AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2221241398
Éditeur : Robert Laffont (13/02/2020)

Note moyenne : 4/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Pukatapu, c'est un paradis de sable blanc, de corail et de cocotiers perdu dans le Pacifique, à des milliers de kilomètres de Tahiti. Le long de ses eaux turquoise, une poignée de maisons colorées abritent quinze hommes, neuf femmes et, étrangement, pas un seul enfant. Lilith, photographe, et Maema, journaliste à La Dépêche de Papeete, y effectuent un reportage sur les conséquences du réchauffement climatique. Elles croient avoir trouvé l'éden, jusqu'au jour où, sur... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
ludi33
  23 mars 2020
Patrice Guirao nous entraine avec son roman dans un voyage au coeur de Pukatapu, petit archipel perdu dans le pacifique, en compagnie de Lilith, photographe, et Maema, journaliste, deux amies parties faire un reportage sur la montées des eaux dues au réchauffement climatique.
Alors que Lilith découvre une main coupée sur la plage, l'île paradisiaque va alors changer d'ambiance. Les deux journalistes vont mener des investigations qui ne vont pas plaire à tout le monde.
L'intrigue policière est très bien amenée. On suit avec plaisir les investigations des deux amis. Et si le soleil omniprésent empêche l'atmosphère d'être trop pesante, la multiplication des morts va mener les héroïnes loin dans les secrets des habitants de l'île
Au passage, l'auteur passe un message écologique sur l'intrusion pas toujours bienvenue du monde moderne, qui cherche à modeler à son image chaque recoin de la terre et qui mène dans ces paradis perdus des expériences.
Merci à Netgalley et à Robert Laffont pour cette découverte dépaysante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Celkana
  27 mars 2020
Les nouvelles aventures de Lilith et Maema, attachantes jeunes femmes , l'une photographe et profondément ancrée dans "l'ancien monde" de ses ancêtres de par ses tatouages et sa pensée, et l'autre journaliste, investie également mais plus terre à terre si l'on peut dire...
Cette fois-ci, elles sont sur l'île de Pukatapu, pour faire état de la montée des eaux suite au réchauffement climatique. Et elles vont se retrouver embarquées dans une histoire incroyable, lorsque Lilith est "attaquée" par une main, seule, flottant sur l'océan, sans corps autour...
Vraiment un très bon polar encore une fois de la part de Patrice Guirao, qui distille au travers de ces personnages et de son histoire, son amour pour ce coin de paradis, pour ce qu'il représente et pour sa culture. Et en même temps, il dévoile, ou du moins, partage son point de vue sur l'évolution de notre climat, sur le passé sombre des essais nucléaires français en Polynésie et ces secrets qui empoisonnent dans tout le sens du terme les vies et la nature... Et que dire des titres de ses chapitres, de la poésie pour beaucoup!
J'ai beaucoup apprécié cette lecture et attends avec impatience le 3ème opus pour 2021!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
marggaux
  03 avril 2020
Polar noir azur
2ème opus après le bûcher de Moorea. ? Très jolie couverture également!!
On retrouve dans cet opus Lilith, la photographe et Maema, la journaliste. Venues sur un îlot à plusieurs centaines de kms de Tahiti faire un reportage sur le réchauffement climatique, elles découvrent, dans le sable blanc, une main. A qui appartient elle?
Les habitants de l'île sont peu nombreux... on compte à peine quelques familles et aucun enfant... et pourtant, les morts s'additionnent. Que se passe t'il sur l'île de Pukatapu??
Encore une fois, je retrouve de magnifiques descriptions de paysages paradisiaques : lagon, corail, sable blanc et eaux turquoise, cocotiers etc... L'écriture est belle, fluide, accessible.
Comme pour le Tome 1 l'histoire est palpitante une grande partie du roman. L'enquête et les investigations des deux protagonistes sont intéressantes et jalonnées de meurtres.
Pourtant vers la fin, l'auteur choisit une voie... et pour moi, tombe dans « le trop »... dommage encore une fois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
soniaboulimiquedeslivres
  29 février 2020
« Les disparus de Pukatapu » est le second tome mettant en scène notre duo, Lilith, photographe pigiste de 27 ans, et Maema, journaliste culturelle de 37 ans. Si vous n'avez pas lu le premier, ne vous inquiétez pas, vous ne serez pas gêné quant au déroulé de l'histoire, mais par contre, vous aurez loupé des moments de vie de nos personnages. Je vous conseille donc quand même de rattraper votre retard, vous ne le regretterez pas !
Nous retrouvons Lilith et Maema à Pukatapu, petit îlot perdu dans le Pacifique, atoll fictif posé sur l'océan. Elles font un reportage sur les conséquences de la montée des eaux dues au réchauffement climatique. D'ailleurs elles attendent un chercheur de l'IFREMER qui va leur apporter l'aide technique et le point de vue scientifique dont elles ont besoin pour boucler leur article. le cadre est toujours aussi idyllique, comme dans le premier volet, la plage de sable fin borde le lagon bleu turquoise, les cocotiers apportent un peu d'ombre, les fleurs de tiaré embaument l'air. On s'y croirait !
L'auteur ne passe pas dix chapitres pour planter le décor, c'est un fait ! Nous entrons dans le vif du sujet rapidement, et j'aime être happée par l'intrigue dès le départ. Lilith va trouver une main coupée sur la plage. D'où vient-elle ? A-t-elle dérivée depuis longtemps ? Et surtout à qui appartient-elle ?
Lilith et Maema vont mener l'enquête, qui ne sera pas de tout repos, vous vous en doutez ! Car dans cette communauté isolée de tout, les langues ne se délient pas facilement. La radio est le seul moyen de communication avec le monde extérieur, une goélette apporte le ravitaillement, mais au vu du nombre de passage mensuel, il ne faut pas oublier de commander de la farine, c'est clair ! Les investigations de notre duo vont déséquilibrer le groupe.
Les traditions et croyances ancestrales sont bien présentes, j'ai adoré les découvrir au fil de la lecture. Voilà la caractéristique intéressante du polar « noir azur ». le lecteur s'imprègne d'une autre culture, d'un cadre d'enquête exceptionnel en total contrepied des standards (ça fait du bien de sortir de Paris ou d'une grande mégalopole étrangère !). Nos protagonistes sont deux femmes, et qui n'appartiennent pas au milieu policier de surcroît. Une bouffée d'oxygène de plus !
La plume est toujours aussi légère qu'un pétale de tiare-aute. Une écriture bleu turquoise, certes, mais qui ne fait pas dans la dentelle et met à mal le lecteur. La construction est solide, nette et sans bavure, en respectant tous les codes des polars classiques. Deux affaires se déroulent parallèlement, deux sujets graves sont développés (vous en connaissez déjà un, il s'agit du réchauffement climatique, pour découvrir le second…il vous faudra lire le roman😉 ). Cela permet de réfléchir sur les conséquences non évaluées des actes humains, j'avoue que cela m'a fait frémir.
Nos personnages se développent encore un peu plus, Lilith et Maema deviennent nos copines, on s'attache à elles. J'aurai aimé fouiller davantage leur passé, mieux découvrir le parcours de vie qui les ont façonné. Une belle perspective pour Maema se dévoile à la fin, c'est touchant !
Le glossaire est appréciable pour comprendre tous les termes évoqués. Quand je vous parlais d'immersion, je ne plaisantais pas, le lecteur en ressort formaté ! J'ai failli partir bosser en paréo (je rigole mais en tous cas, c'est appréciable de voir autre chose !)
Et la phrase qui tue à la fin du roman : « le tiaré noir » paraîtra en 2021, troisième enquête de Lilith. Et comment j'attends moi ????? Je serai au rendez-vous, c'est clair !
Je remercie les Éditions Robert Laffont et NetGalley pour cette lecture rafraîchissante et totalement dépaysante.
#LesdisparusdePukatapu #NetGalleyFrance #PatriceGuirao #LaBêteNoire #RobertLaffont
Lien : https://soniaboulimiquedesli..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Swendra
  20 mars 2020
Les Disparus de Pukatapu, une très bonne lecture, dépaysante et surprenante à plus d'un titre ! Une chose est sûre, je ne m'attendais pas à cela en commençant ce livre.
Une main découverte sur une plage, un atoll polynésien où aucun disparu n'est à déplorer... C'est le point de départ de cette enquête, la seconde des journalistes Lilith et Maema. L'histoire est originale et les personnages le sont tout autant. L'écriture est fluide, très sobre. le roman se lit globalement vite car l'auteur ne nous offre aucune fioriture inutile. J'ai apprécié suivre plusieurs personnages en parallèle, même si selon moi cela a limité le suspense par moments car certaines histoires "avancent" plus vite que d'autres. Les deux héroïnes se complètent, et si je déplore souvent un manque de réalisme dans les amitiés littéraires, j'ai trouvé que ces deux personnages fonctionnaient bien ensembles et l'auteur a réussi à rendre leur complicité palpable.
Si Les Disparus de Pukatapu se suffit à soi-même et ne nécessite pas d'être lu dans l'ordre des tomes de la série, j'ai senti qu'il m'avait quand même manqué quelques clés pour mieux comprendre l'histoire commune de Lilith et Maema. Ces deux héroïnes étant plutôt attachantes, je pense lire le bûcher de Moorea pour peut-être découvrir leur rencontre.
Enfin, un grand merci à NetGalley et à La Bête noire de m'avoir permis de découvrir cet auteur que je vais suivre de près !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
CelkanaCelkana   28 mars 2020
L'espoir est à la vie ce que le bois est au feu.
Commenter  J’apprécie          21
CelkanaCelkana   28 mars 2020
Tout comme la justice, l'égalité est un concept que la nature ignore.
Commenter  J’apprécie          00
CelkanaCelkana   28 mars 2020
On ne rêve jamais la réalité, elle s'impose.
Commenter  J’apprécie          00
fanfanouche24fanfanouche24   24 février 2020
- Comment ça, la source ?
- Le blanc et le noir. Les fondamentaux. Le blanc, c'est la mère de toutes les couleurs, la somme de toutes les nuances : quand tu regardes du blanc, elles sont toutes là. Le noir, c'est l'absence de couleur. Avec ces deux éléments, tu possèdes toutes les palettes de la lumière. (p. 206)
Commenter  J’apprécie          130
Amnezik666Amnezik666   26 février 2020
Finalement, cette idée de se retirer du monde pendant quelques semaines se révélait non seulement contre-productive mais également stupidement risquée. Sans parler de cette horreur échouée sur la plage. Qu'arrivait-il quand quelqu'un avait besoin de soins urgents ? Sur l'atoll, mourir d'une appendicite, d'une mauvaise fièvre, d'une hémorragie ou d'un AVC entrait dans la même catégorie que se faire piquer par un nohu ou avaler par un requin – pas de chance ; au mauvais endroit au mauvais moment ; on ne peut rien y faire... Elle eut un frisson. Vivre loin de tout, c'était peut-être aussi vivre moins. Moins longtemps, moins bien, moins libre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Patrice Guirao (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrice Guirao
[Booktrailer] Les Disparus de Putakapu - Patrice Guirao
autres livres classés : polynésieVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1822 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre