenge XXème siècle 2021
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
chapochapi
  28 juillet 2014
(attention : spoil)
Je ne connaissais pas le film, je viens de découvrir le livre et me demande de plus en plus comment un tel récit a pu être réalisé au cinéma : tout se passe dans la tête du personnage principal et narrateur de sa propre mort, lorsque ce dernier prend un virage trop rapide et qu'un agriculteur lui cause un accident.
Il ne s'est pas écoulé dix secondes entre le moment où la voiture est entrée (trop) rapidement dans le virage, qu'elle a tenté d'éviter la camionnette d'un agriculteur crétin qui s'est engagé sur la voie sans réfléchir, et celui où la voiture, après avoir tourné sur elle-même, s'être aplatie, écrasée, encastrée, a pratiquement tué son conducteur. Il ne survivra pas mais ne le sait pas encore. En dix secondes, toutes ses pensées sont tournées vers l'agriculteur, sa propre conduite, l'amour qu'il porte à sa femme et du testament qu'il n'a toujours pas écrit. A terre, incapable de bouger, il pense se reposer, se tient prêt à engueuler l'agriculteur, ne comprend pas immédiatement les remarques de la petite foule qui grandit autour de lui. Jusqu'à ce que la vérité se fasse jour et qu'il s'accroche désespérément à la vie.
Ce roman est extrêmement dur puisque l'on sait, nous, compte tenu de la description de l'accident, que le protagoniste ne peut en réchapper. L'inutilité de sa colère, celle que l'on peut ressentir pour l'agriculteur qui profite de la mort certaine du personnage pour lui faire endosser la responsabilité de l'accident pour ensuite se payer un petit verre, et enfin la certitude du médecin qui affirme qu'il n'a jamais pris conscience de ce qui lui arrivait, tous ces éléments font de ce roman un texte poignant, avec un récit qui semble parfaitement injuste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
lecassin
  18 février 2012
Encore une rencontre que le hasard seul pouvait rendre possible, un concours de circonstance en quelque sorte. Imaginez : à la sortie d'un virage, la MG de l'avocat à la cour Pierre Delhomeau est lancée à 140 km à l'heure, une bétaillère chargée de cochons tente de traverser la Nationale, mais son moteur cale au beau milieu du carrefour. En sens inverse de la MG, arrive un camion frigo. Rencontre improbable, bien sur… Mais rencontre quand même. C'est l'accident…
Il faut tout l'art incomparable de Paul Guimard pour permettre à ce banal accident de la route de prendre l'épaisseur d'un drame : le narrateur accidenté et inconscient passe sa vie en revue dans l' atmosphère comateuse d'un dernier bilan avant le grand départ.
Un roman aussi troublant que dérangeant et qui m'a personnellement plus dérangé (l'accident et ses suites immédiates, les pompiers, le médecin, le prêtre…) que troublé dans la partie introspective du narrateur.
Commenter  J’apprécie          120
Etpourquoipasquatre
  29 mai 2020
Je pensais ne pas l'avoir lu car je ne me souvenais pas du tout de ce que ce livre pouvait raconter, mais finalement, à la pensée de la lettre à Hélène, le flash est revenu instantanément. J'avais éprouvé exactement le même déchirement en imaginant une femme fracassée par la perte de son amour lire une telle lettre hors de propos au milieu du chaos. Cette lettre m'avait brisé le coeur à sa place. Et ce fut toujours le cas pour cette relecture. Spécialiste de la pensée fuyante qui part d'un point A pour atterrir en T deux minutes plus tard en étant passée par W, B, H, R, K et E parfois sans aucun rapport logique, je me suis totalement retrouvée dans la mécanique de pensée de cet homme sur le point de mourir, déjà détaché du monde des vivants mais encore assez là pour percevoir des mots, des sons, des odeurs avant de s'éteindre définitivement. Et puis, j'ai lu ce livre avec un autre regard qu'au lycée. Aujourd'hui mariée à un homme qui a perdu son papa dans un accident ressemblant à celui du livre (une camionnette qui grille un stop, des témoins qui racontent que c'est l'autre qui allait trop vite alors que c'est bien la victime qui était en règle...), je n'ai pas pu m'empêcher d'y penser, de me demander s'il avait lui aussi eu le temps de se rendre compte qu'il allait mourir sans revoir sa femme et ses enfants, même si on leur a dit qu'il était mort sur le coup et n'avait pas eu le temps de souffrir. J'ai eu l'impression de vivre les derniers instants d'un beau père que je n'ai jamais connu et qui fait parti de notre vie, de celle de mes enfants, uniquement en pensée, en souvenir et en photo. Ce petit livre court que je pensais anodin et vite avalé m'a finalement bien plus marqué que je ne l'avais prévu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (58) Voir plus Ajouter une citation
RobinGoRobinGo   09 mai 2022
D'ordinaire ce sont les autres qui meurent dans des accidents de la circulation.
