AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782221217955
Éditeur : Robert Laffont (16/08/2018)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 13 notes)
Résumé :
« Les deux français se battaient. On avait l'impression qu'ils voulaient donner à cette joute une forme de grand final et qu'ils cherchaient à mourir ensemble. Rimbaud est rentré chez nous, surgissant de la foudre. Verlaine gisait, livide et glacé, le regard au vague, dans un chemin envahi de ronciers.
Des liasses manuscrites débordaient de sa besace tels les restes d'un pauvre destin. Il balbutiait des mots dénués de sens. Un voile épais de flocons descendai... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
nadiouchka
  16 août 2018

Une rentrée littéraire 2018 bien riche. L’exemple en est le livre suivant :
Des poètes, des personnages historiques, des noms très connus qui ont inspiré René Guitton pour son livre « Arthur et Paul, la déchirure ».
Arthur ? Arthur Rimbaud. Paul ? Paul Verlaine.
René Guitton, éditeur et écrivain, voyageur, donne depuis son enfance une grande place à ces deux poètes.
Au début du livre la notification est apportée : « Ce roman repose sur certains faits réels, un cadre historique scrupuleusement observé, et l'étude croisée de mémoires et de correspondances, autant d'éléments à partir desquels l'auteur a écrit une œuvre de fiction biographique, parfois élucidante ».
Sur fond de guerre de 1870, l'auteur nous entraîne dans la vie trépidante de ces poètes pour qui l'absinthe coule à flots.
* Enfant précoce et de famille modeste, Arthur Rimbaud était LE poète par excellence. Auteur (entre autres) du « Bateau ivre », il a connu une vie mouvementée faite d'errances et de voyages.
* Paul Verlaine dont la famille était bourgeoise, après son mariage avec Mathilde, rencontre Rimbaud et suite à leur coup de foudre, part avec lui vivre en Angleterre, puis en Belgique.
Mais à cause d'une violente crise de jalousie, il blesse son ami et amant, et se retrouve en prison. Il y découvre la foi et se convertit au catholicisme.
Une fois sa peine purgée, à sa sortie de prison, il retrouve Rimbaud qui a accepté de le revoir et de nouveau les passions se déchaînent avec des disputes qui recommencent. Décidément ils ne savent que se retrouver dans la démesure.
Entre-temps, ils seront également allés à Stuttgart.
De nombreux autres personnages célèbres se retrouvent sur leur chemin, tels que Victor Hugo, Charles Baudelaire, Karl Marx, Napoléon III, ainsi que Henry Dunant (fondateur de la Croix Rouge).
Dans toute cette relation exacerbée au plus haut point, on suit les personnages avec un grand intérêt car nombreuses sont les révélations faites par l'auteur. C'est un tourbillon tumultueux dans cette fin du XIXème siècle.
L'auteur a également inséré de nombreux poèmes et a donné la parole parfois à Arthur Rimbaud et d'autres fois à Paul Verlaine qui nous décrivent ainsi toutes les pensées, les souffrances, les fantasmes qui les assaillent.
Amours, passions dévorantes jusqu'à la déchirure, révélations historiques, ivresse, grands moments de violence : la folle vie de ces deux poètes qui ne pensent qu'à s'étourdir et le livre se termine ainsi, sur ces quelques lignes : « L'histoire de ces poètes semble s'être achevée ici à Stuttgart, comme une œuvre qui se referme pour se déployer plus tard dans la mémoire des hommes ».
René Guitton a effectué un grand travail de recherches documentaires et dans ses « Remerciements », on remarque tous ceux qui lui ont apporté une aide bien précieuse pour écrire un tel ouvrage sur cette relation orageuse et dramatique des deux héros.
Un livre bien particulier par son thème et où l'on entre dans l'intimité des personnages. Une révélation qui m’a été offerte grâce à la Fnac que je remercie et pour qui j’ai respecté la consigne de ne pas publier avant aujourd’hui.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          261
Patsales
  08 mai 2019
Ce fichu bouquin me faisait de l'oeil sur le présentoir de la médiathèque. Mon moi ricanant ricanait: « Arthur et Paul, la déchirure », ça promet! On est au bord de « Kate et William, la blessure », le suspens en moins. Mon moi bonasse, toujours prompt à espérer, lisait en s'excitant la quatrième de couverture: « [...] l'auteur a écrit une oeuvre de fiction biographique, parfois élucidante. » « Élucidante »! Moi qui adore Hercule Poirot, Pierre Bayard et Prieur et Mordillat prouvant sans contestation que Jésus ne se trouvait pas entre le bon et le mauvais larron, je ne peux résister à une promesse d'explicitation.
Voilà, j'ai fini le livre. Et non seulement je n'ai pas le moindre début de commencement d'hypothèse à me mettre sous la dent, mais de mystère non plus. J'ai lu ce que je savais déjà, que Verlaine a tiré sur Rimbaud, que Rimbaud pas rassuré a dénoncé Verlaine à la maréchaussée, que Verlaine en prison a rencontré Dieu... Bon. Après tout c'est un bon début. Mais écrire sur des écrivains est un challenge redoutable et René Guitton a trop présumé de ses forces. le style est plus ou moins poétique -poétiser à propos de Rimbaud et Verlaine, faut oser. Il est surtout académique. « Les voilà bien secs, se dit Arthur. le coeur tari ils ont épuisé tous les plaisirs, y compris les jouissances de la chair, et ils savourent ces funérailles comme un dernier délice. Qu'ils crèvent, claquent, clamsent tous, ces faux dévots ! Ils vont s'affaler sur les bancs, écraseront ostensiblement quelques larmes en priant, et se signeront en invoquant la grandeur du Seigneur, puisque leur Dieu est bon et comble de bienfaits ses fidèles. Leurs enfants pleureront dans des mouchoirs de dentelle ou de soie, quand leurs mères s'éventeront et bâilleront d'ennui. Bourgeois repus, confits dans leurs richesses, ils vont suivre depuis le premier rang du choeur le cérémonial liturgique dans une somnolence de nantis. » Ah, voilà donc ce qu'il se disait Arthur? Et bien clairement il valait mieux pour lui qu'il se fasse journaliste au lieu de poète.
Le pire, à mon avis, est atteint quand un pasteur ému raconte la mort de son fils. « Mon Paul, couché là, son ultime regard accroché aux arbres, gisait aux côtés d'un jeune soldat français de son âge, comme s'ils avaient voulu rejoindre ensemble dans leur néant ceux qui les avaient précédés. L'apaisement de mon âme m'est venu de ce vers de Paul Fleming : « Wer jung stirbt, der stirbt wohl. » « Qui meurt jeune, meurt bien. »
Au fond de la vallée, mon fils dormait dans l'herbe, la main sur sa poitrine, monsieur Rimbaud, tué de deux balles au côté droit. »
« Le Dormeur du val » paraphrasé par Guitton... mais à quoi est-ce que ça peut bien servir ?
Voilà. C'est la grande question de ce bouquin : mais à quoi sert-il ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          264
Bazart
  04 septembre 2018
En cette florissante rentrée littéraire, on a découvert parmi tant d'autres plus ou moins épatants, un formidable roman, qui, tel une matriochka, en contient plusieurs :
Roman biographie de Paul Verlaine archétype du poète maudit englué dans une vie bourgeoise qui ne lui convient pas et qui voit sa vie bouleversée par l'arrivée d'un jeune admirateur de dix-sept ans.
Roman biographie d'Arthur Rimbaud, poète fulgurant qui à dix-sept ans a déjà tout compris à la poésie et tout écrit.
Roman d'amour et de passion qui écrasera les deux hommes jusqu'au coup de feu qui enverra Verlaine croupir en prison.
Roman historique, la Commune, la guerre de 1870. Paris, Londres, Bruxelles dans l'Europe troublée de cette fin de XIX e siècle.
Car tout le monde le sait, mais ce roman le rappelle avec précision et sensibilité : entre ces deux génies va naitre une belle histoire d'amour mais également une histoire tragique qui les lie à tout jamais.
Deux poètes, deux génies en quêtes d'amour et d'inspiration. Deux destins, qui n'en font plus qu'un, jusqu'à la délivrance des deux hommes dans la forêt mythologique du Wurtemberg.
Verlaine, touché par la grâce divine recevra les derniers poèmes de Rimbaud.
Si vous aimez Verlaine et Rimbaud ce livre est pour vous, si vous ne connaissez peu ou mal les deux poètes ce roman est une indispensable introduction à leurs oeuvres. Quoiqu'il en soit, un vrai bonheur de lecture .
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
ZeroJanvier79
  08 septembre 2018
J'ai eu la possibilité de lire ce roman grâce à la plateforme de service de presse NetGalley.fr. Ce livre est l'une des nombreuses sorties de la rentrée littéraire, et le résumé m'avait donné envie de le lire :
" Les deux Français se battaient. On avait l'impression qu'ils voulaient donner à cette joute une forme de grand final et qu'ils cherchaient à mourir ensemble. Rimbaud est rentré chez nous surgissant de la foudre. Verlaine gisait, livide et glacé, le regard au vague, dans un chemin envahi de ronciers. Des liasses manuscrites débordaient de sa besace tels les restes d'un pauvre destin. Il balbutiait des mots dénués de sens. Un voile épais de flocons descendait du ciel et le rideau tombait sur ce désastre sans retour, sur une poésie qui portait en elle un peu d'immortalité. L'histoire de ces poètes semble s'achever ici, comme une oeuvre qui se referme pour se déployer, un jour peut-être, dans la mémoire des hommes. "
Ce roman a pour toile de fond la guerre de 1870 et la Commune. Rimbaud et Verlaine, ivres d'absinthe et de liberté, vivent leur épopée sulfureuse entre Paris, Bruxelles, Londres, Stuttgart, avec pour principal témoin un pasteur luthérien allemand. D'autres figures croisent leur destin, Hugo, Baudelaire, Marx, Napoléon III, Louise Michel, Henry Dunant et un juge belge viscéralement homophobe. Paul cherche l'apaisement dans l'illumination religieuse, Arthur s'étourdit dans son errance marginale, et l'aventure passionnelle se termine au coeur du Wurtemberg où Rimbaud confie à Verlaine ses derniers poèmes, comme un ultime legs à la littérature.
Même si le roman raconte également leur rencontre et le début de leur liaison tumultueuse, le récit se déroule principalement après l'arrestation de Verlaine qui a tiré sur Rimbaud alors que celui-ci voulait le quitter. Paul Verlaine purge une peine de prison en Belgique tandis qu'Arthur Rimbaud voyage à Londres où il rencontre un pasteur protestant allemand, puis à Stuttgart où ce même pasteur l'a invité.
Si les chapitres consacrés à Verlaine, notamment pendant la longue période de son emprisonnement, m'ont un peu ennuyé, j'ai été nettement plus séduit par ceux consacrés à Rimbaud, notamment grâce à la personnalité du jeune poète épris de liberté mais aussi grâce au pasteur allemand qu'il rencontre à Londres et dont les pensées sont intéressantes, même si je ne les partage pas toutes.
Vous êtes trop jeune pour avoir participé aux combats de 1870, vous ignorez heureusement l'horreur des carnages. Moi qui suis aujourd'hui un homme usé par l'expérience des conflits, je peux vous l'affirmer, nul ne survit à la guerre. Pas même les vainqueurs.
Le style de ce roman est très bon, peut-être parfois trop quand la forme semble l'emporter sur le fond et que l'auteur se perd en longues digressions qui m'ont plutôt perdu. La poésie est évidemment omniprésente dans ce roman consacré à deux grands poètes français, plusieurs extraits de leurs oeuvres respectives sont d'ailleurs citées régulièrement dans le texte.
L'effronté, à peine sorti de l'adolescence, croise mon regard, et je l'esquive. Bien que gêné par son insistance incongrue, je demeure imperturbable. Je ne suis pas homme à laisser paraître la moindre de mes émotions. Mes pensées profondes, mes questionnements, mes rêves ou mes doutes éventuels ne regardent personne. Je tiens à donner l'image d'un être pur et rigoureux chez lequel aucun ferment obscur, aucun sombre dessein ne pourrait se nicher.
Tout n'est pas parfait dans ce roman, le rythme est inégal, mais c'est tout de même une plongée réussie dans l'Europe de la deuxième moitié du XIXème siècle, entre chute du Second Empire, espoirs humanistes et révolution industrielle, le tout saupoudré de poésie.
Il deviendra poète, s'opposera à la bêtise et rendra le monde, pas nécessairement plus beau, mais plus intense.
Lien : https://zerojanvier.fr/2018/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Delphine-Olympe
  04 octobre 2018

Arthur et Paul.
Rimbaud et Verlaine.
Deux poètes fascinants, une commune recherche d'absolu, de liberté formelle, littéraire, qui les mena sur la voie d'une relation qui fit voler en éclats tous les cadres, sociaux, psychiques ou sensuels.

On connaît plus ou moins l'histoire : la rencontre entre les deux hommes, l'absinthe, Verlaine tirant un coup de feu sur Rimbaud... Elevés au rang de mythes littéraires, ils incarnent la figure du poète maudit, tel que Verlaine lui-même en avait esquissé les traits.

René Guitton retrace ces quelques mois durant lesquels les deux géants cheminèrent ensemble, de Paris et Bruxelles à Stuttgart, où leurs destins se séparèrent définitivement. Si je n'en ai pas appris beaucoup sur ces poètes exceptionnels, j'ai néanmoins eu un réel plaisir à les retrouver à travers ces pages que l'on devine inspirées par une profonde admiration.
Sous la plume de René Guitton, on perçoit toute la grâce de Rimbaud, qui ne pouvait que fasciner un Verlaine englué dans une vie bourgeoise qu'il abhorrait.
Tandis que l'Homme aux semelles de vent rayonne, traversant ce livre telle une figure évanescente, Verlaine apparaît comme un être tout entier de souffrance, lourd d'une sourde douleur.
Entre ombre et lumière, âpreté et volupté, errance et frénésie, ils firent fi des limites, des lois et de toutes les conventions, et donnèrent à notre littérature des pages éblouissantes, parmi les plus belles qui soient.
Lien : http://delphine-olympe.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
nadiouchkanadiouchka   18 août 2018
Ils se rinçaient le gosier en hommage à Shakespeare, une pinte pour Byron, un godet pour Dickens, une chope pour Thomas Moore, une autre pur Walter Scott, un canon pour Jules Verne, une goulée pour Edgar, une rasade pour Alan, et un pot pour Poe qu’ils affectionnaient tous deux.
P.17
Commenter  J’apprécie          120
MARINENKAMARINENKA   29 décembre 2019
Vous êtes un poète remarquable, monsieur Verlaine, d’une profonde sensibilité, tout en délicatesse et en subtils clairs-obscurs. Une poésie impressionniste. Avec le sieur Rimbaud vous vous êtes égaré, vous avez perdu votre âme. Vous avez gâché un talent immense. Quel échec !
(p.141)
Commenter  J’apprécie          100
BazartBazart   26 août 2018
Vous êtes un poète remarquable, monsieur Verlaine, d’une profonde sensibilité, tout en délicatesse et en subtils clairs-obscurs. Une poésie impressionniste. Avec le sieur Rimbaud vous vous êtes égaré, vous avez perdu votre âme. Vous avez gâché un talent immense. Quel échec ! »

« En effet, monsieur le directeur. Seul mon ratage a été réussi. En tirant sur Rimbaud j’ai tiré sur moi-même. »
Commenter  J’apprécie          30
cvd64cvd64   21 mai 2018
Le quartier des Batignolles et la rue Chaptal leur semblent cependant bien plus sûrs que la lisière des champs de bataille.
Ils éprouvent le sentiment de devenir plus français qu'ils ne l'ont jamais été là-bas sur ces lignes mouvantes de l'est où, au gré des guerres, on devient allemand un jour, français le lendemain.
Commenter  J’apprécie          20
charlottelitcharlottelit   07 septembre 2019
Les passions subversives
qui vont nous éclaboussant
nous font un besoin pressant
de salutaires lessives

Verlaine pensait déjà aux gilets jaunes ....
Commenter  J’apprécie          40

Videos de René Guitton (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de René Guitton
Entretien avec René Guitton.
autres livres classés : biographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
969 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre