AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B00182FLGM
Éditeur : (30/11/-1)

Note moyenne : 4/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Nous n’avons pas encore dans notre base la description de l’éditeur (quatrième de couverture)
Ajouter la description de l’éditeur

Vous pouvez également contribuer à la description collective rédigée par les membres de Babelio.
Contribuer à la description collective
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
gill
  30 juin 2015
"Vautrin" est une pièce, en quatre actes, écrite, d'après les personnages d'Honoré de Balzac, par Edmond Guiraud.
Elle a été représentée, pour la première fois, en mai 1922, sur la scène de la Comédie-Française.
Ce n'est pas vraiment une adaptation.
C'est un drame construit de toutes pièces, un scénario où le Vautrin du "Père Goriot" et le Carlos Herrera de la fin des "Illusions perdues" et de "Splendeurs et misères des courtisanes" se fondent dans une intrigue dont les grandes lignes sont inspirées De Balzac.
L'exercice est périlleux.
Le public et surtout la critique ont tendance à attribuer, dans une adaptation aussi brillante soit-elle, au romancier les mérites de la pièce.
Tandis qu'ils accusent impitoyablement l'auteur dramatique des faiblesses que l'on découvre parfois.
En 1840, Balzac, lui même, avait élu Vautrin comme le personnage principal d'un drame en cinq actes qu'il fit représenter à la Porte Saint-Martin et qui eut un assez médiocre succès.
Vautrin, sous des noms différents, traverse sept des romans de "la Comédie Humaine".
Vautrin, de son vrai nom Jacques Collin, est un forçat évadé du bagne de Toulon.
Jacques Collin, dit "Trompe-la-Mort", banquier des deux bagnes, est en lutte ouverte avec la société, les gendarmes et les lois depuis quinze ans.
Escroc, faussaire, poussant jusqu'au génie le vice et la corruption, il entraîne derrière lui une véritable organisation de criminels dispersés dans tout le royaume.
Il a longtemps parcouru le monde et on l'a vu de toutes parts.
La pension Vauquer, où il semble avoir fait un coup de sang, va se refermer sur lui comme une souricière.
La Michonneau l'a drogué sur ordre.
Gondureau, n'est qu'une mouche déguisée, venue l'arrêter.
Vautrin est fait ... Pardon ! Il a l'air d'être fait ...
Il retient, avant de disparaître, un pauvre diable, poète de 20 ans désargenté, au bord du suicide.
Rastignac lui redonnera goût à la vie, le présentera au monde ... pour qu'il ne soit plus qu'une pâte molle façonnée à l'usage du fameux bandit ...
Cette pièce est l'oeuvre d'un dramaturge qui est doublé d'un lettré.
Pour le dialogue, le texte De Balzac est utilisé jusqu'aux extrêmes possibilités.
Ce sont les personnages De Balzac que nous voyons vivre sous nos yeux : Vautrin, Rastignac, Rubempré, Mme Vauquer, la Torpille.
La pièce, en tenant plus d'un an l'affiche de la Comédie-Française, a montré, s'il en était besoin, le talent et la clairvoyance dont a fait preuve son auteur en rendant ce superbe hommage à Balzac.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
gillgill   30 juin 2015
La mise en scène de Vautrin était particulièrement difficile à réaliser.
Il fallait conserver à l'oeuvre son atmosphère et, si l'on peut ainsi parler, son cadre d'époque.
Mais, surtout au deuxième acte, la reconstitution du bal de l'Opéra, avec son innombrable figuration, sa folie carnavalesque, exigeait un soin minutieux, d'autant que l'action et le dialogue se poursuivent au milieu de cette agitation ....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
gillgill   20 juin 2015
La scène représente le salon de la pension Vauquer ; huit heures du soir, en février 1829. Au lever de rideau, nuit en scène. Le reflet du poêle éclaire le fauteuil où repose Vautrin qui ronfle légèrement.
Une horloge sonne huit heures.
Mme Vauquer entre par la droite.
Melle Michonneau, Poiret et Christophe la suivent sur la pointe des pieds ...
Commenter  J’apprécie          10
gillgill   30 juin 2015
Il faut être Corneille ou Molière pour se permettre de signer seul "Le Cid" ou "L'Avare", sans faire suivre son nom de la formule : d'après Guilhem de Castro, ou d'après "L'Aululaire" de Plaute !
Commenter  J’apprécie          20
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox

Autres livres de Edmond Guiraud (1) Voir plus

Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Couples célèbres de la litterature

Julien Sorel

Louise de Renal
Maguerite Gautier
Ariane
Camille
Celimene

10 questions
429 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , théâtreCréer un quiz sur ce livre