Commenter  J’apprécie          00
mallollomallollo   16 novembre 2015
A deux ou trois secondes près, je passais, je n'aurais même jamais imaginé que je frôlais une catastrophe. Je roulerais tranquillement vers Rennes. Mon costume et la MG seraient intacts. J'aurais mangé du faisan chez Mortreux. Ces trois secondes, je les ai perdues quelque part." "[...] une idée volette, bourdonne comme une mouche verte, se pose, je la chasse, elle revient, s'entête, hideuse, et je ne peux l'écraser. Une idée et une image: je suis dans ma voiture, quai Voltaire, je vais partir pour Rennes, le moteur tourne, je viens de passer ma première, je commence à manoeuvrer pour déboîter, Hélène est debout sur le trottoir, elle me dit quelque chose, je baisse ma glace pour entendre, elle dit:
- Sois prudent, ne roule pas trop vite...
Je souris, je démarre, je viens de perdre quelques secondes. A deux cent cinquante kilomètres de moi le marchand de cochons se tape un verre de calva. Je viens de perdre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
marina53marina53   21 octobre 2012
Cet acharnement à me connaître et à connaître, j'aurais dû l'avoir plus tôt. Si je m'y étais pris à temps, peut-être serais-je arrivé à quelque chose. (...) Quel temps perdu, quel gaspillage, je croyais que j'avais tout mon temps. Maintenant, cela presse, ce sont les derniers moments, et cette hâte n'est pas favorable à la recherche.
Ionesco
Commenter  J’apprécie          190
marina53marina53   22 octobre 2012
J'ai commencé à m'occuper de la mort. Aussitôt, la mort s'est occupée de moi. J'ai eu la faiblesse d'envisager, d'admettre et c'est le commencement de la fin. Je vais payer cette lâcheté inévitable, tant pis pour moi. On ne meurt que par fatigue et par résignation.
Commenter  J’apprécie          240
PasoaPasoa   19 mai 2020
J'aurais dû, tout à l'heure sur la route, prendre le temps de regarder avec intensité l'eau et le vent, les arbres et cet enfant minuscule qui courait à la lisière d'un bois et les roses devant la ferme. L'inattention des vivants est confondante. En fait, on ne voit que ce qui s'inscrit dans le champ des œillères de nos préoccupations du moment.

p.131
Commenter  J’apprécie          123

Videos de Paul Guimard (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paul Guimard
L'émission "Le coup de coeur des libraires est diffusée sur les Ondes de Sud Radio, chaque vendredi matin à 10h45. Valérie Expert vous donne rendez-vous avec votre libraire Gérard Collard pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • Un si petit monde de Jean-Philippe Blondel aux éditions Buchet-Chastel https://www.lagriffenoire.com/1074724-article_recherche-un-si-petit-monde.html • La grande escapade de Jean-Philippe Blondel aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/1072353-romans-la-grande-escapade.html • La mère morte de Blandine de Caunes aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/1075301-romans-la-mere-morte.html • Journal amoureux de Benoîte Groult et Paul Guimard aux éditions Stock https://www.lagriffenoire.com/1076462-article_recherche-journal-amoureux.html • La chaîne de Adrian McKinty aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/1075296-romans-la-chaine.html • Tant qu'il y aura des cèdres de Pierre Jarawan aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/1071150-litterature-anglophone-tant-qu-il-y-aura-des-cedres.html • le jeu de la dame de Tevis Walter aux éditions Gallmeister https://www.lagriffenoire.com/1075620-poche-le-jeu-de-la-dame.html • Des messages portés par les nuages de Jean d' Ormesson aux éditions Bouquins https://www.lagriffenoire.com/1075325-romans-des-messages-portes-par-les-nuages.html • Brejnev de Andreï Kozovoï aux éditions Perrin https://www.lagriffenoire.com/1070516-essais-brejnev---l-antiheros.html • Rose de sang, rose d'Ouessant de Janine Boissard aux éditions Fayard https://www.lagriffenoire.com/1075330-romans-rose-de-sang--rose-d-ouessant.html • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #sudradio #conseillecture #editionsbuchetchastel #editionsfolio #editionslivredepoche #editionsstock #editionsgallmeister #editionsbouquins #editionsperrin #editionsfayard
+ Lire la suite
autres livres classés : accidentVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2858 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre